Gare de Noyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Noyon
image illustrative de l’article Gare de Noyon
Le bâtiment voyageurs, vu du côté des quais.
Localisation
Pays France
Commune Noyon
Adresse Avenue de la Gare
60400 Noyon
Coordonnées géographiques 49° 34′ 37″ nord, 3° 00′ 23″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services Intercités
TER Hauts-de-France
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Creil à Jeumont
Voies 4 (+ voies de service)
Quais 2
Transit annuel 561 790 voyageurs (2016)
Altitude 47 m
Historique
Mise en service
Architecte Urbain Cassan

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Noyon

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Noyon

Géolocalisation sur la carte : Oise

(Voir situation sur carte : Oise)
Noyon

La gare de Noyon est une gare ferroviaire française de la ligne de Creil à Jeumont, située à 600 mètres du centre-ville de Noyon, dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains de grandes lignes (Intercités) et par des trains régionaux du réseau TER Hauts-de-France.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de Noyon est située au point kilométrique 106,968[1] de la ligne de Creil à Jeumont, entre les gares ouvertes d'Ourscamps et d'Appilly . Son altitude est de 47 m.

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare de Noyon, détruite pendant la Première Guerre mondiale.
Passage du Nord-Express.

Le , après quinze mois de travaux, une première locomotive remorquant un train de matériel entrait dans Noyon.

Une gare provisoire fut alors installée, pour permettre la mise en service de la section de ligne entre Compiègne et Noyon. Celle-ci fut inaugurée le , par le prince-président Louis-Napoléon Bonaparte. Le train présidentiel entra dans la gare vers 11 heures, salué par des salves d’artillerie et accueilli par le préfet de l’Oise, l’évêque de Beauvais, et les personnalités civiles et religieuses de la ville.

Le lendemain, la section Creil – Noyon était ouverte à la circulation, puis, l'année suivante, la ligne atteignait Saint-Quentin, et, en 1854, la frontière belge[2].

Noyon était reliée, par des lignes à voie métrique des chemins de fer départementaux de l'Oise, à Montdidier par Roye-sur-Matz, à Nesle par Bussy et à Ham également par Bussy.

Le bâtiment voyageurs, détruit durant la Première Guerre mondiale, fut reconstruit de 1927 à 1930 par l'architecte Urbain Cassan.

Selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de cette gare s'élève à 582 020 voyageurs en 2014, 571 065 en 2015 et 561 790 en 2016[3].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs avec guichet, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport. Un souterrain permet le passage d'un quai à l'autre[4].

Desserte[modifier | modifier le code]

Noyon est desservie par des trains Intercités et des TER Hauts-de-France (relation de Paris-Nord à Busigny)[4].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parking pour les véhicules y est aménagé. Un service de taxi TER complète sa desserte[4].

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Noyon est ouverte au service du fret[5] (desserte d'installations terminales embranchées, train massif en gare et wagons isolés pour certains clients).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, (ISBN 978-2-918758-34-1), volume 1, page 94.
  2. Jean-Yves Bonnard, « 1849, L’arrivée du chemin de fer à Noyon : Sept années après la signature de la charte ferroviaire, la ville de Noyon s’est trouvée raccordée à une voie ferrée la reliant à Creil, gare située sur la ligne Paris-Amiens-Lille. Avec l’inauguration de cette voie ferrée secondaire s’ouvrit une nouvelle ère pour le Noyonnais », Vivre Noyon, no 12,‎ , p. 16 (lire en ligne [PDF]).
  3. « SNCF Open Data : Fréquentation en gares », sur data.sncf.com (consulté le 29 décembre 2017).
  4. a, b et c Site SNCF Ter Picardie, information pratique sur les gares : gare de Noyon lire (consulté le 23 juillet 2013).
  5. Site Fret SNCF : la gare de Noyon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Maubeuge Saint-Quentin Intercités Compiègne Paris-Nord
Cambrai-Ville
ou Saint-Quentin
Chauny Intercités Compiègne Paris-Nord
Saint-Quentin Chauny TER Hauts-de-France Compiègne Compiègne
ou Paris-Nord
Saint-Quentin Appilly TER Hauts-de-France Ourscamps
ou Ribécourt
Compiègne