Gennady Timchenko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gennady Timchenko
Gennady Timchenko, 2018.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (70 ans)
GyumriVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
GangreneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Université technique des États baltes (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Enfant
Ksenia Frank (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Volga Group (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Navalny 35 (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Guennadi Nikolaïevitch Timtchenko (ou Gennady Timchenko en transcription anglaise ; en russe : Геннадий Николаевич Тимченко), né le , est un homme d'affaires russo-finlandais[1], ami de Vladimir Poutine[2]. Il est le fondateur de la société de trading pétrolier Gunvor et le propriétaire du groupe d’investissement privé Volga Group (énergie, infrastructure et transport).

Il est également mécène, amateur d’art et de sport et dirigeant d'organisations économiques et sportives[3].

En 2013, le magazine Forbes le décrit comme « l’une des figures les plus influentes en Russie »[4]. En 2019, sa fortune est estimée à 21,7 milliards de dollars, la 49e la plus importante du monde.

En octobre 2021, son nom est cité dans les Pandora Papers[5].

En février 2022, ses avoirs sont gelés au Royaume-Uni et il n'a plus le droit de séjour dans ces pays à la suite de la crise russo-ukrainienne.Les USA prennent également des sanctions contre lui et sa proche famille[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

Éducation et famille[modifier | modifier le code]

Guennadi Timtchenko est né en 1952 à Gyumri en Arménie (à l'époque Leninakan, en République socialiste soviétique d’Arménie), d'un père militaire russe. Il passe une partie de son enfance en RDA[7] et en République socialiste soviétique d'Ukraine[8].

Dans un entretien au Wall Street Journal paru en 2008, il explique être diplômé de l'Institut de mécanique de Saint-Pétersbourg (Leningrad à l'époque) comme ingénieur électromécanicien[8]. Peu après l'obtention de son diplôme, il épouse Elena Ermakova[9], avec qui il a trois enfants, Xeniia (1989)[10], Sergeï (1991) et Oksana (1994).

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1977, il commence sa carrière comme ingénieur à l’usine d’Ijorski dans l'Oblast de Léningrad, qui se spécialise dans la construction de turbines électriques[11]. Sa maîtrise de l'allemand lui permet ensuite de travailler au département de négoce de cette société d'État.

De 1982 à 1988, il travaille comme ingénieur sénior au Ministère du commerce extérieur[12].

En 1988, alors que la Russie commence à libéraliser son économie, il est promu à la tête de l'entreprise pétrolière publique KINEx, une division de la raffinerie de Kirichi, l’une des trois plus importantes en Russie soviétique[13]. Guennadi Timtchenko est chargé de mettre en place les premiers réseaux d'exportation de produits pétroliers de l'URSS vers les pays occidentaux.

En 1991, il quitte la Russie et est embauché par la société finlandaise URALS FINLAND, spécialisée dans l'importation de pétrole russe vers l'Europe. Il obtient la nationalité finlandaise quelques années plus tard.

En 1995, la compagnie Urals Finland Oy est rebaptisée International Petroleum Products Oy (IPP), et Guennadi Timtchenko en devient le directeur général délégué puis son PDG[14].

En 1997, il cofonde, avec Torbjörn Törnqvist, la société de négoce pétrolier Gunvor[15].

Il vit depuis 2001 en Suisse[16].

En 2007, Guennadi Timtchenko crée le fonds privé d’investissement Volga Resources (rebaptisé Volga Group en 2013)[17]. Le groupe détient ses avoirs russes ainsi qu’internationaux, et couvre les secteurs de l’énergie, du transport, de l’infrastructure et de la construction, des services financiers et de la consommation.

Gunvor[modifier | modifier le code]

Guennadi Timtchenko est le cofondateur (avec Torbjörn Törnqvist) de Gunvor, une entreprise spécialisée dans les infrastructures et le commerce de produits pétroliers. La compagnie est immatriculée à Chypre, avec son bureau principal à Genève en Suisse, et des opérations internationales, y compris aux Bahamas, à Dubaï et à Singapour, où est établie sa filiale spécialisée dans le transport maritime du pétrole, Clearlake Shipping[18].

La compagnie exerce ses activités dans le négoce, le transport, l’entreposage, et l’optimisation de pétrole et d’autres produits énergétiques. Elle investit également dans les terminaux et ports pétroliers. Son activité principale consiste à sécuriser l’accès au pétrole brut en amont afin de l’acheminer vers les marchés au moyen de canalisations et pétroliers.

Bien que la Russie demeure le plus important marché exportateur de pétrole pour Gunvor (provenance d’un tiers de ses volumes), les sources d’approvisionnement de pétrole sont variées, avec plus de 35 pays. Parmi les partenaires commerciaux et clients de Gunvor, on trouve huit des 10, et 17 des 20 plus grandes compagnies pétrolières et énergétiques. La société fait également affaire avec plus de 50 institutions financières. Son chiffre d’affaires atteint 87,3 milliards de dollars en 2011 et 93,1 milliards de dollars en 2012[19].

En , il est contraint de céder sa participation majoritaire dans Gunvor du fait des sanctions américaines contre la Russie, il est en effet placé sur une liste noire en représailles à l'annexion de la Crimée[20],[21].

Volga Resources et prise de participation dans Novatek[modifier | modifier le code]

En 2007, Guennadi Timtchenko fonde au Luxembourg le fonds d’investissement Volga Resources. L'objectif de ce fond est d'« investir dans les valeurs mobilières ainsi que dans les autres actifs et instruments financiers (...) pour distribuer une augmentation à long terme du capital aux actionnaires »[22].

En , Guennadi Timtchenko annonce que Volga Resources a acheté 5 % du capital de la société de production de gaz Novatek, pour un montant de 500 millions de dollars[23]. En , Volga Resources a annoncé l’achat d’une participation de 13,13 % supplémentaire dans Novatek et Guennadi Timtchenko est élu au Conseil d'administration de la compagnie[24].

En , Volga Resources acquiert 54,1 % des actions de l'assureur allemand SOVAG (Schwazmeer und Ostsee Versicherungs-Aktiengesellschaft)[25].

Au début de 2013, Volga Resources déclare les participations dans les entreprises suivantes :

  • 23 % de la société de production de gaz "Novatek"[26]
  • 60 % de la société minière "Kolmar"[26]
  • 50 % de la compagnie gazière "Petromir"[26]
  • 80 % de la compagnie de transport de produits pétroliers "Transoilgroup"[27]
  • 89 % de la compagnie de construction de terminaux "Sakhatrans"[27]
  • 63 % du groupe du secteur de la construction "Stroytransgaz"[28]
  • 15,3 % de la société pétrochimique "Sibur Holding"[28]
  • 25 % du groupe d’infrastructure et de construction "ARKS"[28]
  • 25 % du groupe de construction "SK MOST"[28]
  • 79 % de la société forestière "Rovrik Timber AB" (Suède)[28]
  • 12,5 % de la société d’assurance "SOGAZ"[29]
  • 49,1 % de la société d’assurance SOVAG AG (Allemagne)[29]
  • 9 % de la banque "Rossiya"[29]
  • 100 % of the manufacturer's drinking water, "Russian Time" (brand "Akvanika")[30].
  • 50 % de la plus grande patinoire et lieu de spectacle de Finlande “Hartwall Areena"[31].

Lors de l’édition 2013 du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, Timtchenko annonce la création du groupe « Volga Group » pour synthétiser la consolidation de ses actifs, et de la société de gestion « Volga Advisors », qui est mandatée de suivre et d’apporter son assistance aux entreprises du Volga Group[32]. Timtchenko accorde plusieurs entretiens durant lesquels il mentionne la stratégie qu’il entend suivre pour son groupe. Il indique qu’au cours des prochaines années, le groupe entend se concentrer sur des projets d’infrastructure en Russie, secteur qui souffre d’un manque d’investissement présentement et qui devrait engendrer des bénéfices importants[33].

Syrie[modifier | modifier le code]

La société de Guennadi Timtchenko, Stroytransgaz a décroché en 2007 un contrat pour l’exploitation du champ de gaz de Twinan. Cette collaboration avec le régime syrien a été critiquée dès 2014 par l'opposition syrienne alors qu'un arrangement avait lieu entre le régime et l’État islamique pour se partager la production du site[34],[21]. HESCO, entreprise de l'homme d'affaires syro-russe George Haswani, coopère avec Stroytransgaz depuis le début des années 2000. Haswani, pendant la guerre civile syrienne a été placé sous sanctions internationales pour avoir acheté du pétrole à l'État islamique pour le régime de Bachar el-Assad, pour un montant estimé à 120 000 dollars par jour[35].

Nationalité[modifier | modifier le code]

Dans un entretien au Wall Street Journal, Timtchenko explique qu’il a renoncé à la nationalité russe en 1999 et est devenu citoyen finlandais[36].

Dans un entretien à l’édition russe du magazine Forbes le , Guennadi Timtchenko affirme qu’il possède la double nationalité russo-finlandaise[37].

Fortune[modifier | modifier le code]

D’après le magazine Forbes, Timtchenko serait l’un des hommes les plus riches du monde :

2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2016
Fortune (milliards de dollars) 2.5 0.4 1.9 5.5 9.1 14.1 15,3 11,7
Classement mondial 462[38] - 536[39] 185[40] 99[31] 62[31] 61[31] 118[31]
Classement des milliardaires russes 43[41] 98[42] 36[43] 26[44] 12[45] 9[46] 6[47]

D’après le magazine Forbes, la fortune de Timtchenko en 2019 serait de 21,7 milliards de dollars[48].

Selon certaines sources médiatiques, en plus de ses intérêts commerciaux, Guennadi Timtchenko posséderait un bien immobilier à Genève en Suisse qui consisterait d’un peu plus d’un hectare de terrain et d’un espace intérieur de 341 m2. D’après le cadastre de Genève, le prix d’achat de ce bien est de 8,4 millions de francs suisses en 2001, soit 11 millions de dollars américains[49].

D’après les autorités fiscales finlandaises, ses revenus auraient été multipliés par 10 entre 1999 et 2001. En 2001, Timtchenko déclare des revenus de 4,9 millions d’euros. À cause d’un niveau d’imposition élevé, Guennadi Timtchenko déménage en Suisse en 2002[50].

Propriétés[modifier | modifier le code]

En France, le couple est le propriétaire des hôtels cinq étoiles « Le Club » sur la plage de Cavalière au Lavandou dans le Var et le « Grand Cœur », à Méribel, en Haute-Savoie[51],[52].

Mécénat[modifier | modifier le code]

En 2007, Guennadi Timtchenko et la compagnie Surgutex fondent l’organisation caritative « Klioutch », qui aide au développement de foyers d’accueil professionnels dans les régions de Léningrad, Tambov et Riazan[53],[54].

En 2008, Timtchenko a créé à Genève l'ONG Fondation Neva avec sa femme Elena Timtchenko, dans le but de promouvoir et de financer des projets culturels en Suisse et en Russie[55], notamment le grand théâtre de Genève[56]. Entre 2008 et 2018 une centaine de projets, dans les domaines de la musique, du théâtre, de la danse, de la littérature, de la peinture, de l’éducation et des échecs sont financés[57].

En 2010, Guennadi et Elena Timtchenko créent la Fondation Ladoga, renommée en 2013 Fondation Timchenko, qui regroupe les activités philanthropiques de la famille[58],[59],[60],[61].

En 2011, Guennadi Timtchenko est élu président du Conseil économique de la CCI France Russie. La même année, il est nommé président du conseil et chef de la direction du TsKA, la principale équipe de hockey à Saint-Pétersbourg[62]. En 2012, il est nommé président du conseil de la Ligue continentale de hockey (KHL)[63].

En 2019, il participe au financement de la nouvelle ambassade de Suisse à Moscou[64],[65].

En 2020, il est annoncé qu'il contribuera à hauteur de 15,8 millions d'euros à la lutte contre l'épidémie de Covid-19 en Russie[66].

Il finance les activités sportives suivantes :

  • Judo : en 1998, Timtchenko cofonde le club Yawara-Neva[67].
  • Tennis : sa compagnie finlandaise IPP parraine un tournoi de tennis en plein air en Finlande en 2000, l’Open IPP. Selon des informations non confirmées, il aurait financé l’équipe nationale de Finlande de Coupe Davis ainsi qu’un grand nombre de joueurs de tennis russes[68].
  • Hockey : il est président de SKA, le club de hockey de Saint-Pétersbourg[62] et président du conseil de la Ligue continentale de hockey, la KHL[69]. En Finlance, il cofonde avec les frères Rotenberg « Arena Events Oy », une entreprise d’organisation évènementielle qui acquiert 100 % des parts de la « Helsinki Hartwall Arena » et qui acquiert une participation dans l’équipe de hockey Jokerit[70].
  • Échecs : en 2013, il est l’un des sponsors et organisateurs du Mémorial Alekhine[71].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Helsingin Sanomat (17 février 2004).
  2. Isabelle Mandraud, « Guerre en Ukraine : les oligarques russes, avant-postes du système Poutine et nouvelles cibles des Occidentaux », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. Gennady Timchenko Drawn to Switzerland (28 juillet 2011).
  4. Liste Forbes des milliardaires.
  5. (en) « Pandora papers reveal hidden riches of Putin’s inner circle », sur the Guardian, (consulté le )
  6. (en-US) Zahra Tayeb, « The US sanctions Gennady Timchenko's wife and two daughters, making him the wealthiest Russian oligarch with relatives targeted by restrictions », sur Business Insider (consulté le )
  7. Путь Тимченко: от мастера цеха до миллиардера (26 octobre 2012)
  8. a et b (en) « Excerpts: Gunvor's Timchenko On His History, Putin and Gunvor », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. (en) « Putin's daughter, a young billionaire and the president's friends », sur Reuters (consulté le )
  10. Pierre-Alexandre Sallier, « Le clan Timtchenko vend une villa 40 millions », TDG,‎ (ISSN 1010-2248, lire en ligne, consulté le )
  11. Timchenko, Gennady (17 décembre 2013)
  12. L'investisseur principal (22 décembre 2009)
  13. Cofondateur de Gunvor
  14. At Home amongst strangers, on website public.ru
  15. From Petrograd to petrodollars (5 mai 2012)
  16. « L'oligarque Gennadi Timtchenko, première victime des sanctions contre la Russie », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  17. Histoire de l'entreprise
  18. Ship to Shore (2 juillet 2012)
  19. Gunvor voit commerçants s'étendant contrôle des actifs (14 mai 2013)
  20. « L'oligarque Gennadi Timtchenko, première victime des sanctions contre la Russie », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. a et b « En Syrie, le régime, la Russie et l’Etat islamique main dans la main pour exploiter un champ de gaz », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  22. Volga
  23. « Change in equity stake of NOVATEK shareholder », Novatek, (consulté le )
  24. « Timchenko’s Novatek Bid Approved », Moscow Times,
  25. Volga Resources Acquires German Insurer
  26. a b et c Investments: Energy
  27. a et b Investments: Trading and Logistics
  28. a b c d et e Investments: Manufacturing and Construction
  29. a b et c Investments: Financial Services
  30. Investments: Consumer Goods
  31. a b c d et e Investments: Real Estate
  32. « Геннадий Тимченко: «Мы понимаем, что репутация бизнесмена — самое главное» », BFM.ru,‎
  33. « Gennady Timchenko Outlines Business Philosophy and Future Strategy for Volga Group »,
  34. « Une société russe s'unit à Daech pour l'exploitation d'un champ de gaz », sur RTL.fr (consulté le )
  35. Anna Koutchma, « Qui est George Haswani, intermédiaire présumé entre Damas et l’EI ? », sur fr.rbth.com, (consulté le )
  36. (ru) « Совладелец группы компаний Gunvor и венчурной компании Volga Resources », lenta.ru
  37. (ru) « Тот самый Тимченко: первое интервью богатейшего из друзей Путина », Forbes,‎
  38. « The World’s Billionaires Forbes »,
  39. « The World’s Billionaires »,
  40. « The World’s Billionaires »,
  41. « 100 Richest Businessmen in Russia — 2008 »,
  42. « 100 Richest Businessmen in Russia — 2009 »,
  43. « 100 Richest Businessmen in Russia— 2010 »,
  44. « 200 Richest Businessmen in Russia — 2011 »,
  45. « 200 Richest Businessmen in Russia — 2012 »,
  46. « Forbes: Forbes 2013 leaders in billionaire ranking »,
  47. (en-US) « 200 богатейших бизнесменов России — 2014 | Рейтинги », sur Forbes.ru,‎ (consulté le )
  48. (en) « Gennady Timchenko », sur Forbes (consulté le )
  49. « Дома и отели супругов Тимченко », Vedomosti
  50. « Genève domine le négoce, un secteur qui pèse plus lourd que le tourisme dans le PIB suisse », Bilan,
  51. [1], nouvelobs.com, 27 mars 2014
  52. « Quand la France court après les oligarques russes », sur Les Echos, (consulté le )
  53. Timchenko Foundation
  54. (ru) « Нарышкин открыл детский центр в городке, построенном фондом Тимченко », Regnum
  55. Article de Bilan. 05/12/2008
  56. Site Internet de la fondation.
  57. Sylvie Bonier, « Delphine Duchosal: «En dix ans, la Fondation Neva a tenu ses promesses» », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  58. Timchenko Foundation (19 septembre 2013)
  59. Ladoga Foundation
  60. « Gennady Timchenko and the Ladoga Foundation for the elders »,
  61. « Russian businessman Timchenko says charity projects unaffected by US sanctions », sur TASS (consulté le )
  62. a et b (en) Sally Pantalones, « Gennady Timchenko Reveals All: SKA President Talks Sports » [archive du ], sur allvoices.com,
  63. « New Chairman »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur khl.ru,
  64. S. W. I. swissinfo.ch et a branch of the Swiss Broadcasting Corporation, « Un oligarque russe sponsor de l'ambassade suisse à Moscou », sur SWI swissinfo.ch (consulté le )
  65. « Un oligarque russe sponsor de l'ambassade suisse à Moscou », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  66. « L’oligarque Timtchenko aide à financer la lutte contre le coronavirus », sur Le Courrier de Russie (consulté le )
  67. (en) « Vladimir Putin's Billionaire Boys Judo Club », TIME World,
  68. Евгений Донской: "Сравнение с Давыденко - это комплимент" (5 septembre 2013)
  69. new Chairman (11 juillet 2012)
  70. Gennady Timchenko: Finnish clubs will enrich the KHL (28 juin 2013)
  71. « Mémorial Alekhine:Guennadi Timtchenko »
  72. Timchenko devenu un chevalier de la Légion d'Honneur (4 juillet 2013)
  73. « Paris honore un milliardaire russe pour services rendus à Total », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  74. « Guennadi Timtchenko désormais Chevalier de la Légion d’honneur », sur Le Courrier de Russie, (consulté le )