Geneviève Claisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Claisse.
Geneviève Claisse
Geneviève Claisse (1995).png

Geneviève Claisse en 1995 (capture d'écran d'une vidéo de l'Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain).

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
DreuxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Geneviève Claisse, née le à Quiévy (Nord) et morte le à Dreux (Eure-et-Loir)[1], est une peintre abstraite géométrique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parente d'Auguste Herbin, originaire du même lieu, sa vocation picturale naît à la lecture de la revue Art d'aujourd'hui, tribune de l'abstraction géométrique.

En 1961, Geneviève Claisse expose des œuvres construites. Elle sera représentée en permanence d'une exposition à l'autre : Paris, Copenhague, Leverkusen, Lausanne, Londres. C'est en 1964 qu'apparaît sous le titre Terre-siècle le thème des cercles, dont elle développera les innombrables potentialités sans en modifier le graphisme. Issu des recherches sur ce thème, l'album de sérigraphies Cercles, édité en 1967, illustre ce période[2].

Peu avant le thème Cercles, étaient apparues d'autres formes simples, autonomes comme lui de la composition traditionnelle et des procédés combinatoires : Les triangles. En 1964, Geneviève Claisse est en mesure de donner à ses cercles et à ses triangles les dimensions architecturales qui leur conviennent : c'est l'ensemble mural du halle de la société SCAC dont l'immeuble moderne domine les quais de la Seine à Puteaux.

En 1965, la Biennale de Paris distingue sa participation en rouge en blanc Alpha-Ville et en noir et blanc Situations. Les nouvelles dimensions, la permutation ne se font pas aux dépens de la forme qui garde toute sa signification, ni de la composition. La construction reste synthétique, clairement et globalement dominée par l'auteur, pour qui la technique est au service de la création et non l'inverse[3].

En janvier 1967 le Musée des beaux-arts de La Chaux-de-Fonds expose des œuvres des dix années écoulées. À l'Exposition universelle de Montréal, elle réalise la décoration le bassin du pavillon français[4].

En 2015, le Musée Matisse du Cateau-Cambrésis présente une rétrospectives des œuvres de Geneviève Claisse. Elle réalise une œuvre in situ pour l'exposition.

En 2018, elle préparait une exposition à Londres[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La peintre Geneviève Claisse n'est plus », sur La Voix du Nord, (consulté le 2 mai 2018)
  2. Alexia Lanta Maestrati, « Geneviève Claisse, figure majeure de l’abstraction géométrique, s’est éteinte - 2 mai 2018 - lejournaldesarts.fr », sur Le Journal Des Arts, (consulté le 3 mai 2018)
  3. « - Claisse , Geneviève - Détail », sur lagaleriegeorgesgour.collectio.org, (consulté le 3 mai 2018)
  4. « Geneviève CLAISSE », sur et-artspace.com, (consulté le 3 mai 2018)
  5. Valérie Oddos, « Décès de Geneviève Claisse, figure de l'abstraction géométrique », Culturebox,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :