Gary Karr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gary Karr
Gary karr.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Instrument
Genre artistique
Site web

Gary Karr, né le à Los Angeles en Californie, est un contrebassiste classique et professeur américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bien que descendant de plusieurs générations de contrebassistes[1], ceux-ci ne l'ont pas encouragé à s'adonner à la musique. Dans un entretien accordé au magazine ActiveBass, il rapporte n'avoir pas de contact avec les contrebassistes professionnels de sa famille[2].

Ses principaux professeurs sonr Herman Reinshagen et Stuart Sankey (en) avec lequel il étudie au Aspen Music Festival and School et à la Juilliard School. La percée de Karr survient en 1962 lorsqu'il paraît en soliste dans une retransmission télévisée des Young People's Concerts (en) de l'orchestre philharmonique de New York dirigé par Leonard Bernstein. Lors de cette fameuse retransmission, Karr interprète Le cygne du Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns. Karr enregistre également le morceau avec Bernstein et l'orchestre philharmonique de New York.

Il s'est depuis produit comme soliste avec l'Orchestre symphonique de Chicago, l'orchestre symphonique de Londres, l'Orchestre philharmonique de Londres, l'Orchestre symphonique de Montréal, l'Orchestre philharmonique de Hong Kong, l'Orchestre symphonique Simón Bolívar, l'Orchestre symphonique de Jérusalem, l'Orchestre philharmonique d'Oslo, l'Orchestre de chambre de Zurich et les principaux orchestres d'Australie.

Il a créé des œuvres écrites pour lui par Vittorio Giannini (Psaume CXX), Alec Wilder (Sonate pour contrebasse et piano et Suite pour contrebasse et guitare), Robert Xavier Rodriguez (Ursa, Four Seasons for Double Bass and Orchestra) et les concertos pour contrebasse et orchestre de Gunther Schuller, Hans Werner Henze, John Downey et Ketil Hvoslef. Il a enregistré le concerto de Serge Koussevitzky avec l'orchestre philharmonique d'Oslo.

Il a enseigné la contrebasse dans les facultés de la Juilliard School, du New England Conservatory of Music, de la Hartt School of Music, de l'université Yale, l'université de l'Indiana, l'University of North Carolina School of the Arts (en) et contribué au programme d'écoles de musique de Halifax (Nouvelle-Écosse). Il est l'auteur d'un certain nombre de manuels pour la contrebasse. Il met l'accent sur la recherche du son unique de chacun à la contrebasse et vise à se rapprocher d'un jeu porteur de l'accent lyrique d'un chanteur.

Après 40 ans d'activité en tant qu'artiste de concert, il se retire en 2001 à Victoria en Colombie-britannique.

Fondations[modifier | modifier le code]

En 1967, Karr fonde l'International Society of Bassists (ISB), organisation consacrée à l'étude, la promotion et l'avancement de la contrebasse à travers le monde. L'ISB, avec un effectif de plus de 3 000 contrebassistes, interprètes, enseignants, étudiants et amateurs dans plus de 40 pays, organise une conférence internationale biannuelle pour faire avancer ces objectifs.

Karr paraît dans le documentaire The Great Double Bass Race, réalisé en association avec BBC Television en 1978.

En 2005, Karr fait don de son instrument, la « contrebasse Karr-Koussevitzky (en) » à l'ISB. Cet instrument avait été donné à Karr par Olga Koussevitzky, veuve de Serge Koussevitzky, en 1961. L'intention de l'ISB est de mettre ce précieux instrument à la disposition des contrebassistes du monde entier. On a cru à une époque que la basse Karr-Koussevitzky avait été fabriquée par la famille Amati et par conséquent est également désigné sous le nom « contrebasse Amati »[3].

La « Karr Double Bass Foundation » à but non lucratif qui prête des instruments à de prometteurs jeunes contrebassistes pour aider à leur développement professionnel, est créée par Karr en 1984.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Music Journal », Elemo Pub., vol. 34,‎
  2. Laurence Mollerup, « Up Close And Classical with Gary Karr », ActiveBass magazine (consulté le 22 mars 2016)
  3. Grissino-Mayer, Henri D.; Deweese, Georgina G.; Williams, Justin A., « Tree Ring Dating of the Karr-Koussevitzky Double Bass: A Case in Dendromusicology », Tree-Ring Research, Tree-Ring Society, vol. 61, no 2,‎ , p. 77–86 (DOI 10.3959/1536-1098-61.2.77, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]