Gare de Miécaze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Miécaze
Image illustrative de l’article Gare de Miécaze
Localisation
Pays France
Commune Saint-Étienne-Cantalès
Coordonnées géographiques 44° 56′ 50″ nord, 2° 14′ 50″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant Fermée
Caractéristiques
Ligne(s) Souillac à Viescamp-sous-Jallès
Bourges à Miécaze
Voies 1 (anciennement 2)
Quais 1 (anciennement 2)
Altitude 534 m
Historique
Mise en service 11 mai 1891
Fermeture 1994
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Miécaze
Géolocalisation sur la carte : Auvergne
(Voir situation sur carte : Auvergne)
Miécaze
Géolocalisation sur la carte : Cantal
(Voir situation sur carte : Cantal)
Miécaze

La gare de Miécaze est une ancienne gare ferroviaire française, des lignes de Souillac à Viescamp-sous-Jallès et de Bourges à Miécaze. Elle est située au lieu-dit La Gare, prés du hameau de Miécaze, sur le territoire de la commune de Saint-Étienne-Cantalès, dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes

Elle est mise en service en 1891 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO). Elle est fermée en 1994 par la Société nationale des chemins de fer français (SNCF).

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 534 mètres d'altitude, l'ancienne gare de bifurcation de Mécaze est située au point kilométrique (PK) 693,391 de la ligne de Souillac à Viescamp-sous-Jallès (en service), entre les gares ouvertes de Laroquebrou et de Viescamp-sous-Jallès, elle était également le terminus de la ligne de Bourges à Miécaze (fermée).

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1881, la « halte de Miécaze » est projetée au point de rencontre entre la ligne venant de Mauriac et la ligne d'Aurillac à Saint-Denis-lès-Martel[1]. En 1884, la « halte de Miécaze » est l'un des arrêts de la ligne, en construction, d'Aurillac à Saint-Denis-lès-Martel. « Il est prévu qu'elle soit desservie par le chemin vicinal ordinaire no 1 de Saint-Étienne-Cantalès, chemin qui part de la route nationale no 120, près Avise-Toi, et aboutit au chemin de grande communication no 8, près de Labro ; ce chemin est dévié au Rocaniou et aboutit à la halte en se raccordant avec l'avenue à construire par le service du chemin de fer »[2].

La gare de Miécaze est mise en service le par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO), lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la ligne entre Aurillac et Saint-Denis-près-Martel[3]. Elle devient une gare de bifurcation le avec l'ouverture de la ligne de Mauriac à Miécaze[4].

Miécaze dispose d'un bâtiment voyageurs rectangulaire avec un étage. Au rez-de-chaussée on trouve, une salle d'attente, un bureau des billets, une consigne, une chambre et une cuisine. Il y a également un petit bâtiment qui abrite la lampisterie et des toilettes, un abri est situé sur le quai opposé. Gare de bifurcation pour des lignes à voie unique, c'est également une gare de croisement avec deux voies et deux quais[5].

En 1908, la recette des départs de « Miécaze » est de 4 725 francs[6], impôts compris, et en 1912 elle est de 4 661 francs[7].

En la gare dispose encore de deux voies et deux quais[8].

Elle est sans doute fermée en 1994, par la SNCF, lors de la fermeture de la ligne de Bourges à Miécaze.

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Gare fermée.

Patrimoine ferroviaire[modifier | modifier le code]

L'ancien bâtiment voyageurs est devenue une propriété privée[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site gallica.bnf.fr « Ligne de Maurillac à la ligne d'Aurillac à Saint-Denis-lès-Martel », dans Rapports et délibérations - Conseil général du Cantal, 1881/08, p. 189
  2. Site gallica.bnf.fr « 2 Ligne d'Aurillac à Saint-Denis-lès-Martel », dans Rapports et délibérations - Conseil général du Cantal, 1884/08, p. 566
  3. Site Christophe Lachenal Historique, dans gare SNCF de Brive La Gaillarde (consulté le 28 février 2014).
  4. Société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze, Bulletin de la Société scientifique, historique et archéologique de la Corrèze, volume 18, M. Roche, imprimeur, 1896, p. 304 extrait (consulté le 28 février 2014).
  5. Site LR Presse : MIECAZE (consulté le 28 février 2014).
  6. Site gallica.bnf.fr « Chemin de fer d'Orléans - Bureau de la Statistique », dans Rapports et délibérations - Conseil général du Cantal, 1909, p. 282
  7. Site gallica.bnf.fr « Chemin de fer d'Orléans - Bureau de la Statistique », dans Rapports et délibérations - Conseil général du Cantal, 1913, p. 343
  8. Gare de Miécaze (consulté le 28 février 2014)
  9. Gare aux Gares : Miécaze (Cantal - 15) 1 (consulté le 28 février 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]