Gennadius de Marseille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un historien
Cet article est une ébauche concernant un historien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Gennadius de Marseille, ou Gennade de Marseille, aussi connu sous le nom de Gennadius Scholasticus, né vers 400-430, et mort vers 492-505, est un moine, prêtre catholique, historien, théologien polémiste et compilateur gallo-romain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gennadius de Marseille est un moine érudit de l'abbaye Saint-Victor de Marseille, connaissant le grec et capable de lire des ouvrages dans la langue originale et de les traduire en latin. Il était vraisemblablement d'origine grecque Son œuvre la plus connue est le De Viris Illustribus (Des hommes illustres), une biographie de plus de 90 chrétiens des décennies précédentes, qui poursuivait un ouvrage du même nom de Saint Jérôme. Parmi ces hommes illustres se trouvent Fastidiosus[1], Cassien[2], Claudius Marius Victor[3], Fauste de Riez[4], Pelagius[5], Julien d'Éclane[6], Augustin d'Hippone[7], Prosper d'Aquitaine[8], ou Prudence[9].

Il est défini comme un auteur consciencieux et objectif[10].

Œuvre[modifier | modifier le code]

En raison de l'éloge qu'il fait de plusieurs personnalités semipélagiennes dans le De viris, on suppose que Gennadius était lui-même partisan de ce courant théologique (Pélage lui-même, mais aussi Julien d'Éclane)[11]. Comme beaucoup de Provençaux de cette époque[12]

Il est fait mention dans cet ouvrage de plusieurs autres ouvrages qu'aurait écrit Gennadius mais qui sont aujourd'hui perdus, dans lesquels il lutte contre différentes hérésies, notamment le nestorianisme[11] :

  • De Viris Illustribus ;
  • Adversus omnes haereses , 8 livres, ne reste que quelques fragments sous le titre De ecclesiasticis ;
  • Statua ecclesiae antiqua, recueil juridique dont il est probablement l'auteur[13] ;
  • Traités divers contre Eutychès, Nestorius, Pélage, tous perdus[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. De Viris Illustribus, lvi, 80.
  2. De Viris Illustribus, LXI, 81.
  3. De Viris Illustribus, LXI.
  4. De Viris Illustribus, LXXXV, 89.
  5. De Viris Illustribus, XLII, 77.
  6. De Viris Illustribus, XLV, 77.
  7. De Viris Illustribus, XXXVIII, 75.
  8. De Viris Illustribus, LXXXIV, 89.
  9. De Viris Illustribus, XIII.
  10. Jean-Louis Maier, Le dossier du donatisme, vol. 135, Éditions Akad-Verlag, 1989, note 1, p. 304 (ISBN 3-05-000316-2).
  11. a et b « Gennadius de Marseille », in Encyclopédie catholique.
  12. Jean-Louis Maier, op. cit.
  13. a et b Sources chrétienne HISOMA UMR 5189[réf. incomplète].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jérôme de Stridon, Gennadius de Marseille, De Viris illustribus, Rome, éd. Andreas, 1468 [édition princeps]
  • (en) Encyclopédie catholique, « Gennadius of Marseille », page consultée le
  • A. Jülicher, « Gennadios », in PW 7 2, p.1171-1173[réf. incomplète].
  • Th. Payr, « Gennadius, Prebyter von Marseille », in LThK 4, p.677-678[réf. incomplète].
  • J. R Palanque, Le Diocèse de Marseille, Paris, 1967, p.27.
  • (de) A. Feder, « Der Semipelagianismus im Schriftstellerkatalog des Gennadius von Marseille », in Scholastik 2, 1927, p.481-514
  • (de) A. Feder, « Die Zusätze im Augustinuskapitel des gennadianischen Schrifftstellerkatalogs », in Scholastik 3, 1928, p.238-243.
  • B. Altaner, Patrologie, Fribourg, 6e édition, 1960, p.438.
  • Dekkers, n°958sq[réf. incomplète].
  • D. Gorce, « Gennade, Gennadius, prêtre de Marseille », DHGE, n°20, p.479[réf. incomplète].
  • Jules Louche, Œuvres de Gennade de Marseille, édité par J. Mingardon, 1876, 134 p.
  • Honoré Bouche, « Les Saints et Illustres personnages qui vivaient en ce temps en Provence », in Charles David, La Chronologie ou Description de Provence et histoire chronologique…, Aix, 1664, p.627.
  • C. Mondésert, J.N. Guinot, Lire les Pères de l'Église, Paris, Cerf, collection « Sources chrétiennes », 2010, p.117.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]