George Floyd

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
George Floyd
George Floyd mural Mauerpark Berlin 2020-05-30 03.jpg
Mural honorifique de George Floyd à Berlin (Allemagne), en Mai 2020.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 46 ans)
Powderhorn (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Houston Memorial Gardens (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
George Perry Floyd Jr.Voir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Big FloydVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
Formation
Yates High School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Fratrie
Terrence Floyd (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Screwed Up Click (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Masse
101,2 kgVoir et modifier les données sur Wikidata
Genre artistique
Condamné pour
Attaque à main armée, possession de stupéfiants (en) (), voie de fait (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de détention
Diboll Unit (en) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata

George Floyd, de son nom complet George Perry Floyd Jr., né le à Fayetteville, dans l'État de Caroline du Nord, aux États-Unis, est un homme afro-américain, connu pour sa tragique mort lors d'une arrestation par la police le à Minneapolis, dans l'État du Minnesota, aux États-Unis, lors de laquelle un policier blanc, nommé Derek Chauvin, le maintient en plaquage ventral avec son genou sur sa nuque. Les images de son arrestation et la nouvelle de sa mort mènent à une vague de protestations aux États-Unis et dans d'autres pays du monde.

Biographie[modifier | modifier le code]

George Floyd naît le 14 octobre 1973, de George Perry et Larcenia « Cissy » Jones Floyd à Fayetteville, en Caroline du Nord. Il a quatre frères et sœurs[1]. Ses parents se séparent et à l'âge de deux ans, sa mère déménage avec les enfants dans les logements subventionnés de Cuney Homes (en)[2],[3],[4], surnommés « Bricks », dans le Third Ward (en) de Houston (Texas), un quartier historique noir (en) et l'un des plus pauvres de la ville[5],[6],[2]. Il grandit à Houston jouant au football américain et au basketball au lycée, où il reçoit son diplôme en 1993[5],[2],[3].

Il reçoit une bourse d'études sportives pour étudier deux ans dans un collège communautaire de Floride du Sud et y jouer dans l'équipe de football, puis change d'institution pour aller à l'université A&M du Texas à Kingsville, avant d'arrêter ses études[2],[7],[8]. Il retourne ensuite à Houston, en 1995, et devient tuneur de voiture tout en jouant au basketball en club[9],[10]. À partir de 1994, il se produit comme rappeur en utilisant le nom de scène Big Floyd dans le groupe Screwed Up Click (en)[11],[12],[13],[14], le New York Times décrivant ses rhymes à voix basse comme « résolues »[2].

Entre 1997 et 2005, il est condamné huit fois à la prison pour différentes méfaits, dont la possession de drogue, le vol et l'intrusion[15],[2],[16],[n 1]. En 2009, il plaide coupable pour un braquage qualifié d'une maison en compagnie de six autres personnes en 2007, lors duquel il pointe un pistolet sur le ventre d'une femme, et est condamné à cinq ans de prison, dont il effectue quatre avant d'être libéré sur parole en 2013[17],[9].

En 2014, il déménage dans la région de Minneapolis, vivant dans une banlieue de Saint Louis Park, où il travaille comme conducteur de camion et videur. En 2016, il tourne une scène pornographique sous le nom de "Big Floyd"[18]. En 2020, il perd son emploi de videur au cours de la pandémie de Covid-19[19].

Arrestation et mort[modifier | modifier le code]

Le 25 mai 2020, il est interpellé et arrêté en début de soirée alors qu'il est dans sa voiture en compagnie des deux amis à St Louis[20],[21]. Son arrestation est initialement menée par deux policiers qui viennent d'entrer en service, Thomas Lane et Alexander Kueng, policiers depuis 2019 et en service à Minneapolis depuis le début de la semaine. L'arrestation fait suite à un appel d'une épicerie de quartier qui affirme que George Floyd refuse de reprendre le faux billet de 20 dollars avec lequel il a acheté des cigarettes et qu'il est « affreusement saoul » et sans « contrôle de lui-même », alors qu'il semble se préparer à reprendre la route[22],[n 2]. L'arrestation est filmée par une caméra de surveillance, des caméras-piéton des policiers et des passants utilisant leur téléphone. Très agité au début de son arrestation, lors de laquelle Thomas Lane brandit son arme quand il interpelle Floyd dans sa voiture, George Floyd est menotté sans être agressif[22]. Il est ensuite amené à la voiture de police dans laquelle il refuse de rentrer, se laissant tomber au sol[21],[22]. Luttant ensuite avec les deux policiers pour ne pas rentrer dans le véhicule, il affirme notamment qu'il est claustrophobe et qu'il a eu la Covid-19, répète plusieurs fois qu'il ne parvient pas à respirer, et demande de s'allonger par terre[21]. Finalement installé dans la voiture, il en sort ou tombe pour des raisons inconnues et est plaqué au sol par les policiers ainsi que Derek Chauvin, qui vient d'arriver en renfort avec Thou Tao, et le maintient en plaçant son genou sur sa nuque[22]. Floyd répète à nouveau qu'il peine à respirer, ce à quoi deux des policiers répondent qu'il respire bien puisqu'il peut parler, Chauvin lui demandant de se calmer[20], et il semble se mettre à saigner de la bouche[22]. Les policiers appellent une ambulance et des passants plaident avec les policiers pour que George Floyd ne soit plus maintenu de cette manière, alors autorisée par la police de Minneapolis[23],[24]. Thomas Lane propose à Derek Chauvin de l'allonger de côté, ce que ce dernier refuse, et il maintient cette position plusieurs minutes. George Floyd s'arrête de parler et de gémir, semblant avoir perdu connaissance. Les passants demandent de prendre son pouls[24],[25] et sont tenus à distance par Tou Thao[20]. L'ambulance arrive et l'emmène à l'Hennepin County Medical Center (en), pendant que les ambulanciers pratiquent un massage cardiaque[26]. Moins d'une heure plus tard, il est déclaré mort à l'hôpital[27],[28].

L'autopsie officielle, validée par le service médical des forces armées, conclut à un homicide suite aux manœuvres des policiers pour le maîtriser et le contraindre, avec une contribution de ses maladies coronarienne et cardiovasculaire et de son intoxication à des drogues (dont une dose potentiellement mortelle de fentanyl)[29],[30], conduisant à un arrêt cardiopulmonaire[31],[32]. Une autopsie commandée par la famille de George Floyd conclut également à un homicide et un arrêt cardiopulmonaire mais soutient en plus la thèse de l'asphyxie, et affirme que George Floyd n'avait pas de problème de santé sous-jacent[31],[33].

Le lendemain, les trois policiers sont licenciés avec effet immédiat[28] et poursuivi, Chauvin pour meurtre au troisième degré et homicide au second degré[34],[35], puis meurtre au second degré. Quelques jours plus tard, les trois autres policiers sont poursuivis pour avoir aidé et laissé se dérouler un meurtre au second degré[36],[37],[38]. Une audience préliminaire a lieu le 20 juin[39]. Les images du placage au sol ainsi que la nouvelle de la mort de George Floyd provoquent des manifestations et des émeutes à Minneapolis et Saint Paul, puis dans le reste des États-Unis et dans d'autres pays.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 1997, à l'âge de 23 ans, Floyd a été arrêté pour avoir donné moins d'un gramme de cocaïne à une autre personne, et condamné à six mois de prison. L'année suivante, Floyd a été arrêté deux fois pour vol, et condamné à des peines de 10 mois et 10 jours, respectivement. En 2001, Floyd a été arrêté et condamné à 15 jours de prison pour avoir omis de communiquer son nom, son adresse ou sa date de naissance à un officier de police. Entre 2002 et 2005, il a été arrêté quatre autres fois : deux fois pour possession de moins d'un gramme de cocaïne, une fois pour avoir donné moins d'un gramme de cocaïne à quelqu'un d'autre, et une fois pour intrusion criminelle. Il a été condamné à environ 30 mois de prison au total pour ces quatre crimes.
  2. « He's sitting on his car cause he is awfully drunk and he's not control of himself. » (« Il est assis sur sa voiture parce qu'il est terriblement ivre et qu'il ne se contrôle pas. »)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alanna Vagianos, « 'He's Gonna Change The World': George Floyd's Family Remembers The Man They Lost » [archive du ], sur HuffPost, (consulté le 11 juin 2020)
  2. a b c d e et f [1] Fernandez, Manny; Burch, Audra D. S. (June 10, 2020). "George Floyd, From 'I Want to Touch the World' to 'I Can't Breathe'". The New York Times. ISSN 0362-4331.
  3. a et b CNN-levenson
  4. Luis Andres Henao, Nomaan Merchant, Juan Lozano et Adam Geller, « A long look at the complicated life of George Floyd » [archive du ], sur chicagotribune.com, (consulté le 12 juin 2020)
  5. a et b BBC
  6. Chicago tribune
  7. Alisha Ebrahimji, « This is how loved ones want us to remember George Floyd » [archive du ], sur CNN, (consulté le 1er juin 2020)
  8. Jennifer Holton, « 'A good guy:' College classmate, coach remember George Floyd » [archive du ], sur WTVT, (consulté le 1er juin 2020)
  9. a et b Texas Monthly
  10. Lance Scott Walker, Houston Rap Tapes: An Oral History of Bayou City Hip-Hop, University of Texas Press, (ISBN 9781477317938, lire en ligne[archive du ]), p. 83
  11. Chron.com
  12. The fader
  13. (en) David Greene, Fatma Tanis et Arezou Rezvani, « Houston's Hip-Hop Scene Remembers George Floyd » [archive du ], sur NPR.org, (consulté le 11 juin 2020)
  14. (en-GB) Matthew Neale, « George Floyd's rap collaborator remembers "legendary" freestyler » [archive du ], sur NME Music News, (consulté le 12 juin 2020)
  15. (en-US) Jessica Lee, « EXCLUSIVE: Investigating George Floyd's Criminal Record », Snopes.com,‎ (lire en ligne, consulté le 13 juin 2020)
  16. USA Today
  17. (en-US) Jessica Lee, « EXCLUSIVE: Investigating George Floyd’s Criminal Record », sur Snopes.com, www.snopes.com, (consulté le 27 août 2020)
  18. (en) « Internet Adult Film Database », sur www.iafd.com (consulté le 18 septembre 2020)
  19. (en) Emily Mee, « Who was George Floyd? The 'gentle giant' who was trying to turn his life around » [archive du ], sur Sky News, (consulté le 4 juin 2020)
  20. a b et c « La famille d'un Noir américain mort aux mains de la police réclame justice », sur L'Obs, (consulté le 27 mai 2020).
  21. a b et c (en-GB) Martin Gould, « Police bodycam footage shows arrest of George Floyd for the first time », sur Mail Online, (consulté le 4 août 2020)
  22. a b c d et e (en) Evan Hill, Ainara Tiefenthäler, Christiaan Triebert, Drew Jordan, Haley Willis et Robin Stein, « 8 Minutes and 46 Seconds: How George Floyd Was Killed in Police Custody », sur The New York Times.com, . Vidéo en partie retranscrite en français par LCI.
  23. (en) Christine Hauser, Derrick Bryson Taylor et Neil Vigdor, « ‘I Can't Breathe’: 4 Minneapolis Officers Fired After Black Man Dies in Custody », sur The New York Times, (consulté le 27 mai 2020).
  24. a et b (en) « Video Of Fatal Arrest Shows Minneapolis Officer Kneeling On George Floyd's Neck For Several Minutes », sur CBS Minnesota, (consulté le 27 mai 2020).
  25. (en) Brian Dakss, « Video shows Minneapolis cop with knee on neck of motionless, moaning man who later died », sur CBS News, (consulté le 29 mai 2020).
  26. (en) Laura French, « FD report: George Floyd was 'pulseless, unresponsive' in ambulance », sur EMS1, (consulté le 29 mai 2020).
  27. (en) Liz Sawyer, « George Floyd showed no signs of life from time EMS arrived, fire department report says », Star Tribune, (consulté le 27 août 2020)
  28. a et b (en) « 4 Minneapolis police officers terminated for involvement of George Floyd death », sur KBJR6.com (en), (consulté le 27 mai 2020).
  29. (en-US) Lou Raguse, « New court docs say George Floyd had "fatal level" of fentanyl in his system », sur kare11.com, (consulté le 27 août 2020)
  30. (en-US) « Court filings: Medical examiner thought George Floyd had 'fatal level' of fentanyl in system », sur FOX 9, (consulté le 27 août 2020)
  31. a et b (en) Brad Brooks, « State, independent autopsies agree on homicide in George Floyd case, but clash on underlying cause », sur Reuters, (consulté le 2 juin 2020).
  32. (en) « George Floyd death at hands of Minneapolis police was homicide, says updated medical examiner's report », sur Australian Broadcasting Corporation, (consulté le 2 juin 2020).
  33. (en) Amir Vera, « Independent autopsy finds George Floyd's death a homicide due to 'asphyxiation from sustained pressure' », sur CNN, (consulté le 1er juin 2020).
  34. Matt Furber, Audra D. S. Burch et Frances Robles, « George Floyd Worked With Officer Charged in His Death », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne[archive du ], consulté le 30 mai 2020)
  35. Associated Press, « Fired Minneapolis police officer Derek Chauvin, who knelt on George Floyd's neck, arrested », Boston Globe,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 29 mai 2020)
  36. Kim Barker, John Eligon, Richard A. Oppel Jr et Matt Furber, « Officers Charged in George Floyd's Death Not Likely to Present United Front », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne[archive du ], consulté le 5 juin 2020)
  37. Doha Madani, « 3 more Minneapolis officers charged in George Floyd death, Derek Chauvin charges elevated », NBC News,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 3 juin 2020)
  38. Tucker Higgins et Dan Mangan, « 3 more cops charged in George Floyd death, other officer's murder charge upgraded », CNBC,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 5 juin 2020)
  39. Geoffroy Tomasovitch, « Affaire George Floyd : les quatre ex-policiers devant un tribunal », sur leparisien.fr, (consulté le 25 décembre 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]