Geoffroy II de Lusignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir De Lusignan.
Geoffroy II de Lusignan
Geoffroy de Lusignan, dict a la grand dent (Thevet).jpg
Titre de noblesse
Seigneur de Vouvant et de Mervent (d)
-
Prédécesseur
Successeur
Hugues II de Parthenay-l'Archevêque (d)
Biographie
Naissance
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Famille
Père
Mère

Geoffroy II de Lusignan (dit Geoffroy la Grand Dent ; né vers 1198 et mort en 1248) était le seigneur de Vouvant et Mervent, de Moncontour, de Fontenay & vicomte de Châtellerault. Il était le fils de Geoffroy Ier de Lusignan (1150 † 1224) et de sa seconde épouse Eustach(i)e Chabot, héritière de fiefs à Vouvant et Mervent.

Geoffroy II est très souvent confondu avec son père Geoffroy Ier de Lusignan dans l'histoire et dans les romans[1].

Il est fait prisonnier par le Comte de Bretagne, puis est libéré en 1230 par Henri III d'Angleterre à la condition de lui faire allégeance pour ses châteaux de Vouvant et de Mervent. Il se distingue surtout par ses violences envers les moines et l'abbaye de Maillezais dont il revendique l'avouerie, c'est-à-dire le protectorat, qu'il tenait de sa mère Eustache Chabot. Excommunié, il sera absous par le pape à Spolète en 1232, après avoir fait un pèlerinage pénitentiel à Rome[2].

Inscription à l'intérieur de l'église Notre-Dame-de-l'Assomption de Vouvant faisant peut-être allusion à la sépulture de Geoffroy II.

Il meurt sans postérité légitime en 1248, et est mis en terre dans l'église Notre-Dame-de-l'Assomption de Vouvant comme l'indiquait sa volonté dans son testament datant de janvier 1247[1]. Une inscription du XIIIe siècle est visible à l'intérieur de l'abside touchant au portail à droite ː « QVONDAM PRÆCLARVS SED NVNC CINIS ATQE FAVILLA † »[3], signifiant « autrefois célèbre, maintenant cendre et poussière ».

Il avait épousé[1] ː

  1. Clémence de Châtellerault en 1224[2] (après la mort de son père Geoffroy de Lusignan), sans aucune descendance.
  2. Selon son testament, il aurait épousé une seconde femme nommée Aude qui lui aurait donné 3 enfants (un fils Arpin et deux filles Aelis et Bourgogne) mais qui n'héritèrent pas de ses fiefs[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Charles (1824-1903) Farcinet, Les anciens sires de Lusignan, Geoffroy la Grand'Dent et les comtes de La Marche : recherches historiques sur le moyen âge en Poitou / par Charles Farcinet,..., impr. Lemercier et Alliot, (lire en ligne)
  2. a et b « Francis Moreau - Les Châteaux de Mélusine », Licence CC BY-ND 3.0, sur fmoreau.recit.free.fr (consulté le 30 mai 2017)
  3. René Vallette, Octave de Rochebrune, René Vallette, Joseph Berthelé et al., Paysages et monuments du Poitou, t. X, Paris, May et Motteroz, (lire en ligne), p. 9-10

Pour aller plus loin[modifier | modifier le code]

  • Georges Pon, « La dévastation de l'abbaye de Maillezais (v. 1225-1232) par Geoffroy de Lusignan, dit Geoffroy à la Grand'Dent », Bulletin de la Société des Antiquaires de l'Ouest et des musées de Poitiers, 5e série, vol. 12,‎ , p. 223-311.
  • Marie-Cécile Pineau, « Le droit d'avouerie : entre malédiction et bénédiction, l'exemple de Geoffroy la Grand' Dent et l'abbaye de Maillezais », conférence prononcée le 24 octobre 2012, dans le cadre de la 4e journée « Jeunes chercheurs » de l'Institut catholique d'études supérieures [visionner sur Youtube]