Georg Jellinek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georg Jellinek
Georg Jellinek.jpg

Georg Jellinek

Fonction
Recteur
Université de Heidelberg
à partir de
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
HeidelbergVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Bergfriedhof (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Lieu de travail
Formation
Activités
Père
Adolf Jellinek (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Max Hermann Jellinek (d)
Emil JellinekVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Camilla Jellinek (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Walter Jellinek (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Religions
Membre de
Jellinek grab.JPG

Vue de la sépulture.

Georg Jellinek, né à Leipzig (Saxe) le , mort à Heidelberg (Prusse, Allemagne) le , est un juriste d'expression allemande. Considéré, avec Hans Kelsen, comme un des principaux représentants de l'école positiviste autrichienne, il est célèbre pour ses réflexions sur la philosophie du droit et la théorie du droit.

Il est notamment connu dans le monde juridique francophone pour être à l'origine d'une définition de la souveraineté qui serait la faculté de pouvoir disposer de la "compétence de la compétence" (Kompetenz-Kompetenz). De plus il a inventé de nouveaux termes et concepts juridiques qui l'ont rendu célèbre, tels que la "doctrine des droits publics subjectifs". Pour Jellinek ces droits permettent de considérer l'être humain comme un individu doté d'une personnalité juridique propre. Il est également connu pour s'être opposé en 1902 à Emile Boutmy sur les sources idéologiques de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen[1].

Famille[modifier | modifier le code]

Georg Jellinek est le fils aîné d'Adolf Jellinek et de son épouse, Rosalie Bettelheim.

Il est le frère aîné d'Emil Jellinek, diplomate et homme d'affaires, fondateur de la marque automobile Mercedes, et de Max Hermann Jellinek, médiéviste.

Il est le neveu de Hermann Jellinek, écrivain et journaliste, et de Moritz Jellinek, économiste.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1867, Georg Jellinek étudie le droit, l'histoire de l'art et la philosophie à l'université de Vienne.

En 1872, il obtient le doctorat (promotion) de philosophie en soutenant, à Leipzig, une thèse (dissertation) intitulée Die sozialethische Bedeutung von Recht, Unrecht und Strafe.

En 1874, il obtient le doctorat de droit à Vienne.

En 1881, il obtient la chaire de professeur (Professur) à Vienne.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Traductions françaises[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. E. Boutmy, "La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et M. Jellinek", Annales de l’Ecole libre des Sciences politiques, 1902, t. XVII, pp. 415 et suiv. (cité par R. Letteron dans son article p. 147 note 3), la Revue française d'histoire des idées politiques a publié dans son n°1, 1995, un article de Diethelm Klippel, "La polémique entre Jellinek et Boutmy : une controverse scientifique ou un conflit de nationalismes ?" et trois documents, deux de Georg Jellinek et un d'Emile Boutmy (avec une présentation des documents)
  2. Cité par R. Letteron dans son article p. 147 note 1

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]