Gare de Montières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Montières
Image illustrative de l’article Gare de Montières
Localisation
Pays France
Commune Amiens
Quartier Montières
Adresse Avenue de la Gare
80000 Amiens
Coordonnées géographiques 49° 54′ 35″ nord, 2° 15′ 52″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Service Fret
Caractéristiques
Ligne(s) Saint-Roch à Frévent
Voies 8 (5 de passage ;
3 en impasse, dont 2 HS)
Quais 1 (latéral)
Altitude 24 m
Historique
Mise en service 1877

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Montières

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Montières

Géolocalisation sur la carte : Somme

(Voir situation sur carte : Somme)
Montières

La gare de Montières est une gare ferroviaire française de la ligne de Saint-Roch à Frévent, située dans le quartier de Montières[1], sur le territoire de la commune d'Amiens, dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Elle a été mise en service en 1877, par la Compagnie du Nord.

C'est une gare SNCF, ouverte au service de fret.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 24 mètres d'altitude, la gare de Montières est située au point kilométrique (PK) 4,504 de la ligne de Saint-Roch à Fréventvoie unique), entre la gare ouverte de Saint-Roch (Somme) et la gare fermée de Longpré-les-Amiens[2],[3]. Elle est située à quelques kilomètres au sud de la voie mère de l'Espace Industriel Nord (EIN) d'Amiens, qui se trouve peu avant la limite d'exploitation de la ligne[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare de Montières a été mise en service (tout d'abord en tant que halte voyageurs[4],[3]) le par la Compagnie des chemins de fer du Nord, lors de la mise en service de la ligne Amiens – Canaples[2] (section de l'actuelle ligne de Saint-Roch à Frévent). Le , la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) est devenue propriétaire de la ligne et donc de la gare, et a officiellement fermé ladite ligne au trafic voyageurs le 7 novembre de la même année ; cependant, elle fut temporairement rouverte à ce même service au début de la Seconde Guerre mondiale (en 1939 et 1940 uniquement pour les militaires, puis du au également pour les civils)[2].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

La gare est, de fait, fermée aux voyageurs.

Néanmoins, les arrêts de bus Sully (situés à environ 200 mètres, dans la route d'Abbeville), desservis par les lignes L1 et B16 du réseau urbain « Ametis » d'Amiens Métropole, permettent de rejoindre les plus proches gares ouvertes aux voyageurs : Saint-Roch (Somme) et Amiens, mais aussi Dreuil-lès-Amiens[5].

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

La gare est ouverte au service de fret[2],[6] (assuré par OSR France, Colas Rail et Europorte). Elle dessert deux installations terminales embranchées (Ajinomoto Eurolysine et Colas Rail).

Patrimoine ferroviaire[modifier | modifier le code]

L'ancien bâtiment voyageurs est toujours présent sur le site[7], ainsi qu'un quai[8]. Dans les années 2010, ils semblent être utilisés pour les besoins de service de la SNCF.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Carte interactive : Amiens et ses quartiers », sur amiens.fr (consulté le ).
  2. a, b, c, d et e « AMIENS - CANAPLES », sur le site de BLAISE PICHON (consulté le ) ; cette page est une archive.
  3. a et b « L'ancienne gare », sur vignacourt.free.fr (consulté le ).
  4. Environs d'Amiens. 1/80.000. Revision de 1890 disponible sur Gallica (consulté le 5 octobre 2014) ; cette carte montre une Halte à Montières.
  5. « PLAN DU RESEAU AMETIS » [PDF], sur ametis.fr (consulté le ).
  6. La gare de Montières sur Géoportail (consulté le 5 octobre 2014).
  7. « 69 Avenue de la Gare – Amiens, Picardie », vue Street View zoomée (prise en juillet 2013), dans Google Maps (consulté le 24 décembre 2015).
  8. « Goederenstation Amiens Mortières » (photo prise le 21 juillet 2006), sur (nl) railtrash.net (consulté le 24 décembre 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]