Gare de Saint-Amand-Montrond - Orval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Amand-Montrond - Orval
Image illustrative de l’article Gare de Saint-Amand-Montrond - Orval
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Orval
Adresse Avenue de la gare
18200 Orval
Coordonnées géographiques 46° 43′ 35″ nord, 2° 29′ 09″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Code UIC 87576322
Services TER Centre-Val de Loire
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Bourges à Miécaze
Voies 3 (+ voies de service)
Quais 2 (dont un central)
Altitude 155 m
Historique
Mise en service
Correspondances
Bus et cars Voir Intermodalité
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Saint-Amand-Montrond - Orval
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
Saint-Amand-Montrond - Orval
Géolocalisation sur la carte : Cher
(Voir situation sur carte : Cher)
Saint-Amand-Montrond - Orval

La gare de Saint-Amand-Montrond - Orval est une gare ferroviaire française de la ligne de Bourges à Miécaze, située sur le territoire de la commune d'Orval, près de Saint-Amand-Montrond, dans le département du Cher, en région Centre-Val de Loire.

Elle est mise en service en 1861, par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO).

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), du réseau TER Centre-Val de Loire. Elle est desservie par des trains express régionaux. C'est également une gare du service Fret SNCF et elle dispose d'un embranchement avec les Ateliers d'Orval, filiale du groupe Ermewa qui dépend de la SNCF.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 155 mètres d'altitude, la gare de Saint-Amand-Montrond - Orval est située au point kilométrique (PK) 277,954 de la ligne de Bourges à Miécaze, entre les gares ouvertes de Bigny et d'Urçay. En direction de Bigny s'intercale la gare fermée de La Celle - Bruère et en direction d'Urcay s'intercale la gare fermée d'Ainay-le-Vieil[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant l'ouverture des travaux plusieurs tracés sont en discussion. Notamment le choix du passage par la rive droite ou gauche du Cher à une importance pour le choix de l'emplacement de la gare, qui doit desservir la sous-préfecture de Saint-Amand (Cher). Finalement, contre l'avis de la commune, c'est la rive gauche qui est choisie et il est décidé d'établir la gare sur la commune d'Orval pour éviter d'avoir à traverser deux fois le Cher[2],[3].

La gare vers 1900.

La station de « Saint-Amand » est mise en service le par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO), lorsqu'elle ouvre à l'exploitation sa ligne de Bourges à Montluçon[2].

La Société générale des chemins de fer économiques (SE) crée, à proximité de la gare PO, une gare d'échange pour son réseau du département du Cher, à voie métrique, d'intérêt local. Elle est mise en service le , lors de l'ouverture à l'exploitation de la section de Sancoins à Châteaumeillant qui permet la mise en service de la totalité de la ligne de La Guerche à Châteaumeillant, longue de 87,6 kilomètres[4].

À la fin des années 1920, le conseil municipal de Saint-Amand (Cher) est décidé à financer l'amélioration des services de la gare. Cela concerne les services voyageurs et marchandises ainsi que l'amélioration de la circulation sur la route nationale 151 bis par un agrandissement du pont qui lui permet de franchir le Cher. Après deux délibérations du conseil en 1927 et 1928, la procédure va au terme avec le décret du qui autorise la commune à emprunter 563 750 francs pour subventionner la compagnie du PO qui est autorisé à percevoir des « surtaxes locales temporaires »[5].

En 2008, la desserte moyenne quotidienne de la gare est de 17 trains pour un nombre annuel de 82 315 « montées/descentes »[6].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichets, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport TER[7]

Desserte[modifier | modifier le code]

Saint-Amand-Montrond - Orval est une gare régionale du réseau TER Centre-Val de Loire desservie par des trains circulant sur les relations : Montluçon-Ville - Vierzon, Montluçon-Ville - Bourges, c'est aussi le terminus de relations avec Montluçon-Ville et avec Bourges[7].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos et un parking pour les véhicules y sont aménagés[7].

Elle est desservie par des bus urbains et des cars TER Centre-Val de Loire en complément de la desserte ferroviaire sur la relation : Saint-Amand-Montrond - Orval - Bourges[7].

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Saint-Amand-Montrond - Orval est une gare Fret SNCF ouverte uniquement aux trains massifs pour des transports par trains en gare et elle dessert des installations terminales embranchées[8]. Cela concerne essentiellement le site des ateliers d'Orval[9].

Ateliers d'Orval[modifier | modifier le code]

Situé à proximité et embranché sur le site de la gare, les Ateliers d'Orval, filiale du groupe Ermewa, est une entreprise de maintenance et de production de wagons de marchandises. En 2013 sa production était d'un wagon par jour. En 2014, les entrées et sorties de l'atelier, par l'embranchement, ont lieu « deux fois par semaine, à jours et heures fixes »[10].

En 2016, 110 salariés, plus quelques intérimaires, travaillent sur le site. Du fait d'un important contrat signé en 2015 par Ermewa et ArcelorMittal, il est prévu de construire un nouvel atelier de 17 800 m2 également embranché[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « [695/1] (Vierzon) Marmagne - Montluçon », dans Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0, présentation en ligne), p. 65
  2. a et b François Palau et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 2 (1858-1863), Paris, Palau, , 221 p. (ISBN 2-9509421-2-1), « 5.31 Bourges-Montluçon : 9 décembre 1861 », p. 144.
  3. « Histoire d'Orval », sur ville-orval.fr (consulté le 11 mai 2016).
  4. Benoît Morin, « Jusqu’en 1966, les trains quadrillaient le département du Cher », Le Berry républicain,‎ (lire en ligne, consulté le 13 mai 2016).
  5. Ministère des travaux publics, « Emprunts communaux », Journal officiel de la République française,‎ , p. 6437-6438 (lire en ligne, consulté le 11 mai 2016)
  6. Christophe Demazière & Abdelillah Hamdouch (coordinateurs), « Fiche portrait de Saint-Amand-Montrond », dans Observation des Dynamiques Économiques et Stratégies des Villes Petites et Moyennes, ODES – Région Centre, (lire en ligne), p. 4.
  7. a b c et d « Gare St-Amand-Montrond-Orval », sur SNCF - TER Centre-Val de Loire (consulté le 11 mai 2016).
  8. Site fret.sncf.com : Saint-Amand-Montrond, code gare 576322 (consulté le 14 septembre 2013).
  9. Services du Conseil régional et de l'INSEE Centre, Synthèse du forum participatif : Saint-Amand-Montrond – 31 mars 2011, Région Centre, (lire en ligne), Regard sur la zone d'emploi de Saint-Amand-Montrond, « Les grandes évolutions du territoire : infrastructures », p. 2.
  10. Pierre Hébrard, « Les Ateliers d’Orval, l’un des plus grands employeurs de la zone », Le Berry républicain,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mai 2016).
  11. Stéphane Frachet, « Ateliers d’Orval bénéficie de l'internationalisation de SNCF, sa maison mère », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mai 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Montluçon-Ville Vallon-en-Sully TER Centre-Val de Loire Châteauneuf-sur-Cher Bourges
Montluçon-Ville Vallon-en-Sully TER Centre-Val de Loire Châteauneuf-sur-Cher Vierzon-Ville
Montluçon-Ville
ou Terminus
Urcay
ou Terminus
TER Centre-Val de Loire Bigny
ou Terminus
Bourges
ou Terminus