Gaston de Pawlowski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Gaston Palewski.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pawlowski.
Gaston de Pawlowski
Gaston de Pawlowski.JPG
Portrait photographique de Pawlowski reproduit dans la Vie au grand air du 11 février 1904.
Fonctions
Directeur
Le Vélo
depuis
Rédacteur en chef
Comœdia
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Pseudonymes
G. de Pawlowski
W. de Pawlowski
Williams PawlowskiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Œuvres principales
  • Paysages animés (1909)
  • Voyage au pays de la quatrième dimension (1911)
  • Inventions nouvelles et dernières nouveautés (1916)
Tombe de Gaston de Pawlowky - Père Lachaise abc4.JPG
Tombe de Pawlowky au Père-Lachaise, avenue Saint Morys.

Gaston de Pawlowski (né le à Joigny – mort le à Paris) est un écrivain français, auteur de quelques livres satiriques, docteur en droit, critique littéraire, dramatique et artistique, reporter sportif. Il est surtout connu pour son roman de science-fiction Voyage au pays de la quatrième dimension (1911).

Biographie[modifier | modifier le code]

photo : cyclistes
Cyclistes à la fête de Comœdia en 1910.

D'un père ingénieur à la Compagnie de l'Ouest et d'une mère née Valérie de Tryon-Montalembert[1], Gaston de Pawlowski passa toute son enfance à Paris, suivit les cours du lycée Condorcet puis à École des Sciences politiques[1],[2] et à l’École du Louvre[3]. Pawlowski est l'ami de Tristan Bernard[4], d'Alfred Jarry et d'Apollinaire[5],[6] et correspondant de Marcel Proust[7]. Il pratique le vélo, les courses automobiles et l'alpinisme. Il est aussi bibliophile[1].

Dès sa vingtième année, il collabore à l'hebdomadaire Le Rire. En tant que journaliste, il est très lié à Pierre Lafitte qui l'embauche dès le premier numéro de La Vie au grand air. Il est nommé directeur de l'hebdomadaire Le Vélo en janvier 1904, rédacteur en chef de l'hebdomadaire culturel Comœdia, en 1907. Il participe aux débuts du journal Le Canard enchaîné en 1916 et écrit des articles critiques pour Les Annales politiques et littéraires dans les années 1920[8],[9].

Gaston de Pawlowski signait indifféremment G. de Pawlowski et W. de Pawlowski, parfois Williams Pawlowski[4]. Il utilisait aussi le pseudonyme « L’Éléphant à pétrole[10]. »

En 1902, il publie deux faux journaux politiques, dans Le Rire : La Veilleuse Nationale et La Torche. L'ensemble des numéros, accompagnés d'inédits, furent imprimés en 1906, sous la forme d’une plaquette. Gaston de Pawlowski a rédigé l'ensemble des articles, utilisant de nombreux pseudonymes : Annunzi, Cent-Patries, Henri du Gadouard, Édouard Laferme, Hippocrate Lagneau, Baron Lombart de la Villotière, Paul de Mounine, Joao de Lama-Castro, Ivan Lougarine, Robert Quiberon, Nicolas Soukloch, Rodolphe Souvenir, O.-J.-W. Knut Thomson et Jacques Vueil[11].

Certaines sources biographiques récentes indiquent qu'il fonda l’Union vélocipédique de France, or, l'U.V.F. fut créée le 6 février 1881 : Gaston de Pawlowski n'avait que six ans. Toutefois, « pendant dix ans, de 1894 à 1904, fit partie du Comité directeur de l’Union Vélocipédique de France et présida la Commission de tourisme »[12]. Il faut noter que, « dès ses débuts, G. de Pawlowski publie des fantaisies dans divers journaux sportifs, tels que le Bulletin officiel de l’Union vélocipédique de France, l’Écho des Sports de Paris, Vélodrôle, Véloce-sport et Bicyclette et Paris-Vélo[4] ».

L’U.V.F., rebaptisée Union des Vieux Français, la L.A.W. (League of Antics Wheelmen ou League of Automatics Wheelmen, selon les textes) et la L.V.B. (Ligue des Vieux Belges) apparaissent dans différents récits, tels que L’Horloger de Brooklyn et « Prédictions sportives pour la nouvelle année »[13].

Il composa des ouvrages comme La Philosophie du travail (1901, sa thèse de doctorat), et dirigea plusieurs périodiques au nombre desquels Le Vélo, L'Opinion, Comœdia (créé en octobre 1907, il est un temps rédacteur en chef jusqu'en 1914), Automobilia (1917)[1],[14], ou Spido-Journal, un périodique d'entreprise.

Pendant la guerre, il publie chaque semaine dans Le Rire rouge (Le Rire, ainsi renommé) ses Inventions nouvelles et dernières nouveautés, publiées en recueil en 1916. Il publie aussi dans La Baïonnette[15] et rédige Dans les rides du front.

Patrice Delbourgle décrit en deux lignes : « De taille gigantesque, comme son esprit et son intelligence, il s'apparente à une réplique de héros de Swift. Il se sert de son ironie contagieuse pour exprimer les idées les plus subversives, à l'abri de toute censure[16]. »

Mort d’une crise cardiaque[17], à Paris, le , il a été inhumé au cimetière du Père-Lachaise après des obsèques à l’église du Saint-Esprit. Chevalier de la Légion d’honneur depuis le [18], il était passé officier [19].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Autoportrait.
Caricature de la silhouette – imposante — de Gaston 'W' de Pawlowski par Jacquet, parue dans le 1er numéro de l'Auto-Vélo d'Henri Desgrange, le 16 octobre 1900 (soit 4 ans avant sa prise de la direction du Vélo, revue alors en fin d'existence).

Inventions nouvelles et dernières nouveautés[modifier | modifier le code]

Il y caricature sans méchanceté en les illustrant de nombreux exemples inventés les abus de la méthode scientifique. Cet ouvrage vise en particulier, outre les débuts d'une société de consommation et du gadget, le scientisme. La préface de ce livre résume la position de cette dernière mouvance[20] : « Démontons et classons avec méthode tous les rouages de notre montre. Il serait étonnant qu'à la fin du processus nous ne sachions pas enfin l'heure qu'il est ».

On y trouve dans l'ouvrage entre autres inventions surprenantes :

  • le mètre de poche ne mesurant que 10 cm[21]. ;
  • la baignoire à entrée latérale[22],[23] ;
  • le nouveau boomerang français qui, « pour prévenir tout risque d'accident, ne revient pas à celui qui l'a lancé[24],[25] ».

Gaston de Pawlowski s'y montre un précurseur — mais par le verbe et non l'image — du dessinateur Jacques Carelman.

Voyage au pays de la quatrième dimension[modifier | modifier le code]

couverture de livre
Voyage au pays de la quatrième dimension, 1912.

Ce roman développe le thème de la quatrième dimension, inauguré par Charles Howard Hinton en 1882 avec son essai Qu'est-ce que la quatrième dimension ?, où est exposée l'idée que le temps et l'espace ne sont que des illusions provoquées par la vision du monde à trois dimensions.

Dans le roman de Pawlowski, le narrateur raconte ses voyages dans le futur, que lui permet la quatrième dimension. Il va passer par l'âge du Léviathan, du Savant absolu et enfin de l'Oiseau d'Or. Ce texte est d'abord paru en feuilleton en 1911 dans le journal Comœdia que dirigeait Pawlowski.

L'auteur développe ici, sans forcément les nommer tels qu'on les connaît aujourd'hui, de nombreux thèmes de science-fiction devenus depuis des classiques[26] : les androïdes, la reproduction artificielle, le biomécanisme, la dictature de la science, etc.

Au-delà de son aspect précurseur, ce livre est un étrange mélange de fantastique et de science-fiction, d'humour, de nouvelles et de roman, de réflexions métaphysiques et même mystiques. L'écriture est peu narrative et s'apparente à une longue fresque sur l'histoire de l'humanité, sur la nature, sur l'Univers, qu'il décrit avec la rigueur d'un scientifique tout en s'armant de l'humour contre le scientisme.

Paru une première fois en 1912 à la Bibliothèque-Charpentier (Fasquelle), il est réédité en 1923 avec des illustrations de Léonard Sarluis.

Selon Jean Clair, le livre a, dès 1912, influencé Marcel Duchamp pour son œuvre Le Grand Verre[27],[28]. Duchamp évoque cet épisode dans les entretiens avec Pierre Cabanne[29] : « J'avais à ce moment-là essayé de lire des choses de ce Povolowski [sic] qui expliquait les mesures, les lignes droites, les courbes, etc. Cela travaillait dans ma tête quand je travaillais bien que je n'aie presque pas mis de calculs dans le Grand Verre. Simplement, j'ai pensé à l'idée d'une projection, d'une quatrième dimension invisible puisqu'on ne peut pas la voir avec ses yeux... »

Une réédition eut lieu à Bruxelles en 1945 aux éditions "La Boétie" avec des illustrations de Jean Tauriac et précédée d'un "Examen Critique" par l'auteur, non daté.

L'ouvrage a ensuite été réédité en poche dans la collection Présence du futur. En 2009, Brian Stableford a traduit le roman en anglais, sous le titre Journey to the land of the fourth dimension.

Les Billets de Paysages animés[modifier | modifier le code]

Composé d’un ensemble de vingt-six petits textes, le volume vibre entre poésie et dérision et offre un regard décalé sur ce monde en profonde transformation. Paysage urbain, sensations nouvelles, Gaston de Pawlowski trace les lignes de cette modernité dont il voit le déploiement. Le chapitre L’étrange voyage, qui décrit le premier voyage en train du narrateur, ne manque pas d’ironie et de férocité quant au tourisme balnéaire naissant. La description des milieux artistiques dans Au Salon, en trois portraits (Le riche amateur, L’amateur éclairé et Apoplexie), reste d’une cinglante actualité. En ces temps de foires, d’expositions d’arts diverses et variées, il est sûr qu’on croise toujours ces personnages esquissés par Pawlowski.

Œuvre[modifier | modifier le code]

« L'humour, c'est le sens exact de la relativité des choses... L'humour ne n'est pas le rire – le rire est un tribunal qui juge et condamne les ridicules en les comparant à la vérité admise qui fait ici. L'humour lui, n'est pas au service de la société mais des dieux. – Gaston de Pawlowski[30] »

Rééditions[modifier | modifier le code]

  • Voyage au pays de la quatrième dimension, Denoël, collection Présence du futur, 1962 ; Éditions Paréiasaure, 2002 ; Éditions Images modernes, 2004.
  • Inventions nouvelles, dernières nouveautés, Balland, 1973 ; Éditions Finitude, 2009.
  • Paysages animés, Éditions La Bibliothèque 2003.
  • « Nous étions trois amis intimes qui avions vingt ans aux alentours de 1897, Bottini, Launay et moi… (Récit biographique) », in Plein Chant no 80, 2005[34].
  • « Les Amours d’Antimoine et de Benzamide (Conte surhumain) », dans Le Boudoir des Gorgones no 17, février 2007.
  • « La Faillite de la science », dans Le Passé à vapeur, ArchéoSF, 2015.
  • « Les Idées de la planète Mars », dans Allo ! La Planète Mars, s.v.p. ?, Bibliogs, 2016.
  • « Androïdes » et « La Mort et la résurrection du rêve », in En attendant Robot… (De l’Anthropomorphisme au Mékanémorphisme), Bibliogs, 2017.
  • « Un Vieux de la vieille » et « Inventeurs », dans Légendes du Sport (Fantaisies sportives), Bibliogs, 2017.
  • « Le Secret des Fouilles de Glozel », dans Bafouilles préhistoriques (Vestiges d'un monde antédiluvien), Bibliogs, 2017.
  • La Bêtise universelle, Bibliogs, 2017. Contient une vingtaine de textes.
  • Par-delà l’Espace et le Temps, Bibliogs, 2017. Contient une vingtaine de textes.
  • L’Horloger de Brooklyn, Bibliogs, 2017.
  • « Vendôme-Bastille », dans Défi de l’air (De Icare, fils de Dédale, à l’an 2364), Bibliogs, 2018.
  • « Projet de Guerre perpétuelle », in Les Guerres futures, Bibliogs, 2018.

Inédits[modifier | modifier le code]

  • Le jeune homme d'apparence chétive et la femme d'une grande beauté[35]
  • Aristote à Paris[35]

Articles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Qui êtes-vous? : Annuaire des contemporains ; notices biographiques, vol. 3, Paris, G. Ruffy / Delagrave, , 806 p. (lire en ligne), p. 592.
  2. Sur ses origines familiales et ses années de jeunesse, on peut se reporter au no 80 de la revue Plein Chant (Bassac), court récit biographique intitulé Nous étions trois amis intimes qui avions vingt ans aux alentours de 1897, Bottini, Launay et moi.
  3. Archives nationales, « Dossier 19800035/1214/40059 », sur Base Léonore, (consulté le 17 juin 2019)
  4. a b et c Fabrice Mundzik, « Voyages dans l’Espace et le Temps », Par-delà l’Espace et le Temps, Bibliogs,
  5. Ferry 1990, p. 125
  6. Laurent Adert (Dir.) et Eric Eigenmann, L'histoire dans la littérature : actes du 2e colloque de la relève universitaire suisse en études littéraires, Université de Genève, 6-7 juin 1997, Genève, Librairie Droz, coll. « Recherches et rencontres » (no 15), , 349 p. (ISBN 978-2-60000-439-8, OCLC 50383896, notice BnF no FRBNF37647292, lire en ligne), p. 324.
  7. Volume 13 de la correspondance.
  8. « Les Annales politiques et littéraires : revue populaire paraissant le dimanche / dir. Adolphe Brisson », sur Gallica, 1883–1928 (consulté le 6 avril 2015)
  9. Premières critiques dans Les Annales politiques et littéraires en 1921 disponible sur Gallica.
  10. Fabrice Mundzik, « L’Éléphant à pétrole », La Bêtise universelle, Bibliogs,
  11. Fabrice Mundzik, « Une Terrible campagne électorale », La Bêtise universelle, Bibliogs,
  12. Anonyme, « Gaston de Pawlowski, rédacteur en chef d’Automobilia », Automobilia,‎
  13. Gaston de Pawlowski, La Bêtise universelle, Bibliogs,
  14. Sur Gallica
  15. La Baïonnette no 122 de 1917 : dossier « Les inventeurs ».
  16. Delbourg 2008, p. 174.
  17. Delbourg 2008, p. 177.
  18. Archives nationales, « Dossier 19800035/1214/40059 », sur Base Léonore, (consulté le 17 juin 2019)
  19. Archives nationales, « Dossier 19800035/1214/40059 », sur Base Léonore, (consulté le 17 juin 2019)
  20. Pawlowski 1916, p. VI.
  21. Gaston de Pawlowski, Inventions nouvelles & dernières nouveautés, Bordeaux, Finitude, , p. 71.
  22. Pawlowski 1916, p. 12.
  23. Passage disponible sur Gallica
  24. Pawlowski 1916, p. 114.
  25. Pawlowski 2009, p. 17.
  26. Delbourg 2008, p. 175.
  27. Ferry 1990, p. 126.
  28. Cornevin 2004, p. 4–5.
  29. Pierre Cabanne et Marcel Duchamp, Entretiens avec Marcel Duchamp, Paris, Belfond, coll. « Collection Entretiens », , 218 p. (OCLC 2131839, notice BnF no FRBNF37656371)
  30. Phrases citées par Frédéric Lefèvre, Une heure avec... : G. Courteline, 13 janvier 1923, Laval, Siloë, , 335 p. (ISBN 2842310128, OCLC 36453633), p. 85–86.
  31. On compte aussi une édition de poche chez Présence du Futur / Denoël, une édition en 2004 avec une préface de Jean Clair chez Images modernes et enfin une édition présentée par Éric Walbecq suivie de la correspondance inédite de l'éditeur et des lecteurs adressée à l'auteur chez L’Autruche guatémaltèque editore (OCLC 470097380). En 1945, une édition avec des illustrations de Jean Tauriac aux Editions "La Boétie", (OCLC 902223214).
  32. Rééditions : Balland, 1973 (notice BnF no FRBNF35226751) et Finitude, 2009 (notice BnF no FRBNF42057533)
  33. Réédition : La Bibliothèque, 2003 avec une préface d’Éric Walbecq.
  34. Informations sur La Vie d’artiste
  35. a et b Fabrice Mundzik, « Le Siècle des mécaniciens, selon G. de Pawlowski », L’Horloger de Brooklyn, Bibliogs,  :

    « Le Jeune homme d’apparence chétive et la Femme d’une grande beauté fut publié en novembre 1922, dans la revue Le Chat noir. [...] La série « Aristote à Paris » apparaît [...] dans Comœdia, mais aussi dans L’Auto-Vélo. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Luc Ferry, Homo Aestheticus : l'invention du goût à l'âge démocratique, Grasset, coll. « Collège de philosophie », , 441 p. (ISBN 2246381215, OCLC 22358367, lire en ligne), Gaston de Pawlowski, Choses d'Amérique, p. 125-126.
  • Éric Walbecq, « Gaston de Pawlowski : Inventions nouvelles et dernières nouveautés », dans Le Visage Vert [2e série] no 4, 1998.
  • Jean de Palacio, Le silence du texte : poétique de la décadence, Louvain, Peeters Publishers, coll. « République des lettres » (no 9), , 263 p. (ISBN 2-87723-714-1, OCLC 53961473, notice BnF no FRBNF39069112)
  • Étienne Cornevin, Humour paria : la dimension exclue, Nîmes, École Supérieure des Beaux Arts de Nîmes, coll. « Hôtel-Rivet » (no 4), , 30 p. (ISBN 2-914215-03-7, OCLC 469488457, notice BnF no FRBNF39921414, lire en ligne)
  • Patrice Delbourg (ill. Sylvain Gibert), Les jongleurs de mots : de François Villon à Raymond Devos, Paris, Écriture, , 602 p. (ISBN 2909240800, OCLC 264018140, notice BnF no FRBNF41351901, lire en ligne), Gaston de Pawlowski, Inventeur Tout azimuts, p. 174–177.
  • Éric Dussert, « Relire Gaston de Pawlowski », dans Brèves no 90, 2009.
  • Éric Dussert, « Gaston de Pawlowski », dans Une forêt cachée, La Table Ronde, 2013.
  • Fabrice Mundzik, « Voyages dans l’Espace et le Temps », dans Gaston de Pawlowski, Par-delà l’Espace et le Temps, Bibliogs, 2017.
  • Fabrice Mundzik, « Le Siècle des Mécaniciens, selon G. de Pawlowski », dans Gaston de Pawlowski, L’Horloger de Brooklyn, Bibliogs, 2017.
  • Fabrice Mundzik, « Les Aventures du docteur Crassenberg, du célèbre Mock Turtle et de M. Léon », « Une Terrible campagne électorale » & « Voyage dans le temps de L’Éléphant à pétrole », dans Gaston de Pawlowski, La Bêtise universelle, Bibliogs, 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :