Genre (sciences sociales)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le genre désigne les processus et rapports sociaux qui divisent, polarisent et organisent l'humanité en différentes catégories de « sexe », « genre » et de « sexualité » (tel que masculin / féminin, homme / femme, mâle / femelle, cisgenre / transgenre, intersexe / dyadique, homo / hétéro, etc.).

Initialement introduit par les sciences psycho-médicales dans les années 1950, puis développé sous l'impulsion des sciences sociales à partir des années 1970, le genre servait alors à distinguer ce qui dans la division entre les sexes relevait du psychologique ou du social et non du biologique. Bien qu'étant encore employé dans ce sens, notamment dans le langage courant, cette dichotomie biologique/social, comme si le social venait se surajouter au biologique, a été remise en cause par les études sur le genre et la définition du genre s'est déplacée vers le principe de division et de catégorisation d'une part, et de classification et de hiérarchisation d'autre part. Le genre est de nos jours une notion rattachée à un champ de savoirs pluridisciplinaires : les études sur le genre. En effet, plusieurs disciplines (philosophie, anthropologie, sociologie, histoire, économie, psychologie, etc.) et plusieurs courants (ex : constructionnisme, matérialisme, interactionnisme, poststructuralisme, etc.), ont contribué à forger différentes théorisations du genre.

Une opposition à la notion de genre est formulée au sein du clergé catholique qui parle de « l'idéologie du genre » et de « la théorie du genre ». Cette dernière expression gagnera en popularité dans les années 2000, notamment à travers l'offensive menée par le Vatican contre l'ouverture du mariage aux couples de même sexe, à l'homoparentalité et la procréation médicalement assistée.

Introduction[modifier | modifier le code]

Liminaires[modifier | modifier le code]

Mary Frith a scandalisé la société anglaise du XVIIe siècle en portant des habits masculins et en fumant la pipe, attributs typiquement masculins à l'époque.

Le genre est un concept rattaché à un champ de savoirs pluridisciplinaires : les études sur le genre[1]. Il désigne les processus sociaux par lesquels les identités sexuées et sexuelles sont produites[a]. C'est-à-dire une production du social et non de la nature[b]. En ce sens on peut parler de construction sociale[c]. C'est un outil de dénaturalisation (le fait de révéler comme social ce qui est pensé comme le produit de différences biologiques) permettant de nommer des réalités sociales liées au travail, à l'économie, à la démographie, aux normes, aux représentations sociales, aux inégalités, mais aussi au corps, à la sexualité, etc.[d]. Autrement dit, le genre permet de décrire la réalité empirique d’une forme d'organisation sociale[e]. Le genre permet une explication du social par le social[f](selon l'aphorisme durkheimien[α],[β]).

Le genre désigne donc les processus et rapports sociaux qui divisent l'humanité en différentes catégories de « sexe »[8],[g],[h] et de sexualité[2]. À noter que dans beaucoup de publication en sciences sociales le terme "genre" est interchangeable avec l’expression « rapports sociaux de sexe »[i],[j],[k]. Ces processus sociaux (donc par définition des processus non naturels), attribuent (via la socialisation par exemple[14]) notamment des rôles différenciés (qui peuvent varier dans le temps et l'espace) à chaque catégorie[l]. Le concept de genre met l'accent sur le principe de division et de catégorisation d'une part, et de classification et de hiérarchisation d'autre part. Ainsi, le genre permet un déplacement de l'analyse des parties divisées vers le principe de division lui-même[m]. Autrement dit, le genre n’exprime pas tant la part sociale de la division mais il est cette division[n]. C'est pourquoi « genre » au singulier n'est pas « genres » au pluriel[17], dans le sens où il ne renvoie pas seulement à l'appartenance à un groupe de sexe[o].

Une femme à l'usine pendant la Seconde Guerre mondiale, occupant ainsi un rôle traditionnellement vu comme masculin.

Si terme "genre" a émergé en 1955, ce ne sont pas les sciences sociales qui ont été les premières à utiliser le terme mais les sciences médicales (sexologues, psychologues et psychiatres en particulier John Money, Anke Ehrhardt, et Robert Stoller[19]) dans une perspective normative[p],[q],[r]. C'est à partir des années 1970 que la sociologie, et plus largement les sciences sociales , s'emparent de la notion dans une perspective critique et dénaturalisante, c'est-à-dire que les hommes et les femmes ne sont pas tant des entités naturelles mais naturalisées[23] opérant ainsi une rupture épistémologique[24],[25],[26],[5]. Ainsi le genre est un concept polysémique qui renvoie à des théorisations et définitions distinctes en fonction : des époques, des scientifiques, des influences théoriques, et des objets de recherche[13],[s],[28].(Simone de Beauvoir, Ann Oakley, Elena Gianini Belotti, Joan Wallach Scott, Christine Delphy, Nicole-Claude Mathieu, Colette Guillaumin, Michel Foucault, Gayle Rubin, Judith Butler, Danièle Kergoat, Bell Hooks, Donna Haraway, etc.).

Étymologie et usages[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot « genre » vient du latin : genus, devenu en ancien français « gendre ». Le mot a d'abord le sens de « catégorie, type, espèce » puis le sens de « sexe »[29]. Le mot a longtemps été majoritairement associé au genre grammatical. Le terme de « genre » (gender) a été employé pour la première fois avec un sens non grammatical dans une publication scientifique de 1955 par le psychologue et sexologue John Money, dans un article où il introduit le concept de « rôle de genre » (gender role)[B 1],[γ].

Usages aux États-Unis[modifier | modifier le code]

En 2012 la sociologue Isabelle Clair propose de distinguer quatre acceptions du mot gender[31] :

  1. Le psychiatre Robert Stoller en 1964 introduit la distinction entre sex biologique et gender identity socialement acquis[32],[33],[34],[35].
  2. Redéfini par la sociologue Ann Oakley en 1972[36] qui insiste sur le processus de classification sociale[37].
  3. Redéfini par l’anthropologue Gayle Rubin dès 1975 qui inclut les sexualité. « Le » gender désigne un « système de sexe/genre » qui « assujettit » des individus en raison de leur sexe perçu ou de leurs pratiques sexuelles[38]. « Les » genders peuvent désigner différentes façons d’incarner « le » gender. Ici le pluriel ne désigne pas nécessairement la bicatégorisation, c'est-à-dire le fait qu'il y aurait un gender « masculin » et un gender « féminin », mais une liste indénombrable de « performer » « le » gender.

En anglais, le mot « gender » est utilisé de manière courante, généralement pour exprimer les différences entre femmes et hommes en insistant sur les différences culturelles plutôt que biologiques[B 2].

Usages en France[modifier | modifier le code]

En France, le terme « gender » a d'abord circulé dans le champ des études féministes sans être traduit[39]. Entre les années 1970 et le début des années 1990, la sociologie française utilisait principalement des termes comme « rapports sociaux de sexe » ou « patriarcat » et l'usage du terme « genre » était encore assez rare. Le terme s’est progressivement introduit pour s’imposer dans les années 2000. La sociologue française Christine Delphy qui utilise le terme « genre » depuis 1977[40] a contribué à définir le concept à partir du terme gender [41],[t],[43]. Les bornes sémantiques des termes gender et genre ne sont pas les mêmes[44].

Dans un entretien de 2016 Christine Détrez indique que l'acception française dominante dans le langage courant s'inspire de la démarcation sexe/genre proposée par la sociologue Ann Oakley en 1972[37],[36] et de la définition proposée par l'historienne Joan Scott en 1988[45]. Ainsi, le sens commun du genre que l'on connaît aujourd'hui est celui « de construction sociale et culturelle de la féminité et de la masculinité à partir du sexe – tandis que le sexe renvoie aux différences biologiques entre hommes et femmes – avec l'idée que cette construction est organisée dans un rapport de hiérarchie et de pouvoir »[B 3]. Christine Détrez souligne que cette définition a été une première étape dans la dénaturalisation des différences femmes-hommes. Elle précise également que la bicatégorisation et la démarcation sexe/genre ont été remises en question notamment par la sociologue Christine Delphy[15],[42] et la biologiste Anne Fausto-Sterling[B 3],[46],[47],[48].

Usage du genre dans les institutions nationales et internationales[modifier | modifier le code]

Plusieurs institutions internationales proposent leur propre définition du genre :

  • Le guide EQUAL de la commission européenne en 2004 entend par genre « les différences sociales ou rôles attribués aux femmes et aux hommes, des rôles appris en grandissant, qui varient au fil du temps et qui dépendent de notre culture, de notre origine ethnique, de notre religion, de notre niveau d'éducation, de notre classe sociale, mais aussi du contexte géographique, économique et politique dans lequel nous vivons. Ces modèles comportementaux imposent la norme et influencent notre identité et notre personnalité. [...] Le genre décrit donc un ensemble de qualités et de comportements que les sociétés attendent des hommes et des femmes et qui façonnent leur identité sociale. Cette identité diffère d’une culture à l’autre et d’une période à l’autre. »[B 4]
  • La Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, en 2011, indique que « le terme « genre » désigne les rôles, les comportements, les activités et les attributions socialement construits, qu’une société donnée considère comme appropriés pour les femmes et les hommes. »[B 5]
  • Les Nations Unies à travers la Recommandation générale 28 du CEDAW de 2010 indique que « le mot «genre» renvoie à l’identité, aux attributs et au rôle de la femme et de l’homme, tels qu’ils sont définis par la société, et à la signification sociale et culturelle que la société donne aux différences biologiques, ce qui engendre des rapports hiérarchiques entre femmes et hommes et se traduit par une répartition du pouvoir et des droits favorable aux hommes et désavantageux pour les femmes. »[B 6]
  • L'OMS, en 2018, entend par genre « les rôles, comportements, activités, fonctions et chances qu’une société, selon la représentation qu’elle s’en fait, considère comme adéquats pour les hommes et les femmes, les garçons et les filles et les personnes qui n’ont pas une identité binaire. Le genre est également défini par les relations entre personnes et peut refléter la répartition du pouvoir dans ces relations. »[B 7]

Plusieurs institutions nationales proposent leur propre définition du genre :

  • Le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (France), en 2016, « le genre est le système de normes hiérarchisées et hiérarchisantes de féminité /masculinité. Ces normes sont différentes, construites en opposition, et valables dans une culture donnée, une époque donnée. Ce système produit des inégalités entre les femmes et les hommes. »[B 8]
  • Un rapport d'information de l'assemblée nationale française, rédigée en 2016 par la députée Maud Olivier, indique que « le genre peut [...] désigner au sens large la dimension femmes-hommes ». Dans ce rapport elle précise que le genre est un concept scientifique et souligne quatre piliers pouvant être mobilisés dans le cadre de la recherche identifiés par Laure Bereni, sociologue chargée de recherche au CNRS[B 9] :
    1. le processus de construction sociale des rôles sexués ;
    2. la dimension relationnelle du concept de genre, qui recouvre également l’étude des rapports sociaux entre les femmes et les hommes ;
    3. les rapports de pouvoir, la hiérarchie et l’asymétrie entre les sexes ;
    4. « l’intersectionnalité » des rapports de genre qui sont imbriqués dans les autres types de rapports sociaux.

Bien que le recours au terme « genre » se soit largement généralisé dans les universités des pays francophones[39], et malgré l'emploi de « genre masculin/féminin » pour désigner hommes et femmes remontant au XVIe siècle[49], la Commission générale de terminologie et de néologie, un dispositif interministériel français hors du monde académique, déconseillait en 2005 d'employer « genre » malgré son utilisation croissante dans certains champs des sciences sociales[B 10].

Par ailleurs, il existe différentes distinctions et articulations entre genre, sexe et sexualité qui constituent un « fil à 3 brins » selon une expression emprunté à la sociologue Rebecca Jordan-Young[50]. C'est pourquoi les notions d'orientation sexuelle (hétérosexualité, bisexualité, homosexualité, pansexualité, asexualité), de préférence sexuelle, de la transidentité, ou encore d'intersexuation sont liées au concept de genre[u],[v],[53],[54],[55],[56].

Définitions et multidimensionnalité du genre[modifier | modifier le code]

Le genre est un outil conceptuel aux multiples définitions (sociologique, anthropologique, philosophique, psychologique, etc.).

Point de vue en sociologie[modifier | modifier le code]

Le genre en sociologie désigne un rapport social et un processus de catégorisation qui peut se définir de la manière suivante : un système de bicatégorisation hiérarchisée entre les sexes (hommes/femmes) et entre les valeurs et représentations qui leur sont associées (masculin/féminin)[w]. Définir le genre comme un « système » indique que c'est ce dernier qui produit la division des catégories de sexe et des représentations qui leur sont associées, les « sexes » désignent ces catégories produites par ce système, « bicatégorisation » indique une division en deux classes mutuellement exclusives et « hiérarchisée » signifie que ces classes sont organisées selon un ordre de priorité, elles sont dissymétrique[57]. Défini ainsi, le genre produit la division en deux classes exclusives (homme/femme) dont l'une est prioritaire sur l'autre.

Les études sur le genre montrent que le rapport entre femmes et hommes est hiérarchisé dans la majorité des sociétés connues et étudiées. Ainsi la distribution des ressources économiques, la distribution du pouvoir politique, et la distribution de ce qui est valorisé symboliquement, tend à être inégale, avec des modalités et une intensité variables. Les théoriciennes féministes matérialistes, comme les sociologues Christine Delphy et Colette Guillaumin ou l'anthropologue Nicole-Claude Mathieu, qualifient le système de subordination des femmes par les hommes de « patriarcat »[9].

Pierre Bourdieu utilise le terme de domination masculine pour désigner « les rapports sociaux de domination et d’exploitation qui sont institués entre les genres »[58].

Point de vue en anthropologie[modifier | modifier le code]

Les rapports de genre forment l'une des principales structures des sociétés connues, et parmi elles la plupart de ces rapports sont organisés selon une polarisation naturalisées. Autrement dit, le genre peut être décrit dans la plupart des sociétés comme une bicatégorisation hiérarchisée où les hommes dominent les femmes. Cependant, d'une part certaines sociétés reconnaissent l’existence d’une troisième catégorie de personne, et d'autre part certaines sociétés peuvent être bicatégorielles sans qu'il n'y ait de hiérarchie de genre comparable aux sociétés patriarcales (ni de renversement matriarcal, ni prédominance patriarcale)[59].

L'anthropologue Bernard Saladin d’Anglure, dans les années 1980 utilise l'expression de « troisième sexe » pour rendre compte du fait que certaines société échappe à la classification binaire de identités sexuées et sexuelles[60]. L'anthropologue, Gilbert Herdt (en), en 1994, quant à lui introduit la notion de « third sex or third gender »[61]. D'ailleurs, les Hijras du sous-continent indien sont une catégorie de personne qui n'étant pas considéré comme étant homme ou femme, peuvent être catégorisées de différente façon : comme appartenir à une troisième catégorie de sexe ou de genre ("troisième sexe" ou "troisième genre"), et/ou référer à des personnes intersexes, et/ou transgenres.

L'anthropologue Françoise Héritier, partant des travaux de Claude Lévi-Strauss, observe qu'un présupposé fondamental manque à sa théorie de l'alliance. Elle appelle « valence différentielle des sexes » le fait que les valeurs associées au féminin sont systématiquement déconsidérées par rapport à celles qui sont associées au masculin, même si les valeurs liées à l’un ou l’autre sexe peuvent varier selon les sociétés[62]. Elle affirme à contre courant que « partout, de tout temps et en tout lieu, le masculin est considéré comme supérieur au féminin »[63].

L'anthropologue Nicole-Claude Mathieu estimait en 1985 que 80% des sociétés connues étaient des sociétés à forte domination masculine[64]. Elle précise en 2007 que dans les sociétés matrilinéaires (la mère qui transmet seule la filiation) ou matrilocales (c’est l’homme qui au mariage va vivre chez son épouse), qui ne sont pas des sociétés matriarcales, et ce malgré la présence assez générale d'un pouvoir masculin en matière d'autorité politique et territoriale pour la défense du groupe, la dominance (terme à ne pas confondre avec domination) masculine peut être moins forte[59]. Par ailleurs, Nicole-Claude Mathieu, qualifie d'androcentrisme le parti pris concernant la non-prise en considération des rapports sociaux dans lesquels les femmes sont impliquées[65].

Multidimensionnalité du genre[modifier | modifier le code]

Dans leur ouvrage Introduction aux études sur le genre[66], les sociologues Laure Bereni, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait et Anne Revillard, proposent de « mettre en évidence quatre dimensions analytiques centrales » du concept de genre :

  1. le genre est une construction sociale
  2. le genre est un processus relationnel
  3. le genre est un rapport de pouvoir
  4. le genre est imbriqué dans d’autres rapports de pouvoir

Construction sociale[modifier | modifier le code]

Par construction sociale il faut comprendre que les identités "sexuées" (homme/femme) et "sexuelles" (hétéro/homo) sont le produit non pas de processus biologiques (déterminisme biologique) mais de processus sociaux. Ainsi, les rôles féminins et masculins, leurs caractéristiques associés, et les stéréotypes différenciés, attribués à chaque sexe, ne sont pas le résultat de processus de la nature, mais de processus sociaux, et varient à travers l'histoire et en fonction des sociétés. C'est une approche dénaturalisante et anti-essentialiste[67].

Ainsi, le genre construit socialement les identités des individus : la masculinité ou la féminité ne sont pas des données naturelles mais le résultat de mécanismes sociaux et psychologiques. Consciemment ou inconsciemment, la société s’organise selon le paradigme des « choses des hommes » et des « choses des femmes », au point que l’on se convainc qu’il existe des domaines ou des niveaux de domaines socialement réservés à tel ou tel des deux sexes[68].

Processus relationnel[modifier | modifier le code]

Une approche relationnelle signifie qu'on ne peut pas étudier ce qui relève des femmes et du féminin sans articuler l’analyse avec les hommes et le masculin (et inversement) du fait que les caractéristiques associées à chaque sexe sont socialement construites dans une relation d’opposition, c'est-à-dire produit dans un rapport social[69].

Les courants théoriques de l’interactionnisme et de l’ethnométhodologie (dont Erving Goffman et Harold Garfinkel sont des figures importantes) s’attachent à expliquer la constitution et la permanence de l’ordre social, auquel tout le monde participe. Les travaux qui s’inspirent de ces perspectives, mettent ainsi l’accent sur le rôle des interactions sociales, des institutions et des organisations dans la construction, la reproduction et la négociation des rapports de genre et d’un ordre social genré[70].

Ce principe d'articulation (la relation d’opposition) est généralisable pour la sociologue australienne Raewyn Connell. En effet, elle montre notamment que les masculinités s'élaborent à l’intersection de différents rapports de pouvoir qui défavorisent les femmes et certaines formes de masculinités. Connell définit ses différentes relations en termes d’hégémonie, de complicité, de subordination et de marginalisation. Autant de « configurations de la pratique de genre », qui vont lui permettre de rendre compte de la pluralité des masculinités comme de leurs hiérarchies. Selon le contexte, il existe des masculinités qui sont valorisées et d’autres dévalorisées. Par exemple, le concept de masculinités subordonnées sert à désigner un rapport social spécifique : celui de domination et de subordination entre des groupes d'hommes. Elle pense en particulier à la domination des hommes hétérosexuels et à la subordination des hommes homosexuels. Autrement dit, les masculinités des hommes hétérosexuels sont construites en lien non seulement avec les femmes mais aussi avec les hommes homosexuels[71],[72],[73],[74],[75].

Louis XIV enfant avec son frère « Monsieur » Philippe d'Orléans, habillé en robe. Tableau attribué à Henri et Charles Beaubrun.

Rapport de pouvoir[modifier | modifier le code]

L'idée générale est qu'il n’existe pas de dominations naturelles, mais des dominations matériellement motivées qui expliquent la constitution de groupes dominants et dominés [41],[76],[77],[78],[79],[80]. Le sociologue Émile Durkheim, dans un article de 1902 écrit avec Marcel Mauss, considère que « toute classification implique un ordre hiérarchique »[81].

En 1884, le théoricien Friedrich Engels, collaborateur de Karl Marx, dans L’Origine de la famille, de la propriété et de l’État, a soutenu que la relation exploitant-exploité qui existe entre la classe dominante (bourgeoisie) et la classe ouvrière (prolétariat) pouvait s'étendre au ménage (« famille conjugale » ou « famille monogamique »), dans lequel le mari serait en position dominante et sa femme en position subordonnée, et serait le résultat d'un processus socio-historique[82],[83],[δ],[ε].

Cette perspective du rapport entre les hommes et les femmes analysée comme un rapport social d’oppression et d’exploitation inspirera notamment le féminisme matérialiste. Ainsi pour celui-ci, « le genre » ou « les rapports sociaux de sexe » désigne un système qui constitue des individus « sexuées » en « classes » antagonistes historiquement constituées, classes qui ne préexistent donc pas à leur rapport d’opposition[85],[86],[83],[ζ].

Selon un article d'Alain Degenne, sociologue des dynamiques relationnelles hors du champ des études sur le genre, les déséquilibres (tel que le partage inégal du travail domestique) peuvent s’interpréter autrement qu’en termes de domination[η]. À ce titre, il rapporte l'approche de l'économiste Gary Becker qui dans A Treatiseon the Family (1981) défendrait l'idée que l’inégalité dans la relation du mariage hétérosexuel serait le résultat d'un calcul économique et non le fait d'une domination[θ],[ι].

Imbrication aux autres rapports de pouvoir[modifier | modifier le code]

Kimberlé Williams Crenshaw 2019

Les catégories de sexe ne sont pas homogènes, elles sont traversées par de multiples tensions et clivages, par exemple selon la classe sociale, la sexualité, la « race », l’âge, etc.[17]

Intersectionnalité[modifier | modifier le code]

Les sciences sociales ont régulièrement articulé différents rapports de pouvoir ensemble (classe sociale, sexe, race, sexualité, âge, etc.)[x]. Mais c'est en 1989 que l'universitaire afroféministe américaine Kimberlé Williams Crenshaw propose le terme d'intersectionnalité pour parler spécifiquement de l'intersection entre le sexisme et le racisme subi par les femmes afro-américaines, et mettre en exergue que ces femmes noires n'étaient pas prises en compte dans les discours féministes de l'époque[91],[92]. Elle montre que les femmes noires en tant que sujet politique se trouve dans une situation complexe et se pose la question de savoir comment lutter collectivement contre l’articulation du sexisme et du racisme sans s’annihiler. Pour illustrer ce point elle aborde la question des violences conjugales des femmes noires aux États-Unis : sans outils théorique permettant de comprendre la position des femmes noires à l’intersection de plusieurs rapports de pouvoir, de ressource politique et d’outil pratique, impossible pour les militantes anti-sexistes d’insister sur le phénomène massif de la violence conjugale sans quelque part entretenir dans le même temps le stéréotype raciste de la propension à la violence des hommes noirs, et impossible pour les tenants de la lutte contre le racisme de dénoncer le mythe raciste de la propension des hommes noirs à la violence sans à minima euphémiser la violence faite aux femmes [24],[93],[92]. Le sens du terme a depuis été élargi incluant les autres rapports de dominations.

Critique de l'approche cumulative des dominations[modifier | modifier le code]
Bell Hooks en 2014

Elsa Dorlin qualifie de « géométrique » l'approche intersectionnelle, par opposition à une approche qui serait « arithmétique ». Elle explique que les individus se trouvent dans des rapports de pouvoir dynamiques et complexes, et non pas dans une identité définie une fois pour toutes. À ce titre, l’intersectionnalité peut être vue comme une métathéorie de la domination, un concept méthodologique permettant de rendre compte de ces dynamiques complexes afin de ne pas verser dans une conceptualisation “cumulative” de la domination. Cette conceptualisation “cumulative” supposerait que chaque rapport de domination s’ajoute à l’autre (par exemple, si toutes les femmes subissent du sexisme certaines d’entre elles subissent du sexisme et une oppression de classe, certaines du sexisme et du racisme, certaines du sexisme et de la lesbophobie, ou encore certaines l’ensemble de ces dominations). Comme l’a montré la philosophe Elizabeth V. Spelman (en), cette analyse additive isole chaque rapport de domination ce qui ne permet pas de comprendre leurs modalités historiques. En effet, les femmes racisées ne subissent pas une oppression raciste qu’elles partageraient à l'identique avec les hommes racisés et une oppression sexiste qu’elles partageraient à l'identique avec les femmes blanches : elles subissent une oppression raciste et sexiste spécifique que ne subissent ni les hommes racisés et ni les femmes blanches. Si toutes les femmes font bien l’expérience du sexisme, il n’y a pas pour autant d'expérience “identique” du sexisme, tant les autres rapports de pouvoir modifient les modalités concrètes d’effectuation. Cette approche permet aussi d'éviter l’écueil d'une tendance du féminisme qui prend la situation de certaines femmes pour la situation de toutes les femmes[94],[95].

Histoire des théorisations du genre[modifier | modifier le code]

Fondateur de la sociologie française

Avant le genre[modifier | modifier le code]

Années 1890 : division sociale de la société[modifier | modifier le code]

Avant de parler de genre, le traitement différencié des hommes et des femmes et leur dimension prétendument naturelle sont contestés par une pluralité de philosophes, de sociologues ou d’anthropologues. Par exemple, en 1897, le sociologue Émile Durkheim souligne déjà que la division entre hommes et femmes n'est pas réductible à une différence biologique. Il va jusqu'à remettre en cause le dualisme même en lui trouvant des causes historiques : ce sont pour lui « des raisons depuis longtemps oubliées » qui ont « déterminé les sexes à se séparer et à former en quelque sorte deux sociétés dans la société », avec toutes les différences que cela implique en matière d'habillement, de fonctions sociales et professionnelles, de comportements, etc. Il ajoute que « rien, ni dans la constitution de l'un ni dans celle de l'autre [sexe], ne rendait nécessaire une semblable séparation »[96].

Simone de Beauvoir en 1967

Années 1930 : dénaturalisation des rôles[modifier | modifier le code]

L'anthropologue Margaret Mead mobilise dès 1935[97] le concept de « rôle sexué »[98], distinguant le rôle social et le sexe. Elle a montré que les traits de personnalité (qu'elle désigne par le terme de tempéraments) usuellement associés aux hommes et aux femmes diffèrent d’une société à l’autre. Dans Sex and Temperament in Three Primitive Societies, elle souligne la grande variation, voire l’inversion, entre les caractéristiques masculines et féminines de ces sociétés par rapport à la société américaine de l’époque. Ces observations l’engagent à souligner que ce qui caractérise le comportement des hommes et des femmes d’une société donnée est issu des spécificités de leur culture et non de critères biologiques : « Les différentes personnalités standardisées entre les sexes sont de cet ordre, ce sont des créations culturelles auxquelles chaque génération d’hommes et de femmes apprend à se conformer »[37].

Années 1950 : « on ne naît pas femme »[modifier | modifier le code]

En 1949, Simone de Beauvoir écrit, en clin d'œil à « On ne naît pas homme : on le devient » d'Érasme : « on ne naît pas femme : on le devient »[99]. Dans Le Deuxième Sexe, elle explique comment la civilisation et l'éducation agissent sur les enfants pour les orienter dans un rôle masculin ou féminin qui sert l'ordre social alors même que filles et garçons ne sont pas initialement distinguables[B 11].

Ces approches ont en commun d’avoir questionné la dimension biologique et naturalisée de la différence entre les sexes et d’avoir mis l’accent sur la dimension sociale de sa production.

Naissance du concept par les sciences psychomédicales (sexologie, psychiatrie)[modifier | modifier le code]

Années 1950-70 : approche psychomédicale[modifier | modifier le code]

En 1955, le sexologue John Money introduit le terme et la notion de « gender » dans une série d'articles co-écrit avec Joan G. Hampson et John L. Hampson dans le cadre notamment du traitement de l’anatomie génitale ambiguë d'enfants (c'est-à-dire des personnes intersexes, désignées à l'époque d'« hermaphroditisme ») pour distinguer le sexe anatomique et psychologique qui serait déterminé, de la construction psychologique de soi comme homme ou femme[30],[100],[101],[102],[103].

En 1964 et 1968, les psychanalystes et psychiatres Robert Stoller et Ralph Greenson introduisent la distinction terminologique entre sex biologique et gender pscychologiquement acquis : « Sexe (état de mâle et état de femelle) renvoie à un domaine biologique quant à ses dimensions — chromosomes, organes génitaux externes, gonades, appareils sexuels internes (par exemple utérus, prostate), état hormonal, caractères sexuels secondaires et cerveau ; genre (identité de genre) est un état psychologique — masculinité et féminité »[104],[19],[105],[106],[34],[35],[107]. Ainsi, ils introduisent le concept d' « identité de genre » (gender identity) pour désigner « le sentiment d'appartenir à un sexe particulier »[108]. Par ailleurs, Robert Stoller propose d'articuler les deux notions de rôle de genre et d'identité de genre : « l'identité de genre [gender identity] commence avec le savoir et la réalisation, consciente ou inconsciente, que l'on appartient à un sexe et non à un autre […] le rôle de genre [gender role] est la conduite déclarée que l'on montre en société, le rôle qu'on joue, notamment vis-à-vis des autres »[κ].

En 1972, les sexologues John Money et Anke Ehrhardt proposent des définitions qui seront adoptées par les sciences du psychisme « Identité de genre [gender identity] : la continuité, l'unité et la persistance de l'individualité d'une personne en tant que masculine, féminine ou ambivalente, à un degré plus ou moins grand, notamment telles qu'elles s'expriment dans la conscience de soi et le comportement [...] Rôle de genre [gender role] : tout ce qu'une personne dit et fait pour signifier aux autres ou à elle-même à quel degré elle est masculine, féminine ou ambivalente; cela inclut l'excitation et la réponse sexuelle mais ne s'y limite pas [...] L'identité de genre est l'expérience intime du rôle de genre, et le rôle de genre est l'expression publique de l'identité de genre. »[110],[34].

Ces approches s'inscrivent dans une logique où il y a, à l'époque, en finalité intervention médicale à visée corrective (en particulier via la chirurgie de réassignation "sexuelle"). Par ailleurs, le genre n'est appréhendé qu'en tant qu'identité psychologique. Il s’agissait pour Money d'opérer les corps des enfants intersexes pour les mettre en adéquation avec la norme sociale (qui ne connaît que deux identités sexuées possibles) et pour Stoller, d'opérer les corps des personnes "transexuelles" en faisant correspondre leur identité psychique et leur anatomie pour les mettre en adéquation avec la norme sociale (qui ne connaît que deux identités sexuelles possibles). Ainsi, dans cette première perspective, l’usage du terme gender n’engage donc pas du tout une critique de la norme[35]. La distinction sexe/genre ici ne recouvre donc pas la distinction entre le biologique et le social puisque dans cette approche le genre est un concept proprement psychologique et médical[111].

Ruptures épistémologique : le genre dans les sciences sociales[modifier | modifier le code]

Christine Delphy 2016

Les sciences sociales empruntent aux sciences psychomédicales la notion de gender mais dans une perspective critique et dénaturalisante (le genre ne désigne plus une identité psychologique mais un processus de classification sociale).

Années 1970 : première rupture épistémologique[modifier | modifier le code]

En 1972, la sociologue britannique Ann Oakley reprend le terme gender tout en s'écartant des définitions de Money et Stoller : elle élargit le concept en insistant sur le processus de classification sociale entre hommes et femmes[37],[112] : « Sexe est un mot qui fait référence aux différences biologiques entre mâles et femelles. Genre, par contre, est un terme qui renvoie à la culture : il concerne la classification sociale en masculin et féminin ». C'est une première démarcation entre sexe et genre où le concept de genre est censé prendre en charge la part sociale de la division entre les sexes[2],[113].

Michel Foucault 1974

Cette première démarcation va être largement contestée dans un second temps où il sera question de s’intéresser à la construction sociale (genrée) du sexe lui-même[2]. Les parties divisées ne forment plus l’explication mais ce qui est à expliquer[114].

Dès les années 1970, en France, le terme genre est utilisé par des sociologues comme Christine Delphy[115] et des anthropologues comme Nicole-Claude Mathieu[8] même si ce sont des expressions tel que « rapports de sexe » ou « rapports sociaux de sexe » qui s'impose[98],[116]. Christine Delphy ajoute la hiérarchie comme composante fondamentale du genre. De plus, elle considère dès 1981 que le genre précède et construit le sexe : « nous pensons que le genre – les positions sociales respectives des femmes et des hommes – n’est pas construit sur la catégorie (apparemment) naturelle du sexe ; mais qu’au contraire le sexe est devenu un fait pertinent, et donc une catégorie de la perception à partir de la création de la catégorie de genre, c’est-à-dire de la division de l’humanité en deux groupes antagonistes dont l’un opprime l’autre, les hommes et les femmes. »[117]. En 1991, elle considère que penser le sexe en termes de donnée biologique est une impasse. Pour elle, le sexe est avant tout la représentation du « biologique » par la société : « le genre précède le sexe ; dans cette hypothèse le sexe est simplement un marqueur de la division sociale »[118].

Dans cette période, la notion de genre est également utilisée par le mouvement féministe, qui souhaite démontrer que les inégalités entre femmes et hommes sont issues de facteurs sociaux, culturels et économiques plutôt que biologiques[B 12].

Années 1980 : deuxième rupture épistémologique[modifier | modifier le code]

Joan Wallach Scott

Dans les années 1980, les études de genre commencent à s’institutionnaliser, elles gagnent de l'ampleur dans les universités et le concept de genre est approprié par de nouvelles disciplines, comme l'histoire[98],[116]. En 1988, l'historienne Joan W. Scott propose une définition du genre qui explicite un rapport du pouvoir : « le genre est un élément constitutif de rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes, et le genre est une façon première de signifier des rapports de pouvoir »[45].

En 1987, les sociologues Candace West et Don Zimmerman publient un article (« Doing gender » qu'on peut traduire par « Faire le genre »), qui va contribuer à développer une façon de penser le genre comme un processus interactionnel. Avec la notion de doing gender, ils mettent l’accent sur le processus visant à créer et fixer les différences sexuées, à les présenter comme naturelles et à les utiliser ensuite « pour renforcer l’“essentialisme” des sexes » car « au principe de la catégorisation de sexe, il y a donc la présomption selon laquelle des critères fondamentaux existent et seraient là, ou devraient être là, si nous les cherchions »[119],[120].

Judith Butler Photo, UC Berkeley 2013

Années 1990 : genre et sexualité[modifier | modifier le code]

Sous l'influence de la pensée de Michel Foucault, le genre est étudié dans son rapport à la sexualité notamment telle qu'il l'a conceptualisé : comme produite socialement par des relations de pouvoir, des normes sociales à leurs « mises en discours ». Notamment, le genre et la sexualité et leurs « injonctions normatives » sont la base des réflexions Judith Butler à partir des années 1990 dans ses études sur les minorités sexuelles[98].

Judith Butler, en 1990, dans ses études sur les minorités sexuelles[98], ajoute que le genre est « performatif » : les actes et les discours des individus non seulement décrivent ce qu'est le genre mais ont en outre la capacité de produire ce qu'ils décrivent. Ainsi, le genre « désigne l’appareil de production et d’institution des sexes eux-mêmes »[121]. Elle décrit le genre comme « une série d’actes répétés […] qui se figent avec le temps de telle sorte qu’ils finissent par produire l’apparence de la substance, un genre naturel de l’être »[122].

Des travaux dès 1990, voir en particulier Thomas W.Laqueur[123] montrent que cette bicatégorisation ne va pas de soi, n'est pas figée dans le temps et dans l'espace. Dans cette approche, les sciences naturelles ont construit « scientifiquement » le sexe ; elles seraient à l'origine de la bicatégorisation des sexes et même de l'infériorité supposée d'un sexe (en l’occurrence le sexe féminin) en regard de l'autre.

Années 2000 : sexuation et intersexuation[modifier | modifier le code]

En 2000, la biologiste Anne Fausto-Sterling qui, à travers notamment la question de l'intersexuation, montre que nos structures reproductives sont presque dimorphes mais pas complètement[46],[47],[124]. Il existe un ensemble de critères d’ordre biologique que la sociologie ne nie pas, mais explique que le travail par lequel ces critères sont liés ensemble et unifiés est en revanche un fait social : l’existence de variables continues[48] pour chacun des critères montre une volonté sociale d'une classification dichotomique[125],[126].

Donna Haraway 2016

En 2001, la sociologue Christine Delphy dira « On ne trouve pas [le sexe] à l’état pur, prêt à l’emploi… pour se servir du sexe, qui est composé, selon les biologistes, de plusieurs indicateurs, plus ou moins corrélés entre eux, et dont la plupart sont des variables continues – susceptibles de degrés – il faut réduire ces indicateurs à un seul, pour obtenir une classification dichotomique. […] cette réduction est un acte social »[41].

En 2008, la philosophe Elsa Dorlin explique[24] que la détermination d'un sexe ne consiste pas uniquement à assigner un sexe mais le « bon sexe »[y]. Elle précise que ce n'est pas que le corps n'a pas de trait sexué, il en a, et que le processus physio-anatomique de sexuation n'a pas eu lieu, il a eu lieu, l'enjeu est que cela n'a pas donné lieu à une identité sexuelle identifiable, "mâle" ou "femelle" (soit l'idée de considérer les individus comme étant des sexes faits pour se reproduire), ainsi l'intervention sur ces corps ne consiste pas à leur assigner un sexe, ils en ont déjà un, mais l'un des deux sexes (c'est notamment pourquoi Dorlin considère que « le concept de genre est lui-même déterminé [...] par la polarisation sexuelle socialement organisée des corps »)[z].

Années 2010 : articulation genre, sexe, et sexualité[modifier | modifier le code]

En 2013, la sociologue Isabelle Clair, souligne que le fait d’introduire la sexualité dans la réflexion sur le genre a obligé à revoir et à préciser les concepts, et ainsi on évite d'employer aujourd'hui "sexuel" quand ce qu'on souhaite désigner ne renvoie pas aux activités sexuelles. Comme, par exemple, l'expression « division sexuelle du travail » qui à sert en fait à désigner la division du travail entre homme et femme. Elle dira : « tant que la sexualité était hors sujet, la polysémie était invisible ; à partir du moment où le rapprochement entre genre et sexualité est posé quelque part, il a des effets lexicaux partout. Simplement parce qu’il révèle un impensé »[55].

Thématiques du genre[modifier | modifier le code]

Genre et biologie[modifier | modifier le code]

En 1994, Nelly Oudshoorn montre que qualifier certaines substances d'hormones "sexuelles" a fait obstacle à la reconnaissance de la grande variété des fonctions accomplies par les hormones stéroïdiennes qui sont sans lien avec le développement et le fonctionnement des capacités de reproduction. Par exemple, les scientifiques ont durablement eu du mal à assimiler le fait que les hommes comme les femmes produisent et utilisent à la fois des androgènes (littéralement "qui créent l'homme"), qualifiés d'hormones "sexuelles masculines", et des œstrogènes (littéralement "qui induisent l’œstrus", qui désigne la période de chaleurs qu'ont certains mammifères, alors que chez l'humain, il n'y a pas de contrôle œstral), qualifiés d'hormones "sexuelles féminines"[129],[130].

En 2000, la biologiste Anne Fausto-Sterling, fait une distinction entre sexuation (au sens de phénomène naturel) et "corps sexué" (au sens au où ils sont normalisés pour être contenu dans un cadre social préconçu : si on opère chirurgicalement des corps "intersexe" c'est pour leur attribuer un sexe, l'un des deux sexe qui ne se situe pas "entre les sexes"). Chacun des critères biologiques tel que le sexe humoral, le sexe gonadique, le sexe hormonal, le sexe chromosomique, pris de manière isolée ne suffit pas lui seul à déterminer un sexe de façon sûre. Les opérations chirurgicales de réattribution génitale lors d'ambiguïté génitale (on parlera alors de personne intersexe) montrent qu'il y a une décision sociale de la distinction homme/femme (distinction fondé notamment sur la capacité de pénétrer ou d’être pénétrée)[124],[47],[48].

Entre 2008 et 2016, la socio-antropologue Priscille Touraille, considérant que "les corps ne sont ni sexués ni genrés"', propose plutôt le fait de considérer que les corps ont des "traits genrés" (non héritables génétiquement) et des "traits sexués" (produits par l’information génétique), afin de mieux rendre compte en quoi l'ordre du genre manipule sans pour autant fabriquer les caractères sexués (au sens où des conditions environnementales socialement produites peuvent avoir un impact sur la fréquence d'apparition de certains traits génétiques dans une population, sans pour autant avoir la capacité de choisir les traits génétiques qui apparaissent dans une population) [131],[113],[132],[133],[134].

En 2010, Rebecca Jordan-Young, sociologue des sciences médicales, montre à travers une analyse de littérature de plus de trois cents études publiées entre 1960 et 2008, qu'il est pas établi chez l'humain que l'exposition précoce aux hormones stéroïdiennes conditionnerait les comportements psycho-comportementaux (des aptitudes cognitives aux comportements sexuels). Autrement dit, l'existence d'une sexuation du psychisme censée expliquer à la fois les différences entre les hommes et les femmes, et les différences entre les hétéros et les homos, soutenue par la théorie hormonale de l'organisation cérébrale chez l'humain n'est pas avérée[56],[135],[136]. En 2014, Odile Fillod, présente des facteurs sociaux et structurels qui peuvent expliquer pourquoi l'idée selon laquelle la science aurait permis d’établir l’existence d’une sexuation naturelle du psychisme est régulièrement exprimée bien que scientifiquement non établie[137]. En 2019, Rebecca Jordan-Young et Katrina Karkazis proposent une synthèse sur ce qu'est la testostérone (centrale dans la théorie de l'organisation du cerveau), ses effets sur les corps et ses mythes. Les autrices soutiennent qu'un ensemble d'allégation (y compris dans la littérature scientifique) sur la testostérone tend à naturaliser le genre (mais aussi la classe et la race). Par exemple, la définir comme une « hormone sexuelle masculine » à tendance à faire obstacle à la recherche à son sujet et à reconduire des préjugés genrés qui lui sont associés[138],[139].

En 2015, un collectif de chercheurs et chercheuses en sciences naturelles et en sciences humaines et sociales publie Mon corps a-t-il un sexe ? (ouvrage dirigé par la bioanthropologue Évelyne Peyre et la biologiste Joëlle Wiels) proposent notamment d'évaluer l'impact du genre sur le développement du corps et dans quelle mesure les croyances liées au genre ont pu influencer les recherches menées sur le sexe[140],[141].

En 2016, Thierry Hoquet, philosophe spécialiste de l’histoire de la biologie, montre dans son ouvrage Des sexes innombrables. Le genre à l'épreuve de la biologie, qu'il n'y a ni un sexe, ni deux sexes, mais différentes conception du sexe y compris et particulièrement en biologie, tel que : sexe comme types de génitoire (anatomique : gonadique, gonophorique, gamétique), sexe chromosomique/génétique, sexe endocrinien/« hormonal », sexe désignant un type d'individu (mâle/femelle), sexe comme marqueur civil et légal, sexe comme ce qui produit la génération (reproduction sexuée ou non), sexe comme sexualité reproductive (reproduction sexuée), sexe hédonique (sexualité non reproductive), etc. qui se déploient potentiellement selon des périodes particulières tout au long de la vie[142],[140],[46]. D'autre part, la question des personnes intersexes remet en cause la dichotomie jugée naturelle[143],[B 13].

Genre et filiation[modifier | modifier le code]

Le mariage : exemple d'une institution politique et sociale[modifier | modifier le code]

Le mariage est une institution sociale, au sens où cela désigne une structure d’organisations sociales dotée d'une certaine stabilité et durabilité dans le temps, d'un mode de régulation d'interactions sociales (normes, pratiques, croyances, etc.) vouées à se reproduire, dont les modalités ont évolué au cours du temps[B 14],[B 15].

Dans le registre législatif français, rappelons par exemple, qu'entre 1804 et 1980 les relations sexuelles étaient un "devoir conjugal" qui pouvait être exigé par la contrainte et la violence physique, la jurisprudence avait décidé qu’il ne pouvait pas y avoir de viol entre époux, tant que le mari avait imposé à son épouse une pénétration vaginale d'après l’historienne du droit Marcela Iacub[B 16]. Françoise Héritier dira au sujet du mariage qu'il se s'agit pas tant une affaire d'ordre privé et individuelle entre des personnes qui peuvent s’aimer, s’unir et donner naissance sans contrat de mariage, qu’une affaire public et sociale, puisque la fonction du mariage serait de rendre légitime la descendance et la filiation (en l’occurrence patrilinéaire). Vu ainsi, l’institution du mariage consacre une alliance durable non pas entre des personnes mais entre des groupes sociaux[144].

Le chercheur en sciences sociales Alain Giami indique que pour l’Église catholique française, comme l'explicite le Dictionnaire de théologie catholique publié en 1924, considère que « tout acte conjugal où les époux ne recherchent que la jouissance sensuelle égoïste, et duquel ils excluraient positivement la possibilité de procréer, serait un abus criminel du mariage, violant la loi de la nature et la volonté positive du Créateur »[B 17],[145].

Réceptions du concept de genre hors du champ de la recherche[modifier | modifier le code]

Politique publique et genre[modifier | modifier le code]

Le concept de genre et les recherches universitaires liées servent parfois de base aux politiques publiques visant à réduire les inégalités entre les femmes et les hommes. Verena Keller professeure et chercheuse dans le champ de la politique sociale et du travail social, rappelle la nécessité d’analyser et de prendre en compte les inégalités de genre pour améliorer l’efficacité du travail social[146]. De nombreuses sociétés humaines disposent de différents moyens, juridiques, d'éducation, de sensibilisation, contribuant à lutter contre la hiérarchie entre masculin et féminin[B 18],[B 19].

Politique mondiale[modifier | modifier le code]

De manière notable, le terme de « genre » est ainsi intégré dans le rapport final de la conférence mondiale sur les femmes de Pékin, organisée par l'ONU en 1995. Il s'agit alors d'appréhender les inégalités de manière holiste, dans une réflexion qui englobe les hommes et les dynamiques sociales[147]. La notion de genre est également utilisée par l'Organisation mondiale de la santé, pour qui « le mot “genre” sert à évoquer les rôles qui sont déterminés socialement, les comportements, les activités et les attributs qu'une société considère comme appropriés pour les hommes et les femmes »[B 20]. L'UNESCO place l'égalité de genre parmi ses priorités globales, la considérant comme « une condition essentielle permettant aux femmes et aux hommes de bénéficier pleinement de leurs droits humains »[B 21].

Politique en France[modifier | modifier le code]

En France, l'Inspection générale des affaires sociales note que « Toutes les politiques de promotion de l'égalité butent sur un obstacle majeur, la question des systèmes de représentation, qui assignent hommes et femmes à des comportements sexués, dits masculins et féminins, en quelque sorte prédéterminés »[B 22]. Le Comité France de l'ONU fait réaliser par un cabinet de consultants et diffuse l'étude « Bienvenue sur la planète Femmes »[B 23],[B 24]. L'organisme national français de statistiques, l'INSEE, mesure des inégalités persistantes entre les sexes « mais qui se réduisent »[B 25]. La journée annuelle des droits des femmes présente l'occasion de rappeler les inégalités entre les sexes se traduisent notamment entre terme de violence[B 26].

En France, une convention nationale interministérielle engageant tous les ministères ayant la responsabilité de politiques éducatives (à savoir le ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation ; le ministère des armèes ; le ministère de la culture ; le ministère de l'agriculture et de l'alimentation) définit le cadre de référénce en matière d'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes, dans le système éducatif[B 27]. L'article L. 121-1 du code de l'éducation indique que le système éducatif doit « favoriser la mixité et l'égalité entre les femmes et les hommes [...] Les écoles, les collèges et les lycées assurent une mission d'information sur les violences, y compris en ligne, et une éducation à la sexualité ainsi qu'une obligation de sensibilisation des personnels enseignants aux violences sexistes et sexuelles et à la formation au respect du non-consentement. »[B 28],[B 29],[B 30]. Il s'agit donc d'une obligation légale[B 31]. L'action du ministère en charge de l'Éducation nationale en matière de lutte contre l'homophobie et la transphobie s'inscrit dans un cadre interministériel coordonné par la Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Haine anti-LGBT[B 32].

Réception critique, polémique et controverse[modifier | modifier le code]

Usage de l’expression « théorie du genre » hors du champ académique[modifier | modifier le code]

Théorie du gender

L'expression « théorie du genre » est présentée comme une traduction de l'expression anglaise « gender theory ». Mais selon les chercheurs en sciences sociales il s'agit d'un mésusage [148],[149],[98],[λ]. En effet, si l'expression gender theory est parfois utilisée par plusieurs sociologues américains pour désigner leur champ d'études[B 33],[150] c'est dans une toute autre perspective que celle des personnes extérieures au champ académique des études sur le genre[B 34],[B 35],[B 36]. Ainsi, selon la sociologue Laure Bereni l'expression « théorie du genre » serait une tentative de faire croire qu'il existe une stratégie politique unifiée derrière les études de genre[B 37].

Vincent Peillon 2013

Croisade anti-genre

Selon une étude de 2012 de l'historien d'Anthony Favier[147], un article de 2014 de la chercheuse Odile Fillod[151], et l'ouvrage de 2017 du docteur en sciences politiques Massimo Prearo et de la sociologue Sara Garbagnoli, l'expression « théorie du genre » est employé et popularisé dans des années 2000 par le prêtre catholique Tony Anatrella à des fins rhétoriques dans le cadre de l'offensive menée par le Vatican alors hostile à l'ouverture du mariage aux couples de même sexe, à l'homoparentalité et la procréation médicalement assistée dans l'objectif de promouvoir « la différence et [...] la complémentarité entre les sexes comme fondement de l’humain »[152],[153],[154]. L'historienne Joan W. Scott voit également dans cette expression une « invention » des catholiques dans la rhétorique du Vatican. Pour elle, cette expression est utilisée par « les adversaires du “genre” » qui entendent faire valoir que les différences entre femmes et hommes établissent « une complémentarité qui justifierait selon eux une inégalité »[92]. Le politologue Bruno Perreau estime lui aussi que « la “théorie du genre” n'existe que dans la tête des opposants à l'égalité des droits. »[B 38]. Le sociologue Éric Fassin insiste sur le fait que le genre est un concept qui aide à penser et non une idéologie[B 12].

Affaire Peillon et les théories du genre

Suite à la déclaration de Vincent Peillon, alors ministre français de l'Éducation nationale, en 2013 selon laquelle il disait être « contre la théorie du genre »[B 39], il y eut de nombreuses réactions dans le monde des sciences sociales[B 40] : notamment la publication d'une tribune, signée par 400 universitaires qui indique qu'« il n’y a pas “une” théorie du genre [...] mais “des” études de genre »[B 41],[B 42],. Par ailleurs, l'universitaire Anne-Emmanuelle Berger affirme que « la théorie du genre n'existe pas. Il en existe une multitude »[B 34], et la philosophe Judith Butler que « les théories du genre existent au pluriel »[B 43]. De même, les sociologues Éléonore Lépinard et Marylène Lieber considèrent que l'emploi de « théorie du genre » au singulier masquerait la pluralité de thèses aussi différentes que "la théorie du genre" par Judith Butler ou "la théorie du genre" par Christine Delphy : « Il existe des théories en études de genre, différentes façons de conceptualiser le genre »[aa].

En résumé, la pertinence de l'expression « théorie du genre » est contestée par de nombreux chercheurs du fait qu'il existe une diversité de théorisation attestée.

Réceptions catholique[modifier | modifier le code]

Monseigneur Tony Anatrella

Selon une étude de l'historien Anthony Favier sur La réception catholique des études de genre[147], dès les années 1980 se développe une vision très négative de la notion de genre (alors désigné par "théorie du genre" ou "idéologie du genre") au sein de la communauté catholique, notamment via des penseurs catholique, des auteurs théologiens et autorités ecclésiastique, qui y voient un discours idéologique unifié qui aurait pour but de déstabiliser les rapports traditionnels entre les sexes ainsi que les repères régissant différentes questions comme la contraception, l’avortement et le comportement sexuel. Le genre agirait comme l'instrument de remise en cause de la sexualité humaine et de contestation des « rôles fondés sur les différences naturelles »[B 44].

Benoît XVI en 2010

Selon le prêtre et psychanalyste Tony Anatrella, qui par ailleurs ne cache pas son désaccord avec le déclassement de l’homosexualité des troubles psychiques au sein des sociétés de psychiatrie et de l’OMS, le genre serait une idéologie emmenée par le « lobby homosexuel » et qui exigerait « la destruction de la famille », alors que cette dernière serait « la conséquence naturelle du comportement hétérosexuel de l’homme et de la femme »[B 45],[B 46]. Par ailleurs, suite à des témoignages d'hommes qui disent avoir été entraînés dans des actes à caractère sexuel lors de séances dans le cadre de « thérapies » visant à les guérir de leur homosexualité et suite à une réprimande canonique prise par l'archevêque de Paris, Tony Anatrella se voit interdire de ministère sacerdotal. Il ne peut plus entendre les confessions, il doit renoncer à l'accompagnement spirituel des personnes et il est interdit d'intervention publique sans l'accord de l'archevêque. Il est stipulé qu'il n'aura plus de ministère et il lui est demandé de ne plus exercer[B 47],[B 48]. Pour le psychanalyste chrétien Jacques Arènes, la « gender theory [...] constitue le corpus idéologique utilisé par les lobbys gay pour défendre leurs idées soumises au législatif, notamment le mariage dit homosexuel »[B 49]. Selon la philosophe catholique Chantal Delsol, avec la « théorie du gender », nous sommes « à l'acmé de la volonté de refaire le monde selon notre désir » et la consécration du « désir de l'individu de choisir, sinon son sexe biologique, au moins son appartenance de « genre » », considérant qu'« apprendre le gender à l'école [...] dans le cours de SVT (sciences de la vie et de la terre) » est « de la propagande »[B 50].

Le pape Benoît XVI, met en garde de ne pas « vivre contre l’Esprit créateur [...] dégagé de tout lien et de toute constitution naturelle » et a appelé les chrétiens à rejeter « des philosophies comme celles du genre » car elle légitimerait le mariage homosexuel, l'homoparentalité et la procréation médicalement assistée[B 51],[155].

Opposition à l’ouverture du mariage aux couples de personnes de même sexe[modifier | modifier le code]

« Le gender c'est pas mon genre » : un slogan de La Manif pour tous.

En France, en 2012, des opposants à l'ouverture des droits pour des personnes de même sexe de se marier, notamment La Manif pour tous, à l’instar de la réception catholique, ont établi un lien entre la « théorie du genre » et l'ouverture du mariage aux couples de même sexe[B 52] ou des programmes de lutte contre les stéréotypes filles-garçons à l'école[B 53],[B 54]. Cette réception repose sur un détournement et une distorsion du concept de genre entretenu par des personnalités de la communauté catholique[147] mais aussi par certaines personnalités politiques comme des députés à droite de l’échiquier politique français[B 55], qui demandent par exemple la création d'une commission d'enquête à l'Assemblée nationale, regrettant que les études de genre aient intégré la « théorie du gender » qu'ils présentent comme un système de pensée et d’organisation globale de la société refusant en général ce qui est donné par la nature et en particulier le corps sexué lui donnant un « sens subversif de l’indifférenciation des sexes »[B 56],[B 57]. À partir de 2013, divers groupes politiques, liés pour certains à La Manif pour Tous, ont lancé en France des campagnes prêtant à l'Éducation nationale l'intention d'enseigner la « théorie du genre » à l'école[B 58],[B 59] ; les groupes les plus radicaux ont affirmé que cet enseignement s'accompagnerait de cours d'éducation sexuelle dès l'école maternelle. Bien que rapidement démenties, ces rumeurs ont occasionné des mouvements d'inquiétude[B 60],[B 61].

Références et bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Lépinard et Lieber (2020), p. 3.
  2. a b c d et e Lépinard et Lieber (2020), p. 4.
  3. a et b Lépinard et Lieber (2020), p. 5.
  4. Bereni et al. (2020), p. 5.
  5. a et b Lépinard et Lieber 2020.
  6. Cherkaoui 2011, §1.
  7. Durkheim 1894, ch.V.II.
  8. a et b Mathieu 2013.
  9. a et b Bereni et al. (2020), p. 7.
  10. Jenson et Lépinard 2009.
  11. Lépinard et Lieber (2020), p. 20.
  12. Bereni et al. (2020), p. 12.
  13. a et b Clair et Singly (2012), p. 12-16.
  14. Duru-Bellat 2006.
  15. a et b Delphy (2013b), p. 225-226.
  16. Bereni et al. (2020), p. 34.
  17. a b et c Bereni et al. (2020), p. 8.
  18. Clair et Singly (2012), p. 13.
  19. a et b Stoller 1968.
  20. Bereni et al. (2020), p. 27.
  21. Jordan-Young (2016), p. 41.
  22. Lépinard et Lieber (2020), p. 18.
  23. Fassin 2019a.
  24. a b et c Dorlin 2008.
  25. Clair et Singly 2012.
  26. Bereni et al. 2020.
  27. Bereni et al. (2020), p. 25.
  28. Jacquet 2000.
  29. Rey (2000), p. 1576.
  30. a et b Money 1955a.
  31. Clair et Singly (2012), p. 88-85.
  32. Clair et Singly (2012), p. 75-76.
  33. Bereni et al. (2020), p. 28-29.
  34. a b et c Jordan-Young (2016), p. 52-55.
  35. a b et c Lépinard et Lieber (2020), p. 12-18.
  36. a et b Oakley (1972).
  37. a b c et d Lépinard et Lieber (2020), p. 14.
  38. Rubin 1998.
  39. a et b Bereni et al. (2020), p. 13.
  40. Delphy 1977.
  41. a b et c Delphy 2013b.
  42. a et b Clair et Singly (2012), p. 76.
  43. Calvini-Lefebvre et Delphy 2018.
  44. Clair et Singly (2012), p. 85.
  45. a et b Scott 1988.
  46. a b et c Fausto-Sterling 1992.
  47. a b et c Fausto-Sterling 2012.
  48. a b et c Fausto-Sterling et Touraille 2014.
  49. Offen 2006.
  50. Jordan-Young (2016), p. 52.
  51. Dorlin (2008), p. 55.
  52. Bereni et al. (2020), p. 87.
  53. Ganzfried 2009.
  54. Coffin 2017.
  55. a et b Clair (2013), p. 93.
  56. a et b Jordan-Young 2016.
  57. Rennes (2016), p. 87-85, Bicatégorisation.
  58. Bourdieu 2002, p. 35.
  59. a et b Mathieu 2007.
  60. Wieviorka et Coburn 2017.
  61. Herdt 1994.
  62. Héritier 1996.
  63. Héritier et al. 2011.
  64. Mathieu 2013, ch.4.
  65. Gillet et Raibaud 2007.
  66. Bereni et al. (2020), p. 5-8.
  67. Bereni et al. (2020), p. 5-6.
  68. Badini-Kinda (2009), p. 81-90.
  69. Bereni et al. (2020), p. 6-7.
  70. Lépinard et Lieber (2020), p. 59.
  71. Connell et Messerschmidt 2015.
  72. Moraldo 2014.
  73. Guionnet 2015.
  74. Connell 2014.
  75. Lépinard et Lieber (2020), p. 71.
  76. Guillaumin 1992.
  77. Mathieu 1973.
  78. Tabet 1998.
  79. Wittig 2001.
  80. Bereni et al. (2019), p. 33, encadré 6.
  81. Durkheim et Mauss (1903), p. 6.
  82. a et b Engels 1884.
  83. a b et c Trat 2010.
  84. Lindsey 2015, Conflict Theory, p. 8.
  85. Lépinard et Lieber (2020), p. 41.
  86. Bereni et al. (2020), p. 33.
  87. Degenne (2009), p. 85.
  88. Degenne (2009), p. 74.
  89. Becker (1981), p. 30-41.
  90. Kergoat 2011.
  91. Davis 2015.
  92. a b et c Krikorian et al. 2014.
  93. Dorlin 2007.
  94. Dorlin (2008), p. 79-86.
  95. Gallant 2017.
  96. Durkheim 1969.
  97. Mead 1935.
  98. a b c d e et f Teixido, Lhérété et Fournier 2014.
  99. de Beauvoir (1949), p. 13.
  100. Money, Hampson et Hampson 1955a.
  101. Money, Hampson et Hampson 1955b.
  102. Money, Hampson et Hampson 1955c.
  103. Bereni et al. (2020), p. 27-28.
  104. Stoller (1989), p. 30.
  105. Clair et Singly (2012), p. 80.
  106. Bereni et al. (2020), p. 27-30.
  107. Buscatto (2019), p. 12.
  108. Greenson 1964.
  109. Stoller (1968), p. 9-10.
  110. Money et Ehrhardt 1972.
  111. Bereni et al. (2020), p. 30, encadré 6.
  112. Oakley (1972), p. 16.
  113. a et b Touraille 2011a.
  114. Bereni et al. (2019), p. 31.
  115. Delphy (2013b), p. 42.
  116. a et b Jeanne 2008.
  117. Delphy 1981.
  118. Delphy 1991.
  119. West et Zimmerman 2009.
  120. Lépinard et Lieber (2020), p. 65-66.
  121. Butler (2006), p. 69.
  122. Butler 2005.
  123. Laqueur 1990.
  124. a et b Fausto-Sterling 2000.
  125. Delphy (2013b), p. 252.
  126. Kraus 2000.
  127. Dorlin (2008), p. 34.
  128. Dorlin (2008), p. 38.
  129. Jordan-Young (2016), p. 57-59.
  130. Oudshoorn 1994.
  131. Touraille 2011b.
  132. Heams et al. 2011b, ch.24.
  133. Touraille 2008.
  134. Rennes 2016.
  135. Jordan-Young 2010.
  136. Duru-Bellat 2016.
  137. Fillod 2014b.
  138. Jordan-Young et Karkazis 2019.
  139. Crespo 2020.
  140. a et b Peyre et Wiels 2015.
  141. Campergue 2015.
  142. Hoquet (2016), p. 90, tableau V.
  143. Hoquet (2016), p. 121-173, ch.III.
  144. Héritier 2005.
  145. Giami 1999.
  146. Keller 2015.
  147. a b c et d Favier 2012.
  148. Devreux et Lamoureux 2012.
  149. Truong 2014.
  150. Saltzman Chafetz 2006.
  151. Fillod 2014a.
  152. Prearo et Garbagnoli (2017), p. 14.
  153. Della Sudda (2019).
  154. Duru-Bellat (2017).
  155. Parini 2010.

Références avec citation[modifier | modifier le code]

  1. « [...] le concept de genre désigne les processus sociaux, culturels, historiques et psychiques par lesquels les identités sexuées et sexuelles sont produites [...] » cf.ref[2]
  2. « Les théories en études de genre ont en partage de le concevoir comme une production du social et non de la nature [...] » cf.ref[3]
  3. « [...] nous proposons de mettre en évidence quatre dimensions analytiques centrales de ce concept : le genre est une construction sociale (1) ; le genre est un processus relationnel (2) ; le genre est un rapport de pouvoir (3) ; le genre est imbriqué dans d'autres rapports de pouvoir (4) [...] » cf.ref[4]
  4. « Outil de dénaturalisation — révéler comme social ce qui était pensé comme le produit de différences biologiques —, le concept de genre a permis de rendre visibles et de nommer des réalités sociales jusque-là non interrogées : travail domestique, écart salarial, violences faites aux femmes, harcèlement sexuel, travail de care ou hétéronormativité ; autant de concepts élaborés dans le champ des études de genre qui permettent de produire de nouveaux savoirs sur les processus sociaux, et les inégalités et les identités qu’ils façonnent. Les effets de savoir de ce concept sont donc nombreux et dépassent les sciences sociales et humaines qui sont l’objet principal de cet ouvrage. En effet, adopter une perspective de genre en médecine ou en biologie, c’est se donner les moyens de faire de nouvelles découvertes [...] » cf.ref[2]
  5. « Le concept de genre permet de décrire la réalité empirique d’une organisation binaire et hiérarchisée du monde [...] » cf.ref[1]
  6. « expliquer le social par le social. » cf.ref[5]
  7. « Mais le genre [...] est aussi un ordre normatif qui implique la production d'une frontière entre deux catégories de sexe [...] » cf.ref[9]
  8. « Le genre est une propriété collective et non individuelle dans la mesure où le concept désigne les processus et les mécanismes sociaux [...]. Le sexe est alors compris comme une construction sociale et le genre est le processus par lequel cette construction est opérée [...]. Puisqu'il s'agit de processus sociaux ils varient nécessairement en fonction du contexte social et historique. » cf.ref[10]
  9. « Dès les années 2000, il [le genre] va faire l’objet de davantage de publications et être utilisé de façon assez interchangeable avec le terme rapports sociaux de sexe [...] » cf.ref[11]
  10. « En France, ce n'est qu'à partir du début des années 2000 que le terme de « genre » s'est généralisé pour désigner le champ des recherches sur les rapports entre les sexes. » cf.ref[12]
  11. « Depuis leur fondation, le genre et ses formulations antérieures proches (« rapports sociaux de sexe », « domination masculine », « patriarcat ») sont des produits pluridisciplinaires. Pourtant, l’expression « études de genre », de plus en plus répandue, n’est pas toujours un exact synonyme des gender studies [...]. Le genre désigne à la fois une réalité sociale, un concept rendant compte de cette réalité et un corpus de recherches comprenant aussi d’autres termes qui l’ont précédé (« rapports sociaux de sexe » , [...]). Si le terme de « genre » s’est imposé dans ce corpus au cours des quinze dernières années, son usage s’est généralisé de façon progressive et débattue. Dans les pages qui suivent, il ne sera donc pas question seulement du concept de genre, mais aussi de tous ceux dont il est l’héritier ; ce n’est qu’au fur et à mesure de la lecture de l’ensemble que les définitions prendront progressivement corps : le genre n’apparaîtra plus uniquement comme l’étiquette inclusive d’un champ de recherche mais comme un concept polysémique renvoyant à des définitions distinctes – en fonction des objets de recherche, des époques, des auteur·e·s et des influences théoriques. » cf.ref[13]
  12. « le concept de genre va rompre avec la pensée naturaliste qui assigne les femmes et les hommes à des rôles sociaux spécifiques en raison de leurs prétendues caractéristiques biologiques et reproductives » cf.ref[1]
  13. « Avec l’arrivée du concept de genre, trois choses deviennent possibles, ce qui ne veut pas dire qu’elles se passent : [1] on a ramassé dans un concept l’ensemble de ce qui, des différences entre les sexes, apparaît comme social et arbitraire : soit effectivement variable de société à société, soit susceptible à tout le moins de changement ; [2] son singulier (le genre, par opposition aux deux genres) permet de déplacer l’accent des parties divisées vers le principe de partition lui-même ; [3] la notion de hiérarchie est fermement ancrée dans ce concept ; ce qui devrait permettre, au moins en théorie, de considérer sous un autre angle le rapport entre les parties divisées. » cf.ref[15]
  14. « Ce deuxième âge des théories du genre peut néanmoins être schématisé de la façon suivante : 1 - le genre n'exprime pas la part sociale de la division, mais il est cette division, 2 - le genre précède et détermine donc les sexes, qui en font partie, 3 - le genre n'est pas simplement un principe de différenciation, mais aussi un système de domination » cf.ref[16]
  15. « Le genre révèle une logique globale qui organise la société, jusque dans ses moindres recoins. Il ne se contente pas de désigner une appartenance à un groupe de sexe. » cf.ref[18]
  16. « La première formulation du concept de genre [...] intervient dans le contexte de la clinique étasunienne de l'intersexuation et de qu'on appelait alors la « transexualité » dans les années 1950-1960. C'est au psychologue et sexologue John Money que l'on doit l'introduction du terme dans le corpus psychologique [...] » cf.ref[20]
  17. « Money suggérait qu'il [David Reimer] ne pourrait pas développer une identité masculine normal sans pénis. » cf.ref[21]
  18. « En tentant par tous les moyens de faire correspondre l’anatomie à une identité soit masculine, soit féminine, Money et Stoller n’ont fait que reproduire l’idée selon laquelle il n’existe que deux et seulement deux sexes biologiques, et ont occulté dans le même mouvement la variété et la non-binarité biologique du sexe qui se présentaient pourtant à eux de façon évidente dans la chair de leur patientèle [Peyre et Wiels, 1991 ; Kraus, 2000 ; Fausto-Sterling, 2012 (2000)] » cf.ref[22]
  19. « Polysémique car si le mot est aujourd'hui largement utilisé dans les sciences sociales et au délà, peu s'accordent pour lui donner un sens univoque [...] L'objet de ce chapitre est de rendre compte des multiples usages du concept de genre [...] » cf.ref[27]
  20. « Delphy est [...] une des rares qui, dans les années 1980, n’évacue pas [...] le terme « genre » à condition que celui-ci soit redéfini et pour partie extrait de son acception anglo-américaine. » cf.ref[42]
  21. « Le concept de genre est lui-même déterminé par la sexualité, comprise comme système politique, en l’occurrence l’hétérosexualité reproductive, qui définit le féminin et le masculin par la polarisation sexuelle socialement organisée des corps » cf.ref[51]
  22. « La distinction entre le sexe et le genre ne saurait simplement se résumer à une opposition entre du "physique" et du "social". Le genre peut être défini comme le rapport social divisant l’humanité en deux sexes distincts et hiérarchiquement articulés en dehors desquels il semble que rien ne puisse exister. En vertu de cette définition, le sexe peut être analysé comme le "produit" du genre, comme le résultat d’un système de division qui renforce continuellement sa pertinence en donnant à voir les sexes comme les éléments naturels et pré-sociaux constitutifs du monde dans lequel nous vivons » cf.ref[52]
  23. « A partir de ces quatre dimensions analytiques (construction sociale, approche relationnelle, rapport de pouvoir, intersectionnalité), le genre peut être défini comme un système de bicatégorisation hiérarchisé entre les sexes (hommes/femmes) et entre les valeurs et représentations qui leur sont associcées (masculin/féminin) » cf.ref[17]
  24. « [...] le croisement "race" / genre / classe n'est pas une nouveauté pour la France. [...] on peut noter qu'un bon nombre de travaux n'ont pas attendu les études post-coloniales ou le Black Feminism pour insister sur l'intrication entre les dominations : les divisions dues aux inégalités de classe, de sexe et d'appartenance ethnique n'étaient ignorées [...] je pense [...] bien évidement, aux travaux de Collette Guillaumin (1972/2002) qui ont proposé une analyse du processus idéologique commun de naturalisation du sexe et de la "race" » cf.ref[90]
  25. « Le problème n'est pas que le corps n'a pas de sexe ou n'est pas sexué - il l'est ; le problème n'est pas que le processus physioanatomique de sexuation n'a pas fonctionné - il a fonctionné ; le problème, pour les médecins, […] il n'a pas donné lieu à une identité sexuelle identifiable comme "mâle" ou "femelle". Aussi l'intervention consiste à intervenir sur les corps intersexes pour leur assigner, non pas un sexe (ils en ont déjà un), mais le bon sexe. […] Ce "bon sexe" consiste essentiellement [à ce qui] doit être "normalement" hétérosexuel. » cf.ref[127]
  26. « La sexuation n'est donc pas le tout du "sexe": dans la définition commune du "sexe biologique", l'anatomie n'est jamais seule. Autrement dit, il y a toujours déjà, dans ce que nous appréhendons communément comme le "sexe biologique" des individus, du genre et les traces d'une gestion sociales de la reproduction, c'est à dire, une identité sexuelle (de genre et de sexualité) imposée, assignée. » cf.ref[128]
  27. « Il existe des théories en études de genre, différentes façons de conceptualiser le genre, car celui-ci façonne aussi bien l’économie, les corps, les identités, le biologique que le social. Chaque théorisation du genre propose, implicitement ou explicitement, une conception de l’identité, du sujet, du pouvoir, des rapports sociaux et de leurs possibles transformations. Chaque façon de théoriser le genre met l’accent sur certaines dimensions plutôt que sur d’autres : le travail ou la sexualité, le corps ou les représentations sociales, les interactions sociales ou les normes. » cf.ref[3]
  1. « Le sociologue doit expliquer le social par le social. L’énoncé de ce principe revient [...] fréquemment sous la plume de Durkheim » cf.ref[6]
  2. « Les faits sociaux ne peuvent être expliqués que par des faits sociaux » cf.ref[7]
  3. « The term gender role is used to signify all those things that a person says or does to disclose himself or herself as having the status of boy or man, girl or woman, respectively. It includes, but is not restricted to, sexuality in the sense of eroticism. » cf.ref[30]
  4. « Le mariage conjugal n’entre donc point dans l’histoire comme la réconciliation de l’homme et de la femme, et bien moins encore comme la forme suprême du mariage. Au contraire : il apparaît comme l’assujettissement d’un sexe par l’autre, comme la proclamation d’un conflit des deux sexes, inconnu jusque-là dans toute la préhistoire. Dans un vieux manuscrit inédit, composé par Marx et moi-même en 1846, je trouve ces lignes : « La première division du travail est celle entre l’homme et la femme pour la procréation. » Et je puis ajouter maintenant : La première opposition de classe qui se manifeste dans l’histoire coïncide avec le développement de l’antagonisme entre l’homme et la femme dans le mariage conjugal, et la première oppression de classe, avec l’oppression du sexe féminin par le sexe masculin. [...] La forme de famille correspondant à la civilisation et qui s’instaure définitivement avec elle est la monogamie, la suprématie de l’homme sur la femme et la famille conjugale comme unité économique de la société »[82]
  5. « With its assumptions about social order and social change, the macro sociological perspective of conflict theory, also referred to as social conflict theory, is in many ways a mirror image of functionalism. Unlike functionalists, who believe that social order is maintained through value consensus, conflict theorists assert that it is preserved involuntarily through the exercise of power that one social class holds over another. Originating from the writings of Karl Marx (1818–1883), conflict theory is based on the assumption that society is a stage on which struggles for power and dominance are acted out. The struggles are largely between social classes competing […]. Capitalism thrives on a class-based system that consolidates power in the hands of a few men of the ruling class (bourgeoisie) who own the farms and factories that workers (proletariat) depend on for their survival. The interest of the dominant class is to maintain its position of power over the subordinate class by extracting as much profit as possible from their work. Only when the workers recognize their common oppression and form a class consciousness can they unite and amass the resources necessary to seriously challenge the inequitable system in which they find themselves. […] Friedrich Engels (1820–1895), Marx’s collaborator, applied these assumptions to the family […]. He suggested that the master–slave or exploiter–exploited relationships occurring in broader society between the bourgeoisie and the proletariat are translated to the household [and] the household is an autocracy, and the supremacy of the husband is unquestioned. […] Engels argued […] “The emancipation of woman will only be possible when women can take part in production on a large social scale, and domestic work no longer claims but an insignificant amount of her time” (Engels, 1942:41–43) »[84]
  6. « L’analyse de F. Engels est une critique radicale de la conception naturaliste et fataliste de la subordination des femmes aux hommes, mais elle reste inaboutie dans la mesure où elle ne remet pas en cause la répartition sexuée des tâches au sein de la famille, même s’il préconise la socialisation des tâches domestiques. C’est précisément cette question qui a été au cœur de la contestation féministe des années 1970. De ce point de vue [...] le concept de division sociale et sexuelle du travail, élaboré en France dans les années 1980, a été une étape majeure dans la sociologie des rapports sociaux de sexe. Il a permis de reprendre l’analyse amorcée par F. Engels de l’articulation entre production et reproduction et de la clarifier en l’inscrivant dans la problématique des rapports sociaux de domination. »[83]
  7. « Ensuite il n’y a aucune raison de passer automatiquement du constat d’un déséquilibre dans une interaction à une interprétation en termes de domination. [...] que l’on observe les conditions dans lesquelles se déroulent les interactions au sein de relations qui perdurent, les déséquilibres peuvent s’interpréter autrement qu’en termes de domination, par exemple comme facteurs de dynamisme dans une relation qui ne cherche pas nécessairement à évoluer vers l’équilibre » cf.ref[87]
  8. « Comme la femme est de toutes façons plus sollicitée pour la reproduction, le plus efficace est qu’elle se spécialise dans les tâches domestiques. Le partage inégal du travail domestique n’est donc pas le fait d’une domination mais le résultat d’un calcul économique. Pour les conjoints, il n’y a pas d’inégalité, il n’y a qu’une spécialisation. [...] En effet, la spécialisation inégale a pour effet de rendre dépendant l’homme qui, tout en bénéficiant des services de sa compagne, perd pour une part une maîtrise de son monde » cf.ref[88]
  9. « The various divisions of labor among family members are determined partly by biological differences and partly by different experiences and different investments in human capital. […] Since married women have been specialized to child bearing and other domestic activities, they have demanded long-term "contracts" from their husbands to protect them against abandonment and other adversities. [...] Specialized investments and time allocation together with biological differences in comparative advantage imply that married men specialize in the market sector and married women in the household sector. » cf.ref[89]
  10. « Gender identity starts with the knowledge and awareness, whether conscious or unconscious, that one belongs to one sex and not the other […] gender role is the overt behavior one displays in society, the role which he plays, especially with other people. » cf.ref[109]
  11. (en) « Gender Studies - A Summary », Swedish Research Council’s Committee on Gender Research« Gender studies is a generic term for the field as a whole. The term gender theory is sometimes used in the same way, although the latter term is sometimes to denote interdisciplinary gender studies not related to any particular discipline. »

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Renée Greusard, « NouvelObs Le « savant fou » John Money, monstre utile des opposants au genre »,
  2. (en) « gender », sur Oxford dictionnaries
  3. a et b « Entretien avec Christine Détrez autour de la notion de genre — Sciences économiques et sociales », sur ses.ens-lyon.fr,
  4. Rebecca Franceskides, Guide EQUAL de l’intégration de la dimension de genre, , 46 p. (ISBN 92-79-00129-9, lire en ligne), p. 10
  5. Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique, , 24 p. (lire en ligne), p. 3
  6. Nations Unies, « Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes »,
  7. « Genre et santé », sur www.who.int
  8. Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes, Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe, Paris, , 68 p. (ISBN 978-2-11-145137-7, lire en ligne), p. 13
  9. Maud Olivier, Rapport d'information sur les études de genre, , 285 p. (www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/rap-info/i4105.pdf), p. 8-10
  10. CGTN, « Recommandation sur les équivalents français du mot “gender” », .
  11. Bernard Dantier, « “La construction sociale des catégories de sexe : Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe.” »
  12. a et b « Masculin-féminin : cinq idées reçues sur les études de genre » », sur Le Monde,
  13. Philippe Testard-Vaillant, « Combien y a-t-il de sexes? »,
  14. « La révolution du mariage civil », sur www.lhistoire.fr
  15. Serge Braudo et Alexis Baumann, « Mariage - Définition », sur Dictionnaire Juridique
  16. Marcela Iacub, Par le trou de la serrure : une histoire de la pudeur publique, XIXe-XXIe siècle, Fayard, (ISBN 978-2-213-63399-2, lire en ligne)
  17. Vacant, A., Mangenot, E. et Amann, E., Dictionnaire de théologie catholique, Paris, Letouzey et Ané, 924.
  18. « Égalité entre femmes et hommes : 10 années de progrès bien insuffisants », sur Mieux vivre autrement, .
  19. Statistiques de l'INSEE sur la parité
  20. « Qu'entendons-nous par "sexe" et par "genre" ? », sur OMS
  21. « Égalité de genre », sur UNESCO.org
  22. IGAS, « Rapport sur l'égalité entre les filles et les garçons dans les modes d'accueil de la petite enfance », sur igas.gouv.fr,
  23. « Bienvenue sur la planète Femmes ! - Mazars - France », sur Mazars.fr.
  24. « De quoi les études sur l'inégalité entre les sexes sont-elles le nom », sur TV5MONDE, .
  25. Fabien Batlle, « Des inégalités entre femmes et hommes persistantes mais qui se réduisent », sur le site de l'Insee.
  26. http://ses.ens-lyon.fr/actualites/rapports-etudes-et-4-pages/comment-mesurer-linegalite-entre-les-sexes-mars-2017
  27. Ministre de l'Éducation nationale et de la jeunesse et la secrétaire d'état en charge de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, « Convention interministérielle pour l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif » [PDF]
  28. Secrétariat général du Gouvernement, « article L. 121-1 »
  29. Ministère de l'Education Nationale de la Jeunesse et des Sports, « L'égalité des filles et des garçons »
  30. Ministère de l'Education Nationale de la Jeunesse et des Sports, « Prévention des violences sexistes et sexuelles à l'école »
  31. Ministère de l'Éducation nationale de la Jeunesse et des Sports, « Les enjeux de l'égalité filles-garçons »
  32. Ministère de l'Education Nationale de la Jeunesse et des Sports, « Prévenir l'homophobie et la transphobie »
  33. (en) Ashley Crossman, « Sociology of Gender », About.com
  34. a et b Victoria Gairin, « Théorie du genre », lepoint.fr, 29 mai 2013.
  35. Élisabeth Roudinesco, « De quoi la "théorie du genre" est-elle le fantasme », Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  36. (en) Robert Zaretsky, « How do you upset the French? Gender theory », Boston Globe,‎ (lire en ligne)
  37. Mathieu Trachamn, « Genre : état des lieux. Entretien avec Laure Bereni », sur La Vie des idées,
  38. Mattea Battaglia, « “Théorie du genre”, “études sur le genre” : quelle différence ? (Entretien avec Bruno Perreau) », sur LeMonde.fr,
  39. « La théorie du genre pas envisagée au ministère de l'Éducation », sur Libération.fr,
  40. Jaunait, Revillard, Bereni et Chauvin, « La théorie du genre : réponse au ministre Vincent Peillon », sur Libération.fr,
  41. « Liste complète des 403 signataires de la tribune « En finir avec les fantasmes en tous genres » », sur site de l'université Paris-VIII
  42. « En finir avec les fantasmes en tous genres, tribune rédigée par Anne-Emmanuelle Berger et Michèle Riot-Sarcey et signée par une centaine d'universitaires », sur Libération.fr,
  43. « Genre et théorie : Judith Butler nous écrit », sur NouvelObs,
  44. Xavier Lacroix, « Homoparentalité », dans Lexique des termes ambigus et controversés sur la famille, la vie et les questions éthiques, Pierre Téqui, , p. 595
  45. Tony Anatrella, Le règne de Narcisse, Presses de la Renaissance, , p. 118-119
  46. Tony Anatrella, « Le Conflit des modèles sexuels contemporains. À propos du concept de « gender » », Revue d’éthique et de théologie morale, no 215,‎ , p. 29-74 cité par Favier 2012, p. 27
  47. La-Croix.com, « L’Église prend des sanctions contre Mgr Tony Anatrella soupçonné d’abus sexuels », La Croix,‎ (lire en ligne)
  48. « Soupçons d'abus sexuel: le "psy de l’Église" Tony Anatrella sanctionné », sur bfmtv.com,
  49. Jacques Arènes, « La problématique du « genre » », Documents épiscopat, no 12,‎ (lire en ligne)
  50. Chantal Delsol, « Le "gender" ou l'individu transparent » », Le Figaro,‎ , p. 14 (lire en ligne)
  51. Benoît XVI, Discours de vœux à la Curie pour Noël 2008 cité par Favier 2012, p. 14 « Pour Benoît XVI, la théorie du genre légitime le mariage gay et la PMA »
  52. « Georgina Dufoix opposée au mariage gay », sur lefigaro.fr : « […] Derrière le mariage des homosexuels, c'est la théorie du genre qui est insufflée dans la société française. Cette théorie qui vient des États-Unis estime qu'homme et femme sont interchangeables. »
  53. « La "théorie du genre" fait mouche à la Manif pour tous », sur France24,
  54. « Théorie du genre ou réduction des inégalités entre filles et garçons ? », sur Cahier Pédagogiques,  : « le mythe de l’enseignement de la théorie du genre persiste, perpétué selon un processus bien rôdé. »
  55. Quentin Girard, « Deux députés veulent une enquête sur la «théorie du genre» », sur Liberation.fr,
  56. « Proposition de résolution tendant à la création d’une commission d’enquête sur l’introduction et la diffusion de la théorie du gender en France »,
  57. « Identité sexuelle: des députés UMP demandent le retrait de manuels scolaires », sur 20 minutes (France),
  58. «La manif pour tous» lance des états généraux de la famille, La Croix, 15 septembre 2013
  59. Élection des parents d'élèves: les anti-mariage pour tous veulent infiltrer les écoles, Huffington Post, 10 octobre 2014
  60. Théorie du genre : des élèves absents du fait d'une étrange rumeur, Le Figaro, 29 janvier 2014
  61. "Masturbation", "théorie du genre" à l'école... Décryptage de cinq folles rumeurs, France TV Info, 31 janvier 2014

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Principaux ouvrages utilisés comme source pour la rédaction de cet article Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Laure Bereni, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait et Anne Revillard, Introduction aux études sur le genre, de Boeck Supérieur, , 3e éd. (1re éd. 2012), 432 p. (ISBN 9782807308169)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Eléonore Lépinard et Marylène Lieber, Les théories en études de genre, La Découverte, , 128 p. (ISBN 9782348046223, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Isabelle Clair et François Singly (dir.), Sociologie du genre, Armand Colin, , 128 p. (ISBN 978-2-200-28160-1, présentation en ligne, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Elsa Dorlin, Sexe, genre et sexualités : introduction à la théorie féministe, Paris, PUF, , 153 p. (ISBN 978-2-13-055889-7)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Rebecca Jordan-Young (trad. Odile Fillod, préf. Catherine Vidal, postface Ilana Löwy), Hormones, sexe et cerveau [« Brain Storm: The Flaws in the Science of Sex Differences »], Paris, Belin, , 640 p. (ISBN 978-2-7011-9630-5)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Sandrine Teixido, Héloïse Lhérété et Martine Fournier, « Les gender studies pour les nul(-le)s », Sciences humaines,‎ (lire en ligne)

Autres ouvrages synthétique sur les théorisations du genre Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Juliette Rennes (dir.), Encyclopédie critique du genre, Paris, La Découverte, , 752 p. (ISBN 9782707190482)
  • Marie Buscatto, Sociologies du genre, Paris, Armand Colin, , 2e éd., 222 p. (ISBN 978-2-200-62383-8)
  • Chabaud-Rychter et al., Sous les sciences sociales, le genre. Relectures critiques de Max Weber à Bruno Latour, La Découverte,
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Guionnet C. et Neveu E., Féminins/Masculins : Sociologie du genre, Paris,, Armand Colin, , 2e éd.
  • Laure Parini, Le système de genre : introduction aux concepts et théories, Paris, Armand Colin, , 2e éd.
  • Maruani M, Femme, genre et société, L’état des savoirs, Paris, La Découverte,
  • Marie-Claude Hurtig, Michèle Kail et Hélène Rouch (dir.), Sexe et genre, de la hiérarchie entre les sexes, Paris, CNRS, (1re éd. 1991)
  • Ferrand M., Féminin, Masculin, Paris, Découverte,
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Isabelle Jacquet, Développement au masculin/féminin, le genre outil d’un nouveau concept, Paris, L’Harmattan, , 184 p.

Littératures notables mentionnés dans l'article sur les théorisations du genre Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Document utilisé pour la rédaction de l’article (en) Margaret Mead, Sex and temperament in three primitive societies, (réimpr. 2001) (ISBN 0-06-093495-6)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, t. II L'expérience vécue, Gallimard, coll. « Folio »,
  • (en) John Money, « Hermaphroditism, gender and precocity in hyperadrenocorticism: psychologic findings », Bull. Johns Hopkins Hosp., vol. 96(6),‎ 1955a, p. 253-264 (PMID 14378807)
  • (en) John Money, Hampson et Hampson, « An examination of some basic sexual concepts. The evidence of human hermaphroditism », Bulletin of the Johns Hopkins Hospital, vol. vol. 97(4),‎ 1955a, p. 301-319 (PMID 13260820)
  • (en) John Money, Hampson et Hampson, « Hermaphroditism: recommendations concerning assignment of sex, change of sex and psychologic management », Bulletin of the Johns Hopkins Hospital, vol. vol.97(4),‎ 1955b, p. 284-300 (PMID 13260819)
  • (en) John Money, Hampson et Hampson, « The syndrome of gonadal agenesis (ovarian agenesis) and male chromosomal pattern in girls and women: psychologic studies », Bulletin of the Johns Hopkins Hospital, vol. vol.97(3),‎ 1955c, p. 207-226 (PMID 13284468)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article (en) Greenson, « On homosexuality and gender identity », IJP,‎ (PMID 14167034)« One’s sense of being a member of a particular sex. »
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article (en) Robert Stoller, Sex and Gender. On the Development of Masculinity and Femininity, Science House,
  • Robert Stoller, Masculin ou féminin, PUF, (ISBN 978-2-13-042498-7)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article (en) Ann Oakley, Sex, Gender and Society, London, Temple Smith,
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article (en) John Money et Anke Ehrhardt, Man and woman, boy and girl. The differentiation and dimorphism of gender identity from conception to maturity, Johns Hopkins University Press, , p. 4
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Joan Scott, « Genre : une catégorie utile d'analyse historique », Les cahiers du GRIF, nos 37-38,‎ , p. 125 (lire en ligne)
  • (en) Gilbert Herdt, Third sex, third gender : beyond sexual dimorphism in culture and history, Zone Books, (ISBN 0-942299-81-7)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Gayle Rubin, « L’économie politique du sexe : transactions sur les femmes et systèmes de sexe/genre », Les cahiers du CEDREF., no 7,‎ , p. 3–81 (ISSN 1146-6472, DOI 10.4000/cedref.171, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Christine Delphy, L'ennemi principal (Tome 1): économie politique du patriarcat, Syllepse, 2013a, 3e éd. (1re éd. 1998), 262 p. (ISBN 978-2-84950-394-2)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Christine Delphy, L'ennemi principal (Tome 2): penser le genre, Syllepse, 2013b, 3e éd. (1re éd. 2001), 366 p. (ISBN 978-2-84950-395-9)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Christine Delphy, « Penser le genre : quels problèmes ? », dans Sexe et genre. De la hiérarchie entre les sexes, Paris, CNRS éditions, , p. 89-102
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Nicole-Claude Mathieu, L’anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Côté-femmes, (1re éd. 1991)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Colette Guillaumin, Sexe, Race et Pratique du pouvoir : L’idée de Nature, Paris, Côté-femmes,
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Monique Wittig, La Pensée straight, Paris, Balland,
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Françoise Héritier, Masculin-féminin. La pensée de la différence, Odile Jacob, 1996
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Judith Butler (trad. Cynthia Kraus), Trouble dans le genre, Paris, La Découverte, (1990)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Judith Butler (trad. Maxime Cervulle), Défaire le genre, Paris, Éditions Amsterdam,
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Joan Wallach Scott, De l'utilité du genre, Paris, Fayard,
  • (en) Thomas Laqueur, Making Sex. Body and gender from the greeks to freud, President and Fellows of Harvard College, , 355 p. (ISBN 978-2-07-072599-1)
  • (en) Anne Fausto-Sterling, Myths of gender, NY, BasicBooks, , 320 p. (ISBN 978-0-465-04792-5)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Thomas Laqueur (trad. de l'anglais), La fabrique du sexe, Folio, , 517 p. (ISBN 978-2-07-045078-7)
  • (en) Anne Fausto-Sterling, Sexing the Body, NY, BasicBooks, , 496 p. (ISBN 978-0-465-07714-4)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Anne Fausto-Sterling (trad. de l'anglais), Corps en tous genres : La dualité des sexes à l'épreuve de la science, La Découverte, , 400 p. (ISBN 978-2-7071-6910-5)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Anne Fausto-Sterling (trad. de l'anglais par Boterf), Les cinq sexes : Pourquoi mâle et femelle ne suffisent pas, Payot,
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Thierry Hoquet, Des sexes innombrables : le genre à l'épreuve de la biologie, Éditions du Seuil, , 249 p. (ISBN 978-2-02-128544-4)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Anthony Favier, La réception catholique des études de genre, (lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Isabelle Clair, « Pourquoi penser la sexualité pour penser le genre en sociologie ? », Cahiers du Genre, vol. 54,‎ (ISSN 1298-6046, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Nicole-Claude Mathieu, Une maison sans fille est une maison morte : la personne et le genre en sociétés matrilinéaires et/ou uxorilocales, Maison des sciences de l'homme, (ISBN 978-2-7351-1129-9)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Françoise Héritier, Masculin/Féminin. La pensée de la différence, Odile Jacob, , 333 p. (ISBN 978-2-7381-9447-3)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Raewyn Connell, Masculinités enjeux sociaux de l'hégémonie, Éd. Amsterdam, (ISBN 978-2-35480-139-7)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Massimo Prearo et Sara Garbagnoli, La croisade "anti-genre" : du Vatican aux manifs pour tous, Textuel, , 128 p. (ISBN 978-2-84597-589-7)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article (en) Nelly Oudshoorn, Beyond the natural body : an archaeology of sex hormones, Routledge, (ISBN 0-415-09190-X)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Anne Fausto-Sterling et Priscille Touraille (trad. Michal Raz), « Autour des critiques du concept de sexe. », OEJ,‎ (lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’articleFrançois Héritier, Michelle Perrot, Sylviane Agacinski et Nicole Bacharan, La plus belle histoire des femmes, Seuil, , 308 p., p. 21
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Pierre Bourdieu, La domination masculine, Le Seuil, , 2e éd. (1re éd. 1998) (ISBN 978-2-0210-6927-3)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Evelyne Peyre et Joelle Wiels, Mon corps a-t-il un sexe? : sur le genre, dialogues entre biologies et sciences sociales, La Découverte, , 360 p. (ISBN 978-2-7071-7358-4)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Kathy Davis (trad. Françoise Bouillot), « L’intersectionnalité, un mot à la mode. », Les cahiers du CEDREF., no 20,‎ (ISSN 1146-6472, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Gaëlle Krikorian, Philippe Mangeot, Adèle Ponticelli et Pierre Zaoui, « History trouble, entretien avec Joan W. Scott », Vacarme, no 66,‎ , p. 218-248 (lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Éric Fassin, « Le mot race - Cela existe », AOC,‎ 2019a (lire en ligne)« altérité naturalisée (et non pas naturelle) »
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Priscille Touraille, « Déplacer les frontières conceptuelles du genre », Journal des anthropologues, nos 124-125,‎ 2011b, p. 49–69 (ISSN 1156-0428 et 2114-2203, DOI 10.4000/jda.5267, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Priscille Touraille, « L'indistinction sexe et genre, ou l'erreur constructiviste », Critique, vol. n° 764-765, no 1,‎ 2011a, p. 87 (DOI 10.3917/criti.764.0087, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Heams, Huneman, Lecointre et Silberstein, Les mondes darwiniens : l'évolution de l'évolution.2, 2011b, 687 p. (ISBN 978-2-919694-40-2)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Priscille Touraille, Hommes grands, femmes petites : une évolution coûteuse : Les régimes de genre comme force sélective de l'adaptation biologique, (ISBN 978-2-7351-1362-0)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Elsa Dorlin, Black Feminism. Anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, Paris, L’Harmattan, , 262 p. (ISBN 978-2-296-05104-1, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Lorena Parini, « Le concept de genre : constitution d'un champ d'analyse, controverses épistémologiques, linguistiques et politiques », Varia, no 5,‎ (lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article West et Zimmerman, « Faire le genre », NQF,‎ (DOI 10.3917/nqf.283.0034)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Cynthia Kraus, La bicatégorisation par “sexe” à l’épreuve de la science : le cas des recherches en biologie sur la détermination du sexe chez les humains, Paris, Editions des archives contemporaines/ Histoire des sciences, des techniques et de la médecine, , 227 p. (ISBN 90-5709-015-5), p. 187-213
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Marie Duru-Bellat, « Sara Garbagnoli, Massimo Prearo, La croisade « anti-genre ». Du Vatican aux manifs pour tous », Lectures,‎ (DOI 10.4000/lectures.23788, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Marie Duru-Bellat, « Filles-garçons : socialisation différenciée ? », Revue française de pédagogie., no 156,‎ , p. 177–178 (DOI 10.4000/rfp.650, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, t. 2, Paris, Robert, (ISBN 2850365327)
  • Christine Delphy, « Le patriarcat, le féminisme et leurs intellectuelles », Nouvelles Questions Féministes, no 2,‎ , p. 65 (lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Delphy, « Editorial : Variations sur des thèmes communs », Questions féministes, no 1,‎ (lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Marc Calvini-Lefebvre et Christine Delphy, « On ne peut pas empêcher les concepts de voyager », Revue Française de Civilisation Britannique,‎ (lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Karen Offen, « Le gender est-il une invention américaine ? », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, no 24,‎ , p. 291-304 (lire en ligne)
  • Miriam Ganzfried, Le genre comme ressource politique en Suisse, Université de Genève,
  • Jean-Christophe Coffin, « Le genre, une notion prise au sérieux dans les années 1960 », Sociétés & Représentations, vol. 43, no 1,‎ , pp. 43 à 63 (ISSN 1262-2966, DOI 10.3917/sr.043.0043, lire en ligne)
  • Michel Wieviorka et Elaine Coburn, Combien de sexes?, Maison des sciences de l'homme, (ISBN 978-2-7351-2360-5)
  • Jean-Claude Gillet et Yves Raibaud, Mixité, parité, genre : Dans les métiers de l'animation, L'Harmattan, , 230 p. (ISBN 978-2-296-01898-3, lire en ligne), p. 127
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Fatoumata Badini-Kinda, « Les femmes et les études féministes dans les universités, enjeux et stratégies : le cas du Burkina Faso », dans Fatou Sow (dir.), La Recherche féministe francophone : Langues, identités et enjeux, Paris, Karthala, , p. 81-90
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article R. Connell et James W. Messerschmidt, « Faut-il repenser le concept de masculinité hégémonique ?: Traduction coordonnée par Élodie Béthoux et Caroline Vincensini », Terrains & travaux, vol. N° 27, no 2,‎ , p. 151 (ISSN 1627-9506 et 2104-3779, DOI 10.3917/tt.027.0151, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Christine Guionnet, « Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie », Sociologie du travail, vol. 57(2),‎ , p. 256–259 (lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Delphine Moraldo, « Raewyn Connell, Masculinités. Enjeux sociaux de l'hégémonie », Lectures,‎ (ISSN 2116-5289, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Mathieu, « Homme-culture et femme-nature ? », L'Homme,‎ (DOI https://doi.org/10.3406/hom.1973.367364)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Tabet, La construction sociale de l’inégalité des sexes, (ISBN 2-7384-6773-3)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article (en) Linda Lindsey, The Sociology of Gender: Theoretical Perspectives and Feminist Frameworks, (ISBN 978-0-205-89968-5)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Caroline Jeanne, « La France : une délicate appropriation du genre », Genre & Histoire, vol. 3 « Les médiévistes et l'histoire du genre en Europe »,‎ (lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Françoise Héritier, « Quel sens donner aux notions de couple et de mariage ? à la lumière de l'anthropologie », Informations sociales,‎ (DOI https://doi.org/10.3917/inso.122.0006, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Alain Giami, « Cent ans d'hétérosexualité », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 128, no 1,‎ , p. 38–45 (DOI 10.3406/arss.1999.3292, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Verena Keller, « Dé-genrer le travail social ? », Cultures et sociétés, no 36,‎ , p. 47-53
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Anne-Marie Devreux et Diane Lamoureux, Les antiféminismes, L'Harmattan, (lire en ligne), p. 45
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Nicolas Truong, « Le conflit des féminismes (Entretien avec Sylviane Agacinski et Elsa Dorlin) », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article (en) Janet Saltzman Chafetz, « The varieties of gender theory in sociology », dans Handbook of the Sociology of Gender, Springer, (lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Odile Fillod, « L’invention de la "théorie du genre": le mariage blanc du Vatican et de la science », Contemporary French Civilization, no 39(3),‎ 2014a, p. 321-333 (ISSN 0147-9156, lire en ligne [PDF])
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Magali Della Sudda, « Sara Garbagnoli et Prearo Massimo, La croisade "anti-genre" : du Vatican aux manifs pour tous », Travail, genre et sociétés, vol. n° 41, no 1,‎ (DOI 10.3917/tgs.041.0185, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Jane Jenson et Éléonore Lépinard, « Penser le genre en science politique: Vers une typologie des usages du concept », Revue française de science politique, vol. 59, no 2,‎ , p. 183 (ISSN 0035-2950, DOI 10.3917/rfsp.592.0183, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Alain Degenne, « Types d’interactions, formes de confiance et relations », REDES- Revista hispana para el análisis de redes sociales Vol.16,n°3, Junio 2009,‎ (lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article (en) Gary Becker, A Treatise on the Family, , 441 p. (ISBN 978-0-674-90699-0)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Danièle Kergoat, « Comprendre les rapports sociaux », Raison Présente n°178,‎ , p. 11-21 (DOI https://doi.org/10.3406/raipr.2011.4300, lire en ligne)
  • (en) Rebecca M. Jordan-Young, Brain Storm. The Flaws in the Science of Sex Differences, Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press, , 408 p. (ISBN 9780674063518)
  • (en) Rebecca M. Jordan-Young et Katrina Karkazis, Testosterone. An Unauthorized Biography, Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press, , 288 p. (ISBN 978-0-674-72532-4)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Marie Duru-Bellat, « Rebecca M. Jordan-Young, Hormones, sexe et cerveau », Lectures,‎ (ISSN 2116-5289, DOI 10.4000/lectures.21580, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Thomas Crespo, « Rebecca Jordan-Young, Katrina Karkazis, Testosterone. An unauthorized biography », Lectures,‎ (ISSN 2116-5289, DOI 10.4000/lectures.41152, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Odile Fillod, « Les sciences et la nature sexuée du psychisme au tournant du xxie siècle », Lectures,‎ 2014b (DOI https://doi.org/10.4000/gss.3205, lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Cécile Campergue, « Evelyne Peyre et Joëlle Wiels (dir.), Mon corps a-t-il un sexe ? Sur le genre, dialogues entre biologie et sciences sociales », Lectures,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/lectures.17410, lire en ligne)
  • Friedrich Engels, L'Origine de la famille, de la propriété privée et de l'État,
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Laure Bereni, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait et Anne Revillard, Introduction aux études sur le genre, de Boeck Supérieur, , 2e éd. (1re éd. 2012), 358 p. (ISBN 978-2-8041-6590-1)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Émile Durkheim, « La prohibition de l’inceste et ses origines », dans Journal sociologique, PUF, , 728 p. (présentation en ligne, lire en ligne [PDF])
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Émile Durkheim et Marcel Mauss, « De quelques formes primitives de classification », dans Année sociologique, 6 (1901-1902), (présentation en ligne, lire en ligne)
  • Mohammed Cherkaoui, « La complexité du social et la méthode sociologique selon Durkheim », dans Durkheim fut-il durkheimien ?, (DOI 10.3917/arco.boudo.2011.01.0081)
  • Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Revue philosophique, (lire en ligne)
  • Document utilisé pour la rédaction de l’article Josette Trat, « Friedrich Engels : De la propriété privée à l'assujettissement des femmes », dans Sous les sciences sociales, le genre,
  • Julie Gallant, « hooks, bell (2015). Ne suis-je pas une femme? : Femmes noires et féminisme, Paris, France, Éditions Cambourakis, 295 p. », Reflets : revue d’intervention sociale et communautaire, vol. 23, no 1,‎ , p. 220–223 (ISSN 1203-4576 et 1712-8498, DOI 10.7202/1040756ar, lire en ligne, consulté le 21 décembre 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]