Geoffrey Gurrumul Yunupingu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yunupingu.
Geoffrey Gurrumul Yunupingu
Gurrumul Yunupingu @ Fremantle Park (17 4 2011) (5648206079).jpg

Geoffrey Gurrumul Yunupingu en 2011.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Elcho Island (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 46 ans)
Tiwi (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Instrument
Site web
Geoffrey Gurrumul Yunupingu en 2009.

Geoffrey Gurrumul Yunupingu, né le et mort le [1], est un musicien australien indigène, qui chante dans la langue des Yolngu.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gurrumul est né sur l'île d'Elcho, au large de la terre d'Arnhem, en Australie du nord, à environ 550 kilomètres de Darwin. Il est du clan de Gumatj du Yolngu et de la nation de Galpu de par sa mère. Il est né aveugle.

Yunupingu parle seulement quelques mots d'anglais, et serait très timide. Il joue des tambours, des claviers, de la guitare et du didgeridoo, mais c'est la clarté de sa voix de chant qui a attiré de grandes revues. Il chante des histoires de sa terre en langues Yolngu et anglaise. Il a participé, pour l'instant, à trois groupes différents: Yothu Yindi (1986-1995), Saltwater band (depuis 1999) où son frère joue également et Black Arm Band. Son label est Skinnyfish music[2].

En 2008 il sort son premier album solo, « Gurrumul », en Australie. Elton John l’invite à faire sa première partie à l'opéra de Sydney; aux ARIA Awards, Gurrumul remporte le prix du « meilleur album indépendant »; et il remporte deux Limelight Awards; et 3 AIR (Australian Independent Record). En 2009, « Gurrumul » vient en France le 27 octobre[3]. Il passe pour la première fois à la télévision française le 15 décembre de cette même année, exécutant un duo avec Sting sur Taratata[4]. Il est, en 2011, le gagnant du Best World Music Album.

Critiques[modifier | modifier le code]

  • « Il est facile de prédire que, d’ici la fin de l’année 2009, le son de Gurrumul donnera le ton en matière de world music. » The Observer [5]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • Tribal voice (1991)
  • Gurrumul (2008)
  • Rrakala (2011). En avril de la même année, le disque devient « disque de platine »
  • His life and music (2013)

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :