Georg Hermann Quincke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Georg Hermann Quincke, né le 19 novembre 1834 à Francfort-sur-l'Oder, Allemagne et mort le 13 janvier 1924 à Heidelberg, est un physicien allemand dont les études des phénomènes de capillarité sont classiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Quincke est le fils d'un médecin en vue, Hermann Quincke, et le frère aîné du médecin Heinrich Quincke.

Il a obtenu son Ph.D. en 1858 à l'université Humboldt de Berlin, alors qu'il avait déjà étudié à l'université de Königsberg et à l'université de Heidelberg. Sa thèse portait sur la constante capillaire du mercure.

En 1859, il devient privatdozent à Berlin, puis professeur en 1865 dans la même ville, suivi de professeur en 1872 à l'université de Wurtzbourg, pour finalement être nommé professeur de physique en 1875 à Heidelberg, où il est resté jusqu'à sa retraite en 1907.

En plus de ses travaux sur la capillarité, Quincke a mené d'importantes expériences sur la réflexion de la lumière, surtout sur les surfaces métalliques, et a mené de longues expériences sur l'influence des champs électriques sur les constante de différentes formes de la matière (solide, liquide, gazeuse...), modifiant ainsi l'hypothèse de dissociation de Rudolf Clausius.

Quincke a été élu membre étranger de la Royal Society.

Il a publié Geschichte des physicalischen Instituts der Universität Heidelberg en 1885.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]