Geneviève Poujol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Geneviève Poujol
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (92 ans)
ToulonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Pierre Poujol (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Michel Rocard (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Archives conservées par
Prononciation

Geneviève Poujol, née le à Toulon, est une sociologue française, spécialiste de l'animation, de l'éducation populaire et du militantisme associatif.

Biographie[modifier | modifier le code]

Geneviève Poujol est la fille de Pierre Poujol, professeur de lettres classiques dans plusieurs lycées provençaux et parisiens, l'un des dirigeants du mouvement du christianisme social et auteur de publications sur les Cévennes protestantes[2] et de Marie Teissier de Caladon, descendante d'une famille vébronnaise[3]. Elle est la benjamine d'une fratrie de quatre enfants, qui compte notamment Jacques Poujol, résistant et professeur[3], et Robert Poujol, préfet et historien[4].

Elle milite dans des mouvements comme les éclaireuses unionistes[5],[6] et le Mouvement Jeunes Femmes[7],[6] et Peuple et culture, avant d'être permanente de l'Association pour la diffusion de la recherche sur l'action culturelle à la fin des années 1960 et au début des années 1970[8].

Geneviève Poujol soutient en 1976 une thèse de doctorat en sociologie, intitulée « La dynamique sociale des institutions socioculturelles », dirigée par Joffre Dumazedier, à l'université Paris-Descartes[9]. Elle travaille ensuite à l’Institut national d'éducation populaire (INEP), devenant en 1978 rédactrice en chef des Cahiers de l'animation[8]. Elle appartient au Laboratoire de sociologie du changement des institutions (CNRS)[10].

Ses activités de recherche se centrent progressivement sur le thème de l'éducation populaire, de son histoire et de ses militants. À partir des années 1990, elle axe celui-ci sur des biographies, avec le Dictionnaire biographique des militants, publié en 1996 avec Madeleine Romer, puis une collaboration avec le Le Maitron. Elle travaille ensuite sur les Unions chrétiennes de jeunes filles et le parcours de femmes protestantes[6].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est mariée de 1954 à 1968 avec Michel Rocard[6], avec qui elle a deux enfants, notamment Francis Rocard, astrophysicien.

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'Éducation populaire. Histoires et pouvoirs, Paris, les Éditions ouvrières, 1981
  • Dictionnaire biographique des militants, XIXe et XXe siècles : de l'éducation populaire à l'action culturelle (dir. Geneviève Poujol et Madeleine Romer), Paris-Montréal, L'Harmattan, 1996 (ISBN 2738444334) 412 p.
  • Un féminisme sous tutelle. Les protestantes françaises 1810-1960, Les Éditions de Paris-Max Chaleil, 2003, 286 p.[11]
  • Éducation populaire, le tournant des années soixante-dix, L'Harmattan, 2003
  • « Le journal d'une bénévole », Vie sociale, nos 5-6,‎ , p. 87-95.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Francis Lebon, Pierre Moulinier, Jean-Claude Richez & Françoise Têtard, « Un engagement à l’épreuve de la théorie. Itinéraires et travaux de Geneviève Poujol », L'Harmattan, 2008, 250 p.[12]
  • Claude Pennetier, « Geneviève Poujol, prosopographe », dans Un engagement à l'épreuve de la théorie. Itinéraire et travaux de Geneviève Poujol. (lire en ligne), p. 61-67

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/IR/FRAN_IR_050468 »
  2. Jacques Girault, « Pierre Louis Poujol », sur maitron.fr, màj 28 octobre 2014 (consulté le ).
  3. a et b Patrick Cabanel, « Jacques Poujol (1922-2012) », Bulletin de la Société de l'histoire du protestantisme français, vol. 158, no 3,‎ , p. 649-650 (lire en ligne, consulté le ).
  4. Jean Nougaret, « Éloge de Robert Poujol », Bulletin de l'Académie des sciences et lettres de Montpellier, no 38,‎ , p. 295-312 (lire en ligne, consulté le ).
  5. Le Parti socialiste unifié., Presses universitaires de Rennes (ISBN 2-7535-6946-0 et 978-2-7535-6946-1, OCLC 1125770972, lire en ligne), page 75
  6. a b c et d Jean-Marie Mignon, « Chapitre I. Geneviève Poujol, une vie », dans Un engagement à l'épreuve de la théorie. Itinéraire et travaux de Geneviève Poujol, L'Harmattan, (lire en ligne), p. 17-45.
  7. « Le Mouvement Jeunes Femmes », Musée virtuel du protestantisme (consulté le )
  8. a et b Archives nationales (France), notice producteur Geneviève Poujol
  9. Thèse de 3e cycle en sociologie, Université Paris-Descartes, notice du Sudoc [1].
  10. [compte rendu] Monique Segré, « Poujol Geneviève (dir.), Éducation populaire : le tournant des années soixante-dix », Revue française de sociologie,‎ , p. 772-774 (lire en ligne, consulté le ).
  11. [compte rendu] Patrick Harismendy, « Geneviève Poujol, Un féminisme sous tutelle. Les protestantes françaises (1810-1960) », Archives des sciences sociales des religions, vol. 130,‎ , p. 113-202 (lire en ligne, consulté le ).
  12. [compte rendu] Mathias Gardet, « Francis Lebon, Pierre Moulinier, Jean-Claude Richez & Françoise Têtard. Un engagement à l’épreuve de la théorie. Itinéraires et travaux de Geneviève Poujol, Paris : L’Harmattan, 2008 », Revue française de pédagogie, no 165, octobre-décembre 2008, p. 143-144, [lire en ligne]