Gavial du Gange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gavialis gangeticus

Gavialis gangeticus
Description de cette image, également commentée ci-après
Gavial du Gange
Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Reptilia
Sous-classe Archosauromorpha
Clade Crurotarsi
Ordre Crocodilia
Famille Gavialidae
Genre Gavialis

Nom binominal

Gavialis gangeticus
(Gmelin, 1789)

Synonymes

  • Lacerta gangetica Gmelin, 1789
  • Crocodilus gavial Bonnaterre, 1789
  • Crocodilus longirostris Schneider, 1801
  • Crocodilus arctirostris Daudin, 1802
  • Crocodilus tenuirostris Cuvier, 1807

Statut de conservation UICN

( CR )
CR A2bc; C1 :
En danger critique d'extinction

Statut CITES

Sur l'annexe I de la CITES Annexe I , Rév. du 01/07/1975

Gavialis gangeticus, le Gavial du Gange, est une espèce de crocodiliens de la famille des Gavialidae[1]. C'est la seule espèce actuelle du genre Gavialis.

Description[modifier | modifier le code]

Gavial du Gange

Sa longueur peut atteindre plus de 6 mètres, soit autant que le crocodile du Nil et le crocodile marin. Il est reconnaissable à ses mâchoires particulièrement étroites et allongées. Chez les mâles de plus de 4 mètres, la longueur de la protubérance spongieuse sous le museau peut atteindre jusqu'à six fois sa largeur.

Le Gavial du Gange a 29 dents de chaque côté de la mâchoire supérieure et 26 dents de chaque côté de la mâchoire inférieure. II porte des plaques osseuses sur les côtés de la nuque et du dos. C'est le plus adapté à la vie aquatique des crocodiliens. Revers de la médaille, il ne semble pas capable de marcher comme le font les autres membres du groupe lorsqu'ils sortent de l'eau.

Les œufs de gavial sont plus gros que ceux des autres crocodiliens. À l'éclosion, les jeunes mesurent environ 35 cm de long. La taille du jeune gavial augmente en moyenne tous les deux à trois ans d'environ un mètre, dans un milieu sans présence humaine.

Reproduction[modifier | modifier le code]

La femelle arrive à maturité sexuelle entre dix à quinze ans lorsqu'elle atteint 3 mètres de longueur[2]. À la période de reproduction, durant la saison sèche, de violents combats éclatent fréquemment entre gavials mâles. Puis les couples se forment et gagnent les berges des fleuves. La femelle pond dans le sable une cinquantaine d'œufs dont elle se désintéresse aussitôt.

Elle n'aide pas les petits lors de l'éclosion. Elle ne les transporte pas dans l'eau, qui pourtant, leur procurerait la sécurité. Ce manque de sollicitude est probablement dû à la conformation de son museau, trop effilé et fragile. En revanche, on observe qu'elle donne des soins postnataux à sa progéniture.

Alimentation[modifier | modifier le code]

C'est un crocodilien piscivore. Il se nourrit uniquement d'animaux aquatiques[2]. De ce fait, il ne présente pas un danger pour l'homme qui ne fait pas partie de ses proies. Ses très longues mâchoires sont garnies de dents fines et pointues lui permettant de maintenir fermement ses proies glissantes (poissons, amphibiens, crustacés).

Comportement[modifier | modifier le code]

Malgré sa taille impressionnante il est généralement inoffensif pour l'homme : sa grande taille et ses dents acérées peuvent être dangereuses mais l'animal n'attaque que pour se défendre et non pour capturer un humain. Il est très sociable. Il passe la plupart de son temps dans l'eau douce, avec un faible débit et une importante végétation.

Répartition[modifier | modifier le code]

Distribution

Cette espèce se rencontre dans le nord de l'Inde et au Népal, il semble éteint au Pakistan, au Bangladesh, au Bhoutan et en Birmanie[1].

Originellement, il s'observait dans les bassins du Gange, de l'Indus, du Brahmapoutre et de la Mahânadî.

Gavial du Gange (Gavialis gangeticus), Ferme aux crocodiles

Le gavial et l'homme[modifier | modifier le code]

Si le gavial du Gange est un animal sacré, que l'on nourrit même près de certains temples, on le chasse de plus en plus aujourd'hui en raison de la qualité de sa peau, très recherchée par les maroquiniers. Il est, de ce fait, en voie de disparition. Ils sont également accidentellement tués par des pêcheurs. L'accroissement du trafic fluvial ainsi que l'agriculture les ont également désavantagés. Leur nombre a considérablement diminué bien qu'ils soient officiellement protégés.

Conservation[modifier | modifier le code]

Le gavial du Gange est l'une des espèces de crocodile asiatique les plus rares. L'espèce est considérée en danger critique d'extinction.

Autrefois, il fut décimé par une chasse intensive, une destruction de son habitat et par la compétition pour le poisson, qui constitue sa nourriture principale. Au milieu des années 1970, on estime sa population totale à 300 spécimens. Aujourd'hui, on évalue à environ 2 000[3] le nombre d'individus vivant à l'état sauvage en Inde, dont 1 000 sur la Chambal, mais le gavial reste une espèce menacée d'extinction.

Leur avenir dépend d'une rigoureuse mise en application de la loi et de l'observation de la règlementation restreignant le commerce des peaux. Une autre possibilité serait d'établir des réserves destinées à la reproduction dans des conditions se rapprochant le plus possible de leur habitat naturel.

Il existe peu de spécimens vivant en captivité et, dans la plupart des cas, les conditions n'ont pas été favorables à la reproduction.

Élevage conservatoire[modifier | modifier le code]

Gavial du Gange (Parc national de Chitawan, Népal, 1996)

Un élevage conservatoire est en cours au Parc national de Chitawan. Il comptait 16 nids en 1977 après que 300 adultes eurent été libérés. Plus de 5 000 juvéniles ont ensuite été libérés, en grande partie en habitat hostile, dans les cours d'eau indien et népalais et laissés à leur sort. La politique de réintroduction est donc un échec. L'extinction est évitée mais les pressions humaines sur les habitats sont telles que les ressources en poissons disponibles ne peuvent suffire aux gavials.

La Ferme aux Crocodiles, à Pierrelatte (France) est aussi partie prenante dans un projet de protection du gavial du Gange, le Gharial conservation project. Celui-ci a consisté à créer une réserve protégée pour ré-introduire et permettre la survie de cette espèce menacée au Népal.

Relation avec les Faux-gavial[modifier | modifier le code]

Si le Gavial du Gange est reconnu comme la seule espèce du seul genre de la famille des Gavialidae, il existe également des "Faux-gavial", le Faux-gavial d'Afrique et le Faux-gavial de Malaisie, ces deux espèces appartenant à la famille des Crocodylidae, un famille cousine de celle du Gavial. Les deux espèces doivent leur nom de leur museau qui ressemble à celui du Gavial, qui est cependant moins long que celui de ce dernier. Comme le Gavial, ces deux espèces sont aussi en voie d'extinction pour les mêmes causes que lui, le braconnage et la surpêche.

Convergence évolutive[modifier | modifier le code]

Le Gavial du Gange partage comme principale similitude avec le Faux-gavial de Malaisie, un museau plus long et fin que les autres espèces de crocodiles, trait physique également remarqué chez le Faux-gavial d'Afrique, bien que celui du Faux-gavial de Malaisie et celui d'Afrique soient moins long. Etant dans des familles différentes, cette particularité pourrait s'expliquer par un phénomène de Convergence évolutive, dont le résultat est l'acquisition d'un trait caractéristique a plusieurs êtres vivant, mais non hérité d'un ancêtre commun à ces derniers, mais qui a évolué de façon indépendante.

Ce phénomène a pu être favorisé par le régime alimentaire, car celui des trois espèces de crocodiles se compose principalement, uniquement même pour le vrai gavial, de poissons, car le museau serait trop fragile pour s'en prendre à des créatures plus grosse. De part le fait, il s'agirait là aussi d'une spécialisation évolutive. Cependant, ce genre de phénomène peut être néfaste a long terme, car n'étant spécialisées que dans la pêche, ces trois espèces pourrait disparaître si leur seul proies de prédilections venaient à disparaître elles aussi, ce qui est déjà en parti l'une des causes de leur raréfactions dût à l'activité humaine.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Gmelin, 1789 : Caroli a Linné Systema naturae. 13. ed., Tom 1 Pars 3. G. E. Beer, Lipsiae, p. 1033-1516.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Référence Reptarium Reptile Database : Gavialis gangeticus 
  2. a et b Crocodile Specialist Group [1]
  3. Aufray : Gangetic Gharial (Gavialis gangeticus) situation in the world, population and conservation measures in Nepal. texte intégral

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :