Gaspard de Crayer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gaspard de Crayer
Anthony van Dyck - Portrait of the Painter Gaspar de Crayer.jpg

Gaspard de Crayer par Antoine van Dyck

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
GandVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
flamande
Activité
Mouvement

Gaspard de Crayer[1], né le à Anvers et mort le à Gand, est un peintre flamand connu pour ses nombreux retables de tendance contre-réformiste et ses portraits. Il était un peintre de la cour des gouverneurs des Pays-Bas méridionaux et a travaillé dans les principales villes de Flandre où il a contribué à la propagation du style de Rubens[2],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Gaspard de Crayer est né à Anvers comme fils de Gaspard de Crayer l'Ancien, un peintre décorateur, enlumineur et marchand d'art[4]. Élève présumé de Raphaël Coxie, fils ainée de Michiel Coxcie et peintre de cour des archiducs Albert et Isabelle, souverains des Pays-Bas espagnols, Gaspard de Crayer devient franc-maître à la gilde de Saint-Luc de Bruxelles le 3 novembre 1607. Il est le doyen de la gilde de Saint-Luc en 1614-1616. Le 17 février 1613, il épouse Catharina Janssens[3]. De 1612 jusqu'à 1627 il est membre du conseil de la ville de Bruxelles[4].

Philippe IV d'Espagne avec son page

Les premières œuvres de Gaspard de Crayer incluent des portraits des rois d'Espagne et des gouverneurs et fonctionnaires espagnols stationnés dans le Pays-Bas espagnols et des membres du conseil de la ville de Bruxelles. Par exemple, le Portrait du marquis de Leganés est peint par de Crayer en 1627-1628 (Musée d'histoire de l'art de Vienne). En plus, depuis le début de sa carrière Crayer reçoit des commissions pour retables de plusieurs églises et monastères situées à et dans les environs de Bruxelles. Il collabore en 1635 aux travaux décoratifs réalisés pour la Joyeuse Entrée à Gand du cardinal-infant Ferdinand, frère du roi Philippe IV d'Espagne et gouverneur des Pays-Bas espagnols depuis la mort de sa tante Isabelle-Claire-Eugénie d'Autriche. Le cardinal-infant Ferdinand fait de lui son premier peintre de la cour[3]. Jacques Boonen, archevêque de Malines, lui confie dans les années 1620-1630 des travaux de décoration à l'abbaye d'Affligem.

La coronation de Sainte Rosalie

Même après avoir acquis une position sociale élevée à Bruxelles, de Crayer ne perd pas le contact avec sa ville natale d'Anvers. Il reste en particulier un ami et associé d'affaires du marchand d'art Matthijs Musson (c. 1600-1678), qui est aussi son patron et agent[3].

Il s'installe à Gand en 1664, où il est inscrit à la gilde de Saint-Luc. Beaucoup de ses peintures ornent les églises de Gand[3].

Son grand atelier lui permet d'effectuer de nombreuses commandes de retables pour des sociétés religieuses et des clients dans les Pays-Bas espagnols, l'Espagne et d'autres pays. Parmi ses commissions figure une commission de l'architecte et artiste-peintre néerlandais Jacob van Campen pour contribuer des tableaux pour la décoration de l'Huis ten Bosch à La Haye[5].

Dans son vaste atelier de Crayer forme entre 1610 et 1661 un grand nombre d'étudiants, y compris Jan van Cleve (III), Anselm van Hulle et François Monnaville[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Gaspar de Crayer était un peintre de tableaux d'histoire, surtout avec des thèmes religieux, et de portraits.

Il emprunte des motifs à l'œuvre de Rubens et on soupçonne qu'il est en contact avec le studio de Rubens. Jusqu'à 1630, de Crayer travaille dans un style classique. Depuis environ 1631, il tombe sous l'influence d'Antoine van Dyck et ses compositions de sujets religieux deviennent plus chargées d'émotion.

Caritas Romana

Entre 1638 et 1648 les compositions de de Crayer affichent une tonalité plus légère et ses personnages deviennent plus doux et sentimentaux en apparence. Plus tard, il est également trace d'une influence vénitienne, en particulier de l'art de Titien et Paul Véronèse. Dans les années 1650 et 1660, l'art de de Crayer devient plus émotionnellement chargé et plus dramatique. Dans la dernière période, beaucoup de ses compositions sont réalisées par des collaborateurs dans son studio[5].

Œuvres sélectées[modifier | modifier le code]

Portrait d'une dame éminente

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il est également appelé Jasper de Crayer, Gaspar de Crayer et Caspar de Crayer
  2. a et b Fiche de Gaspar de Crayer sur le site du Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie. Consulté le 15 janvier 2016.
  3. a, b, c, d et e Hans Vlieghe. "Crayer, Gaspar de." Grove Art Online. Oxford Art Online Oxford University Press, Consulté le 15 janvier 2016.
  4. a et b Gaspard de Crayer, Caritas Romana sur le site de Gallerie Jan de Maere, Consulté le 15 janvier 2016.
  5. a et b Matthias Depoorter, Gaspar de Crayer sur le site de barokinvlaanderen, Consulté le 15 janvier 2016.
  6. Ce tableau n'est pas cité par Hans Vlieghe, qui cite seulement une œuvre de ce sujet localisée au XVIIIe siècle dans l'Abbaye de Saint-Denis-en-Broqueroie à Saint-Denis-lez-Mons.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :