Garlan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne pas confondre avec Garlan, taureau cocardier, trois fois Bioù d'or.
image illustrant une commune du Finistère
Cet article est une ébauche concernant une commune du Finistère.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Garlan
Le château du Bois de la Roche.
Le château du Bois de la Roche.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Morlaix
Canton Plouigneau
Intercommunalité Pays de Morlais
Maire
Mandat
Joseph Irrien
2014-2020
Code postal 29610
Code commune 29059
Démographie
Gentilé Garlanais
Population
municipale
1 028 hab. (2013)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 36′ 07″ Nord 3° 45′ 21″ Ouest / 48.601944, -3.755833
Altitude Min. 20 m – Max. 116 m
Superficie 13,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Garlan

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Garlan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Garlan

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Garlan
Liens
Site web http://garlan.fr/

Garlan [gaʁlɑ̃] (en breton : Garlann) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France. Le nom "Garlann" viendrait du breton "garv" (rude) et de "lann" (lande) ou bien de "Gwaremm lann" (garenne de lande). La paroisse s'est constituée au Moyen Âge au détriment de Plouigneau (partie située au sud du Dourduff) et de Plouézoc'h (partie située au nord du Dourduff).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Garlan
Plouezoc'h Saint-Jean-du-Doigt
Morlaix Garlan Lanmeur
Plouigneau

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Pendant la guerre entre Ligueurs ultra catholiques et partisans du roi protestant Henri IV, Garlan adhère à la Sainte Union morlaisienne constituée de Ligueurs, malgré l'opposition acharnée du capitaine de Garlan, Jacques Guisédic, seigneur de Kervilzic, fortement attaché à la cause royale. Cette position lui vaut d'être assassiné.

Au moment de la Révolution, les armoiries des seigneurs de Boiséon, de la Roche-Jagu et de la Boissière-Kerohant, présentes sur les vitraux de l'église, sont brisées ou martelées. Dans un rapport du 11 mars 1792, le maire constate que, à la suite de ces dégradations, l'église est dans un état lamentable. La même année, le recteur - Christophe Derrien - et son vicaire - François Lazou, tous deux prêtres réfractaires, sont chassés et remplacés par des prêtres constitutionnels. D'après la tradition, Christophe Derrien aurait été caché dans la tour de l'auberge-relais de poste de Garlan où il finit par être arrêté. Les deux prêtres réfractaires sont détenus à Brest avant d'être déportés en Espagne. Après avoir essayé de revenir en Bretagne, François Lazou est à nouveau arrêté en 1798 et déporté sur l'île de Ré, où il meurt le 27 août 1800. Après la signature du Concordat entre Napoléon et le pape Pie VII, Christophe Derrien revient exercer son ministère à Plougasnou.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1854, une épidémie de choléra qui affecte la région de Morlaix pendant plusieurs mois fait au 12 morts à Garlan en août et septembre.

En avril 1872, un rapport du conseil général du Finistère annonce l'ouverture d'une école de filles à Garlan[1] (elle est construite en 1873, soit un an après celle des garçons).

L'église actuelle de Garlan a été construite entre 1877 et 1879 et consacrée le 26 août 1879. Elle a remplacé un édifice du XVIe siècle, fondé par les seigneurs de Boiséon et rattaché à l'évêché de Tréguier.

En 1899, Garlan fait partie des dix-huit seules communes du département du Finistère à déjà posséder une société d'assurance mutuelle, forte de 60 adhérents, contre la mortalité des animaux de ferme, qui assure les chevaux et les bêtes à cornes[2].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le stade de Garlan porte le nom d'Alexandre Pichodou, un aviateur d'avant-guerre, qui fut le second de Jean Mermoz, une figure légendaire de l'aéropostale. Alexandre Pichodou avait été scolarisé à Garlan pendant la guerre 1914-18. Le 6 décembre 1936, l'hydravion de Mermoz et Pichodou, la "Croix du Sud", qui faisait route vers Rio de Janeiro, s'abîme dans l'Océan Atlantique, au large de Dakar.

Une nouvelle mairie-poste est construite en 1962.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

Maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1977 Yves Laviec    
 ??? 2001 J.-Y. Libouban    
2001 2011 Édouard Clech   retraité
2011 en cours Joseph Irrien DVG Salarié du secteur médical

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
919 962 1 012 1 093 1 347 1 199 1 174 1 200 1 238
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 131 1 140 1 080 1 027 1 053 1 077 1 076 1 005 971
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
952 947 930 825 804 720 690 701 622
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2008 2009
628 615 644 774 801 821 891 957 976
2013 - - - - - - - -
1 028 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Liens externes[modifier | modifier le code]

http://garlan.fr/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Rapports et délibérations du Conseil général du Finistère", avril 1872, page 8, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5562178s/f8.image.r=Perguet.langFR
  2. Compte-rendu et procès verbaux, " Association bretonne, Classe d'agriculture", Saint-Brieuc, 1901, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5566957m/f68.image.r=Ploudaniel.langFR et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5566957m/f91.image.r=Ploudaniel.langFR
  3. « Notice no PA00090482 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2008, 2009, 2013.