Geoffrey Marcy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marcy.

Geoffrey William Marcy, dit Geoff[3], né le à St. Clair Shores (Michigan, États-Unis), est un astronome américain. Il était jusqu'en professeur d'astronomie à l'Université de Californie à Berkeley et professeur adjoint de physique et d'astronomie à l'Université d'État de San Francisco[4].

Geoffrey Marcy est connu pour être un des pionniers et des leaders de la découverte et de la caractérisation de planètes en orbite autour d'autres étoiles que le Soleil. En effet, avec ses équipes de recherche, il a contribué à la découverte de nombreuses exoplanètes, parmi lesquelles 70 des 100 premières connues[5] ainsi que le premier système multiplanétaire extrasolaire, Upsilon Andromedae[6],[7]. Il confirma également la découverte par Michel Mayor et Didier Queloz de la première planète extrasolaire autour d'une étoile de type solaire, 51 Pegasi b. Ses autres succès comprennent la codécouverte de la première planète transitant devant une autre étoile (HD 209458 b), la première planète extrasolaire orbitant au-delà de unités astronomiques (55 Cancri d) et les premières planètes de la taille de Neptune (Gliese 436 b et 55 Cancri e).

Geoffrey Marcy et Michel Mayor ont reçu en 2005 le prix Shaw en astronomie d'un million de dollars pour leurs travaux. Marcy a été lauréat de la médaille Henry Draper en 2001 (avec R. Paul Butler) et du prix Beatrice M. Tinsley en 2002.

Geoff Marcy est reconnu coupable fin 2015 dans une affaire de harcèlement, ce qui mène à sa démission au niveau des Breakthrough Initiatives et à Berkeley.

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Geoffrey William Marcy naît le à St. Clair Shores, dans le Michigan aux États-Unis[8].

Geoffrey Marcy est diplômé de Granada Hills High School à Granada Hills, en Californie, en 1972[9]. Il obtient un Bachelor of Arts (équivalent de la licence en France) summa cum laude avec double majeur en physique et en astronomie de l'Université de Californie à Los Angeles en 1976[10]. Il effectue ensuite un doctorat en astronomie à l'Université de Californie à Santa Cruz, dont il soutient la thèse en 1982[11], avec une grande partie de son travail effectué à l'Observatoire Lick.

Carrière académique[modifier | modifier le code]

Il a occupé plusieurs postes d'enseignant et de chercheur, le premier à l'Institut Carnegie de Washington (devenu par la suite les observatoires du Mont Wilson et de Las Campanas) comme Carnegie Fellow de 1982 à 1984[9]. Il exerça ensuite comme professeur associé de physique et d'astronomie de 1984 à 1996 puis comme professeur d'université distingué de 1997 à 1999 à l'université d'État de San Francisco. Actuellement, il est professeur adjoint (Distinguished University Professor) à l'Université d'État de San Francisco[12].

Geoffrey Marcy a travaillé comme professeur d'astronomie et à occupé la chaire Watson-et-Marilyn-Alberts de l'institut SETI[8],[13] à l'Université de Californie à Berkeley de 1999 jusqu'à sa démission en [14] (voir ci-dessous). De 2000 à 2012, il fut le directeur du Center for Integrative Planetary Science de l'UC à Berkeley. Geoffrey Marcy était également un des chefs de projet des Breakthrough Initiatives qui vont rechercher des signes de vie intelligente dans l'univers en utilisant des grands télescopes optiques et radiotélescopes[15],[16].

Geoffrey Marcy et son équipe confirmèrent 51 Pegasi b, la planète, première autour d'une étoile de type solaire, découverte par Michel Mayor et Didier Queloz[17]. Il a également découvert le premier système multiplanétaire autour d'une étoile similaire à la nôtre (Upsilon Andromedae)[6],[7], la première planète en transit devant une autre étoile que le Soleil, simultanément avec David Charbonneau et Timothy Brown (HD 209458 b), la première planète extrasolaire en orbite à plus de unités astronomiques de son étoile (55 Cancri d)[18] ainsi que les premières exoplanètes de la taille de Neptune (Gliese 436 b et 55 Cancri e)[19]. Geoffrey Marcy était un des chercheurs (Co-Investigator) de la mision Kepler de la NASA[20]. Geoffrey Marcy consacre beaucoup de son temps à la recherche de vie intelligente dans l'univers en utilisant des radiotélescopes et des télescopes optiques.

Affaire de harcèlement[modifier | modifier le code]

Début , l'Université de Californie à Berkeley annonce les résultats d'une enquête menée à l'encontre de Geoffrey Marcy pour violation des règles relatives au harcèlement sexuel[21]. À la suite de cette enquête, Geoffrey Marcy a écrit une lettre publique d'excuses[21],[22]. Selon cette enquête, Geoffrey Marcy aurait harcelé plusieurs étudiantes entre 2001 et 2010[23],[24],[25]. Geoffrey Marcy adressa une « Lettre ouverte à la communauté astronomique » (Open Letter to the Astronomy Community) dans laquelle il fit part de ses « sincères excuses » (« sincere apology ») pour les « erreurs » (« mistakes ») qu'il a faites[22]. En outre, l'Université de Californie à Berkeley « a imposé des conséquences réelles sur le professeur Geoff Marcy en mettant en place une politique de tolérance zéro concernant [son] comportement futur et en le dépouillant des protections procédurales dont bénéficient tous les autres membres de la faculté », selon une déclaration de l'université[26]. Néanmoins, certaines personnes sur le campus, dont des collègues et d'anciens étudiants, considèrent que Marcy a été « insuffisamment sanctionné pour [son] comportement avec des étudiants » (« inadequately disciplined for inappropriate behavior with students »)[26]. Vingt-trois membres et membres émérites du corps enseignant astronomique de Berkeley ont signé une lettre disant que « nous croyons que Geoff Marcy ne peut pas exercer les fonctions d'un membre du corps enseignant »[27],[28]. Le , après plusieurs jours de pression de la part de ses collègues, étudiants et de la communauté astronomique (notamment américaine) au sens large, Geofrey Marcy démissionne de son poste de chercheur principal (Principal Investigator) du projet Breakthrough Listen[29]. Deux jours plus tard, le , il quitte son poste de professeur à l'Université de Californie à Berkeley[30],[14].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Geoffrey Marcy vit en Californie[8] avec sa femme, Susan Kegley[31].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le , Geoffrey Marcy est déclaré « personne de la semaine » par ABC News Hour[32]. En 2000, il est reconnu « Scientifique de l'année de Californie ». En 2001, il reçoit aux côtés de R. Paul Butler la médaille Henry Draper de l'Académie nationale des sciences des États-Unis[33], avant d'être élu membre de ladite académie en 2002[34]. En 2002, il reçoit également le prix Beatrice M. Tinsley de l'Union américaine d'astronomie. En 2003, il récolte la NASA Medal for Exceptional Scientific Achievement et est déclaré « Space Scientist » de l'année par Discover Magazine. En 2005, il est colauréat avec Michel Mayor du prix Shaw[35]. Le , il reçoit un doctorat honorifique en science de l'Université du Delaware[36]. Le prix Carl-Sagan pour la popularisation de la science lui est décerné par Wonderfest (en) en 2009[37]. Il devient membre de l'Académie américaine des arts et des sciences en 2010[38] puis reçoit en 2013 le prix Cozzarelli du PNAS avec Erik Petigura et Andrew Howard[39]. Le 9 juin 2012, il reçoit un doctorat honorifique en science de l'Université de Chicago. En 2015, il devient « Miller Senior Fellow » de l'Institut Miller (en) à l'Université de Californie à Berkeley[40].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Autobiography of Geoffrey Marcy » [« Autobiographie de Geoffrey Marcy »], sur The Shaw Prize, Shaw Prize Foundation (consulté le 22 août 2015)
  2. Tim Stephens, « Major gift supports crucial piece of Automated Planet Finder » [« Un don important soutient un élément important de l'Automated Planet Finder (Chercheur de planètes automatisé) »], Université de Californie à Santa Cruz,‎ (consulté le 6 octobre 2010)
  3. (en) David M. Kipping, Guillermo Torres, Lars A. Buchhave, Scott J. Kenyon, Christopher E. Henze, Howard Isaacson, Rea Kolbl, Geoff W. Marcy, Stephen T. Bryson, Keivan G. Stassun et Fabienne A. Bastien, « Discovery of a Transiting Planet Near the Snow-Line » [« Découverte d'une planète en transit proche de la ligne des glaces (en) »], The Astrophysical Journal, vol. 795, no 1,‎ (publication) (arXiv 1407.4807, lire en ligne)
  4. « Faculty Profile », sur Department of Astronomy, UC Berkeley (consulté le 17 août 2015)
  5. (en) G.W. Marcy, « Technology Enabling the First 100 Exoplanets » [« La technologie ayant permis de découvrir les 100 premières exoplanètes »], American Astronomical Society Meeting Abstracts, vol. 223, no #91.03,‎
  6. a et b (en) « A Family of Giants: First System of Multiple Planets Found around a Sun-like Star » [« Une famille de géants : Premier système de plusieurs planètes trouvé autour d'une étoile analogue au Soleil »], sur NASA Science News, NASA (consulté le 16 août 2015)
  7. a et b (en) « SFSU Public Affairs Press Release: First system of multiple planets found around a Sun-like star » [« Communiqué de presse des affaires publiques du SFSU : Premier système de plusieurs planètes trouvé autour d'une étoile analogue au Soleil »], sur San Francisco State University, Bureau des affaires publiques de l'Université d'État de San Francisco (consulté le 16 août 2015)
  8. a, b et c Dennis Overbye, « Finder of New Worlds », New York Times,‎ (lire en ligne)
  9. a et b « Autobiography of Geoffrey Marcy », sur The Shaw Prize, Shaw Prize Foundation (consulté le 22 août 2015)
  10. « UCLA Spotlight », sur Spotlight.ucla.com, UCLA Marketing and Communications (consulté le 17 août 2015)
  11. « Alumni Achievement Award », sur University of California Santa Cruz Alumni, Regents of the University of California (consulté le 17 août 2015)
  12. « Multiple planets discovered around Upsilon Andromeda », Harvard-Smithsonain Center for Astrophysics (consulté le 24 août 2015)
  13. Dvorsky, George, « Meet SETI’s new boss: Geoff Marcy, the planet hunter » [« Rencontrez le nouveau patron de SETI : Geoff Marcy, le chasseur de planètes »],‎ (consulté le 14 juin 2012)
  14. a et b Dennis Overbye, « Geoffrey Marcy to Resign From Berkeley Astronomy Department » [« Geoffrey Marcy démissionne du Département d'astronomie de Berkeley »], New York Times,‎ (lire en ligne)
  15. « Leaders », sur Breakthrough Initiatives, Breakthrough Prize Foundation (consulté le 24 août 2015)
  16. « Yuri Milner and Stephen Hawking Announce $100 Million Breakthrough Initiative to Dramatically Accelerate Search for Intelligent Life in the Universe » [« Iouri Milner et Stephen Hawking annoncent la Breakthrough Initiative à 100 millions de dollars pour accélérer significativement la recherche de vie intelligente dans l'Univers »], sur Breakthrough Initiatives (consulté le 17 août 2015)
  17. G. W. Marcy, R. P.Butler, E. Williams et al., « The Planet around 51 Pegasi » [« La planète autour de 51 Pegasi »], Astrophysical Journal, vol. 481, no 926,‎ 1997
  18. Marcy, G.W., Butler, R.P., Fischer, D. A. et.al., « A Planet at 5 AU around 55 Cancri », Astrophysical Journal, vol. 581, no 1375,‎ 2002
  19. Robert Roy Britt, « Two Neptune-Mass Planets Found, Earth-Size Worlds Next », sur Space.com (consulté le 17 août 2015)
  20. « Kepler Team », sur Kepler: A Search For Habitable Planets, Ames Research Center (consulté le 18 août 2015)
  21. a et b Azeen Ghorayshi, « Famous Berkeley Astronomer Violated Sexual Harassment Policies Over Many Years », BuzzFeed News,‎ (lire en ligne)
  22. a et b Geoff Marcy, « An Open Letter to the Astronomy Community » [« Une lettre ouverte à la communauté astronomique »] [PDF],‎ (consulté le 12 octobre 2015)
  23. Dennis Overbye, « Geoffrey Marcy, Astronomer at Berkeley, Apologizes for Behavior » [« Geoffrey Marcy, astronome à Berkeley, s'excuse pour son comportement »], New York Times,‎ (lire en ligne)
  24. Ross Andersen, « The Consequences of Sexual Harassment in Astronomy » [« Conséquences du harcèlement sexuel en astronomie »], The Atlantic,‎ (lire en ligne)
  25. Jeffrey Mervis, « Berkeley astronomer found guilty of sexual harassment » [« Un astronome de Berkeley reconnu coupable de harcèlement sexuel »], Science Insider,‎ (lire en ligne)
  26. a et b Lisa Leff, « UC Berkeley says astronomer was appropriately disciplined » [« L'UC à Berkeley dit que l'astronome a été sanctionné de façon appropriée »], AP News,‎ (lire en ligne)
  27. Dennis Overbye, « Geoffrey Marcy’s Berkeley Astronomy Colleagues Call for His Dismissal », New York Times,‎ (lire en ligne)
  28. « Letter from UC Berkeley Astronomy faculty to Geoff Marcy »,‎
  29. Geoff Marcy Resignation (« Démission de Geoff Marcy »), Breakthrough Initiatives.
  30. Nanette Asimov, « Embattled astronomer resigns from UC Berkeley post amid sex harassment scandal », San Francisco Chronicle,‎ (lire en ligne)
  31. « Susan Kegley, PhD », Pesticide Research Institute (consulté le 17 août 2015)
  32. (en) Donald Goldsmith, Worlds Unnumbered: The Search for ExtraSolar Planets, Sausalito, CA, University Science Books,‎ 1997 (ISBN 0-935702-97-0), p. 1
  33. « Henry Draper Medal », National Academy of Sciences (consulté le 24 février 2011)
  34. « Member Directory », sur National Academy of Sciences (consulté le 12 août 2015)
  35. « 2005 Announcement and Citation », sur The Shaw Prize (consulté le 10 août 2015)
  36. « Honorary Degree Recipients from 1997 to present », University of Delaware (consulté le 10 août 2015)
  37. « Sagan Prize Recipients », wonderfest.org,‎ (consulté le 10 septembre 2011)
  38. « Book of Members, 1780–2010: Chapter A », American Academy of Arts and Sciences (consulté le 13 avril 2011)
  39. « PNAS Announces Six 2013 Cozzareli Prize Recipients », sur National Academy of Sciences (consulté le 6 mars 2014)
  40. « Miller Professors », sur Miller Institute for Basic Research in Science, University of California, Berkeley (consulté le 29 août 2015)

Voir également[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]