Gauliga Marches de l'Est

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir Gauliga.
Gauliga Marches de l’Est
Carte de l'Allemagne nazie après expansion
Carte de l'Allemagne nazie après expansion
Généralités
Sport Football
Création 1938, renommée, en 1942, en Gauliga Danube-Territoire des Alpes
Disparition 1945
Organisateur(s) NSRL
Flag of Nazi Germany Allemagne nazie
Éditions 7
Catégorie Gauliga
Périodicité Annuelle
Lieu(x) Territoires annexés :
Drapeau : Autriche Autriche
Drapeau : République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
Hiérarchie
Hiérarchie Division 1

Palmarès
Plus titré(s) First Vienna (3 titres)

La Gauliga Marches de l’Est (en Allemand: Gauliga Ostmark) fut une ligue de football (de Division 1) imposée par le NSRL en 1938.

Cette Gauliga fut créé immédiatement après l'annexion (Anschluss) de l'Autriche par l'Allemagne hitlérienne en 1938. Très rapidement, les Nazis réorganisèrent administrativement l'ancienne Autriche comme ils l'avaient fait pour l'Allemagne. Le pays fut renommé "Ostmark" afin d'enlever toute trace d'une ancienne indépendance avec le Reich. Le territoire autrichien fut découpé en sept "Gaue" (Carinthie, Danube inférieur, Danube supérieur, Salzbourg, Styrie, Tyrol-Vorarlberg et Vienne).

En 1941, la plus grande part du Nord de l'ancien Royaume de Yougoslavie fut rattachée aux Gaue de Carinthie et Styrie. En avril de la même année, la Gauliga prit le nom de Gauliga Danube-Territoires alpins. Toutefois aucun club "yougoslave" ne participa aux compétitions.

Généralités[modifier | modifier le code]

La Gauliga Marche de l’Est fut instaurée en 1938 et remplaça l’ancienne plus haute division autrichienne, la Nationalliga.

L’Autriche fut renommée Ostmark par les Nazis, car ceux-ci voulaient faire disparaître toutes traces de l’ancienne indépendance de ce pays par rapport à leur IIIe Reich. Ce fut aussi pour cette raison que certains clubs durent modifier leur appellation, comme l’Austria Vienne qui le SC Ostmark, dès avril 1938. Mais cette décision fut révoquée deux mois plus tard l’Austria devint un des seuls, si pas le seul, à être autorisé à porter l’ancien nom du pays[1].

Contrairement à l’ancienne Nationalliga autrichienne, la Gauliga était (supposée) êtres strictement amateur[2].

La Gauliga Marche de l’Est débuta avec dix clubs. Six venaient de l’ancienne plus haute division autrichienne. Ils étaient tous localisés à Vienne. Les quatre autres étaient le champion de l’ancienne 2e niveau, la Wiener Liga et les trois champions de ligues régionales : Danube inférieur, Danube supérieur et Styrie.

À cette époque, ce ne fut en fait que la seconde fois de l’Histoire que des équipes autres que Viennoises participaient à la plus haute division. Jusqu’en 1937, il n’y eut que des clubs de Vienne [3].

Lors de sa première saison, la Gauliga Marches de l’Est vit dix équipes s’affronter par matches aller/retour. Le champion participa à la phase finale du championnat national. Les trois derniers classés furent relégués. Pour la saison 1939-1940, la ligue fut réduite neuf équipes, dont seul le dernier classé fut relégué.

En 1940-1941, la ligue revint à un total de dix clubs. Après l’occupation par les Nazis, de l’ancien Royaume de Yougoslavie, en avril 1941, de grandes parts de ce pays furent ajoutés au deux Gaue les plus au Sud (Carinthie et Styrie). La Gauliga prit alors le nom de Gauliga Danube-Territoires alpins, mais aucune équipe yougoslave n’y participa.

À la suite du forfait du Sturm Graz, la ligue n’eut que neuf clubs en 1941-1942. La saison suivante, onze équipes furent alignées, puis redescendit à nouveau à neuf en 19431944.

La saison 1944-1945 débuta mais en raison de l'évolution de la guerre, les compétitions s'arrêtèrent alors que neuf des dix-huit journées prévues avaient été disputées. Les dernières rencontres eurent lieu le [4].

Après la reddition de l'Allemagne nazie[modifier | modifier le code]

Dès la fin du guerre, la Yougoslavie retrouva sa souveraineté mais fut placée sous contrôle soviétique. Comme celui de l'Allemagne, le territoire de l'Autriche fut partagé en quatre zones d'occupation, attribuées chacune à un des pays Alliés (France, Grande-Bretagne, URSS et USA. Comme Berlin, la capitale Vienne fut aussi partagée en quatre secteurs d'occupation.

Du point de vue du football, les équipes yougoslaves composèrent leur championnat national. La Fédération autrichienne, l'ÖFB retrouva ses pleins droits (elle avait été dissoute par les Nazis). À partir de 1949, elle organisa un championnat appelé Staatsliga.

Équipes talentueuses[modifier | modifier le code]

Les clubs autrichiens qui participèrent à la Gauliga Marches de l'Est, figurèrent parmi les meilleures équipes de cette période troublées. Dès le milieu des années 1920, sous l'impulsion d'Hugo Meisl, l'Autriche fut le premier pays du continent européen à se doter d'une ligue professionnelle de football. Avant l'Anschluss, l'équipe nationale autrichienne était une des meilleures sélections nationales et fut d'ailleurs surnommée, la Wunderteam, la merveilleuse équipe.

Il n'y eut donc rien d'étonnant à ce que le Rapid Vienne enlève le titre allemand en 1941. Cette victoire conquise à Berlin devant 100 000 spectateurs, fit grincer des dents à plus d'un Nazi. Schalke 04 mena (3-0), après une heure de jeu mais fut finalement battu (3-4) [5]. L'Admira Vienne et le First Vienne parvinrent aussi en finale, mais ils se heurtèrent au grand Schalke de l'époque.

Le film Das große Spiel, réalisé en 1942 par Robert Stemmle et qui raconte l’histoire d'un équipe allemande fictive, baptisée Gloria 03, utilise en illustration des images captées lors de la fameuse finale Schalke 04-Rapid Vienne de 1941[6].

Dans la Tschammer Pokal (ancêtre de l'actuelle DFB-Pokal), les équipes autrichiennes se mirent aussi en évidence. Le Rapid Vienne en remporta une, alors que le First Vienna enleva la dernière édition organisée en 1943.

Clubs fondateurs de la Gauliga Marches de l'Est[modifier | modifier le code]

Ci-dessous, les 10 clubs qui créèrent la ligue en 1938 et leur résultats en fin de saison 19371938:

Champions et Vice-champions de la Gauliga Marches de l'Est[modifier | modifier le code]

Saisons Champions Vice-champions
1938–39 SK Admira Vienne SC Wacker Vienne
1939–40 SK Rapid Vienne SC Wacker Vienne
1940–41 SK Rapid Vienne SC Wacker Vienne
1941–42 First Vienna FC Vienne
1942–43 First Vienna Wiener AC
1943–44 First Vienna Floridsdorfer AC

Classements dans la Gauliga Marches de l'Est de 1938 à 1945[modifier | modifier le code]

Club 1939 1940 1941 1942 1943 1944 1945
SK Admira Vienne 1 5 5 8 10 6
SC Wacker Vienne 2 2 2 6 9 8 2
SK Rapid Vienne 3 1 1 3 6 7 1
Wiener SC 4 3 6 7 4 9 7
First Vienna 5 4 3 1 1 1 3
FK Austria Vienne 6 6 4 4 5 5 9
Amateure Fiat Wien 7 8
Grazer SC 8 9
SK Amateure Steyr 9
Reichsbahn Wacker Wiener Neustadt 10
FC Vienne 7 7 2 7 4 4
Floridsdorfer AC 8 5 3 2 5
Linzer ASK 10
Post-SV Wien 9
Wiener AC 2 3 8
Reichsbahn SG Wien 8
SK Sturm Graz 11
Luftwaffen-SV Markersdorf 6
SC Rapid Oberlaa AC 10

Source:« Gauliga Ostmark », Das deutsche Fussball-Archiv (consulté le 24 juin 2008)

  • La saison 19441945 ne fut pas terminée et n'est pas officiellement reconnue par l'actuelle fédération autrichienne (ÖFB). Ce tableau indique les positions après neuf matches (sur 18 prévus) joués.
  • Sturm Graz déclara forfait lors de la saison 1941-1942.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fußball unterm Hakenkreuz - »Wer's trotzdem blieb« - die Austria (in German) author: David Forster and Georg Spitaler, published: 10 March 2008, accessed: 24 June 2008
  2. Steirischer Fußballverbande – Histoire de la Fédération de Styrie (en allemand) – 1938, accessed: 24 June 2008
  3. RSSSF.com – Classements des ligues autrichiennes– 1937–38 accessed: 23 June 2008
  4. Steirischer Fußballverbande – Verbandsgeschichte – 1945 (in German), accessed: 24 June 2008
  5. (de)Mit Rapidgeist zum Rekordmeister Der Westen.de, author: David Nienhaus, published: 8 January 2008, accessed: 24 June 2008
  6. Goethe Institut – Das große Spiel

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]