Gaston Virebent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gaston Virebent
Gaston Virebent 1869.jpg
Naissance
Décès
(à 87 ans)
Launaguet
Nationalité
Activités
Formation
Maître
Père

Gaston Virebent (Toulouse, - Launaguet, [1]) était un graveur et céramiste toulousain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils aîné de l'architecte Auguste Virebent et de Jeanne Céline Miegeville. Après des études à l'École des Beaux-Arts de Toulouse, il se forme à Paris chez l'ornemaniste Liénard et dans l'atelier de l'émailleur Joseph Devers.

Cette formation se poursuivit par un voyage en Italie dont il rapporta de nombreux carnets couverts de croquis où il puisera son inspiration tout au long de sa vie.

En 1869 il épousa Gabrielle Roumengas avec qui il eut 6 enfants dont deux fils : Raymond (1874-1965) et Henry (1880-1963) qui poursuivirent séparément l'œuvre paternelle.

Travaux[modifier | modifier le code]

Peu après le décès de son père (1857), Gaston Virebent reprit la manufacture de Miremont à Launaguet, qu'il dirige dès 1861, lui insufflant de nouvelles lignes directrices.

Décorateur et céramiste il donna sa préférence à la statuaire religieuse (avec l'aide du sculpteur Clerc) et au mobilier sacré (autel, chaire, baptistère...) Nombre d'églises du Sud de la France portent la marque des ateliers de Gaston Virebent :

Mais aussi le tympan de l'église de Saint-Denis de la Réunion ou le décor de céramique de l'église Sainte-Clotilde à Paris. Gaston Virebent dota aussi de rinceaux entremêlés de putti émaillés, inspirés de la Renaissance italienne, les châteaux de Villebrumier, Pibrac, Lavelanet[2]. Ceux de Pompignan et Hinx virent leurs salles à manger lambrissées d'assiettes et de panneaux décoratifs de céramique bleue.

De son maître Lienard, il garda le goût pour les compositions éclectiques complexes lui permettant d'augmenter le catalogue de la manufacture de nombreux modèles de cheminées monumentales pittoresques. À sa mort en 1925, son fils Raymond reprit la manufacture, tandis qu'Henri fondait à Puy-l'Évêque une usine de céramique industrielle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Relevé généalogique sur Geneanet
  2. Nelly Desseaux-They, in La Dynastie Virebent, une histoire de terre, Terrefort, 2015

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nelly Desseaux, Auguste Virebent architecte briquetier, Université Toulouse-le-Mirail, 1981, 37 pages.

Liens externes[modifier | modifier le code]