Gaspard Dénarié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gaspard Denarié
Description de l'image Gaspard Denarié.jpg.
Naissance
Chambéry
Décès
Chambéry
Nationalité Drapeau de la Savoie Duché de Savoie
Drapeau de la France France
Pays de résidence Drapeau de la Savoie Duché de Savoie
Drapeau de l'Empire français Empire français
Profession

Gaspard Antoine Denarié, né le et mort le à Chambéry, est un docteur en médecine et journaliste savoyard, partisan de l'Annexion de la Savoie à la France en 1860[1].

Famille et descendance[modifier | modifier le code]

Gaspard Dénarié, né le à Chambéry, est le fils d'un maître maçon et architecte[1]. Ses frères cadets, Michel et Eugène, deviennent architectes comme leur père.

Il épouse Victorine Raymond, la petite-fille du chevalier Georges-Marie Raymond (1769-1839), et fille du sénateur Claude-Melchior Raymond. Celle-ci hérite de son grand-père la maison des Charmettes, ancienne propriété de Madame de Warens et de Jean-Jacques Rousseau, alors qu'elle est veuve.

Ils auront huit enfants[1] dont :

  • Emmanuel Denarié (1857-1926), auteur. Il sera lui aussi membre de l'Académie de Savoie en 1895, puis président de 1917 à 1926.
  • Antoine Denarié (1861-1927), qui reprend le cabinet de son père.
    • Camille Denarié (1893-1989) fils d'Antoine, épouse Marie-Emma Saillet en 1917. Camille Denarié s'illustre dans les deux guerres mondiales en tant que médecin reprenant ensuite le cabinet de ces prédécesseurs. Ils auront treize enfants dont deux morts en bas âge.
    • Antoine Denarié (1928-2013)
    • Bertrand Denarié
    • Pierre-Antoine Denarié, Evrard Denarié, Marie-Emma Denarié

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études au collèges des Jésuites de Chambéry[1], il part pour Turin où il obtient le son doctorat, à la suite de sa thèse intitulée « Essai sur l'âge de retour chez l’homme »[2].

Il rédige des articles dans Le Courrier des Alpes, dont son beau-père, Claude-Melchior Raymond fut le directeur, notamment à l'occasion de l'annexion de la Savoie à la France. Il prend en effet la tête du parti catholique pro-annexionniste, sans obtenir clairement le soutien du clergé local qui garde sa réserve[3]. Il rédige ainsi, avec l’avocat-journaliste, Charles Bertier, rédacteur en chef du Courrier des Alpes, une adresse au roi Victor-Emmanuel II de Savoie lui demandant de prendre en compte les vœux de la province ducale :

« ... les actes mêmes émanés de Votre Gouvernement proclament la fondation d'une nationalité italienne nettement dessinée par les Alpes ainsi que par la race, les mœurs, la langue de ceux qui sont appelés à en faire partie. Ces conditions, Sire, excluent la Savoie. La Savoie n'est pas italienne, ne peut pas l'être. Quel est donc l'avenir qui lui est réservé ? Nous espérons, sire, que votre majesté, qui s'est montrée si chevaleresque envers l'Italie, voudra bien aviser aux intérêts de la Savoie d'une manière conforme à ses vœux.[4] »

Suivie d'une pétition, l'adresse est publiée dans le Courrier des Alpes, lui valant d'être suspendu en août 1859, ainsi que dans certains journaux français et suisses.

À la suite de l'annexion, Gaspard Denarié reste fidèle à l'Empire, puis à la République. Toutefois, l'évolution prise par celle-ci le pousse à adhérer au Comité catholique et devenant monarchiste[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Membre de l’Académie de Savoie, on retrouve un certain nombre de ses articles dans la revue Mémoire de l'Académie de Savoie, ainsi que des biographies dans les Comptes-rendus des assemblées annuelles de la Société des médecins de la Savoie[2].

  • De l’Établissement d'un bain d'eau courante à Chambéry, Chatelain, 1883, 23 p.
  • Guides aux Charmettes, 1887.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Jean-Marie Mayeur, Christian Sorrel et Yves-Marie Hilaire, La Savoie, t. 8, Paris, Éditions Beauchesne, coll. « Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine », 1996, 2003, 441 p. (ISBN 978-2-7010-1330-5), p. 153.
  2. a et b Cité page 107 dans les Mémoires et documents, Volume 27, 1888, de la Société savoisienne d'histoire et d'archéologie.
  3. G. Dardel, Et la Savoie devint française..., Librairie Arthème Fayard, , p. 81.
  4. G. Dardel, Et la Savoie devint française..., Librairie Arthème Fayard, , p. 72-73

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]