Geoffrey Spicer-Simson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Geoffrey Spicer-Simson
Image illustrative de l'article Geoffrey Spicer-Simson

Naissance
Hobart, Tasmanie, Australie
Décès (à 71 ans)
Courtenay, Colombie-Britannique, Canada
Origine Britannique
Arme Marine
Grade Capitaine (Royal Navy)
Années de service 1889-1921
Commandement Capitaine (Royal Navy)
Conflits 1915 Bataille du lac Tanganyika
Distinctions Distinguished Service Order
Ordre de la Couronne (Belgique)

Le Commander Geoffrey Basil Spicer-Simson DSO () fut un officier de la Royal Navy. Il servit en Mer Méditerranée, dans le Pacifique et les Home Fleets britanniques. Il est surtout connu pour ses actions en tant que responsable au cours de la Première Guerre mondiale de l'expédition navale sur le Lac Tanganyika en 1915, où il commanda une petite flottille qui vainquit une force supérieure allemande au cours de la bataille du Lac Tanganyika.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Geoffrey Basil Spicer Simson est né à Hobart en Tasmanie le , parmi une fratrie de cinq. Son père, Frederick Simson, fut occupé dans la marine marchande et travailla dans le commerce de l'or en Inde, et qui s'établit au Havre à l'âge de 31 ans. Il rencontra alors une jeune fille de 18 ans, Dora Spicer, fille d'un homme de clergé anglais. Il changea son nom à l'occasion du mariage pour Spicer-Simson. En 1874, les Spicer-Simson s'établirent en Tasmanie, où ils fondèrent une famille, et exploitèrent une ferme de moutons pendant cinq ans. Bien que Geoffrey soit né en Tasmanie, il fut envoyé en France selon le souhait de sa mère. Lui et ses frères et sœurs furent plus tard envoyés à l'école en Angleterre. Le plus âgé, Theodore Spicer-Simson, devint un portraitiste mondialement connu[1], voyageant entre la France et les États-Unis. Son plus jeune frère, Noel, rejoignit l'Armée britannique.

Geoffrey intégra la Royal Navy en 1889 à l'âge de quatorze ans. Il fut nommé midshipman le 14 juin 1892. Sa carrière naval progressa rapidement lorsque gagna sept mois d'ancienneté par de bonnes quotations qui lui permirent d'éviter le Royal Naval College à Dartmouth[2]. Il fut promu au rang de sous-lieutenant le 19 février 1896[2]. Il fut confirmé au rang de sous-lieutenant le 20 janvier 1897, anti-daté avec la promotion originelle[3]. Il fut promu lieutenant le 30 septembre 1898[4] .

À partir de ce moment, il se spécialisa dans la collecte d'informations[2], et servit dans la Commission des frontières du Bornéo septentrional en 1901, aidant à l'établissement des cartes et des limites territoriales. Sa plus haute fonction fut le commandement d'un destroyer[5]. Il alla alors en Chine, et réalisa les premières triangulations du Yangtze de 1905 à 1908. Après la Chine, il fut envoyé en Afrique pour prendre le commandement d'un navire d'études sur le fleuve Gambie. En 1912, il épousa Amy Elizabeth, fille d'Edmund et Phoebe Baynes-Reed de Victoria, en Colombie britannique.

Il quitta l'Afrique pour la Grande-Bretagne quelques jours avant l'entrée en guerre de la Grande-Bretagne dans la Première Guerre mondiale le 4 août 1914. Il servit brièvement sur un navire de contrôle de contrebande, mais après 15 jours un des navires sous son commandement fut torpillé en plein jour[6]. Il fut alors envoyé dans une tâche administrative à l'Amirauté au département chargé de la reconversion des marins de la marine marchande en marins de la marine de guerre.

Simson's Circus[modifier | modifier le code]

En avril 1915, l'Amirauté apprit que l'Allemagne se préparait à lancer le Graf von Götzen sur le Lac Tanganyika. Le Götzen était plus imposant que tout autre navire sur le lac, et aurait donné une suprématie à l'Allemagne sur toute sur surface. Avec le contrôle du lac, l'Allemagne aurait pu déplacer aisément des troupes et du matériel pour supporter ses actions en Afrique orientale allemande et dans les régions avoisinantes. Pour contrer le Götzen, deux vaisseaux, petits mais rapides et bien armés, seront envoyés de Grande-Bretagne.

Spicer-Simson avait l'expérience de l'Afrique, et parlait couramment français et allemand, fit l'impasse sur son passé et le choisit pour mener l'expédition[1]. Ses supérieurs estimèrent qu'ils n'avaient rien à perdre à l'envoyant pour ce qu'ils considéraient comme un front secondaire[6].

Les deux navires à moteur, que Spicer-Simson baptisa Mimi et Toutou, furent chargés sur le SS Llanstephen Castle le 15 juin, avec divers équipements et ravitaillements pour l'expédition. Des conteneurs spéciaux furent également emmenés pour permettre de les transporter par rail ou par voie de terre[7]. La première partie du voyage de Mimi et Toutou de 10.000 kilomètres fut accompli en 17 jours de mer pour parvenir au Cap de Bonne-Espérance.

Depuis Le Cap, les navires et les hommes de l'expédition furent transportés par chemin de fer jusque Elisabethville via Bulawayo, où ils arrivèrent le 26 juillet[8]. Une fois arrivés au terminus de Fungurume, les navires furent déchargés et tirés sur plus de 200 kilomètres à travers la savane par des attelages de bœufs jusqu'au chemin de fer allant de Sankisia à Bukama. À Bukama, les bateaux furent déchargés et préparés pour la descente de la rivière Lualaba. La Lualaba avait un faible débit à ce moment, et Mimi et Toutou devaient remontés d'une centaine de kilomètres vers l'amont. Ils s'échouèrent jusqu'à 14 fois sur une vingtaine de kilomètres. Ils passèrent 17 jours sur la Lualaba avant d'atteindre Kabalo. De là, les derniers 250 kilomètres de voyage jusqu'au lac Tanganyika furent effectués par chemin de fer. L'expédition, connue à partir de ce moment sous le nom de « Simson's Circus » (« Cirque de Simson ») pour toutes ses épreuves, arriva au port belge de Lukuga le 24 octobre 1915[9].

Bataille du lac Tanganyika[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille du lac Tanganyika.
Spicer-Simson (debout) sur le pont du navire belge Netta.
HMS Fifi

Peu après être arrivé sur le lac Tanganyika, Spicer-Simson déplaça son port d'attache au sud de la Lukuga, à Albertville, où il fit construire un port mieux protégé des assauts des tempêtes du lac. Mimi et Toutou furent assemblés et lancé un peu avant Noël 1915. Au lever du jour du 26 décembre, le remorqueur allemand militarisé Kingani fut aperçu au loin. Spicer-Simson embarqua sur Mimi et Toutou et captura le Kingani après un bref échange de tirs au cours duquel le commandant allemand et quatre de ses hommes d'équipage furent tués. Le Kingani fut rebaptisé HMS Fifi et mis sous commandement de Spicer-Simson. Il fut dès lors promu le de Lieutenant-Commandant à Commandant. La promotion eu effet rétroactif au 26 décembre, date de la capture du Kingani[2],[10].

Le , le navire lacustre allemand Hedwig von Wissmann (navire jumeau du Hermann von Wissmann sur le Lac Nyasa) apparu de la Lukuga pour s'enquérir de la disparition du Kingani. Après une course-poursuite d'une cinquantaine de kilomètres, la flottille de Spicer-Simson coula le Hedwig von Wissmann[11].

La capture du Kingani et la destruction du Hedwig affaiblirent considérablement les forces navales allemandes du lac Tanganyika. Cependant, un survivant du Kingani indiqua que le Götzen avait été récemment équipé d'un canon issus du croiseur allemand Königsberg récemment désarmé. L'ajout d'un canon du Königsberg donnait alors au Götzen une capacité d'attaque de Mimi, Toutou, et Fifi au-delà de leur portée de tir. Mais comme le Götzen ne pouvait attaquer directement, la suprématie allemande sur le lac Tanganyika avait été brisée.

Pour ses actions contre le Hedwig, Spicer-Simson reçu l'Ordre du Service distingué le 1er mai 1916[2]. Au cours de l'expédition, trois de ses officiers reçurent la Distinguished Service Cross, et douze de ses hommes reçurent la Distinguished Service Medal[12].

Après ses succès initiaux, le commandement de Spicer-Simson se termina en controverse. Il refusa d'envoyer ses navires aider les forces belges et britanniques pour capturer Mpulungu, actuellement en Zambie. Après être tombé malade et s'être retiré dans ses quartiers, il fut renvoyé en Angleterre pour traitement médicaux et repos[6]. Il reçut également l'Ordre de la Couronne belge[2].

Excentricités[modifier | modifier le code]

Spicer-Simson était connu pour ses excentricités. En Grande-Bretagne, il avait suggéré que Mimi et Toutou soit appelés Cat (« chat ») et Dog (« chien »), mais ces noms furent rejetés par l'Amirauté[13]. Une fois que Mimi et Toutou furent finalement acceptés comme alternatives, il expliqua que ces noms étaient des diminutifs de « chat » et « chien » en français[14]. Quand il était en poste sur le Lac Tanganyika, Spicer-Simson portait par ailleurs régulièrement un kilt khaki, et il insistait pour que le drapeau de l'Amirauté flotte à la porte de son habitation. Il fumait des cigarettes à monogramme, et arborait divers tatouages macabres réalisés en Asie[15].

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Il devint Directeur assistant au renseignement militaire naval, avec le grade de Capitaine[2], et un délégué de la Marine et traducteur francophone au cours de la Conférence pour la Paix de Versailles en 1919. Après avoir été interprète pour la Première Conférence internationale hydrographique à Londres en 1919, il fut élu premier Secrétaire-Général de l'Organisation hydrographique internationale. Il endossa ce rôle de 1921 à 1937[12]. Il vécut par après en Colombie-Britannique. Il donna aussi une série de conférences à propos de son commandement sur le Lac Tanganyika, et contribua à un article du National Geographic à propos du transport des deux navires à travers les jungles du Congo. Il mourut le 29 janvier 1947.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

En 2004, l'hisoire de Spicer-Simson fut réévoquée dans un livre écrit par Giles Foden, Mimi and Toutou Go Forth: The Bizarre Battle for Lake Tanganyika. En 2007, Christopher Dow reprit également cette histoire dans un livre intitulé The Lord of the Loincloth. La même année, le suisse Alex Capus publia la nouvelle Eine Frage der Zeit[16], où il présente Spicer-Simson comme un des nombreux anti-héros.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Paice, Edward World War I The African Front. Pegasus Books, 2008, p. 100
  2. a, b, c, d, e, f et g « RN Officer's Service Records—Simson, Geoffrey Basil Spicer », DocumentsOnline, The National Archives
  3. (en) London Gazette: no. 26816. p. 411. 22 January 1897A ce moement, il. Retrieved 19 August 2009.
  4. (en) London Gazette: no. 27009. p. 5734. 30 septembre 1898. Retrieved 19 August 2009.
  5. Military History, December 2001, Naval Struggle in Darkest Africa]
  6. a, b et c Military History, December 2001, Naval Struggle in Darkest Africa
  7. (en) Foden, Mimi & Toutou Go Forth, p. 38
  8. (en) Foden, Mimi & Toutou Go Forth, p. 81,
  9. Paice, Edward World War I The African Front. Pegasus Books, 2008, p. 112
  10. (en) London Gazette: no. 29427. p. 181. 4 janvier 1916. Retrieved 19 August 2009.
  11. Paice, Edward World War I The African Front. Pegasus Books, 2008, p. 149-150
  12. a et b Paice, Edward World War I The African Front. Pegasus Books, 2008, p. 234
  13. (en) Paice, Tip & Run: The Untold Tragedy of the Great War in Africa, p. 101
  14. (en) Kiester, An Incomplete History of World War I
  15. Paice, Edward World War I The African Front. Pegasus Books, 2008, p. 147
  16. (en) Alex Capus, A Question Of Time, London 2011, (ISBN 978-1-907822-03-2)
  • 'Who's who' (1943), London: A. and C. Black; Creagh, Sir O'Moore and Humphris, E.M. (1978), 'The Distinguished Service Order, 1886-1923', London: J. B. Hayward.
  • Shankland, Peter (1968), 'The phantom flotilla', London: Collins.
  • Military History, December 2001, Naval Struggle in Darkest Africa
  • Kevin Patience, 'Shipwrecks & Salvage on the East African Coast'
  • Moiteret, V.A, Captain USN IHO 50 Years of Progress 1921-1971
  • (en) Giles Foden, Mimi and Toutou Go Forth: The Bizarre Battle for Lake Tanganyika, Penguin, (ISBN 0-141-00984-5)
  • (en) Edward Paice, Tip & Run: The Untold Tragedy of the Great War in Africa, Phoenix, (ISBN 978-0-7538-2349-1)
  • (en) Edwin Kiester, An Incomplete History of World War I, Murdoch Books, (ISBN 1-74045-970-9)

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]