Geneviève Amyot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Geneviève Amyot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
Nationalité
Formation
Activités

Geneviève Amyot est une poète et romancière québécoise née le à Saint-Augustin-de-Desmaures, près de Québec, et morte le à Lévis[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle étudie en pédagogie à l'École Normale Notre-Dame-De-Foy de 1961 à 1965, puis en Lettres à l'Université Laval, où elle reçoit sa licence en 1969.

De 1965 à 1972, elle est professeure au primaire, puis de littérature au niveau collégial.

Elle se consacre par la suite à son écriture. Elle collabore à plusieurs revues dont Estuaire, Dérives, La Nouvelle Barre du jour, Interventions, Québec français et Room of One's Own (en)[2].

Elle meurt d'un cancer à l'Hôtel-Dieu de Lévis en juin 2000.

Elle est la tante du comédien Yves Amyot.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • 1976 - L'Absent aigu, éditions Quinze
  • 1982 - Dans la pitié des chairs, poèmes, éditions du Noroît
  • 1978 - Journal de l'année passée, roman, VLB éditeur

Recueil de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • 1988 - Petites fins du monde, récits, VLB éditeur

Poésie[modifier | modifier le code]

  • 1975 - La mort était extravagante, éditions du Noroît ; réédition de La mort était extravagante, suivi de Nous sommes beaucoup qui avons peur, avant-propos de Luc Lecompte, éditions du Noroît, 2003
  • 1990 - Corps d'atelier, éditions du Noroît ; réédition avec une préface de Jean-Paul Daoust, éditions du Noroît, 2003
  • 1994 - Je t'écrirai encore demain, éditions du Noroît

Littérature d'enfance et de jeunesse[modifier | modifier le code]

  • 2000 - Corneille et compagnie, éditions TROIS

Anthologie[modifier | modifier le code]

  • 1988 - Poètes du Québec, anthologie de 25 poètes choisis par Andrée Appercelle et Geneviève Amyot, Maison de la poésie de Saint-Martin-d'Hères (France)

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article nécrologique dans le Soleil
  2. (fr) L'ÎLE, l'Infocentre littéraire des écrivains, [1].

Liens externes[modifier | modifier le code]