Gare des Bordes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Bordes
Image illustrative de l’article Gare des Bordes
L'ancien bâtiment voyageurs sur une carte postale ancienne.
Localisation
Pays France
Commune Les Bordes
Coordonnées géographiques 47° 48′ 46″ nord, 2° 23′ 48″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Orléans à Gien
Auxy - Juranville à Bourges
Voies 6
Quais 2
Altitude 119 m
Historique
Mise en service
Fermeture (voyageurs)

La gare des Bordes est une gare ferroviaire française des lignes d'Orléans à Gien et d'Auxy - Juranville à Bourges, située sur le territoire de la commune des Bordes, dans le département du Loiret, en région Centre-Val de Loire.

Elle est fermée au service des voyageurs depuis 1939.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 119 mètres d'altitude, la gare des Bordes est située au point kilométrique 161,943 de la ligne d'Orléans à Gien entre les gares de Bray (à x km vers l'Ouest) et de Ouzouer - Dampierre (à x km vers l'Est) et au point kilométrique 42,035 de la ligne d'Auxy - Juranville à Bourges entre les gares de Lorris et de Sully-sur-Loire.

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare, alors dénommée Sully - Les Bordes[1]. est inaugurée le en accueillant des trains de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO) sur la ligne d'Orléans à Gien. Des calèches assurent la liaison avec les communes voisines de Lorris et Sully-sur-Loire[1].

Une ligne d'intérêt local de Beaune-la-Rolande[2] à la limite du Cher, en direction d'Argent, par ou près Bellegarde et Lorris a été concédée, à titre éventuel, par le conseil général du Loiret à messieurs le duc de Brissac, le comte de Constantin, de Mieulle et Isouard le [3].

La loi du [4] a déclaré d'utilité publique la ligne d'Argent à Beaune-la-Rolande et a concédé définitivement celle-ci à M. de Mieulle qui fonde par la suite la Compagnie du chemin de fer de Bourges à Gien et d'Argent à Beaune-la-Rolande.

La ligne d'Argent à Beaune-la-Rolande dessert pour la première fois Les Bordes en 1878, année à laquelle les liaisons en calèche vers Lorris et Sully s'interrompent[1].

Deux compagnies ferroviaire desservent alors Les Bordes. Ne pouvant s'entendre sur l'exploitation d'un site commun, une deuxième gare est construite à l'arrière de la gare de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans déjà existante[1].

À la suite de la faillite de la compagnie de M. Demieulle, l'État rachète ses 2 lignes (convention du , validée par la loi du [5]) puis, le [6], une loi entérine la convention provisoire du passée entre le ministère des travaux publics et la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans à qui est concédée la ligne d'Argent à Beaune-la-Rolande passant par la gare des Bordes.

Les deux lignes sont raccordées à l'entrée ouest de la gare[1].

La gare des Bordes se développe alors. Un buffet et une bibliothèque sont installés et la gare accueille vingt-trois départs de trains voyageurs par jour[1].

En 1914, la gare emploie neuf agents de gare, six chauffeurs et mécaniciens, huit agents de la voie et un chef de district[1].

Le bâtiment voyageur de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans est détruit par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale[1]. Le bâtiment voyageur de la ligne d'Argent à Beaune-la-Rolande subsiste et a été converti en habitation[7].

Les deux lignes ferroviaires ayant desservies la gare des Bordes sont aujourd'hui fermées au trafic de voyageurs. La ligne ferroviaire reliant Orléans à Gien est fermée au service voyageurs le [8]. La section Beaune-la-Rolande - Argent-sur-Sauldre est fermée puis déferrée entre Beaune-la-Rolande et Les Bordes. Des trains de marchandises en provenance d'Orléans ne circulent plus depuis 2011 sur cette ligne entre Les Bordes et Aubigny-sur-Nère[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g et h Didier Baradel, « La gare des Bordes », sur didier.baradel.pagesperso-orange.fr (consulté le ).
  2. L'actuelle gare d'Auxy - Juranville sur la ligne de Villeneuve-Saint-Georges à Montargis s'appelait à l'époque Beaune-la-Rolande.
  3. Rapports et délibérations - Conseil général du Loiret, année 1873/04, page 57.
  4. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État, année 1874, page 282.
  5. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État, année 1881, page 406.
  6. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, réglements, et avis du Conseil d'état, année 1884, page 89.
  7. Marc-André Dubout, « Baguenaude sur la ligne Orléans—Gien (Loiret) », sur marc-andre-dubout.org (consulté le ).
  8. Jacky Surier, De gare en gare, sur les chemins de fer du Loiret, Gien, Cercle des cartophiles du Loiret, , 239 p. (ISBN 978-2-9517617-9-7 et 2-9517617-9-1), p. 97.
  9. Jacky Surier, De gare en gare, sur les chemins de fer du Loiret, Gien, Cercle des cartophiles du Loiret, , 239 p. (ISBN 978-2-9517617-9-7 et 2-9517617-9-1), p. 127-129

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]