George R. Price

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une personnalité image illustrant américain
Cet article est une ébauche concernant une personnalité américaine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Price.
George R. Price
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 52 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

George R. Price ( - ) est un généticien des populations américain. À l'origine chimiste, il sera aussi journaliste scientifique.

Il part à Londres en 1967, où il travaille dans le domaine de la biologie théorique au Galton Laboratory (en), apportant trois contributions importantes :

En 1968, Price prend connaissance des travaux de William Donald Hamilton et en fut déprimé[1] ; sa fibre religieuse fut profondément ébranlée. Il remarqua, par contre, la puissance théorique de ce nouvel axiome. Il réutilisa des outils mathématiques développés par la biologie évolutive (étude de la covariance d'Alan Robertson) pour démontrer que l'équation d'Hamilton pouvait être déduite de la sélection de groupe et impliquait que des comportements malveillants intraspécifiques étaient naturellement sélectionnés dans les grandes populations.

Selon Price ce fait théorique confirmait ce qu'il voyait partout dans le monde animal ; l'altruisme décroît de la famille immédiate au groupe (pour les animaux sociaux) pour devenir de l'agression systématique entre individus de groupes différents. Il publia cette conclusion mathématique dans Nature en 1970[2] cet article fut suivi, dans le numéro subséquent, d'un article d'Hamilton tirant toute la puissance explicative de cet apport fondamental[3]. Peu de temps après, Price se convertit au christianisme et, en 1975, après avoir donné toutes ses possessions aux pauvres, il se suicida.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lee Alan Dugatkin, Inclusive Fitness Theory from Darwin to Hamilton (2007), Genetics, vol. 176, no. 3 « After he read Hamilton's altruism and kinship articles, Price was depressed. »
  2. Price G. R., Selection and covariance (1970), Nature, no. 227, p. 520–521.
  3. Hamilton W., Selfish and spiteful behaviour in an evolutionary model (1970), Nature, no 228, p. 1218–1219.