Gaston Leinekugel Le Cocq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Cocq.
Gaston Leinekugel Le Cocq
Naissance
Cambrai (Nord)
Décès (à 97 ans)
Perpezac-le-Blanc (Corrèze)
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Ingénieur hydrographe
Ingénieur constructeur
Autres activités
Président directeur général de la Société de construction métallique de la Corrèze à Larche (SCMCL)
Formation
École polytechnique
Ingénieur hydrographe de la Marine[1]
Distinctions

Gaston Leinekugel Le Cocq est un ingénieur français, né à Cambrai le , mort à Perpezac-le-Blanc le (à 97 ans).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est reçu 4e à l'École polytechnique en 1890. Il est élève ingénieur-hydrographe en 1892. Il embarque sur le vaisseau-école des officiers de marine Iphigénie en , jusqu'en 1893.

Les années suivantes il fait des campagnes à bord de l'aviso La Chimère, entre l'embouchure de la Loire en 1893 et la frontière espagnole en 1895-1896.

De 1899 à 1900, il participe à la campagne de Madagascar comme enseigne de vaisseau, en qualité d'ingénieur hydrographe. La reine Ranavalona III se rend. Pour la protéger, il a raconté qu'il l'a prise dans ses bras pour la conduire jusqu'à son navire qui l'a amenée à La Réunion. En 1899, il fait des relevés hydrographiques à Diego-Suarez. C'est pendant cette campagne qu'il a rencontré Georges Arnodin, fils de Ferdinand Arnodin[2].

Après son mariage avec la fille de Ferdinand Arnodin, le , il démissionne de la Marine, en 1901, pour travailler dans l'entreprise de son beau-père et le seconder sur la construction de ponts.

Il participa alors à la conception des différents ponts transbordeurs que réalise l'entreprise de Ferdinand Arnodin. En 1903, ils présentent une étude de pont transbordeur porte-train pour franchir la Seine entre Quillebeuf et Port-Jérôme.

Il met au point des méthodes de mesures de tension dans les câbles à l'aide de tensiomètres à l'occasion de la construction des ponts transbordeurs de Marseille et de Brest[3]

En 1900, le commandant Gisclard dépose un brevet de pont suspendu rigide. Ferdinand Arnodin obtient la licence exclusive des ponts suspendus Gisclard. Gaston Leinekugel Le Cocq va superviser la construction des premiers ponts de ce type : quatre ponts dans le Haut Ogoué, au Congo[4], et la passerelle Marguerite sur la Foa, en Nouvelle-Calédonie, en 1907[5].

Le a lieu les épreuves du pont de Cassagne. Après la fin des épreuves, le commandant Gisclard, Ferdinand Arnodin, Gaston Leinekugel Le Cocq et d'autres sont montés dans le train pour revenir. Les freins ayant lâché, Gaston Leinkugel Le Cocq a été blessé en sautant, le train étant sorti de la voie, le commandant Gisclard est tué et Ferdinand Arnodin est blessé.

Mise en service en 1912 du pont sur les gorges du Rhummel à Constantine, le pont suspendu Sidi M'Cid de 164 m de portée, 175 m au-dessus du fond des gorges[6]. Un peu plus tard, l'entreprise Arnodin a obtenu le marché de construction de la passerelle Perregaud.

En 1911, Ferdinand Arnodin a obtenu le marché de construction du viaduc des Rochers Noirs, ou pont de Lapleau, pont suspendu Gisclard permettant de franchir les gorges de la Luzège, à 92 m au-dessus de la rivière[7]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale est mobilisé en tant qu'ingénieur hydrographe de la Marine. En 1914 et 1915, il est attaché au service des ponts de l'arrière des armées d'opération. Il propose de construire des ponts suspendus pour remplacer les ponts détruits. Le système Pigeaud est adopté pour les portées allant jusqu'à 32 m en raison de leur facilité de montage. Pour les ponts de plus grande portée, c'est le système Gisclard qui est adopté en raison de sa meilleure résistance et sa plus grande rigidité. Pour la construction des ponts de type Gisclard, il met au point un type unique de tablier formé d'éléments légers. Ce type de pont est réalisé par les Ateliers Arnodin. Quinze ponts ont été construits sur ses plans :

Liste des ponts de type Gisclard
Lieu Date de montage Portée principale Département
Attichy
47,71 m
Oise
Creil
55,90 m
Oise
Jaux
82,30 m
Oise
Breuil-Vesle
80,00 m
Marne
Boran
70,00 m
Oise
Mareuil-sur-Ay
72,09 m
Marne
Pont-Saint-Maxence
81,50 m
Oise
Verneuil
70,00 m
Oise
Port-à-Pinson
75,50 m
Marne
Dormans
81,00 m
Marne
Pontoise
82,30 m
Val d'Oise
Pommiers
80,00 m
Aisne
Attigny-sur-Aisne
69,20 m
Ardennes
Braux-sur-Meuse
71,00 m
Ardennes
Cumières-sur-Marne
71,50 m
Marne

Il propose en 1915 d'utiliser les câbles pour remettre en état les ponts qui ne sont sectionnés que dans leur partie centrale. De à , il a été affecté à la fabrication du matériel militaire comme chef du service de fabrication des affûts et obus de l'Établissement d'Indret, en Loire-Atlantique et aux chantiers de la Loire, à Nantes et Saint-Nazaire, et aux ateliers de Bretagne, à Nantes. De à , il est affecté à l'Arsenal de Cherbourg où il supervise la construction d'obus de 75 avec comme objectif d'en fabriquer 8 000 par jour. EN 1918, nommé commandant, il est attaché à l'artillerie lourde sur voie ferrée, sous les ordres du général Maurin et du colonel Lucas Gérardville, pour assurer la construction d'affûts-trucks en béton de ciment armé pour des canons de marine de 320 centimètres[8].

Il profite de ses années de guerre pour réfléchir à des systèmes de construction de hangars pour le transport maritime et aérien[9].

Il est démobilisé en et nommé lieutenant-colonel pour ses services dans l'armée.

Après 1919[modifier | modifier le code]

Les brevets déposés par Gaston Leinekugel Le Cocq pendant la Première Guerre mondiale sont exploités par la Société des ateliers et chantiers de la Gironde.

L'usine hydroélectrique de Larche

Le , Gaston Leinekugel Le Cocq a acheté l'usine hydroélectrique de Larche (Corrèze) à l'audience des criées du tribunal de Brive. Après travaux, il transforme l'usine qui a pris le nom d'Établissements métallurgiques de Larche Gaston Leinekugel Le Cocq[10].

En 1922, il a obtenu sur sa conception[11] le pont suspendu système Gisclard de Lézardieux sur le Trieux avec une travée centrale de 111,86 m permettant une circulation routière et de la voie ferrée départementale Plouha-Paimpol-Tréguier[12]. La charpente métallique est fournie par les Ateliers et chantiers de la Gironde, la suspension par les Établissements métallurgiques de Larche et les Établissements Arnodin. Les épreuves de l'ouvrage sont faites le . Ce pont avait fait l'objet d'une controverse entre Ferdinand Baudin et Louis Harel de la Noë en 1913[13].

Construction du pont suspendu de Santa Fe

À partir du , il a participé comme ingénieur-constructeur avec les ateliers et chantiers de la Gironde à la construction du pont suspendu système Gisclard de Santa Fe de la Vera Cruz en Argentine. Le pont a une longueur totale de 295,40 m pour une travée centrale de 147,20 m. Les ateliers de Larche ont fourni les câbles. Le montage a commencé en . Il a été mis en service le . Le pont s'est effondré le mais a été reconstruit en conservant son aspect d'origine[14].

Passerelle suspendue de Deir-Ez-Zor sur l'Euphrate

Ferdinand Arnodin meurt le . Il est nommé administrateur provisoire de l'Établissement Arnodin avec Georges Arnodin, fils de Ferdinand, et l'expert comptable. Il a alors réalisé :

Ils ont terminé la construction du pont du Port-à-l'Anglais à Vitry-sur-Seine[17].

Il a obtenu, en 1925, le marché de construction du pont Libertador entre San Cristóbal (Venezuela) et Táriba sur le rio Torbes, inauguré le , centenaire du décès de Simón Bolívar[18]. Ce pont suspendu à une longueur de 172,70 m pour une travée centrale de 112,80 m. La construction du pont a été dirigée par l'ingénieur franco-italien Luis Ramozzi. Ce pont a été endommagé par une crue en 1943[19],[20].

Il obtient en 1926 le marché du pont suspendu Pont Général Juan Vicente Gómez de Guárico sur le rio Cuyuní, au Vénézuela, terminé en 1930, avec une portée de 120 m[21],[22].

En février et il fait un voyage d'études aux États-Unis où il visite avec les ingénieurs Leon Moisseiff et Ralph Modjeski les grands ponts suspendus. Il a présenté dans une conférence à la Société des ingénieurs civils les ouvrages visités[23].

Il obtient le marché de construction du pont suspendu de Montjean-sur-Loire en 1927 où il met en pratique première fois sur un pont, des poutres de suspension à triple articulations[24],[25]. Le pont comporte 6 travées pour une longueur totale de 464,55 m. Le pont est terminé en 1931 mais s'est effondré en 1935. Trois experts sont désignés : Albert Caquot, Louis Grelot et André Coyne. Dans leur rapport du ils incriminent la rupture à l'oxydation des câbles à l'intérieur des culots. Cette conclusion est contestée par l'entreprise et une contre-expertise conclut la cause au cahier des charges et à un manque d'entretien. Nouvelle expertise en 1946 suivi d'un arrêt du Conseil d'État en 1951 retenant la responsabilité de l'entreprise. Ce qui restait du pont avait été emporté par une crue de la Loire, le . Le nouvel ouvrage a été construit par les Établissements Baudin de Châteauneuf-sur-Loire mais a été dynamité en [26].

Construction du pont suspendu de Capens sur la Garonne, de 159 m de portée, en 1930, premier pont avec pylônes en béton armé.

Une crue emporte le pont suspendu de Veurey, sur l'Isère, dans la nuit du 23 au . Gaston Leinekugel Le Cocq emporte le marché de reconstruction en 1929. Le nouveau pont n'a aucun pylône dans le lit de la rivière, avec une seule travée de 209,35 m de portée. Il est mis en service le . Ses essais ne sont faits que le 7 et [27],[28].

En 1930, il a obtenu les travaux de réalisation du pont suspendu de Saint-Denis-de-Pile. Le pont s'est effondré pendant les épreuves le , entraînant la mort de plusieurs personnes dont son fils Jean, directeur de l'usine de Larche. Les experts vont conclure à une responsabilité partielle de l'entreprise. Les frais engagés vont entraîner la dissolution de l'ancienne société de Larche et la création d'une nouvelle, la Société de constructions métalliques de la Corrèze à Larche, en 1935. Son fils, Xavier Leinekugel Le Cocq, en est nommé administrateur. Le fond de l'ancienne société est racheté en 1937.

Le pont suspendu de Bonneuil-Matours

Le pont suspendu de Bonneuil-Matours réalisé en 1932 est le premier pont construit par Gaston Leinekugel Le Cocq n'ayant qu'un seul câble par ferme de suspension du tablier[29].

De à , l'entreprise de Larche construit le pont de Mananjary, dit Anjilajila, à Madagascar, avec une travée centrale de 159,35 m et deux travées latérales de 17 m de portée. Les piles et les culées sont construites par la Société industrielle et commerciale de Madagascar. Le tablier a été construit à 16,40 m au-dessus des eaux. Pendant le cyclône du , les eaux du fleuve sont montées de 15 m[30].

En 1934, il construit deux autres ponts à Madagascar :

  • pont suspendu de Kamoro, avec une travée centrale de 206,50 m[31],
  • pont de Betsiboka.

Les établissements de Larche construisent le pont suspendu de Mornay-sur-Allier avec une travée centrale de 79 m et deux travées latérales de 64 et 67 m de portée, inauguré le [32],[33].

En 1937 il reprend l'usine Arnodin de Châteauneuf-sur-Loire face à son beau-frère. Il achète tout le fond de la Société Arnodin et emporte à Larche la câbleuse. À partir de cette date, la charpente métallique de tous les ponts Arnodin-Leinekugel sortent de l'usine de Larche. L'usine de Châteauneuf-sur-Loire est vendue. En 1948, la Société de construction métallique de la Corrèze à Larche (SCMCL) change sa raison sociale pour devenir SCMCL et Établissements F. Arnodin Réunis. Une société est créée en Algérie, la Société des Établissements Nord-Africains des petits-fils Arnodin (ENAFA) pour construire des ouvrages en Afrique du Nord.

La mort de son fils dans un accident d'avion, en 1948, l'oblige à reprendre la direction de l'entreprise, à 81 ans[34].

En 1950, il fait un avant-projet de pont suspendu pour franchir la Manche en 12 ponts de 2 400 m de long ayant chacun une travée centrale de 1 200 m.

Il a cessé son activité de concepteur de ponts en 1958. Au total, entre les ponts des Établissements Arnodin et ceux des établissements de Larche, il a étudié, construit et réparé 393 ponts[35].

Famille[modifier | modifier le code]

Gaston Leinekugel Le Cocq s'est marié le avec Aline Arnodin, fille de Ferdinand Arnodin.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Ponts à transbordeur, p. 33-37, Le Génie civil, no 1119, (lire en ligne), planche III
  • Ponts à transbordeur (suite et fin), p. 49-55, Le Génie civil, no 1120, (lire en ligne), planche IV
  • Travaux publics : Transport de l'ancien pont à transbordeur de Bizerte, dans l'arsenal maritime de Brest, p. 449-453, Le Génie civil, no 1377, (lire en ligne), planche XXVII : pont transbordeur du port de Brest (lire en ligne)
  • Pont suspendu fixe (système Gisclard) de la Cassagne (Pyrénées-Orientales), p. 273-276, Le Génie civil, no 1393, (lire en ligne), planche XVI : pont suspendu système Gisclard à La Cassagne (lire en ligne)
  • Pont suspendu fixe (système Gisclard) de la Cassagne (Pyrénées-Orientales) (suite et fin), p. 293-295, Le Génie civil, no 1394, (lire en ligne)
  • Les ponts suspendus fixes, système Gisclard. Le pont de la Cassagne (Pyrénées-Orientales), p. 437-442, Le Génie civil, no 1452, (lire en ligne)
  • Les Nouveaux Ponts de Constantine (Algérie). I.- Pont suspendu semi-rigide sur le Rummel, p. 161-165, Le Génie civil, no 1542, (lire en ligne)
  • Pont suspendu fixe, système Gisclard, sur la Luzège (Corrèze), p. 81-85, Le Génie civil, no 1616, (lire en ligne), planche V (voir')
  • Pont suspendu fixe, système Gisclard, sur la Luzège (Corrèze) (suite et fin), p. 104-109, Le Génie civil, no 1617, (lire en ligne)
  • Passerelle suspendue de 135 mètres de portée reliant les usines des Établissements Arbel, à Douai, p. 349-353, Le Génie civil, no 1655, (lire en ligne)
  • Étude sur l'emploi des câbles aux armées. Passerelle suspendue pour le montage de ponts-routes à poutres droites, p. 477-481, Le Génie civil, no 1922, (lire en ligne), planche X pour les passerelles suspendues de type Pigeaud (lire en ligne), planche XI pour les ponts suspendus de type Gisclard (lire en ligne), planche XII pour un transporteur funiculaire pour la reconstruction des ponts (voir)
  • Étude sur l'emploi des câbles aux armées. Ponts semi-permanents suspendus, type Gisclard. Transporteur aérien à débouché variable.Dispositifs de relevage des ponts effondrés, p. 497-504, Le Génie civil, no 1923, (lire en ligne)
  • Constructions métalliques: L'application des câbles à la construction d'ateliers et de hangars pour avions ou dirigeables, à toiture suspendue, p. 205-211, Le Génie civil, no 2012, (lire en ligne), planche I (voir)
  • Constructions métalliques : Pont cantilever suspendu rigide, sur le Trieux, à Lézardrieux (Côtes du-Nord), p. 1-8, Le Génie civil, no 2238, (lire en ligne), planche I (voir)
  • Le développement des ponts suspendus rigides et les grands ponts suspendus en Amérique, p. 138-142, Le Génie civil, no 2347, (lire en ligne)
  • Pont suspendu rigide de Montjean, sur la Loire, avec fermes en arc à trois articulations, p. 341-346, Le Génie civil, no 2356, (lire en ligne)
  • La standardisation et les progrès des ponts suspendus modernes, Union Générale des Rhodaniens, Tain-l'Hermitage, 1931
  • Le pont suspendu de Bonneuil-Matours, sur la Vienne, p. 14-16, Le Génie civil, no 2603, (lire en ligne), planche I (voir)
  • Le nouveau pont suspendu de Veurey, sur l'Isère, p. 173-178, Le Génie civil, no 2662 (lire en ligne), planche I
  • Les grands ponts de Madagascar et la technique nouvelle des ponts suspendus, p. 46-47, Le Génie civil, no 2735, (lire en ligne)
  • Passerelle suspendue du barrage de l'Aigle avec câbles porteurs rigidifiés, système Baticle, p. 277-280, Le Génie civil, no 2797, (lire en ligne)
  • Les nouveaux ponts de Mornay-sur-Allier et la technique nouvelle de la construction des ponts suspendus, p. 1-6, Le Génie civil, no 2838, (lire en ligne), Remarques de R. Coquand
  • Résistance des matériaux : L'emploi de bâches remplies d'eau pour les épreuves de poids mort des ponts, p. 125-127, Le Génie civil, no 3033-3034, (lire en ligne)
  • Sur une propriété remarquable des câbles télédynamiques, présentée par Alfred Picard, p. 1340-1341, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, janvier-, tome 154 (lire en ligne)
  • Tous les systèmes de ponts suspendus hyperstatiques connus sont les dérivés des ponts suspendus isostatiques et ces derniers ne sont que les cas particuliers d'un seul et unique système qui les comprend tous, p. 57-59, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, juillet-, tome 165 (lire en ligne)
  • Ponts suspendus, 2 volumes, Encyclopédie scientifique, chez Doin, Paris, 1911[39] :
    • Tome 1 : Ponts suspendus flexibles et semi-rigides
    • Tome 2 : Ponts suspendus rigides
  • Sur l'évolution apportée par la construction des ponts suspendus modernes, Société des ingénieurs civils, 1923 ; p. 19
  • Projet type de pont suspendu en béton armé à auto-ancrage pour portées centrales d'environ 150 mètres, Imprimerie Chaix, 1944 ; p. 4

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sous la direction d'Édouard Charton, Guide pour le choix d'un État ou Dictionnaire des professions, p. 304-306, librairie Veuve Lenormant, Paris, 1842 (lire en ligne)
  2. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 60-63.
  3. Ferdinand Arnodin, Emploi de l'acier au nickel dans les ponts. Contribution à la discussion du mémoire de M. J. A. L. Waddell, devant la Société des Ingénieurs civils des États-Unis, p. 194, Le Génie civil, no 1412, (lire en ligne)
  4. Lieutenant-colonel Gisclard, Les ponts du Haut-Ogoôué dans le Congo français, p. 279-282, Le Génie civil, no 1159, (lire en ligne), planche XVIII (voir)
  5. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 162-165.
  6. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 167-169.
  7. Voir : Le Génie civil, no 1616-1617.
  8. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 214-223.
  9. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 242.
  10. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 240-241.
  11. Note : Ce pont était d'une conception originale protégée par un brevet pris par Gaston Leinekugel Le Cocq.
  12. Voir : Le Génie civil, no 2238.
  13. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 192-205.
  14. (es) Para Conocernos : Capitulo XIX - Puente Colgante
  15. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 252-253.
  16. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 254-263.
  17. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 224-239.
  18. Note : Contrairement à ce qui est écrit sur le site en espagnol, ce pont n'a pas été construit par l'entreprise Eiffel.
  19. (es) La nación : Eiffel y el puente Libertador ¿mito o realidad ?
  20. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 264-271.
  21. (es) Puente colgante sobre Río Cuyuní
  22. Pont Général Juan Vicente Gómez sur Structurae.
  23. Voir : Le Génie civil, no 2347.
  24. Voir : Le Génie civil, no 2356.
  25. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 276-277.
  26. Voir : Bernard Marrey, p. 107.
  27. Voir : Le Génie civil, no 2662.
  28. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 275, 278.
  29. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 272-274, 278.
  30. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 279-281.
  31. Pont de Kamoro sur Structurae.
  32. Voir : Le Génie civil, no 2838.
  33. Voir : Bernard Marrey, p. 109.
  34. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 315-319.
  35. Voir : Bernard Marrey, p. 275.
  36. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 62.
  37. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 249.
  38. Voir : Didier Leinekugel Le Cocq, p. 251.
  39. Voir dans la revue du génie militaire.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Didier Leinekugel Le Cocq, Ingénieurs des ponts: l'histoire de la famille Arnodin-Leinekugel Le Cocq de 1872 à 2002, La Vie du Rail, 2010 (ISBN 9782918758099)
  • Bernard Marrey, Les ponts modernes 20e siècle, p. 105-109, 275, Picard éditeur, Paris, 1995 (ISBN 2-7084-0484-9)
  • Les progrès techniques réalisés dans la reconstruction des ouvrages d'art des Chemins de fer du Nord et de l'Est, p. 516-520, Le Génie civil, no 2052, (lire en ligne)
  • (en) Leonardo Fernández Troyano, Bridge engineering. A global perspective, p. 508, 509, 512, 522, 645, 650, Thomas Telford, Londres, 2003 (ISBN 0-7277-3215-3)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]