Gare de Loulay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Loulay
image illustrative de l’article Gare de Loulay
Ancien bâtiment voyageurs et entrée de la halte.
Localisation
Pays France
Commune Loulay
Adresse Rue de la Gare
17330 Loulay
Coordonnées géographiques 46° 02′ 36″ nord, 0° 30′ 06″ ouest
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TER Nouvelle-Aquitaine
Caractéristiques
Ligne(s) Chartres à Bordeaux-Saint-Jean
Voies 2 (une seule utilisée)
Quais 2 (un seul utilisé)
Altitude 60 m
Historique
Mise en service
Architecte État

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Loulay

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

(Voir situation sur carte : Charente-Maritime)
Loulay

La gare de Loulay est une gare ferroviaire française de la ligne de Chartres à Bordeaux-Saint-Jean, située à l'est du bourg, sur le territoire de la commune de Loulay, dans le département de la Charente-Maritime en région Nouvelle-Aquitaine.

Elle est mise en service en 1881 par l'Administration des chemins de fer de l'État (État).

C'est une halte voyageurs de la société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains du réseau de transport express régional TER Nouvelle-Aquitaine.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 60 mètres d'altitude, la gare de Loulay est située au point kilométrique (PK) 450,644 de la ligne de Chartres à Bordeaux-Saint-Jean (voie unique), entre les gares ouvertes de Villeneuve-la-Comtesse et de Saint-Jean-d'Angély. En direction de Villeneuve-la-Comtesse, s'intercale la gare de Vergné (fermée) et en direction de Saint-Jean la gare de Saint-Denis-du-Pin[1].

Ancienne gare d'évitement, elle dispose toujours d'une deuxième voie pour le croisement des trains, mais elle n'est plus utilisée et le passage de niveau pour la traversée des voies est démonté.

Histoire[modifier | modifier le code]

La municipalité s'intéresse dès 1866 au chemin de fer. Le conseil municipal, lors de son assemblée du 13 novembre, sollicite le passage sur le territoire de la commune, avec la création d'une station, du tracé d'une ligne de Saint-Jean-d'Angély à Niort. L'argument sur l'utilité de cet arrêt est qu'il dessert plusieurs communes « Saint-Denis-du-Pin, Loulay, La Jarrie-Audouin, Saint-Martial-les-Coivert, Lozay, La Chapelle Baton, Courans, La Benâte, Nuaillé, Saint-Pierre-de-l'Isle et Blanzay » et qu'il est nécessaire pour faciliter l'écoulement des productions agricoles[2]. Le , l'emplacement de la station, en limite est du bourg, est approuvé[3].

La gare vers 1900.

La station de Loulay est mise en service le par l'Administration des chemins de fer de l'État, lorsqu'elle ouvre la ligne à l'exploitation[2]. Elle dispose d'un bâtiment voyageurs, d'un modèle État standard, à deux ouvertures et un étage sous une toiture à deux pans et d'une halle à marchandises.

Dès 1884, une bascule de 1 500 kilogrammes est installée pour couvrir les besoins croissants[3].

Vers 1900, un Hôtel café de la Gare est construit au bout de la rue de la Gare, à côté de la cour voyageurs[4]. En 1908, l'augmentation des trafics voyageurs et marchandises incitent le conseil municipal à demander à l'administration des chemins de fer la création d'une nouvelle salle d'attente pour le bâtiment voyageurs et un agrandissement de la halle aux marchandises, avec également la création d'une voie de garage équipée d'une plaque tournante pour faciliter le chargement et le déchargement des wagons[3].

Dans les années 1910, la gare dispose de son bâtiment voyageurs d'origine, agrandi par une aile à une ouverture en rez-de-chaussée, de deux voies avec un abri de quai, d'un petit bâtiment et d'une halle à marchandises[5].

En 1928, Rémy Malvaux crée une scierie située derrière l'hôtel de la Gare[6]. Le , le conseil municipal demande l'autorisation d'emprunter 9 200 francs pour verser une subvention à l'Administration des chemins de fer de l'État en vue de l'installation de l'éclairage électrique de la gare. Un décret du autorise la commune à emprunter cette somme et l'administration de État à percevoir au profit de la commune des surtaxes locales temporaires sur les titres de transport des voyageurs et des marchandises enregistrés dans la gare[7]. L'installation est réalisée en 1931[3].

Dans la deuxième moitié du XXème siècle, l'activité ferroviaire va diminuer et entraîner la fermeture du service marchandises et du bâtiment voyageurs, la gare devient une simple halte. L'hôtel ferme dans les années 1980[4].

En 2016, la desserte voyageurs quotidienne est dans chaque sens, de trois trains TER en semaine et de un ou deux les samedis et dimanches[8].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Vue en direction de Saint-Jean-d'Angély. En arrière-plan la coopérative qui a pris la place de la gare marchandises.

Accueil[modifier | modifier le code]

Halte SNCF, c'est un point d'arrêt non géré (PANG), à accès libre[9].

Desserte[modifier | modifier le code]

Loulay est desservie par les trains TER Nouvelle-Aquitaine qui circulent sur la relation Niort - Royan (ou Saintes)[9].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Le stationnement des véhicules est possible sur la cour de la gare près de l'ancien bâtiment voyageurs.

Patrimoine ferroviaire[modifier | modifier le code]

L'ancien bâtiment voyageurs de 1881 avec son ajout du début des années 1910 est désaffecté du service ferroviaire et est devenu une propriété privée. À côté, le puits d'origine est toujours présent et un peu plus loin l'ancien Hôtel de la gare est devenu la cantine de l'usine[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 001 à 600, vol. 1, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-34-1), « [500/6] Niort - Saintes », p. 174.
  2. a et b Mathieu Bordes, « Voie ferrée : Loulay » [html], Inventaire du patrimoine culturel, sur Inventaire du patrimoine du Pays des Vals de Saintonge, Région Poitou-Charentes / Ministère de la culture et de la communication, (consulté le 9 juin 2016).
  3. a, b, c et d Mathieu Bordes, « Gare ferroviaire : Loulay » [html], Inventaire du patrimoine culturel, sur Inventaire du patrimoine du Pays des Vals de Saintonge, Région Poitou-Charentes / Ministère de la culture et de la communication, (consulté le 9 juin 2016).
  4. a, b et c Mathieu Bordes, « Hôtel café de la Gare » [html], Inventaire du patrimoine culturel, sur Inventaire du patrimoine du Pays des Vals de Saintonge, Région Poitou-Charentes / Ministère de la culture et de la communication, (consulté le 9 juin 2016).
  5. « Illustration : Loulay (ch. -Inf.) - La Gare (carte postale ancienne) », sur Inventaire du patrimoine du Pays des Vals de Saintonge, (consulté le 9 juin 2016).
  6. « Scierie et usine de contreplaqué Malvaux, Loulay (Charente-Maritime), 21 rue de la Gare », sur Le patrimoine industriel de Poitou-Charentes, (consulté le 9 juin 2016).
  7. « Le président de la république française ... », Journal officiel de la république française,‎ , p. 13734-13735 (gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65413834/f6.)
  8. « Fiche horaire Royan-Saintes-Saint-Jean-d'Angély-Niort », sur TER SNCF, (consulté le 9 juin 2016).
  9. a et b « Halte ferroviaire Loulay », sur SNCF TER Poitou-Charentes (consulté le 9 juin 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]



Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Niort Villeneuve-la-Comtesse TER Nouvelle-Aquitaine Saint-Jean-d'Angély Royan
ou Saintes