George Washington Williams

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Williams.
George Washington Williams

George Washington Williams, surnommé « Mundele Ndombe », soit littéralement en lingala le Blanc noir ( à Bedford Springs, Pennsylvanie - à Blackpool, Angleterre de la tuberculose), est un pasteur baptiste, avocat, historien, afro-américain. Il critiqua les actions du roi Léopold II de Belgique en qualifiant de « crime contre l'humanité » la colonisation de l'État indépendant du Congo.

Biographie[modifier | modifier le code]

George Washington Williams est le fils d'un ouvrier, né à Bedford Springs en Pennsylvanie aux États-Unis le . À 14 ans, il s'inscrit dans l'armée et combat du côté de l'Union durant la Guerre de Sécession. Après la guerre il étudie la théologie à Cambridge, Massachusetts.

Il travaille ensuite comme pasteur baptiste à Boston et à Cincinnati en Ohio.

Il devient ensuite avocat et sera le premier afro-américain à être élu dans le système légal de l'Ohio.

Rencontre avec Léopold II de Belgique[modifier | modifier le code]

En 1889, Williams a une entrevue avec le roi Léopold II de Belgique. À ce moment-là, l'État indépendant du Congo est la possession personnelle du roi. Malgré les objections du monarque, Williams se rend en Afrique centrale voir les conditions de vie des Congolais. Les Congolais le surnomment Mundele Ndombe, « le blanc noir », à cause de ses origines métisses.

Lettre ouverte au roi des Belges[modifier | modifier le code]

Williams écrit alors « une lettre ouverte à sa Majesté Sereine Léopold II, roi des Belges et souverain de l'État indépendant du Congo » (An Open Letter to His Serene Majesty Léopold II, King of the Belgians and Sovereign of the Independent State of Congo). Dans cette lettre, il condamne l'oppression coloniale que subissent les populations congolaises. Il mentionne aussi le rôle joué par Henry Morton Stanley, envoyé au Congo par le roi, en dupant et en maltraitant les Africains. Williams rappelle également au roi que tous les crimes commis l'étaient en son nom, le rendant ainsi aussi coupable des exactions. Il fait appel à la communauté internationale de l'époque et crée une « Commission internationale pour étudier les frais ci-dessus préférés au nom de l'humanité... ». George Washington Williams est mort en 1891 à Blackpool, en Angleterre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur d'un des premiers livres sur l'histoire des Afro-américains en deux volumes :

  • History of the Negro Race in America, 1619–1800 et 1800-1880.

Voir aussi[modifier | modifier le code]