Gauche critique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un parti politique image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un parti politique italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2008).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Gauche critique
Image illustrative de l'article Gauche critique
Logo officiel.
Présentation
porte-parole Flavia D'Angeli, Piero Maestri, Franco Turigliatto
Fondation 8 décembre 2007
Disparition 30 juillet 2013
Siège via Circonvallazione Casilina, 72-74 - Rome
Journal Erre
Positionnement Extrême gauche
Idéologie Anticapitalisme, féminisme, écosocialisme, trotskisme, anti-stalinisme
Affiliation européenne Gauche anticapitaliste européenne
Affiliation internationale Quatrième Internationale - Secrétariat unifié
Couleurs rouge, fuchsia
Site web http://www.sinistracritica.org/

La Gauche critique (en italien, Sinistra critica) était une organisation politique italienne d'extrême gauche, section italienne de la Quatrième Internationale - Secrétariat unifié.

D'abord interne au Parti de la refondation communiste, puis devenue externe depuis , elle est née comme une simple motion au VIe Congrès de ce parti. Elle porte également le nom de « Erre », comme la revue du même nom.

Elle a comme représentants de premier plan, l'ancien sénateur Luigi Malabarba, le sénateur Franco Turigliatto, le député Salvatore Cannavò, Lidia Cirillo et Flavia D'Angeli, cette dernière étant candidate au poste de Présidente du Conseil des ministres en . Elle y obtient 167 683 voix (0,46 %) et aucun élu. En désaccord avec Révolution civile, elle décide de ne pas se présenter lors des élections générales italiennes de 2013, faute d'avoir réussi à fédérer la gauche radicale italienne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]