Genoveva Torres Morales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Genoveva Torres Morales
Image illustrative de l'article Genoveva Torres Morales
reliques de sainte Genoveva
Sainte
Naissance
Almenara, Espagne)
Décès  
Saragosse (Espagne)
Ordre religieux fondatrice des sœurs du Sacré-Cœur de Jésus et des Saints Anges
Vénérée à Saragosse, chapelle des sœurs proche de la Basilique du Pilar
Béatification
par Jean-Paul II
Canonisation
par Jean-Paul II
Fête 5 janvier

Genoveva Torres Morales (Almenara, 3 janvier 1870 - Saragosse, 5 janvier 1956) est une religieuse espagnole fondatrice des sœurs du Sacré-Cœur de Jésus et des Saints Anges. Elle est reconnue sainte par l'Église catholique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Genoveva Torres Morales est née à Almenara, le 3 janvier 1870. À l'âge de 8 ans, elle se retrouve orpheline. À treize ans, on doit l'amputer d'une jambe. Dès lors, elle sera contrainte de se servir de béquilles pour se déplacer, et ce tout au long de sa vie. Hospitalisée à la « Maison de la Miséricorde » de Valence, elle y posera les bases de son éducation et y intensifia sa vie [1].

À l'âge de 24 ans, c'est avec deux compagnes qu'elle fonde la « Société Angélique », ayant pour but la protection aux femmes seules et pour promouvoir l'Adoration eucharistique. Elle implante le siège de son œuvre à Saragosse. Lors de son approbation, celle-ci sera appelée « Congrégation des Sœurs du Sacré-Cœur de Jésus et des Saints Anges ».

Genoveva Torres Morales dirigea jusqu'à sa mort son institut. Ses nombreuses œuvres de charité ne gênaient en rien sa profonde vie spirituelle. Le centre de sa spiritualité était la dévotion au Sacré-Cœur et à l'Eucharistie. Elle meurt à Saragosse le 5 janvier 1956, accompagnée d'une réputation de sainteté. La population l'avait surnommée l'Ange de la solitude.

Béatification et canonisation[modifier | modifier le code]

Fête liturgique fixée au 5 janvier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. spirituellehttp://es.catholic.net/op/articulos/34808/genoveva-torres-morales-santa.html