Gaydar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Heydar Aliyev.

Gaydar est un mot familier désignant la capacité intuitive de quelqu'un à deviner l'orientation sexuelle d'une autre personne. Le terme est un mot-valise formé des mots gay et radar.

Le gaydar repose avant tout sur des indices non verbaux et sur des stéréotypes LGBT. Ceci inclut la sensibilité à l'attitude sociale et au comportement des autres personnes, comme le fait de remarquer une attitude corporelle particulière, un ton de voix, un décalage par rapport aux stéréotypes sexuels traditionnels, ou encore la situation professionnelle et le code vestimentaire.

L'aptitude à détecter l'orientation sexuelle de quelqu’un en ne se fiant qu'à l'apparence et au comportement peut être trompée par certaines situations, par exemple lorsque des homosexuels ne font figure d'aucun code comportemental du stéréotype gay, ou lorsque des hommes métrosexuels (indépendamment de leur orientation sexuelle) adoptent des habitudes, des codes vestimentaires ou des centres d’intérêts généralement rattachés au stéréotype du mode de vie gay urbain[1].

Recherches[modifier | modifier le code]

Des recherches scientifiques ont été menées afin de tester si le gaydar correspond à une réalité ou plutôt à un mythe populaire. L'étude qui fut probablement la première de ce genre consistait à demander à des personnes de juger de l'orientation sexuelle à partir de vidéos, et le résultat fut que le gaydar n'avait pas de fondement réel[2].

Une autre étude montre que l'on peut juger avec précision de l'orientation sexuelle[3]. Cette étude demandait aux participants d'indiquer leur orientation sexuelle en utilisant l’échelle de Kinsey, avant que d'autres regardent de brèves vidéos (muettes) d'eux en train de parler. Ceux qui regardaient les vidéos devaient noter l'orientation sexuelle perçue, et les chercheurs observèrent une corrélation significative entre le degré sur lequel les participants se plaçaient sur l’échelle de Kinsey et le degré auquel les situaient les observateurs. L'orientation sexuelle était ainsi perçue précisément juste avec des comportements non verbaux.

D'autres études ont réaffirmé ces résultats[4], et ont même mis en avant le fait que des vidéos d'enfants pouvaient être utilisées pour déterminer avec précision leur orientation sexuelle future[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en)McFedries, Paul (12 December 2003). "Metrosexual". Logophilia Limited. Retrieved 2007-12-17.
  2. (en)Berger, G; Hank, L; Rauzi, T; Simkins, L (1987). "Detection of sexual orientation by heterosexuals and homosexuals". Journal of homosexuality 13 (4): 83–100. doi:10.1300/J082v13n04_05. PMID 3611750.
  3. (en)Ambady, N; Hallahan, M; Conner, B (1999). "Accuracy of judgments of sexual orientation from thin slices of behavior". Journal of personality and social psychology 77 (3): 538–47. PMID 10510507.
  4. (en)Rieger, G; Linsenmeier, JA; Gygax, L; Garcia, S; Bailey, JM (2010). "Dissecting "gaydar": Accuracy and the role of masculinity-femininity". Archives of Sexual Behavior 39 (1): 124–40. doi:10.1007/s10508-008-9405-2. PMID 18810629.
  5. (en)Rieger, G; Linsenmeier, JA; Gygax, L; Bailey, JM (2008). "Sexual orientation and childhood gender nonconformity: Evidence from home videos". Developmental psychology 44 (1): 46–58. doi:10.1037/0012-1649.44.1.46. PMID 18194004.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]