Georg Ots

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Georg Ots
Image dans Infobox.
Georg Ots en 1962.
Fonction
Parlementaire du Soviet suprême de l'Union soviétique
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Pétrograd (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
TallinnVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Formation
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Karl Ots (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Maret Purde (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Sport
Tessiture
Genre artistique
Distinctions
Prix StalineVoir et modifier les données sur Wikidata
Liste détaillée
Prix Staline
Médaille du centenaire de la naissance de Lénine (en)
Ordre de l'Insigne d'honneur
Artiste du peuple de l'URSS
Ordre du Drapeau rouge du Travail
Prix d'État de l'URSS
Ordre de Lénine
Eesti NSV teeneline kunstnik (d)
Baltic Star (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Timbre soviétique de 1980 à l'effigie de Georg Ots.

Georg Ots (en russe : Гео́рг Ка́рлович Отс, Gueorg Karlovitch Ots), né le à Petrograd (aujourd'hui Saint-Pétersbourg) et mort le à Tallinn, est un chanteur d'opéra et de chansons soviétique estonien[1],[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Georg Ots est le fils de Lydia Ots et du ténor Karl Ots. Il est le frère de Maret Purde, chercheuse en oncologie. En 1938, il obtient son baccalauréat après avoir été élève du lycée français de Tallinn. Dans sa jeunesse il pratique la natation et le water-polo.

Mobilisé dans l'Armée rouge en 1941, Georg Ots prend place sur le vapeur Sibir à destination de Léningrad pour recevoir son affectation. Près de l'île d'Hogland dans le golfe de Finlande le bateau est atteint par une bombe allemande. Ots est récupéré par un dragueur de mines et arrive finalement à Léningrad. Il est fait commandant d'un peloton de lutte antichar en . A cette époque, il rencontre par hasard son compatriote Priit Põldroos, commissaire politique du théâtre dramatique de Tallin, devenu directeur artistique des ensembles musicaux d'Estonie organisés à Iaroslavl. Il invite Ots à se joindre à sa formation. C'est là qu'a lieu son initiation vocale et musicale.

En 1944, Georg Ots intègre l'école musicale de Tallinn et devient choriste, puis l'année suivante - soliste de l'opéra national d'Estonie.

En 1951, il sort diplômé de l'Académie estonienne de musique et de théâtre.

Il était baryton extrêmement populaire dans les années 1950-1970 dans toute l'URSS[4]. Il reçut deux fois le prix Staline (en 1950 et en 1952) et le prix d'État de l'URSS (1968). Sa popularité s'accroît après la sortie du film musical Mister Iks de Youli Khmelnitski (1958), adaptation télévisée de l'opérette d'Emmerich Kálmán La Princesse de cirque où Georg Ots tient le premier rôle.

On lui découvre une tumeur maligne au cerveau en 1972. Il subit huit opérations tout en continuant de travailler presque jusqu'au bout. Il fut également député du 9e Soviet suprême de l'Union soviétique élu en 1974. Il meurt le à Tallinn et il est enterré au cimetière boisé dans l'arrondissement de Pirita[5].

En 2007, Peeter Simm réalise le film Georg, une biographie romancée de l'artiste, d'après le scénario d'Alexander Borodianski et Mati Põldre[6].

En , le théâtre d"opéra de Tallin célébra le 100e anniversaire de l'un de ses chanteurs les plus remarquables, Georg Ots, avec deux concerts de gala[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Ots, Georg Estonian baritone, 1920 - 1975 », cantabile-subito.de (consulté le 26 octobre 2016)
  2. (en) E. Mazierska et G. Gregory, Relocating Popular Musicpublié, Springer, , 253 p. (ISBN 978-1-137-46338-8, lire en ligne)
  3. (en) « From The Music Capitals of The World », Billboard, vol. 83, no 5,‎ , p. 66 (ISSN 0006-2510, lire en ligne)
  4. (en)Peter Nagy, Phillippe Rouyer, Don Rubin, World Encyclopedia of Contemporary Theatre: Volume 1: Europe, Routledge, (ISBN 9781136402890, lire en ligne), p. 243
  5. « Georg Ots », sur findagrave.com
  6. « Le cinéma estonien », sur c-et-c.mon-paysdegex.fr,
  7. (en) « Anniversary Concert – Georg Ots 100! », sur opera.ee,

Liens externes[modifier | modifier le code]