Geneviève Jurgensen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Geneviève Jurgensen
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Mère
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions
Prononciation

Geneviève Jurgensen, née le à Paris, est une journaliste et écrivain française. Elle participe en 1983 à la création de la Ligue contre la violence routière dont elle est la première présidente.

Biographie[modifier | modifier le code]

Geneviève Jurgensen est la fille de la romancière Andrée Martinerie. Élève des lycées Jean-de-La-Fontaine, Molière puis Janson-de-Sailly, orthophoniste diplômée en France, elle travaille à l'université de Chicago de 1970 à 1972, en tant que thérapeute à l'École orthogénique (Sonia Shankman Orthogenic School) dirigée par le psychanalyste austro-américain Bruno Bettelheim.

Après son retour en France, elle exerce à nouveau l'orthophonie dans les équipes de René Misès puis de Serge Lebovici et René Diatkine, tout en publiant ses premiers livres et en signant une chronique régulière dans le magazine Elle. Elle participe à la fondation du magazine Alma, puis elle rejoint la rédaction de La Croix avant d'assurer la direction littéraire aux éditions Bayard. Depuis 1995, elle est chroniqueuse de La Croix.

En 2006, elle est nommée directrice de la rédaction du mensuel Notre temps, puis également rédactrice en chef, poste qu'elle occupe jusqu'en .

Auditeur de l'IHESI (Institut des hautes études de la sécurité intérieure, devenu INHESJ), elle est membre du conseil d'administration de la fondation d'entreprise Eiffage.

Elle est actuellement vice-présidente de l'association Prévention Routière[1].

Ligue contre la violence routière[modifier | modifier le code]

Le , ses filles Élise et Mathilde, âgées de 4 et 7 ans, meurent dans un accident de la circulation[2],[3]. Geneviève Jurgensen participe à la création de la Ligue contre la violence routière en , dont elle est la première présidente et qui devient un acteur important de ce domaine. À ce titre, elle reçoit en 2003 les insignes de chevalier de la Légion d'honneur et figure parmi les « European Heroes » retenus par la rédaction du magazine Time en 2005.

Publications[modifier | modifier le code]

Littérature générale[modifier | modifier le code]

Traduction[modifier | modifier le code]

  • Stephen Eliot (trad. Geneviève Jurgensen), La Métamorphose, .

Littérature jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Geneviève Jurgensen, En attendant Noël, .
  • Geneviève Jurgensen, J'ai tout ce qu'il me faut, .
  • Geneviève Jurgensen, Debout Élise, .
  • Geneviève Jurgensen, J'aime les ballons, .
  • Geneviève Jurgensen, Les Souliers d'Élise, .
  • Geneviève Jurgensen et Andrée Martinerie, Dis-moi grand-mère, .

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Officier de la Légion d'Honneur
  • Officier de l'ordre national du Mérite

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Organisation Prévention Routière »
  2. « La disparition - Littérature - La Vie », sur www.lavie.fr (consulté le )
  3. « Geneviève Jurgensen : Stop au carnage routier », sur Le Figaro, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]