George Legrady

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
L'admissibilité de cet article est à vérifier (février 2017).
Motif : Article ayant 5 ans d'existence et toujours pas ou peu de sources secondaires centrés d'envergure nationale
Vous êtes invité à le compléter pour expliciter son admissibilité, en y apportant des sources secondaires de qualité, ainsi qu'à discuter de son admissibilité. Si rien n'est fait, cet article sera proposé à la suppression un an au plus tard après la mise en place de ce bandeau.
Conseils utiles à la personne qui appose le bandeau
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (février 2017).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (février 2017).

Pour améliorer la vérifiabilité de l'article, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).

George Legrady, né en 1950 à Budapest, est un artiste et un universitaire canadien et américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille quitte la Hongrie pour Montréal après l'invasion soviétique de 1956[1]. Il commence à pratiquer la photographie au début des années 1970 et, en 1973, il se voit confier son premier projet d'envergure, un documentaire photographique dans le nord du Québec sur des communautés Cris de la Baie James qui étaient alors en conflit avec le gouvernement du Québec à cause du projet d'installation d'une centrale hydroélectrique dont la présence aurait immergé leurs terres de chasse.

Titulaire d'un Master au San Francisco Art Institute, son travail s'est orienté sur l'analyse sémiologique de l'image photographie, la question des bases de données iconographiques, des liens entre images et des liens entre les images et ce qu'elles représentent. Ses recherches l'ont notamment amené à utiliser le support informatique avec Equivalents II (1993), Anecdoted Archive from the Cold War (1993), Slippery Traces (1995) et Pockets Full of Memories (2001). Il a aussi exploré la question de la visualisation de données avec Making Visible the Invisible (2005).

Il est aujourd'hui professeur à l'université de Californie à Santa Barbara[1].Les études que George Legrady à réaliser dans l'ordre: Loyla College à Montréal ou il étudie la photographie avec «  Charles Gagnon» et « John Max» puis

par la suite au Vermont au Goddard College en 1972 ou il aborde dans un premier temps la question formelle de la photographie dans point de vue caractère sociale et documentaire.

Après l'obtention de sa Maitrise en en Beau Art à San Francisco sa carrière d'artiste débute de manière plus significatif.

Par la suite il enseigne les nouveau média à la Merz Akadémie à Stuttgart en Allemagne.

«  Entre 1989 et 1997 il était Professeur à L'université de San Francisco » ou il aborde je cite quelques extrait[1] : « Concept et design en information Art et programme»

[1][2] Extrait du texte je cite : (Biographie écrite par Jean Gagnon en l'an 2000; « Au début des années 1980, il commence à s'intéressée aux ordinateur et aux images de synthèse ou celle traitées numériquement. Il apprend la programmation et ses travaux photographique poursuive des préoccupation similaire au moyen de l'ordinateur  » Extraie plus loin dans le texte [3] je cite encore une fois l'artiste George Legrady « l'un de mes objectifs en travaillant avec les ordinateurs et la programmation informatique était d'introduire des œuvres qui, d'une manière ou d'une autre, examineraient la limite entre le vraisemblable et la simulation, quelque chose qui aurait l'allure d'une photographie ou qui serait issue de la technique photographique, mais qui en fait serait en fait le résultat d'opération algorthimique. Ce travail a finalement donné lieu, du milieu à la fin des années 1980, à beaucoup d'expérimentations avec le traitement de l'image numérique qui m'ont permis de réaliser ma première œuvre interactive , intitulée Equivalen II . Cette pièce a été présentée dans les expositions Itération et photographe after photographe, qui explique la relation entre l'image, la culture, et la technologie[4]  » Dans la même période avant qu'il ne réalise Equivalent II,

(1992-1994) il a produis plusieurs série d'images de synthèse ou traitées par des moyens informatiques. dans cette série d'image il y'a : Authority of the News ( (en français : l'autorité des actualités1987) mais aussi ; Poetic of the news ( en français : la poétique des actualités, en 1987) ou encore The noise Factor ( en Français : Coefficient bruit, en 1987), et aussi Word and Words ( en Français : des mots et des mots dans les années 1990). cette fois ci l'artiste puissent des

(dite des images trouvées), notamment des images des actualités qui subissent ensuite un traitement numérique.

pour l'œuvre the noise and factor , l'artiste à ajouté du bruit en plus.

l'œuvre en question (The Noise and factor) serait à cette égard considérée comme emblématique concernant une problématique bien définis...

la notion de bruit qui serait un dérivée de la théorie de l"information en faite. ( le bruit : facteur de brouillard dans la communication de message et également signal une forme d'anthropie des systèmes. (fin de citation concernant cette extrait de l'article de l'auteur de la biographie de l'artiste)

Dans l'œuvre «  An Anedocted Archive from the Cold War», l'artiste y produis une sorte d'autobiographie, une analyse de de son identité, et une définition également de sa pratique dans le champs de l'art dans un contexte politique et social de guerre froide donnée.

l'œuvre «  Slippery Trace » (1996), quant à elle retourne sur des préoccupations d'un ton plus formelles, mais aussi conceptuel qui on une relation entre son travail de photographie antérieur à celui-ci.

Dans cette œuvre l'artiste créez une relation entre le spectateur et son œuvre par le biais du médium et de l'installation.

Souhaitant une mise en relation entre la navigation du spectateur dans l'œuvre et de la narrativité non linéaire.

pour ce faire il c'est inspirée du nouveau roman et de [5] (l'année dernière à Marienbad) de l'auteur Alain Robbe-Grillet, tous à la fois produire une esthétique Techno ressemblant à [6] (Blade Runner) en 1982.

En 1997, le musée des Beaux Arts du Canada, présente une exposition consacrée à George Legrady, mettent en avant vingt ans de travaux de l'artiste en avant dont une partie ce base sur l'informatique et l' intéractivité.

de cette exposition sort un catalogue sous format CD-ROM.[7]

George Legrady depuis les années 1973, ne cesse de produire des œuvres, depuis la photographie en passant par la Technologie il présente un travail en évolution constante[8].liste des des œuvres non exhaustive[9]:-1973 James Bay Cree Documentary « Baldwin St Gallery of photography,Toronto; Rupert's Houses, James Bay,Musée Canadien contemporain de l'art, Photographie,Ottawa; Akwesasne note publication »[10].-1975 Catalogue of Found objects «  La Mamelle Art Center, San Francisco; Musée Canadien de l'art Contemporain, Photographie Ottawa, Canada »[11].-1974-1980 Urban Nature «Musée Canadien de l'art Conptemporain Ottawa et autres»

[11]-1976-1980 Floating Objects « Yakima Gallery, Montréal, Londres Regional Art Gallery, Banff Centre Gallery Alberta, Canada »

[11]-1977 Syntax Of The Copy « Optica Gallery Montréal, Canada »

[11]-1979-1980 Everyday stories « Forest City Galerie Londres, Ontario, Canada»

[12]-1979-1982 SX Studies « pas d'information »

[13]-1979-1983 still Lifes « PS1 New York (1981), Centre Pompidou, Paris (en 1982), Delahunty Galerie New York (1983), La Jolla Muséum Musée d'art contemporain (1984), Yakima Galerie Montréal (1986)»[11].-1984 Corporate Culture « Yajima Galerie Montréal (1986), San Francisco Art Institut Ethan Mc Bean Galerie (1991)»

[11]-1986-1990 Noise To Signal « Digital photographie,SF Cameraworks (1988) invention photographieMusée national d'Amérique de l'art, Smithsonian Musée, Washington DC (1989)Minneapolis College Art et du design (1990)»[11].-1991- Between East et West « YYZ, Galerie Toronto (1992), San Fransisco Instate de l'art (1992)»

[9]-1992 Equivalents II, « Centre international de la photographie New York (1994) Photographie après photographie par Siemens culture programme, Munich, ICA, Philadelphia, Henry Art Galerie Seattle (1995-1997), Open Space Galerie, San Francisco (1996) »

[14]-1985-2007 China in Transition « Stifung Ahlers Pro Arte Museum, Hanovre (2008) »

-

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Jean Gagnon, « George Legrady », sur Fondation Daniel Langlois
  2. « Biographie », sur http://www.fondation-langlois.org/html/f/page.php?NumPage=330,‎ (consulté le 20 février 2017)
  3. « Biographie », sur http://www.fondation-langlois.org/html/f/page.php?NumPage=330,‎ l' 2000 (consulté le 20 février 2017)
  4. « Transitionnel space ( source référence de l'auteur) », sur http://www.fondation-langlois.org/html/f/page.php?NumPage=330,‎ l'an 2000 pour l'article de l'auteur (consulté le 20 février 2017)
  5. « l'année dernière à Marienbad », sur Youtube,Last Year in Marienbad (1961) - Alain Resnais (Trailer) | BFI,‎ année 1960 (consulté le 1er mars 2017)
  6. (en) « Blade Runner (1982) Official Trailer - Ridley Scott, Harrison Ford Movie », sur Youtube,‎ (consulté le 1er mars 2017)
  7. « George Legrady ( Santa Barbara, Etats-Unis) », sur Fondation Langlois, par Jean Gagnon,‎ (consulté le 1er mars 2017)
  8. « George Legrady Project list », sur George Legrady Media Art and Technologie,‎ (consulté le 1er mars 2017)
  9. a et b (en) « George Legrady Project list », sur http://www.mat.ucsb.edu/g.legrady/glWeb/Projects/projectslist.html,‎ (consulté le 1er mars 2017)
  10. (en) « George Legrady Project List », sur http://www.mat.ucsb.edu/g.legrady/glWeb/Projects/projectslist.html,‎ (consulté en 2017)
  11. a, b, c, d, e, f et g (en) « George Legrady project list », sur http://www.mat.ucsb.edu/g.legrady/glWeb/Projects/projectslist.html,‎ (consulté le 1er mars 2017)
  12. (en) « George Legrady project list », sur http://www.mat.ucsb.edu/g.legrady/glWeb/Projects/projectslist.html,‎ (consulté le 1er mars 2017)
  13. (en) « George Legrady project List », sur http://www.mat.ucsb.edu/g.legrady/glWeb/Projects/projectslist.html,‎ (consulté le 1er mars 2015)
  14. (en) « George Legrady Project List », sur http://www.mat.ucsb.edu/g.legrady/glWeb/Projects/projectslist.html,‎ (consulté le 1er mars 2017)

2. 1994 : Artifice 3, Saint Denis en France, Edité Par Anne-Marie Duguet et Jean Louis Baissier.

3.1995 : Interactive Média ARC, festival organisé par Construc, à Los Angeles.

4. 1995 : Do Not Enter : New Voice new vision,1994 voyager et interval Research Lab ( CD-Rom feature the winning entries of this competition.) (en français) : nouvelle voix nouvelle vision, recherche Laboratoire.

5. 1995 : George Legrady : Interactive Media Art, Edited by Erkki Hhutamo, Rovaniemi art Museum Finlande. (en Français) : George Legrady : interactive Média Art, édité par Hhutamo Rovaniemi, art Musée, Finlande.

6. 1996 : Osnabrück European media festival, Germany : (en Français) : Festivale média Européen, Osnabrück, Allemagne

7. 1996 : 3e Biennale Of Art Comptemporary ( CD-Rom et Catalogue) à Lyon France. (en Français) : 3 Biennale de l'art comptemporain.

8. 1996 : Burning the Interface ( CD-Rom) Muséum of Contemporary Art Sydney. (en Français) : Brulée l'interface, CD-Rom, Musée de Sydney en Australie.

9. 1997 : Deep Storage Siemens Kultur Programm Prestel, Munich. (en Français) : stockage profond, Siemens culture programme Prestel à Munich.

10. 1997 : The Butterly effect, (Soros Center for contemporary Art) Budapest ( Catalogue et CD-Rom de l'exposition). (en Français ) : Effet papillon, Soros centre pour l'art contemporain, à Budapest Varsovie.

11. 1997 : Lab 6, International Multimédia Exhibition, Center for the art contemporary, Varsovie. Pologne ( en Français : Lab 6, internationale exposition Multimédia)

12. 1997 : Hardware,Software,Artware, Institut for Bildmitien ZKM Karlsruhe, Germany, (Catalogue and CD-Rome). (en Français : Matériel, Logiciel Appliquée, Art, institut pour Bildmetien ZKM, Karlsruhe, Allemagne, CD-Rom et Catalogue.)

13. 1998 : Compact Station Art Electronic, Université de Renne France. ( en Français : compacte station Electronique).

14. : 1998 : Interactive Friction, University of Southern California Los Angeles USA. ( en Français : Interactive Friction, Université du Sud de la Californie, Los Angeles, USA)

15. 1999: Transnational Space, Rotunde, Siemens Kultur Programm Edited By Matthias Winzen.

( en Français: Espace transition, rotonde, édité par Matthias Winzen, Siemens culture programme)[1]. 15. Interview en 1995 : «An Annedocted Archive form the cold war, Gerrt Lovink » le nom de l'interview : "home issue" mediamatic (Volume 8) 2/3 A Amsterdam Hollande[2],[3]. 16. Publication Digitale : 1994 « An Annedocted Archive From the cold war» (George Legrady Hyper RealMedia production) avec Rosemary Cormella distribution : imprimé par Matter N.Y.C Moca Los Angels, et l'installation de travail CD-ROM et 60 Histoire et objet de l'artiste accordée par Floorplan Musée de la propagande Communiste en Hongrie[4],[5]. 17. «  The Clearing» Disque Set Base Art et un projet interactive visée sur le langage média américain représentant la crise en Bosnie durant la période de 1933-1994[6],[7]. 18. «  Slipery traces» par George Legrady avec Rosemary Cormella, Hyper Real Media production, ZKN, (par Karlsruhe), Allemagne , CD-ROM artefact 3 avec les 3 travaux par Ken Feirgold et Perry Hobermann, distribué par DAP, N.Y.C, et Amazon.com

Liens externes[modifier | modifier le code]

Trop de liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Les liens externes doivent être des sites de référence dans le domaine du sujet. Il est souhaitable — si cela présente un intérêt — de citer ces liens comme source et de les enlever du corps de l'article ou de la section « Liens externes ».

Source note et référence de 2 à 15 : site internet de l'artiste : http://georgelegrady.com dans la rubrique publication

source vidéo Youtube : glegrady ( Youtube)

  1. (en) « Interview Geert Lovink », sur http://georgelegrady.com,‎ (consulté le 18 février 2017)
  2. (en) « Publication digitale », sur http://georgelegrady.com,‎ (consulté le 18 février 2017)
  3. (en) Geert Lovink, « interview », An Annedocted Archive Form the cold war Volume 8 (2/3),‎ (lire en ligne)
  4. (en) « An Annedocted Archive From The Cold War George Legrady Hyper Real », sur http://georgelegrady.com,‎ (consulté le 18 février 2017)
  5. (en) George Legrady, « The (Clearing) », Disque Set Base Art, San Francisco,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « Slippery Traces », sur http://georgelegrady.com,‎ (consulté le 18 février 2017)
  7. (en) George Legrady, « Slippery Traces », Hyper Real Media Productionavec Rosemary Cormella,‎ (lire en ligne)
  8. (en) « vidéo Youtube présentation interview par 21 C de George Legrady », sur youtube,‎ (consulté le 17 février)
  9. (en) « interview de George Legrady Présentation par 21 C », sur Youtube,‎ (consulté le 17 février)
  10. (en) « George Legrady Full of Memory Paris », sur Youtube,‎ (consulté le 17 février 2017)
  11. (en) « George Legrady : Sensing Space - Youtube, SF MOMA », sur Youtube,‎ (consulté le 17 février 2017)
  12. (en) « George Legrady: Making Visible the invisible - Youtube », sur Youtube,‎ (consulté le 17 février 2017)
  13. (en) « George Legrady : A Sense of Place - Youtube », sur Youtube,‎ (consulté le 17 février 2017)