Gare de Seclin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Seclin
Image illustrative de l’article Gare de Seclin
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Seclin
Adresse 1, rue Pierre Sémard
59113 Seclin
Coordonnées géographiques 50° 32′ 54″ nord, 3° 02′ 05″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Service TER Hauts-de-France
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Nord à Lille
Templeuve à Don-Sainghin (déclassée)
Voies 5
Quais 3 (dont deux centraux)
Altitude 31 m
Historique
Mise en service
Correspondances
Bus voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Seclin

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Seclin

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Seclin

Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille

(Voir situation sur carte : Métropole européenne de Lille)
Seclin

La gare de Seclin est une gare ferroviaire française de la ligne de Paris-Nord à Lille, située sur le territoire de la commune de Seclin, dans le département du Nord, en région Hauts-de-France.

Elle est mise en service en 1846 par la Compagnie des chemins de fer du Nord.

C'est une gare voyageurs de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par des trains TER Hauts-de-France.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 31 mètres d'altitude, la gare de Seclin est située au point kilométrique (PK) 239,350 de la ligne de Paris-Nord à Lille, entre les gares de Phalempin et de Wattignies - Templemars[1].

Ancienne gare de bifurcation, elle était également située au PK 29,721 de la ligne de Templeuve à Don-Sainghin[1] (déclassée).

Histoire[modifier | modifier le code]

La station de Seclin est mise en service le 1er avril 1846[2] par la Compagnie des chemins de fer du Nord, lorsqu'elle ouvre la section d'Arras à la frontière de sa ligne de Paris à Lille et à la frontière belge. On construit un nouveau bâtiment voyageurs, largement dimensionné[3], et on travaille sur des remblais pour agrandir la plateforme des voies de garage en 1864[4].

Le tableau du classement par produit des gares du département du Nord pour l'année 1862, réalisé par Eugène de Fourcy, ingénieur en chef du contrôle, place la station de Seclin au 26e rang, et au 75e pour l'ensemble du réseau du Nord, avec un total de 79 497,47 fr[5]. Dans le détail, cela représente : 28 571,25 fr pour un total de 40 958 voyageurs transportés, la recette marchandises étant de 1 368,57 fr (grande vitesse) et 39 558,05 fr (petite vitesse)[5].

Entre 1997 et 2001, la gare de Seclin est rénovée comme la totalité des gares et des points d'arrêts entre Lille et Lens[6]. On y ajoute un abri pour vélos ainsi que des écrans de passage de train.

L'activité auto-train a cessé en décembre 2008. En effet, jusqu'à cette date, Seclin constituait le terminal auto-train de Lille. Provisoirement reportée sur le site d'Arras, l'activité auto-train est fermée aux particuliers sur ces deux sites et la gare auto-train d'Arras sert de site d'embarquement auxiliaire des voitures neuves qui sortent des usines automobiles voisines afin de les diriger vers leurs sites de vente ou de livraison.

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert du lundi au samedi et fermé les dimanches et jours fériés. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport[7].

Un souterrain permet la traversée des voies et le passage d'un quai à l'autre.

Desserte[modifier | modifier le code]

Seclin est desservie par des trains TER Hauts-de-France qui circulent sur les lignes : no 02-02 bis entre Arras et Lille, et no 13 entre Lens et Lille[7].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos et un parking pour les véhicules y sont aménagés[7].

La gare est desservie par des bus[7].

Patrimoine ferroviaire[modifier | modifier le code]

Anciens bâtiments[modifier | modifier le code]

L’aspect du premier bâtiment voyageurs, construit vers 1846, n’est pas connu.

Le bâtiment qui le remplaça en 1865 était un bâtiment Nord correspondant au plan type standard pour les gares de grande et moyenne importante, avec un hall central doté d'un fronton surplombant la salle des pas perdus, flanqué de deux ailes basses et de deux pavillons à étage.

À Seclin, la façade est en brique, et le toit est en zinc. Le hall central, de trois travées sous bâtière transversale, est bordé par de courtes ailes basses de trois travées. Les pavillons latéraux sont à deux étages et surmontée d'une toiture en pavillon (toiture à quatre versants)[3].

Bâtiment actuel[modifier | modifier le code]

Ce bâtiment détruit pendant la guerre, est remplacé durant les années 1920 par un bâtiment de style art-déco (gare de la reconstruction) doté d'une aile, de neuf travées sous un toit arrondi en béton, flanquée par un logement de fonction à étage muni d'une toiture en croupe. Il présente les caractéristiques suivantes :

  • la façade est en briques rouges avec de la pierre ou du béton pour le soubassement et les encadrements de baies ;
  • le corps de logis est doté de fenêtres irrégulières et de nombreux éléments décoratifs (loggia, cheminées apparentes, lucarnes...) ;
  • une frise en mosaïque court au-dessus des baies de l'aile basse ;
  • côté quais, une marquise en béton, dotée d’un arrondi en son centre, où le nom de la gare est inscrit en mosaïque, protège les voyageurs des intempéries ;
  • une petite marquise arrondie surplombe l’entrée des voyageurs côté rue et porte également le nom de la gare en mosaïque.

La toiture arrondie en béton est assez rarement utilisée pour les gares (il en existe quelques exemples, notamment la gare d'Anor). En revanche, cette construction est fort commune pour les halles à marchandises construites par les Chemins de fer du Nord durant l’entre-deux-guerres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 001 à 600, vol. 1, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-34-1), « [272/4] Arras - Lille », p. 107.
  2. « Chemin de fer de Paris à la frontière de Belgique : par Amiens, Arras et Douai », dans Situation des travaux, imprimerie Royale, Administration Générale des Ponts et Chaussées et des Mines, 1847, p. 373 intégral (consulté le 11 janvier 2012).
  3. a et b « Seclin : 59 - Nord | Cartes postales anciennes sur CPArama », sur www.cparama.com (consulté le 15 octobre 2019)
  4. Site gallica.bnf.fr « Chemin de fer du Nord, rapport de l'ingénieur en chef du contrôle : Gares et stations », dans Rapports et délibérations - Nord, Conseil général, 1864, p. 147 intégral (consulté le 16 janvier 2012).
  5. a et b Site gallica.bnf.fr « 7 Exploitation commerciale », dans Rapports et délibérations - Nord, Conseil général, 1863, p. 176 intégral (consulté le 28 janvier 2012).
  6. Des gares plus accueillantes, Nord-Pas-de-Calais (page consultée le 5 octobre 2008).
  7. a b c et d « Services & Gares / Gare Seclin », sur SNCF TER Nord Pas de Calais (consulté le 27 septembre 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Arras Phalempin TER Hauts-de-France Wattignies - Templemars Lille-Flandres
Lens Libercourt TER Hauts-de-France Wattignies - Templemars Lille-Flandres
Douai Phalempin
ou Libercourt
TER Hauts-de-France Wattignies - Templemars
ou Ronchin
ou Lille-Flandres
Lille-Flandres
Libercourt Phalempin
ou Libercourt
TER Hauts-de-France Wattignies - Templemars
ou Lille-Flandres
Lille-Flandres