Geert Hofstede

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Geert Hofstede
Biographie
Naissance Voir et modifier les données sur Wikidata
à HaarlemVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité(s) Pays-BasVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Formation université de technologie de DelftVoir et modifier les données sur Wikidata
Profession(s) psychologue, professeur d'université et anthropologue (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Employeur(s) International Business Machines et université de MaastrichtVoir et modifier les données sur Wikidata
Membre de Groupe européen d'études d'organisation (d) et Académie hongroise des sciencesVoir et modifier les données sur Wikidata

Geert Hofstede, né le à Haarlem, est un psychologue néerlandais, spécialisé en psychologie sociale et professeur honoraire d'anthropologie et de gestion à l'Université de Maastricht. Il a été inspiré par le culturalisme.

Son approche de la culture est basée sur la définition donnée par l'anthropologue américain Clyde Kluckhohn « la culture est la manière de penser, de sentir et de réagir d'un groupe humain, surtout acquise et transmise par des symboles, et qui représente son identité spécifique : elle inclut les objets concrets produits par le groupe. Le cœur de la culture est constitué d'idées traditionnelles et des valeurs qui lui sont attachées. »

Différenciation culturelle[modifier | modifier le code]

La recherche conduite par Geert H. Hofstede a débuté par l'administration de plus de 100 000 questionnaires auprès de cadres de filiales de la multinationale IBM implantés dans plus de 50 pays [1]. Hofstede et ses collaborateurs ont mis en évidence, statistiquement (par analyse factorielle) quatre, puis cinq facteurs indépendants à l'origine de différences culturelles [2],[3] observées d'abord dans les comportements des employés des grandes entreprises (plus tard, ces différences culturelles ont été observées dans d'autres domaines) :

  • la distance hiérarchique,
  • le contrôle de l'incertitude,
  • l'individualisme et le collectivisme,
  • la dimension masculine/féminine,
  • l'orientation court terme/long terme (ajoutée au modèle en 1991)

Une sixième dimension fut ajoutée au modèle par Michael Minkov dans une publication de 2010 : la dimension Indulgence [4]. En 2011, Hosftede présenta la troisième édition de son livre, écrit en collaboration avec Minkov, Cultures and Organizations, Software of the Mind. Leur nouveau modèle incluait cette sixième dimension [5].

La distance hiérarchique[modifier | modifier le code]

Mesuré par le Power Distance Index allant d'une échelle de 1 à 100, il indique le degré d'acceptation culturelle des inégalités de statuts et de pouvoir entre les individus. Cette dimension révèle le degré de respect dont font preuve les gens vis-à-vis de leur hiérarchie et de l'autorité.

L'indice est plus élevé au sein des cultures où le pouvoir centralisé est vénéré et contesté, que ce soit de manière officielle ou non.[incompréhensible][6].

L'acceptation de l'incertitude[modifier | modifier le code]

Désigne le degré de tolérance qu'une culture peut accepter face à l'inquiétude provoquée par les événements futurs. La relation à l'incertitude est différente selon les sociétés. Certaines utilisent des prévisions et des dispositifs pour gérer les événements (comme Vigipirate ou le principe de précaution en France). D'autres sociétés se font moins de soucis face à l'incertitude.

L'individualisme et le collectivisme[modifier | modifier le code]

Exprime le degré de liberté d'un individu par rapport à un groupe.

Autrement, exprime le degré d'autonomie par rapport au groupe et aux normes sociales, la plus ou moins grande solidarité du groupe et le degré d'attachement aux valeurs communautaires comme l'amitié ou la famille.

La dimension masculine/féminine[modifier | modifier le code]

Il s'agit de savoir si une société est, d'une part, plutôt plus sensible à des facteurs émotionnels (féminin) ou factuels (masculin) et, d'autre part, organisée avec une séparation marquée ou non des rôles des deux sexes dans les tâches de la vie quotidienne.

L'orientation court terme/long terme[modifier | modifier le code]

L'auteur lui-même associe le long terme aux valeurs de la vertu. Les valeurs associées au court terme sont le respect des traditions, satisfaire des obligations sociales. Les valeurs associées à une vision à long terme (dite "vérité") sont économie et persévérance.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) Culture's Consequences, Sage.
  • (en) Cultures and Organizations, HarperCollins.
  • Avec Daniel Bollinger, Les différences culturelles dans le management, Les éditions d'Organisation, 1987.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Geert H. Hofstede, Culture's consequences: Comparing values, behaviors, institutions and organizations across nations, London, Sage,‎ , 596 p.
  2. Geert Hofstede, « Culture and Organizations », International Studies of Management & Organization, vol. 10,‎ , p. 15–41 (lire en ligne)
  3. Berry, I. W., Poortinga, Y. H., Breugelmans, S. M., & Chasiotis, A., Sam, D. L. (2011). Cross-cultural psychology: Research and applications. Cambridge, Cambridge Press. (Pages 92-94)
  4. « Cultural Insights - Geert Hofstede », sur geert-hofstede.com (consulté le 6 février 2016)
  5. (en) Hofstede, Geert, Gert Jan Hofstede et Michael Minkov, Cultures and Organizations, Software of the Mind. Third Edition, London, McGraw-Hill,‎
  6. Moral Michel, « Le management interculturel : une nécessité vitale aujourd'hui ?. », Le Journal des psychologues 2/2007 (no 245) , p. 70-74

Liens externes[modifier | modifier le code]