Gelek Rimpoché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gelek Rimpoché
Description de cette image, également commentée ci-après

Gelek Rimpoché (assis) et Thupten Donyo en 2014.

Naissance
Lhassa (Drapeau du Tibet Tibet)
Décès (à 77 ans)
Ann Arbor (Drapeau des États-Unis États-Unis)
Nationalité tibétain
École/tradition Gelugpa
Site http://www.jewelheart.org/

Rinpoché

Kyabjé Guélèk Rinpoché (tibétain : སྐྱབས་རྗེ་དགེ་ལེགས་རིན་པོ་ཆེ།, Wylie : skyabs rje dge legs rin po che) aussi appelé Ngawang Gelek Demo, est un lama de l'école gelugpa du bouddhisme tibétain, né à Lhassa au Tibet le 26 octobre 1939[1],[2] et mort le 15 février 2017[3] à Ann Arbor dans le Michigan aux États-Unis.

Son nom personnel est Ngawang Guélèk tandis que Kyabjé Rimpoché sont des titres qui signifie « enseignant » (litt, « seigneur de refuge ») et « précieux », respectivement. Exilé en Inde, il est devenu laïc, renonçant à la vie monastique, avant de s'installer aux Etats-Unis où il a fondé Jewel Heart.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tulkou, Gelek Rimpoché a été reconnu par Pabongka Rinpoché comme réincarnation d'un abbé du monastère de Guyto, Tashi Namgyal, incarnation de Nyare Kentrul[4]. Il étudia à l'université monastique de Drépung, où il a reçu le titre et diplôme de guéshé Lharampa, le plus haut de la tradition gelugpa, à un âge exceptionnellement jeune.

Fils de Tenzin Gyatso (Demo Rinpoché), Guélèk est un neveu du 13e dalaï-lama, Thubten Gyatso. Il a été instruit par un grand nombre de maîtres dont Gyungdung Rinpoché et Lhatsun Rinpoché, et les tuteurs du 14e et actuel dalaï-lama, Tenzin Gyatso[5].

En 1959, Guélèk a fui en Inde et séjourna dans un camp de réfugiés à Buxador avant de rejoindre Dharamsala où il fut l'un des premiers étudiants de l'École des jeunes lamas. En 1963, il a renoncé à la vie monastique et s'est marié en 1969. Il a travaillé à New Delhi comme éditeur[6], directeur de la Maison du Tibet à Delhi, et animateur de radio à All India Radio. Il effectua plus de 1 000 interviews en compilant l'histoire orale de la chute du Tibet aux communistes chinois[7]. En 1988, il fonda Jewel Heart, « une organisation spirituelle, culturelle et humanitaire qui transpose l'ancienne sagesse du bouddhisme tibétain dans la vie contemporaine. »[8] Devenu citoyen américain, il vit à Ann Arbor dans le Michigan[5].

Le poète Allen Ginsberg a été l'un des membres les plus connus de Jewel Heart. Ginsberg a rencontré Guélèk Rinpoché par l'intermédiaire du compositeur contemporain Philip Glass en 1989[9].

Publication[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The Crazy Wisdom Interview – Tibetan Buddhist Lama Gelek Rinpoche Talks About His Years in Tibet and India, American Politics, and the Evolution of Jewel Heart », sur crazywisdomjournal.squarespace.com, janvier-avril 2001
  2. (en) SEM - The Nature of Mind, sur books.google.fr
  3. [1]
  4. (en) Odyssey to Freedom, p. 165
  5. a et b (en) Gelek Rinpoche, Mandala
  6. (en) Graham Coleman, A Handbook Of Tibetan Culture, p. 334
  7. (en) Gelek Rinpoche, Gyuto Foundation
  8. (en) « Art and Impermanence » [archive du ], Rubin Museum of Art (consulté le 18 août 2013)
  9. (en) « Lifeline » [archive du ], Allen Ginsberg dot org (consulté le 18 août 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]