Georg Hermann Quincke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant  un physicien image illustrant une personnalité image illustrant allemand
Cet article est une ébauche concernant un physicien et une personnalité allemande.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Georg Hermann Quincke (19 novembre 1834 à Francfort-sur-l'Oder, Allemagne – 13 janvier 1924) est un physicien allemand dont les études des phénomènes de capillarité sont classiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Quincke est le fils d'un médecin en vue, Hermann Quincke, et le frère aîné du médecin Heinrich Quincke.

Il a obtenu son PhD en 1858 à l'Université Humboldt, alors qu'il avait déjà étudié à l'université de Königsberg et à l'université de Heidelberg. Sa thèse portait sur la constante capillaire du mercure.

En 1859, il devient privatdozent à Berlin, puis professeur en 1865 dans la même ville, suivi de professeur en 1872 à l'université de Wurtzbourg, pour finalement être nommé professeur de physique en 1875 à Heidelberg, où il est resté jusqu'à sa retraite en 1907.

En plus de ses travaux sur la capillarité, Quincke a mené d'importantes expériences sur la réflexion de la lumière, surtout sur les surfaces métalliques, et a mené de longues expériences sur l'influence des champs électriques sur les constante de différentes formes de la matière (solide, liquide, gazeuse...), modifiant ainsi l'hypothèse de dissociation de Rudolf Clausius.

Quincke a été élu fellow de la Royal Society of London.

Il a publié Geschichte des physicalischen Instituts der Universität Heidelberg en 1885.

Notes et références[modifier | modifier le code]