Gauche démocratique (Sénat)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gauche démocratique
Image illustrative de l’article Gauche démocratique (Sénat)
Chambre Sénat
Fondation 1892
Fusion de Différents courants radicaux
Disparition 1989
Ancien(s) nom(s) Gauche démocratique radical et radical-socialiste (1908-1948)
Rassemblement des gauches républicaines et de la gauche démocratique
(1948-1952)
Gauche démocratique et du rassemblement des gauches républicaines
(1952-1956)
Gauche démocratique (1956-1989)
Fusionné dans Rassemblement démocratique européen
Partis membres Parti radical, Radicaux indépendants, RGR
Positionnement Gauche (1892-1926)
Centre gauche (1926-1940)
Centre à centre droit (1945-1989)
Idéologie Radicalisme, Social-libéralisme

La Gauche démocratique (GD) est un groupe parlementaire français formé sous la Troisième République au Sénat.

Historique[modifier | modifier le code]

Le groupe de la Gauche démocratique se constitue en 1892[1] avec une quarantaine de membres et grimpant à 50 élus en 1894[2]. Il regroupe les sénateurs radicaux et radicaux socialistes, cette création faisant partie du processus de fondation du Parti radical.

Pour mieux correspondre aux idées de ses membres, il change de nom en 1907 pour celui de Gauche démocratique radicale et radicale-socialiste.

C'est le groupe longtemps majoritaire du sénat (il à compté plus de 160 sénateurs), qui regroupe les différents radicaux (Radicaux socialistes, Radicaux indépendants), ainsi que l'aile gauche de l'Alliance démocratique.

Malgré ce regroupement large, le groupe est largement contrôlé par le parti radical.

En 1948, pour marquer le coup de la nouvelle alliance autour du parti radical, le groupe est rebaptisé Groupe du Rassemblement des gauches républicaines et de la gauche démocratique.

Puis en 1952, pour tenir compte de l'histoire et de l'équilibre interne de l'alliance, les noms sont inversés : groupe de la Gauche démocratique et du Rassemblement des gauches républicaines.

Le Front républicain marque la scission entre les deux organisations, le parti radical suivant Pierre Mendès France, le RGR s'autonomisant et poursuivant son chemin vers la droite et le CNIP. Le groupe reprend son nom originel de Gauche démocratique en 1956.

Encore numériquement important sous la IVe République et au début de la Ve avec Gaston Monnerville (56 membres), le groupe connaît ensuite un certain déclin (35 sénateurs en 1986).

En 1989, devant la diminution continue de ses effectifs, un nouveau nom est trouvé : Rassemblement démocratique européen (RDE). Il cherche à rassembler plus largement que les radicaux de droite ou de gauche, en accueillant des divers gauche ou droite, ainsi que des dissidents d'autres partis.

Présidents[modifier | modifier le code]

Arthur Ranc, premier président du groupe de la Gauche démocratique.

Le groupe est présidé par les sénateurs suivants[3] :

Figures notables[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.senat.fr/evenement/archives/D21/gd2.html
  2. Fabien Conord, « Chapitre II. Le temps des choix : République ou monarchie ? (1875-1885) », dans Les élections sénatoriales en France : 1875-2015, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », (ISBN 978-2-7535-5562-4, DOI 10.4000/books.pur.45625, lire en ligne), p. 18–45
  3. « Liste des présidents du groupe », sur rdse-senat.com (consulté le ).