Gare de Saint-Rémy (Calvados)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Rémy (Calvados)
Image illustrative de l’article Gare de Saint-Rémy (Calvados)
Localisation
Pays France
Commune Saint-Rémy-sur-Orne
Coordonnées géographiques 48° 56′ 29″ nord, 0° 30′ 13″ ouest
Gestion et exploitation
Service Fermée
Caractéristiques
Ligne(s) Caen à Cerisy-Belle-Étoile
Voies 1
Historique
Mise en service 1873
1991 (touristique)
Fermeture 1970 (voyageur)
1979 (marchandise)
1993 (touristique)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Saint-Rémy (Calvados)

Géolocalisation sur la carte : Basse-Normandie

(Voir situation sur carte : Basse-Normandie)
Saint-Rémy (Calvados)

Géolocalisation sur la carte : Calvados

(Voir situation sur carte : Calvados)
Saint-Rémy (Calvados)

La gare de Saint-Rémy (Calvados) est une ancienne gare ferroviaire française de la ligne de Caen à Cerisy-Belle-Étoile, située sur le territoire de la commune de Saint-Rémy, dans le département du Calvados, en région Basse-Normandie.

Elle est mise en service en 1873 par la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest et fermée à tout trafic en 1970.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 38 m d'altitude, la gare de Saint-Rémy est située au point kilométrique (PK) 272,512 de la ligne de Caen à Cerisy-Belle-Étoile, entre les gares de Croisilles - Harcourt et de Clécy-Bourg.

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare est ouverte le , bénéficiant de l'extension de la ligne Flers - Berjou vers Caen. En 1878, la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest reçoit l'autorisation d'établir un deuxième voie de marchandises à la gare de Saint-Rémy[1].

Son exploitation est reprise en 1908 par l'Administration des chemins de fer de l'État, puis en 1938 par la Société nationale des chemins de fer français (SNCF). Elle est exploitée jusqu’au [réf. nécessaire].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

De 1991 à 1993, elle est utilisée dans le cadre de l’exploitation de trains touristiques. Depuis le début des années 2000, la plate-forme ferroviaire est entretenue par les soins de l’Amicale pour la mise en valeur de la ligne Caen-Flers. Depuis 2005, elle fait l'objet d'un débat pour sa réouverture au service TER. Finalement, le , le Conseil Régional de Basse-Normandie a pris la décision de sauvegarder la ligne.

Le bâtiment voyageur a été démoli.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]