Geoffroy d'Amiens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Geoffroy.

Geoffroy d'Amiens
Image illustrative de l’article Geoffroy d'Amiens
Maître de Meßkirch, Saint Geoffroy, Donaueschingen (Allemagne), Fürstlich Fürstenbergische Sammlungen
Naissance vers 1066
à Moulincourt
Décès   (~49 ans)
à Soissons
Ordre religieux Ordre de Saint-Benoît
Fête 8 novembre

Geoffroy dit d'Amiens (ou Godefroy), né vers 1066 et mort en 1115 à Soissons, était un religieux français qui était évêque d'Amiens. Il est vénéré comme saint dans l'Église catholique romaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Geoffroy d'Amiens naquit vers 1066 à Moulincourt, dans le diocèse de Soissons. Troisième enfant de Frodon seigneur de Moulincourt et d'Elisabeth, il fut tout jeune pris en charge par son oncle, évêque de Soissons qui le fit éduquer à l'abbaye du Mont Saint-Quentin, près de Péronne.

À l'âge de 25 ans, il fut ordonné prêtre par l'évêque de Noyon, et devint ensuite abbé à l'abbaye de Nogent-sous-Coucy.

Un brillant début de carrière épiscopale[modifier | modifier le code]

En 1104, il fut nommé évêque d'Amiens lors du concile de Troyes avec l'accord du roi de France Philippe Auguste. Il fut sacré évêque à Reims par l'archevêque Manassès.

En 1106, il se rendit en Italie et obtint qu pape Pascal II que l'abbaye de Saint-Valery-sur-Somme tomba sous l'autorité de l'évêque d'Amiens. Il participa au concile de Troyes le 11 mai 1107 contre les simoniaques. En 1108, il fit retraite à l'abbaye du Mont Saint-Quentin. En 1109, il se rendit de nouveau en Italie, à Rome puis à Baris où il se recueillit devant la tombe de saint Nicolas de Myre. En 1112, en pleine querelle des investitures, il remplaça le légat du pape au concile de Vienne, en Autriche, durant lequel, l'Empereur Henri V fut excommunié. En novembre 1114, il était de retour à Amiens.

Une carrière épiscopale troublée[modifier | modifier le code]

L'épiscopat de Geoffroy est à replacé dans le contexte du mouvement communal auquel les bourgeois d'Amiens furent mêlés. La ville était alors soumise à l'autorité de l'évêque, de son vidame, du comte et du chatelain. En 1113, les bourgeois d'Amiens s'érigèrent en commune.

L'évêque Geoffroy soutint dès l'origine la commune pour contrer les tentatives d'empiétement du comte sur ses prérogatives. Il se trouva donc à soutenir les demandes des bourgeois qui avaient reçu le soutien du roi Louis VI le Gros[1]. En 1114, Thomas de Marle, fils du comte d'Amiens, sema la désolation dans les possessions rurales de l'évêque et du chapitre cathédral tandis que bourgeois et hommes du comte retranchés dans la forteresse du Castillon s'affrontaient dans les rues d'Amiens sans succès de l'un des deux camps.

Geoffroy impressionné par le tour sanglant prit par les événements et désavoué par une partie du clergé décida de se démettre et de se retirer à la Grande Chartreuse pour y mener une vie de pénitence.

Mais, sur la réclamation des habitants d'Amiens, il dut, sur décision du concile de Reims, revenir à la tête de son diocèse, en 1115, où les mêmes difficultés l'attendaient. Cependant, l'intervention militaire du roi le dimanche des Rameaux, le 11 avvril 1115 amorçait une évolution du conflit[2].

Mais Geoffroy malade se retira à l'abbaye Saint-Crépin de Soissons où il mourut le [3].

Vénération[modifier | modifier le code]

Hommage[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Essai sur saint Geoffroy, évêque d'Amiens - Guérard - 1843
  • R. de Hyacinthe Dusevel, Histoire de la ville d'Amiens depuis les gaulois jusqu'à nos jours, Amiens (France), 1848, p. 259
  • Alain Guillermou, Le Livre des saints et des prénoms, 1976, p. 146

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albéric de Calonne, Histoire de la ville d'Amiens, tome 1, p. 127 à 142, Amiens, Piteux Frères, 1899 - réédition, Bruxelles, Éditions culture et civilisation, 1976
  2. Ronald Hubscher (sous la direction de), Histoire d'Amiens, Éditions Privat, Toulouse, 1986 (ISBN 2 - 7 089 - 8 232 - X) p 54 à 59
  3. https://books.google.fr/books?id=56ddAAAAcAAJ&pg=PA63&lpg=PA63&dq=histoire+des+evesque+d%27amiens+sachy&source=bl&ots=3VW-aLFam7&sig=ACfU3U1pi88yCCWjtcCKQU18iF3GNC2ydw&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjlzczVlrDkAhVFRBoKHaqGDe8Q6AEwD3oECAgQAQ#v=onepage&q=histoire%20des%20evesque%20d'amiens%20sachy&f=false