Gemma Spofforth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page, en date du 18 août 2014 à 23:18 et modifiée en dernier par HunsuBot (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gemma Spofforth
Image illustrative de l’article Gemma Spofforth
Informations
Nages Dos crawlé
Période active En activité depuis 2001
(premier championnat national élite)
Nationalité Britannique (Anglaise)
Naissance Modèle:Date sport
Lieu Shoreham-by-Sea
Club Portsmouth Northsea
Université de Floride
Records
Grand bassin Un record du monde individuel en carrière
Un record du monde actuellement en vigueur :
100 m dos en grand bassin : 58 s 12
Distinctions
Un titre mondial
Un titre européen

Gemma Mary Spofforth (née le Modèle:Date sport à Shoreham-by-Sea en Angleterre) est une nageuse britannique spécialiste des épreuves de dos. Révélée en 2008, elle s'illustre l'année suivante en remportant le titre planétaire du 100 m dos en grand bassin tout en battant le record du monde de l'épreuve.

Biographie

À 13 ans, Gemma Spofforth s'illustre lors des Championnats nationaux de sa catégorie d'âge. Elle remporte deux médailles d'or sur 50 et 100 m dos[1]. Par ailleurs, déjà en 2001, elle participe déjà aux Championnats élite en petit bassin et dispute une finale sur 50 m dos[1]. En 2003, à Glasgow, lors des Championnats d'Europe juniors, elle remporte la médaille d'or du 50 m et enlève la médaille de bronze sur la distance supérieure[1]. Quelques mois plus tard, elle honore sa première sélection en équipe nationale senior à l'occasion des Championnats d'Europe en petit bassin, à Dublin en Irlande. Inscrite dans deux épreuves, elle échoue à chaque fois au stade des séries éliminatoires[1]. Un an plus tard, lors de l'édition 2004 des Championnats d'Europe en petit bassin, elle monte pour la première fois sur un podium en compétition internationale en terminant troisième du 200 m dos[1]. Un peu plus tôt durant l'année, elle disputait les sélections olympiques britanniques mais ne parvenait pas à intégrer la liste des nageurs sélectionnés pour participer aux Jeux olympiques d'été de 2004[1].

Elle participe en 2005 aux Championnats du monde organisés à Montréal en décrochant trois médailles dont deux titres lors des championnats nationaux[1]. Au Canada, alignée sur 100 m dos, elle est éliminée lors des séries avec le 33e temps global[1]. L'année suivante, elle songe à arrêter le haut niveau suite à une pancréatite qui la contraint d'abandonner la natation durant près d'une année, après quoi elle rejoint les États-Unis et l'Université de Floride pour étudier et s'y entraîner[2]. Au sein du club de l'université, les Florida Gators, elle côtoie entre autres le multiple médaillé international américain Ryan Lochte[1]. La même année, sa mère décède des suites d'un cancer[3].

En 2007, elle retrouve la compétition et se distingue aux Championnats NCAA en remportant le 200 yards dos[4]. L'année 2008 est marquée par l'émergence des combinaisons composées avec du polyuréthane, peu de temps avant les Jeux olympiques d'été de 2008. C'est aussi celle de la révélation de la Britannique qui améliore sensiblement ses records personnels[5]. Ainsi, en avril, à l'occasion des Championnats de Grande-Bretagne servant à sélectionner les membres de la délégation olympique britannique, elle obtient sa qualification en descendant sous deux barrières chronométriques : la minute sur 100 m dos et les 2 minutes et 10 secondes sur 200 m dos. Auteur tout d'abord de 59 s 89 sur 100 m, elle devient la neuvième nageuse à descendre sous la minute[5]. Elle enlève à cette occasion près de 2 secondes à son record personnel établi jusqu'alors à 1 minute et 1,81 seconde[6],[7]. De même, elle améliore de plus de trois secondes son record personnel du 200 m dos en 2 min 09 s 70[6]. Peu de temps avant ces sélections olympiques, elle avait réalisé le doublé 100-200 yards dos lors des Championnats NCAA, améliorant à chaque fois ses records personnels[8],[9].

Aux Jeux olympiques, elle améliore son record personnel du 100 m dos en demi-finale puis de nouveau en finale. Lors de cette dernière, elle réalise la meilleure seconde partie de course des concurrentes, mais son temps, 59 secondes 38, un nouveau record d'Europe, ne lui permet pas de monter sur le podium puisqu'elle termine quatrième à 4 centièmes de seconde de la troisième place enlevée par l'Américaine Margaret Hoelzer[10]. Sur 200 m, elle est sortie en demi-finale avec le neuvième temps mais termine ses Jeux le dernier jour des compétitions de natation avec le relais 4 × 100 m quatre nages. Au départ de ce relais pour l'équipe britannique, elle améliore son propre record continental en 59,05 secondes mais termine finalement quatrième avec ses coéquipières. Ce nouveau record constitue alors le troisième temps de l'histoire derrière ceux de la Zimbabwéenne Kirsty Coventry et l'Américaine Natalie Coughlin.

Peu de temps avant les Championnats du monde 2009 disputés à Rome, elle améliore son record personnel sur 200 m et s'empare du record national en 2 minutes et 7,56 secondes, lors des Championnats d'Écosse[11]. Lors des mondiaux, la polémique est vive quant à l'utilisation des combinaisons de dernière génération, entièrement constituées de polyuréthane, alors que de nombreux records du monde sont battus. Gemma Spofforth choisit de nager avec la LZR Racer de Speedo, réputée moins performante[12]. Dès les séries, elle améliore sensiblement son meilleur temps personnel en 58 secondes et 78 centièmes, un centième de seconde plus lent que le record du monde détenu par Kirsty Coventry. Le jour-même, en demi-finale, elle ôte quatre centièmes de seconde à son nouveau record personnel mais la Russe Anastasia Zueva bat le record planétaire de Coventry. Le lendemain, Spofforth remporte la finale et son premier titre de championne du monde, record du monde à la clé en 58,12 secondes, Zueva prenant la deuxième place à 6 centièmes[13]. Elle devient à cette occasion la première Britannique détentrice du record du monde sur 100 mètres dos depuis 1958[2].

En août 2010, Gemma Spofforth termine deuxième du 200 mètres dos des Championnats d'Europe 2010, étant seulement devancée par sa compatriote Elizabeth Simmonds[14]. Deux jours plus tard, lors du 100 mètres dos, le podium est inverse. Spofforth, en 59 s 80, s'impose en étant la seule à passer sous la minute[15].

Palmarès

Jeux olympiques

Épreuve / Édition Pékin 2008
100 m dos 4e
59 s 38
200 m dos 9e temps des demi-finales
2 min 09 s 19
4 × 100 m 4 nages 4e
3 min 57 s 50

Championnats du monde

Épreuve / Édition Grand bassin
Montréal 2005 Rome 2009
50 m dos 13e temps des demi-finales
27 s 92
100 m dos 33e temps des séries
1 min 04 s 88
Or
58 s 12 – RM

Championnats d'Europe

En grand bassin

Épreuve / Édition Budapest 2010
100 m dos Or
59 s 80
200 m dos Argent
2 min 08 s 25

En petit bassin

Records

Records personnels

Ces tableaux détaillent les records personnels de Gemma Spofforth en grand bassin au 29 juillet 2009. L'indication RM précise que le record personnel de la Britannique constitue l'actuel record du monde de l'épreuve.

Records personnels en grand bassin [1],[16]
Épreuve Temps Compétition Lieu Date
50 m dos 27 s 92 Championnats du monde 2009 Rome, Italie 29/07/2009
100 m dos 58 s 12 – RM Championnats du monde 2009 Rome, Italie 28/07/2009
200 m dos 2 min 06 s 66 Championnats du monde 2009 Rome, Italie 01/08/2009

Record du monde battu

Ce tableau détaille le record du monde battu par Gemma Spofforth durant sa carrière.

Record du monde individuel battu par Gemma Spofforth
Épreuve Temps Compétition Lieu Date
100 m dos en grand bassin 58 s 12 Championnats du monde 2009 Rome, Italie 28/07/2009

Notes et références

  1. a b c d e f g h i et j (en) Profil de Gemma Spofforth, site de la Fédération britannique de natation. Consulté le 30 juillet 2009.
  2. a et b (en) Craig Lord, « WR: Spofforths Speeds To 58.12 100 Back », sur swimnews.com, 28 juillet 2009. Consulté le 30 juillet 2009.
  3. (en) James Toney, « Spofforth breaks world record to strike gold », sur theherald.co.uk, 29 juillet 2009. Consulté le 30 juillet 2009.
  4. (en) « Florida's Spofforth Claims 200 Back Title », sur swimmingworldmagazine.com, 10 mars 2007. Consulté le 30 juillet 2009.
  5. a et b (en) Craig Lord, Tancock Settles Fight With 1:57.79 C'Wealth IM Record, sur swimnews.com, 1er avril 2008. Consulté le 30 juillet 2009.
  6. a et b (en) « Spofforth Becomes UF's First Female Athlete to Qualify for Beijing Olympics », sur gatorzone.com, 7 avril 2008. Consulté le 30 juillet 2009.
  7. (en) « WSwim: Florida's Spofforth Qualifies For Beijing Olympics », sur ncaa.com. Consulté le 30 juillet 2009.
  8. (en) « NCAA Division I Women's Champs: Florida's Gemma Spofforth Touches First in 100 Back », sur swimmingworldmagazine.com, 21 mars 2008. Consulté le 30 juillet 2009.
  9. (en) « NCAA Division I Women's Champs: Florida's Gemma Spofforth Sweeps Backstroke », sur swimmingworldmagazine.com, 22 mars 2008. Consulté le 30 juillet 2009.
  10. (en) Résultat de la finale du 100 m dos des Jeux olympiques de 2008, site officiel des Jeux olympiques de 2008. Consulté le 30 juillet 2009.
  11. (en) Craig Lord, « Jackson Joins Adlington As 800m Medal Hope », sur swimnews.com, 26 juin 2009. Consulté le 30 juillet 2009.
  12. (en) Simon Hart, « Swimming: Gemma Spofforth swims second quickest 100m backstroke in old suit », sur telegraph.co.uk, 27 juillet 2009. Consulté le 30 juillet 2009.
  13. (en)[PDF] Résultat de la finale du 100 m dos des Championnats du monde 2009, sur omegatiming.com. Consulté le 30 juillet 2009.
  14. (en)[PDF] Résultat de la finale du 200 m dos des Championnats d'Europe 2010, sur omegatiming.com. Consulté le 10 août 2010.
  15. (en)[PDF] Résultat de la finale du 100 m dos des Championnats d'Europe 2010, sur omegatiming.com. Consulté le 12 août 2010.
  16. Profil de Gemma Spofforth, sur swimrankings.net.

Liens externes