Gaston Casimir Saint-Pierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un peintre français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Gaston Casimir Saint-Pierre
Gaston-Casimir Saintpierre photo.jpg

Gaston Casimir Saint-Pierre vers 1897.

Naissance
Décès
(à 83 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Maître
Mouvement
Distinction

Gaston Casimir Saint-Pierre, né le à Nîmes, et mort le à Paris, est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gaston Casimir Saint-Pierre est l'élève de Léon Cogniet et Charles Jalabert à Paris, il effectue plusieurs voyages en Afrique du Nord et à Alger d'où il ramène de nombreux croquis et dessins.

En 1900, il peint une toile représentant Marseille pour décorer la grande salle du restaurant Le Train bleu à la gare de Lyon à Paris.

Il réalise des panneaux décoratifs pour la cathédrale du Sacré-Cœur d'Oran.

Gaston Casimir Saint-Pierre et promu au rang d'officier de la Légion d'honneur.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En Algérie
En France

Estampes[modifier | modifier le code]

  • Esclaves occidentales, captives en Afrique du Nord, eau-forte[2].
  • Romance arabe, vers 1870, photogravure[2].

Œuvres exposées au Salon des artistes français[modifier | modifier le code]

  • 1865 : Léda.
  • 1866 : Le Sommeil de la nymphe.
  • 1868 : Amour riant de ses coups (obtient une médaille).
  • 1870 : Les Adieux, maisons juives à Oran.
  • 1872 : Bacchante.
  • 1873 : Indifférence et tendresse.
  • 1880 : La Caresse inattendue.
  • 1901 : L'Attente au rendez vous.
  • 1912 : La Fortune.
  • 1914 : La Vierge et l'Enfant.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1975 : galerie des beaux-arts de Bordeaux, « Pompiérisme et peinture équivoque », no 52 du catalogue.
  • 1976 : « Diverses tendances de la peinture française au XIXe et au début du XXe siècle », musée de Calais, n°47 du catalogue.
  • 1995 : « Dix ans d'acquisitions, dix ans de restaurations », musée de Narbonne, juillet à septembre 1995.
  • 1997 : « Parfums d'Orient ».[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. notice RMN en ligne.
  2. a et b Collectif, Gérôme et Goupil, Art et Entreprise, Réunion des Musées nationaux, Paris, 2000.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • The New-York Times, 24 avril 1886[réf. incomplète].
  • L. Thornton, La femme dans la peinture orientaliste, 1989.
  • The New-York Times, 29 avril 1895[réf. incomplète].
  • Jules Martin, Nos peintres et sculpteurs, graveurs, dessinateurs, Paris, Flammarion, 1897.
  • D. Alaux, Catalogue des tableaux du musée de peinture de Bordeaux, 1910 (Daphné no 579)?
  • Collectif, Le Train Bleu, Éditions Presse Lois Unis Service, Paris, 1990, (ISBN 2908557010).
  • Collectif, Gérôme et Goupil, Paris, Art et Entreprise, Réunion des Musées nationaux, 2000.
  • Jean Lepage, Le mirage oriental, Narbonne, 2000.
  • Jean Lepage, l'Épopée Orientale, 2005.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :