Gaston Pineau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gaston Pineau
2Gaston Pineau.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (78 ans)
Nationalités
Activité

Gaston Pineau, né le , est un professeur des universités honoraire en science de l'éducation de l'université de Tours. Ses travaux s'inscrivent dans le champ des sciences de l'éducation et de la formation où il a développé une théorie de la formation permanente « en deux temps (expérientiel/formel), trois mouvements (autonomisation, sociologisation et écologisation) », grâce à une approche des histoires de vie alternant autoformation, socioformation et écoformation avec une ingénierie de formation transdisciplinaire[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

À vingt ans, Gaston se forme comme ouvrier agricole, en France et en Espagne[2]. Sa militance dans le mouvement de paix Pax Christi lui fait découvrir l’université et les sciences de l’éducation et, il entreprend, en 1967, des études de sciences de l’éducation à l’université Paris-Sorbonne. Il y soutient une thèse en 1973, sous la direction de Joffre Dumazedier, intitulée Rôle et système nouveaux en éducation. Approche systémique d’un service universitaire d’éducation permanente[3], thèse qu'il publie, en 1980, sous le titre : Les combats aux frontières des organisations.

Il devient conseiller d’orientation pour adultes (1968-1969) au CUCES de Nancy, et se trouve confronté aux nécessités de reconversion des mineurs de Lorraine. Il est recruté par l’université de Montréal au Québec, comme responsable de recherche dans une faculté d’éducation permanente (1969-1985). En 1984 il publie Produire sa vie : autoformation et autobiographie et soutient à Tours, sous la direction de Georges Lerbet, une thèse de doctorat d’État intitulée : Temps et contretemps en formation. En 1985, il prend un poste d’enseignant-chercheur à l’université François-Rabelais de Tours[4] et privilégie l’approche des histoires de vie comme méthode de recherche et de formation. Il y dirigera une cinquantaine de doctorats[5] et d’habilitations à diriger des recherches. En 1996, il crée la collection Histoires de vie et formation aux éditions L’Harmattan[6]. Il est également auteur et co-auteur d'une série d’ouvrages explorant les liens entre l’histoire de vie et la formation humaine dans une perspective transdisciplinaire. Gaston Pineau devient professeur émérite en 2007.

Depuis 2014, Gaston Pineau est membre chercheur émérite du Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté (Centr’ERE) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM)[7].

Publications[modifier | modifier le code]

  •  Le feu vécu. Expériences de feux éco-transformateurs, coord., 2015, ( en coll. avec Pascal Galvani et Mohammed Taleb) Paris, L'Harmattan, 322 p. Préface de Jean-Jacques Wunenburger.
  • De L'air. Essai sur l'écoformation, coord., 2015 (1ère ed.1992), Paris, L'Harmattan, 270 p. Préfaces de Madame Gro Harlem Brundtland et de Guy Brasseur.
  • Les histoires de vie, 2013, (4e ed., 1re ed. 1993), (en collaboration avec Jean-Louis Legrand), Paris, PUF,  127 pages. (Droits de traduction achetés par des éditeurs chinois, italien et brésilien).
  • As historias de vida, 2012, ( en coll. avec J.-L. Le Grand), Natal, Edufern (Universidade Federal do Rio Grande do Norte), (Trad. Des Histoires de vie).
  • Histoires de nuits au cours de la vie, coord., 2012,(en coll. avec Martine Lani-Bayle et Catherine Schmutz-Brun), Paris, l'Harmattan, 354 p. Préface d'André de Peretti.
  • Rendez-vous en Galilée - Journal de voyage à vélo Tours-Galilée, 2012, Paris, l'Harmattan, 238 p. - Préface d'Eloi Leclerc; postface de Pierre Dominicé.
  • Produire sa vie Autoformation et autobiographie, 2012,(1re 1983)(en coll. avec Marie-Michèle), Paris, Téraèdre, 419 p. Préface de Christine Delory-Momberger.
  • Histoires de morts au cours de la vie, coord., 2011, (en collaboration avec Martine Lani-Bayle et Catherine Schmutz-Brun). Paris, L'Harmattan, 324 p. Préface de Edgar Morin.
  • Alternatives socio-éducatives au Brésil. Expérience d’un master international, coord., 2009, (en collaboration avec Bachelart, Couceiro, Gimonet et Puig).Paris, L’Harmattan, 289 p. 
  • Le biographique, la réflexivité et les temporalités. Articuler langues, cultures et formation, coord., 2009,(en collaboration avec Dominique Bachelart). Paris, L’Harmattan, 196 p.
  • Penser l’accompagnement adulte. Ruptures, transitions, rebonds, coord., 2007, (en coll. Avec Boutinet, Denoyel, Robin) Paris, PUF, 369 p.
  • Habiter la terre. Écoformation terrestre pour une conscience planétaire, coord., 2005, (en coll. avec Bachelart D., Cottereau D., Moneyron A.) Paris, L’Harmattan, 292 p. Préfaces de Michel Lussault, Jean-Paul Deléage, Denis Chartier.
  • Se former à l’ingénierie de la formation, coord., 2005, (en coll. avec Patrice Leguy, Loïc Brémaud, Jacques Morin), Paris, L’Harmattan, 300 p. 
  • Transdisciplinarité et formation, coord., 2005,(en collaboration avec Patrick Paul), Paris, L’Harmattan, 222 p.
  • Temporalidades na formaçao, 2004, Sao Paolo, Triom (traduction de Temporalités en formation. Vers de nouveaux synchroniseurs, 2000).
  • Les eaux écoformatrices, coord., 2001, (en coll. avec René Barbier), Paris, L'Harmattan, 346 p.
  • Temporalités en formation. Vers de nouveaux synchroniseurs Paris, Anthropos, 208 p. (Traduit en portugais en 2004).
  • Accompagnements et histoires de vie , coord., 1998, Paris, Éditions L'Harmattan, 303 p.
  • Les transactions aux frontières du social, coord., 1998, (en coll. avec Marie-France Freynet et Maurice Blanc),  Lyon, Chronique sociale, 252 p.
  • Reconnaître les acquis, coord., 1998, (1re ed.1991)( en coll. avec Bernard Liénard, Monique Chaput), Paris, Éditions L'Harmattan, 227 p. 
  • La formation expérientielle des adultes, coord., 1991 (en coll. avec Bernadette Courtois), Paris, La Documentation Française, 349 p.
  • Histoires de vie, coord., 1989,  (en collaboration avec Guy Jobert ).Paris, l'Harmattan, tome1 “Utilisation pour la formation”, 239 p.; tome 2 « Approches multidisciplinaires » 286 p.
  • Les combats aux frontières des organisations : un cas universitaire d'éducation permanente, 1980, Montréal, Sciences et culture, 287 p. Préface de Guy Bourgeault.
  • Éducation ou aliénation permanente ? Repères mythiques et politiques, coord. 1977, co-édition Paris-Dunod et Montréal-Sciences et culture, 296 p.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrage sur Gaston Pineau[modifier | modifier le code]

Abels-Eber Christine,  coord., 2010, Gaston Pineau: Trajet d'un forgeron de la formation. Regards croisés de compagnes et compagnons de route. Paris, L'Harmattan, 329 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gaston Pineau », sur Association internationale des histoires de vie en formation et de recherche biographique en éducation, (consulté le 22 février 2017)
  2. Jean-Philippe Corbellini, « PATRIMOINE - Gaston Pineau », sur patrimoine.univ-tours.fr (consulté le 22 février 2017)
  3. « Rôle et système nouveaux en éducation: essai d'application d'une approche systémique à l'analyse d'un service universitaire d'éducation permanente; 1973 », sur unesdoc.unesco.org (consulté le 19 décembre 2016)
  4. Gaston Pineau, « Université Francois Rabelais - M. Pineau Gaston », sur www.univ-tours.fr (consulté le 19 décembre 2016)
  5. « Episodes et sociabilités autodidactiques. Pour une description compréhensive des relations sociales du sujet en situation d'autoformation », sur www.theses.fr (consulté le 19 décembre 2016)
  6. « Collections HISTOIRE DE VIE ET FORMATION », sur www.editions-harmattan.fr (consulté le 19 décembre 2016)
  7. « Gaston Pineau - Centre de recherche en éducation et formation relatives à l'environnement et à l'écocitoyenneté », Centre de recherche en éducation et formation relatives à l'environnement et à l'écocitoyenneté,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]