Gaspard de Besse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Besse.
Gaspard de Besse
Description de l'image Gaspard de Besse.jpg.
Nom de naissance Gaspard Bouis
Naissance
Besse-sur-Issole, France
Décès (à 24 ans)
Aix-en-Provence, France
Nationalité Française
Profession

Gaspard Bouis, dit Gaspard de Besse (né à Besse-sur-Issole (Var) le [1] et mort, à 24 ans, roué à Aix-en-Provence le ) est un renommé brigand provençal qui a opéré dans les massifs de la Sainte-Baume, des Maures, de l'Étoile, de l'Estérel ainsi que dans les gorges d'Ollioules.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gaspard de Besse naît à Besse-sur-Issole le 9 février 1757 d'un père ménager qui décède un an après sa naissance.

Il est révolté par le destin d'une mère de quatre enfants, laissée dans la misère après l'emprisonnement de son mari à cause d'un petit trafic de sel.

En 1774, Gaspard quitte son village et sa famille à l'âge de 17 ans pour rejoindre la ville de Toulon. C'est dans cette ville qu'il s'initie au brigandage au contact des brigands de grands chemins. Il recrute alors sur le port sa bande. Avec l'aide de ses compères, il désire faire fortune rapidement mais sans violence, par la ruse, la malice et la séduction.

Le repaire de Gaspard de Besse dans le massif de l'Estérel

Il aménage une cache dans une grotte du Mont Vinaigre, dans le Massif de l'Esterel.

C'est à Cuges-les-Pins qu'ils font leurs premières armes. Dans ce village, étape relais des diligences en partance pour l'Italie, il va à l'auberge, soudoie les employés des postes et vole les riches marchands et voyageurs avec leur aide. Il se spécialise également dans les guet-apens le long du Col de l'Ange, étape obligée pour les diligences, avant d'arriver à Cuges.

Afin d'étoffer ses troupes, il fait évader des détenus du bagne de Toulon.

Ses généreuses dépenses au profit des plus pauvres (d'où son surnom de « Robin des Bois provençal ») ainsi que sa préférence à dépouiller les étrangers de passage assurent sa célébrité et contribuent à forger sa légende.

Rouage de Gaspard de Besse à Aix-en-Provence

Le rebelle proclame « Les deux fléaux de la Provence sont le mistral et le parlement »,(note de la cour de justice d'Aix-en-Provence).

À la suite d'une trahison, sans doute d'un membre de sa bande, il est capturé à La Valette-du-Var, en septembre 1780. Lors de son procès en Aix-en-Provence, ses seuls accusateurs sont les étrangers détroussés qui ont déposé plainte. Aimé du peuple, il est jusqu'au bout soutenu par les Provençaux. Gaspard de Besse n'a jamais tué ni blessé quiconque. Il est néanmoins condamné pour l'exemple pour « crime de vol sur grand chemin avec armes ». À ce titre, il subit le supplice de la roue devant une foule émue, et sa tête coupée est clouée à un piquet le 25 octobre 1781 sur décision du parlement.

Un des actes les plus spectaculaires de Gaspard de Besse se serait passé au château de Fontblanche. En effet, en pleine fête, Gaspard se serait introduit incognito, vêtu en gentilhomme au sein du château et aurait alors charmé les nobles et riches marchands tout en les détroussant de leurs biens les plus précieux.

La légende veut que le trésor personnel de Gaspard de Besse soit enfoui dans la plaine de Cuges-les-Pins. De fait, depuis de nombreuses années, des chasseurs de trésors arpentent la plaine en vue de le découvrir. À ce jour, seule une petite bourse de pièces d'or a été découverte. Rien ne prouve qu'elle a été la propriété de Gaspard de Besse. Le trésor reste introuvable.

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gaspard Bouis dit Gaspard de Besse, le bandit au grand cœur
  2. Paul (1845-1922) Bosq et Théodore (1849-190 ) Henry, Les treize femmes de Gaspard de Besse : roman inédit / par Paul Bosq et Théodore Henry, Librairie nationale, (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Axel Graisely, Le brigand des garrigues et les 20 trésors cachés de Besse sur Issole, Hyères, Editions Daric,
  • Jean Siccardi, Gaspard de Besse : 1757-1781 Brigand de France, Héros de Provence, Monaco, Editions du Rocher,
  • Bernard Hautecloque, Brigands, bandits, malfaiteurs : Incroyables histoires des crapules, arsouilles, monte-en-l'air, canailles et contrebandiers de tous les temps, Éditions De Borée, , 350 p. (ISBN 978-2812919732), p. Chapitre Gaspard de Besse, le brigand bien aimé des Provençaux, p.176
  • Karine Larissa-Basset, Le légendaire provençal de Gaspard de Besse, p. 791-804, dans Provence historique, tome 49, fascicule 198, 1999 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]