Génération Y

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Generation Y)
Américaines sur quatre générations : la jeune mère représente la génération Y (environ 24 ans en 2008).

La génération Y, les milléniaux[1] (de l’anglais : millennials) ou les millénariaux[2] regroupent l'ensemble des personnes nées entre le début des années 1980 et la fin des années 1990. Plus précisément, elle débuterait en 1984 et se terminerait en 1996 selon un article paru dans la revue Harvard Business Review[3]. Selon Statistique Canada[4], la génération Y débuterait encore plus tôt en 1972 et jusqu’en 1992. Ils succèdent à la génération X et précèdent la génération Z.

Cependant, il faut appréhender ces descriptions de « générations » avec prudence, car définir une homogénéité de perception, de pensée et de comportement entre différentes personnes sur le seul critère de la période de naissance peut être réducteur.

Concept[modifier | modifier le code]

Le terme « génération Y » apparaît pour la première fois en 1993 dans un éditorial du magazine américain spécialisé dans la publicité Advertising Age[5]. L'article n'est pas une analyse sociologique de cette tranche d'âge, c'est un portrait robot d'un jeune consommateur éthique, engagé mais sensible aux messages publicitaires[6].

Le baladeur numérique, symbole de la génération Y.

Cette catégorisation de génération Y - comme celle des autres « générations » - comporte beaucoup de postulats. Au delà de la date de naissance, d'autres appartenances telles que celles aux classes sociales, aux cultures, aux territoires, etc. déterminent la personnalité.

Cependant, certaines propriétés peuvent être vraies plus largement, du fait d'éléments géopolitiques, économiques et culturels majeurs, par exemple :

Génération Y en Russie.

D'autres caractéristiques de cette génération dépendent plus largement du contexte géographique. On peut notamment citer le cas de l'Europe de l'Est :

Dénominations[modifier | modifier le code]

L'expression « génération Y » est utilisée, selon certains, pour avoir une suite logique dans l’alphabet après la génération X ; pour d'autres, elle vient de la phonétique anglaise de la lettre « Y » (prononcé /waɪ/), signifiant « pourquoi » [N 1],[7]. Mais « génération Y » n'est pas le seul terme employé pour qualifier cette génération. Au total, il existe plus de 70 qualificatifs utilisés[8].

Tout d'abord, cette génération est aussi nommée « milléniale » car courant jusqu'à l'an 2000, elle se situe au croisement du IIe et IIIe millénaire.

D'autres désignations sont liées aux autres générations. Ainsi en va-t-il du terme « écho boomers » car un grand nombre seraient des enfants de baby boomers, de celui de « génération boomerang » car les membres de la génération Y quitteraient leurs parents assez tôt mais reviendraient à la fin de leurs études ou à la suite d'un échec, ou encore de celui de « suivants » pour leurs similitudes supposées avec la génération X.

Les dénominations sont aussi liées au fait que cette génération a grandi avec un développement important des technologies de l'information et de la communication, qu'elle les emploierait davantage que les générations précédentes et qu'elle en aurait acquis une maîtrise intuitive dépassant celle de leurs parents[N 2]. Il s'agit de l'expression « Digital Natives » (natifs numériques) ou de celle de « génération C » pour communication, collaboration, créativité, connectivité (en anglais : « Computer, Click, Connected »)[9],[10]. Également, elle serait la « Net Generation » car elle s'informerait davantage par internet que par la télévision[11].

Enfin, d'autres expressions ont émergé du rapport supposé de cette génération à l'ordre social. « Mutants et semi-mutants  » sont les termes employés pour qualifier respectivement les 0-25 et les 25-50 ans (en 2009) qui, en lien avec une mutation sociale, posséderaient une nouvelle normalité de façonnement psychique[12]. Également, « the Generation We » (génération nous) est employé pour exprimer la façon dont la jeunesse « millénaire » devrait changer le monde pour toujours[C'est-à-dire ?][13].

Relation au travail[modifier | modifier le code]

Les milléniaux auraient une approche du monde du travail différente de celle de leurs ainés.

Ils auraient « une vision plutôt pessimiste du monde professionnel ; un environnement de travail qui peine à les satisfaire ». Ils ne placeraient pas le travail au premier plan, mais plutôt la santé mentale et physique. Ils rechercheraient une meilleure qualité de vie. Ainsi, ils souhaiteraient concilier travail et intérêt personnel[14]. Ils refuseraient de travailler durant les fêtes et week-ends (sauf en emploi étudiant), voudraient des congés pour décompresser et des horaires plus flexibles. Ils exigeraient de la liberté et de l'autonomie[15]. Ils penseraient à court terme et seraient très mobiles[16].

Ils n'auraient pas peur de se comparer aux autres. Ils jugeraient davantage un travailleur sur sa compétence[17], sa créativité ou sa contribution plutôt que sur son ancienneté ou son autorité[17]. Ils connaitraient leur valeur. Ils exigeraient de la formation continue et de la progression rapide[15]. Ils seraient autant à l'aise pour communiquer à l'aide des technologies que de façon directe. Dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre hautement qualifiée, ils seraient rares.

Pourtant, l'existence de spécificités dans la relation des Y avec le travail n'est pas démontrée. Les travaux qui s'intéressent à cette génération sont plus descriptifs qu'explicatifs ou comparatifs. Des études qui tentent de comparer les différentes générations sont rares. La seule réalisée sur un échantillon français, celle du psychologue Jean Pralong, conclut d'ailleurs à l'absence de différences entre les X et les Y dans le rapport au travail, à l'entreprise et à la carrière[18]. Les propos qui attribuent des caractéristiques spécifiques à la génération Y sont aussi étudiés par le sociologue François Pichault comme une idéologie managériale.

En 2011, la sociologue française Nathalie Moncel, du Centre d’études et de recherches sur les qualifications, fait remarquer la grande diversité de situations des jeunes face à l’emploi[19]. Travaillant sur les «  débutants sur le marché du travail », elle distingue ainsi une «  jeunesse qui galère et dont on parle », une « jeunesse laborieuse et silencieuse » et cette « génération Y », « cette nouvelle jeunesse » de diplômés des écoles de commerce et d’ingénieurs qui ne représente que 6 % des jeunes[19].

Selon une étude américaine, la génération Y a été particulièrement affectée par la crise du Covid-19[20].

Contexte culturel[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Cette génération a largement grandi devant la télévision. Dans le monde occidental, elle a vu l'arrivée en masse des séries d'animation japonaises. La vente de coffrets vidéo ou d'articles de merchandising concernant les séries datant d'une vingtaine d'années témoigne de la nostalgie de cette génération pour la télévision qui l'a fortement influencée.

La génération Y française a grandi avec des références télévisuelles comme le Club Dorothée (1987-1997), les premières saisons de Pokémon avec la Pokémania (1999-2001), Les Minikeums (1993-2002), KD2A (2001-2009) ou encore Ça Cartoon, le top 50 ou l'arrivée des chaines de télévision privées (CANAL+, la Cinq, TV6).

Les membres québécois de la génération Y ont grandi avec TVJQ (1980-1988) ainsi que le Canal Famille (1988-2001) et des émissions purement québécoises telles que Passe-Partout (1977-1987), Bibi et Geneviève (1988-1996), Sur La Rue Tabaga (1990-1995), Les Intrépides (1992-1996), Télé-Pirate (1991-1997), Le Studio (1995-1998) et, à leur adolescence, Radio Enfer (1995-2001), Dans une galaxie près de chez vous (1998-2001) et Watatatow (diffusé à Radio-Canada entre 1991 et 2005).

En ce qui concerne les belges francophones, en plus des références françaises se rajoute notamment Ici Blabla.

Cinéma[modifier | modifier le code]

La génération précédente a pu s'extasier devant les progrès constants réalisés par l'industrie audiovisuelle et ses effets spéciaux. Pour la génération Y, qui est née après des films culte tels que Star Wars, et était jeune pour d'autres plus récents comme The Matrix, ces progrès vont de soi, et plus rien ne peut être graphiquement « étonnant », dans la mesure où « tout est possible », d'un dinosaure à la destruction d'une planète.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Les dates admises pour la génération Y correspondent à l'arrivée des jeux vidéo dans les foyers des pays développés ; c'est la première génération à les avoir connus dès le plus jeune âge.

Technologies numériques[modifier | modifier le code]

En Occident, cette génération est née avec l'arrivée progressive sur le marché des CD-ROM (milieu des années 80[21]) et du téléphone portable (mise sur le marché du premier téléphone portable en 1983[22]). L'arrivée d'internet dans les foyers dans les années 1990 coïncide également avec leur adolescence ou la vie de jeune adulte avec, plus tard, l'arrivée de l'ADSL. L'apparition d'autres technologies numériques comme le smartphone ou l'apparition du streaming généralisé grâce à l'amélioration de la bande passante n'intervient cependant que plus tard.

Cette génération est considérée comme naturellement plus à l'aise que les précédentes avec les technologies de l'information, internet en particulier. Elle peut être associée à l'ensemble des technologies et applications que l’on nomme aujourd’hui le Web 2.0. Chacun a accès à des outils de création et de communication que les générations précédentes ne pouvaient qu'imaginer. Ainsi, par exemple, écrire un livre dans les années 1970 nécessitait de le taper à l'aide d'une machine à écrire et à démarcher des éditeurs, ce qui rendait la diffusion des ouvrages plutôt incertaine. Aujourd'hui, on peut écrire sur son site web personnel (blog ou autre) depuis n'importe quel ordinateur, la diffusion du contenu étant immédiate.

Bien qu'ils soient qualifiés de « natifs numériques », certaines études, dont une réalisée par la fondation Travail-Université de Namur en Belgique, tendent à démontrer qu'une partie de la génération Y, les 16-25 ans, consomment plus qu'ils ne développent les nouvelles technologies. En effet, 83 % des jeunes entre 19 et 25 ans possèdent un compte Facebook[23], dont la plupart l'utilisent pour consommer des informations, et non pas en créer. Pour certains théoriciens, la génération des natifs numériques est plutôt la génération Z[24]. Au lieu de digital natives, Jean-Noël Lafargue (expert en technologies et enseignant en art et nouveaux médias) qualifie ce groupe d'âge de digital naives[25].

Leur utilisation souvent excessive d'internet peut avoir des conséquences néfastes pour leur santé. 25 % des génération Y consultent leur smartphone plus de cent fois par jour. Des études montrent qu’il existe une forte corrélation entre dépression et temps connecté[26].

Mobilité[modifier | modifier le code]

Cette génération se déplace facilement, elle a profité de la baisse des coûts du transport aérien et des facilités offertes par la voiture et les transports en commun. Dans les pays occidentaux, après une longue période d'engouement pour l'automobile individuelle, cette appétence semble avoir dans les années 2000 beaucoup diminué. Le driving boom (croissance régulière du nombre de kilomètres parcourus au volant par an) a été stoppé en 2004 aux États-Unis (de 1970 à 2004, la distance parcourue au volant par un Américain avait presque doublé, passant de 8 700 à 16 100 km, soit + 85 %), mais aux États-Unis la génération Y est celle qui prend le moins le volant (son kilométrage annuel a diminué de 23 % de 2001 à 2009). Ce chiffre a pour la première fois diminué en 2012 (tombé à 15 000 km), mais la génération Y se déplace plus en avion et surfe de plus en plus sur internet[27]. L'un des scénarios prospectifs élaborés sur ce thème (scénario dit Ongoing Decline) envisage une prolongation de ce déclin, si la génération Z imite la génération Y[28]. Les transports doux (vélo notamment) sont très appréciés en Europe du Nord et semblent durablement ancrés dans les comportements de cette génération.

Les programmes de type Erasmus ont facilité les études et échanges avec l'étranger.

Consommation collaborative[modifier | modifier le code]

Les milléniaux, en tant que génération, font beaucoup appel aux services de consommation collaborative (co-voiturage, hébergement entre particuliers, occasion...)[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En anglais, y et why sont homophones. Ainsi, en anglais, generation Y fait également référence aux nombreux questionnements, surtout envers l'autorité, qu'ont les membres de cette génération.
  2. Il ne s'agit pas d'une maîtrise au sens de la compréhension des concepts mais d'une familiarité d'usage. L'informatique repose sur des concepts de sciences dures qui ne s'acquièrent pas simplement par la manipulation des multiples outils disponibles.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Millénial », sur Le Robert (consulté le )
  2. « Y », sur Office québécois de la langue française, (consulté le )
  3. (en) Henrik Bresman et Vinika Devasar Rao, « A Survey of 19 Countries Shows How Generations X, Y, and Z Are - and Aren’t - Different », Harvard Business Review,‎ (ISSN 0017-8012, lire en ligne, consulté le )
  4. « Les générations au Canada », sur Statistique Canada, (consulté le )
  5. (en) « Generation Y », Advertising Age, vol. 64,‎ , p. 1
  6. Nicolas Santolaria, « « La génération Y n’existe pas » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. Marie-Claude Ducas, « Hommage à la génération X », sur Le blogue de Marie-Claude Ducas, (consulté le )
  8. Denis Monneuse, Les jeunes expliqués aux vieux, Paris, L'harmattan, , 217 p.
  9. Daphnée Dion-Viens, « Après la Y, place à la génération C », sur Le Soleil, (consulté le )
  10. Centre facilitant la recherche et l'innovation dans les organisations, « Colloque international du CEFRIO. Enquête sur la Génération C : les 12-24 ans, utilisateurs extrêmes d'internet et des TI », sur Cision, (consulté le )
  11. Julien Pouget, « Génération Y = Net Generation », sur lagenerationy.com, (consulté le )
  12. Jean-Paul Gaillard, Enfants et adolescents en mutation. Mode d'emploi pour les parents, éducateurs, enseignants et thérapeutes, Montrouge, ESF, , 191 p.
  13. (en) Eric Greenberg et Karl Weber, Generation We : How Millenial Youth Are Taking Over America and Changing Our World Forever, Emeryville, Pachatusan, , 248 p.
  14. Chantal Dauray, « Recruter et garder vos employés : les stratégies qui rapportent », PME, vol. 23,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  15. a et b Ulysse Bergeron, « Les cadres mercenaires », Commerce, vol. 109,‎ , p. 21
  16. Pierre Picard, « Les attentes des jeunes face à leur régime de retraite », Les Affaires, Stratégies,‎ , p. 37
  17. a et b Gilbert Leduc, « Les 19 à 29 ans, la génération qui fait peur aux employeurs », Le Soleil, les Affaires,‎ , p. 44 (lire en ligne)
  18. Jean-Luc Placet et Frédéric Petitbon, « À la recherche de la « génération Y » », Sociétal, no 77,‎ , p. 48 (lire en ligne)
  19. a et b « Le syndicalisme d’une nouvelle génération », sur L'Humanité, (consulté le )
  20. (en) Sean Collins, « Why the Covid-19 economy is particularly devastating to millennials, in 14 charts », sur Vox, (consulté le )
  21. (en) « 1983 | Timeline of Computer History | Computer History Museum », sur www.computerhistory.org (consulté le )
  22. Nicolas Aguila, « Il était une fois, le téléphone portable », Tom's Guide, (consulté le )
  23. http://mtltechno.com/2011/02/statistiques-demographie-facebook-en-france/
  24. « Nous ne sommes pas des Digital Natives »
  25. Astrid Girardeau, « Interview : « Les jeunes ne sont plus intéressés par l’outil-ordi » », sur Libération, (consulté le )
  26. Mélusine Martin, « Internet : les bienfaits de la déconnexion », sur The Conversation, (consulté le )
  27. Adrien Perrot, « Aux États-Unis, les jeunes préfèrent surfer que rouler », sur Energy Stream, (consulté le )
  28. (en) Tony Dutzik et Phineas Baxandall, A New Direction. Our Changing Relationship with Driving and the Implications for America’s Future, Denver, US PIRG Education Fund ; Frontier Group, , 64 p. (lire en ligne)
  29. Aziza Chaouachi, « Opinion | Comment les Millenials bousculent les codes de l’économie collaborative », sur Les Echos, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Carol Allain, Génération Y : Qui sont-ils, comment les aborder ? Un regard sur le choc des générations, Montréal, Logiques, 2018, 204 p.
  • Emily Boudaoud, Génération Y : droit de réponse, La Plaine Saint-Denis, Afnor groupe, 2013, 250 p.
  • Éric Briones et Grégory Casper, La génération Y et le luxe, Malakoff, Dunod, 2014, 240 p.
  • Marie Desplats et Florence Pinaud, Manager la génération Y - Travailler avec les 20-30 ans, Malakoff, Dunod, 2011, 224 p.
  • Alan Fustec et Dominique Sappey-Marinier, Manager la génération Y avec les neurosciences. Faire de la génération Y une richesse pour l'entreprise, Paris, D'organisation, 2011, 263 p.
  • Grégory Kapustin, La jeunesse qui range sa chambre. Une génération et ses révoltes, Paris, Du cygne, 2008, 160 p.
  • Georges Lewi, Génération Y : mode d'emploi, Paris, Vuibert, 2019, 199 p.
  • Denis Monneuse, Les jeunes expliqués aux vieux, Paris, L'harmattan, 2012, 217 p.
  • Daniel Ollivier et Catherine Tanguy, Génération Y mode d'emploi : Intégrez les jeunes dans l'entreprise , Louvain, De Boeck, 2008, 232 p.
  • Julien Pouget, Intégrer et Manager la Génération Y, Paris, Vuibert, 2013, 207 p.
  • Olivier Rollot, La génération Y, Paris, Presses universitaires de France, 2012, 128 p.
  • Bruce Tulgan et Carolyn Arthur Martin, Managing Generation Y : Global Citizens Born in the Late Seventies and Early Eighties, Amherst, Human Resource Development Press, 2001, 105 p.

Articles[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • Matthieu Jaubert et Sophie Peyrard, « La révolution rétro » : pourquoi la génération Y est-elle accro au rétro ?, 2015, diffusé sur Arte.
Qu'est « ce qui pousse les enfants des années 1980 à aller chercher leur bonheur dans le passé ? ».
Présentation en ligne : Anne-Charlotte Dancourt, « « La révolution rétro » sur Arte : Pourquoi la génération Y est-elle accro au rétro? », sur Le Huffington Post, (consulté le ).
  • Louise Lemelin et Eza Paventi, Les Y : La génération qui dérange, 2010, diffusé sur Canal Vie.
Tableau de la génération à travers ses représentants.
Présentation en ligne : Marie-Eve Shaffer, « Les Y : La génération qui dérange », sur Journal Métro, (consulté le ).
  • Lætitia Moreau, Génération quoi ?, 2013, diffusé sur France 2, avec 3 volets : « Master chômage et master classe », « Bac ou crève », « La vie, ça commence quand ? ».
Lié à une enquête réalisée sur internet.
Présentations en ligne :
  • Lætitia Moreau, La « Génération Y », génération quoi ?, 2016, diffusé sur la RTBF, avec 4 volets : « Moi et l’amour », « Moi et ma famille », « Moi et le travail » et « Moi et mes amis »
Portrait de jeunes Européens.
  • Basile Roze et Cédric Leprettre, Allons enfants ! Portraits d’une enfance qui se bouge, 2017, diffusé sur France 4.
Présentation de jeunes qui cherchent à faire évoluer la société par des actions concrètes.
Présentations en ligne :
Exposé de la société vécue par cette génération et appel à la révolution.

Articles connexes[modifier | modifier le code]