George Leonard Andrews

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
George Leonard Andrews
Image illustrative de l'article George Leonard Andrews

Naissance 31 août 1828
Bridgewater (Massachusetts)
Décès 4 avril 1899 (à 70 ans)
Allégeance US flag 34 stars.svg Union
Arme Infanterie
Grade Union army maj gen rank insignia.jpg Major général
Conflits Guerre de Sécession

George Leonard Andrews (né le 31 août 1828 à Bridgewater- mort le 4 avril 1899) est un ingénieur militaire issu de West Point qui pendant la guerre de Sécession contribua dans le Sud à la création de régiments des U.S.C.T. (United States Colored Troops).

Biographie[modifier | modifier le code]

Professeur d'ingénierie à West Point[note 1] (il en était sorti 1° de sa promotion en 1851), il est nommé au début de la guerre de Sécession colonel du 2nd Regiment Massachusetts Volunteer Infantry , et participe de début août à la mi-décembre 1862 à de durs combats : bataille de Cedar Mountain, bataille d'Antietam, bataille d'Antietam. Nathaniel Prentice Banks apprécie alors la prudence d'Andrews pendant la repli des Unionistes sur Washington D.C.

G.L. Andrews est ensuite assigné à l'état-major de Banks, et le suit dans le Department of the Gulf quand fin 1862 Banks est envoyé remplacer Benjamin Franklin Butler (homme politique) comme gouverneur militaire de La Nouvelle-Orléans.

À la fin du terrible siège de Port Hudson, qui a duré 48 jours, c'est G.L. Andrews (en tant qu'ingénieur militaire il a dirigé les travaux d'investissement des positions confédérées) qui reçoit le 9 juillet 1863 la reddition du général sudiste Franklin Gardner.

Après le siège de Port Hudson, Banks, enfin convaincu de la valeur des Afro-américains au combat, confie à G.L. Andrews la mission d'organiser et d'amplifier le recrutement de troupes Noires en Louisiane. Andrews envoie des pelotons de soldats Noirs dans les plantations afin d'y lever des recrues parmi les anciens esclaves. Les régiments ainsi formés, d'abord baptisés Corps d'Afrique, seront plus tard versés dans les U.S.C.T. (United States Colored Troops). Certaines de ces unités participeront sous Banks à la campagne de Red River.

Andrews exerce aussi la charge de provost marshal (chef de la police militaire) du Department of the Gulf .

Quand Banks tombe en disgrâce et est remplacé par Andrew Canby, Andrews reste à son poste sous le nouveau gouverneur et le seconde efficacement pendant la Mobile campaign : après la bataille de Spanish Fort et la bataille de Fort Blakely (au cours desquelles les U.S.C.T. contribuent fortement à submerger les défenses sudistes) la Confédération (qui a déjà perdu le 5 août 1864 sa dernière place forte importante lors de la bataille de la baie de Mobile) est subjuguée par le Nord.

Après la guerre, Andrews est nommé brevet major general des Volontaires (comme la plupart des officiers supérieurs qui ont commandé dans l' Union Army : voir Brevet (militaire)).

Submergées par la végétation, les ruines de Fort Andrews, qui hébergea jusqu'à 2 000 hommes et fut abandonné par l'US Army en 1946, sont à peine visibles (à gauche, près de l'embarcadère) , sur Peddock Island, en baie de Boston

Démobilisé, il devient planteur en Louisiane puis au bout de 2 ans retourne vivre dans le Nord. Il est brièvement US Marshal (équivalent d'officier de la police judiciaire) dans le Massachusetts puis enseigne pendant une vingtaine d'années le français et les langues modernes à West Point.

Fort Andrews , construit en 1897, a été nommé en l'honneur du maj. gen. George Leonard Andrews.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. il est de la même promotion que les futurs généraux Thomas J. C. Amory, Kenner Garrard, Alvan Cullem Gillem, William Hopkins Morris, James St. Clair Morton, William Denison Whipple et Laurence Simmons Baker, Junius Daniel, Benjamin Hardin Helm. Les six premiers dans les rangs de l'Union et les trois derniers dans ceux de la Confédération.

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]