Gaston Mélingue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mélingue.
image illustrant un peintre image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un peintre français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Gaston Mélingue
Naissance
Décès
Nom de naissance
Gaston Georges Théodore Mélingue
Nationalité
Activité

Gaston Georges Théodore Mélingue, dit Gaston Mélingue, né à Paris en 1840 et mort dans cette même ville en 1914, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Docteur Edward Jenner (1749-1823) effectuant la première vaccination contre la variole en 1796, lithographie d'après l'œuvre de Gaston Mélingue (1879).
Un Épisode du siège de Lille (octobre 1792), gravure d'après l'œuvre de Gaston Mélingue (1891).

Fils aîné de l'acteur, sculpteur et peintre Étienne Mélingue (1807-1875), et de l'actrice et artiste-peintre Théodorine Thiesset (1813-1886), Gaston Mélingue voit le jour au no 22 rue Levert à Paris. Son frère puîné Lucien-Étienne Mélingue (1841-1889) poursuivra également une carrière de peintre. Ils ont une sœur.

Leur père leur réserve les dépendances de la maison de la rue Levert pour qu'ils puissent, sa mère, lui et son frère, avoir chacun leur atelier. Artiste spécialisé dans le genre de la peinture d'histoire, il fait de fréquents voyages à Caen et à Veules-les-Roses où son père a fait construire une maison.

Il meurt le 3 avril 1914 en laissant pour légataire universel le musée Carnavalet, cohéritier du de cujus avec l'École des beaux-arts de Paris.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Illustrations[modifier | modifier le code]

  • « La Tour d'Auvergne », Le Magasin Pittoresque, no 13, éd. de Jouvet et Cie, 1880, gravure de Charles Mayet et Eugène Best
  • « Les Enrôlements du 22 juillet 1792 », La Famille, no 117, 1er janvier 1882, pp.8-9, gravure de Trichon
  • « Siège de Lille en 1792 », Le Petit Journal, no 99, 1892
  • Alexandre Dumas, Une vie d'Artiste, [relatant la vie d'Étienne Marin Mélingue], Calmann-Lévy, 1902
  • Journal de L'Université des Annales, no 18, 1er septembre 1914, illustrations.

Salons[modifier | modifier le code]

    • 1881 : Les Enrôlements volontaires du 22 juillet 1792 ;
    • 1882 : Le Général Daumesnil à Vincennes (1815) ;
    • 1883 : Rouget de Lisle composant la Marseillaise ;
    • 1884 : Le Droit de première nuit ;
    • 1885 : Les Racoleurs ;
    • 1887 : Molière et sa troupe ;
    • 1888 : Le Quart d'heure de Rabelais ;
    • 1889 : Hoche en 1789 ;
    • 1890 : La Cigale et la Fourmi ;
    • 1891 : Épisode du siège de Lille (1792) ;
    • 1892 : Catinat, le lendemain de la bataille de Marseille ;
    • 1893 : Les Vendeurs de chair humaine ;
    • 1894 : Jeanne d'Arc et le capitaine Baudricourt ;
    • 1896 : Jean Bart, parmi les courtisans dans les salons du château de Versailles ;
    • 1902 : Guanhumara, d'après Les Burgraves de Victor Hugo.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Galerie Georges Petit à Paris, du 23 au 30 avril 1892.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Journal de l'université des annales, n°18, 1er septembre 1914
  • Jean-Claude Daufresne, Théâtre de l'Odéon : architecture, décors, musée, Éditions Mardage, 2004 (ISBN 2-87009873-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]