Gaston Darbour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gaston Darbour
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Gaston Charles Guillaume Darbour, né le à Sedan et mort le (à 95 ans) à Menton[1], est un artiste peintre, dessinateur, graveur et illustrateur français, lié au style Art nouveau.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeune fille aux coquelicots, lithographie de Gaston Darbour pour L'Estampe moderne (1897).

Dès l'âge de 14 ans, Gaston Darbour s'intéresse aux arts graphiques : inquiets, ses parents l'envoie effectuer divers séjours en Allemagne, en Angleterre et en Autriche, dans l'espoir qu'il renonce à cette passion.

Âgé de 20 ans, il s'inscrit aux Beaux-arts de Paris, dans les ateliers de Lefebvre et Benjamin-Constant d'où il ressort déçu. Un ami lui montre le travail de Félicien Rops : le jeune-homme, fasciné, décide alors de se tourner vers la gravure et le graphisme.

Nullement pressé de vivre de son art, il part s'installer pour travailler au château d'Uzos, à quelques kilomètres de Pau, tout en exposant régulièrement à la Société nationale des beaux-arts.

1897 semble voir débuter véritablement sa carrière : la revue L'Estampe moderne publie quelques-unes de ses lithographies et il illustre divers ouvrages dont celui de Paul Adam, L’Année de clarisse paru chez Paul Ollendorff et celui d'Auguste Germain, Chantez les baisers (Ed. Simonis Empis), puis, toujours chez Ollendorff, Celles qu'on ignore de Jeanne Marni (1899). Il illustre également divers ouvrages de bibliophilie d'Henri Beraldi.

Il collabore à la Revue de l'art ancien et moderne, La Revue septentrionale, L'Image, L'Humanité nouvelle, etc.

Gaston Darbour épousa la nièce du peintre Marcellin Desboutin.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives des Ardennes, commune de Sedan, acte de naissance no 173, année 1869 (avec mention marginale de décès) (consulté le 19 juin 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Ferdinand L. Leipnik, A history of French etching from the sixteenth century to the present day, Londres, John Lane, 1924.

Liens externes[modifier | modifier le code]